Multiprise n°5 mar/avr/mai 2007
Multiprise n°5 mar/avr/mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de mar/avr/mai 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 15,2 Mo

  • Dans ce numéro : Rouge Jaune, nouveau label de qualité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 Vincent Mauger Les espaces supposés En assistant il y a quelques semaines à La rencontre à bâton rompu entre Sophie Serra et son artiste en résidence au Musée Denys Puech à Rodez, je me disais : « Pff... encore une exposition in situ formelle et formatée ». Et bien non, mea culpa ! Car on serait bien en peine de découvrir chez Vincent Mauger un simple créateur de forme. Petit ressenti sur l"exposition, à l"attention de ceux qui n'ont pas eu La chance d'arpenter ses paysages. Derrière La discrétion de cet artiste rennais se cache un perfectionniste rêveur ; il maîtrise ses matériaux et s'accommode fort bien de la rudesse de La tâche et de La difficulté d'exécution. Attentif aux choses Les plus imprévisibles, Vincent Mauger pense ses volumes avec une méticulosité proche du compagnonnage. Que ce soit une montagne en mélamine blanc, une machine infernale en contreplaqué ou encore un radiateur en polystyrène, nous retrouvons dans son travail une insatiable voracité de calculer, de mesurer et de construire. Mais La question n'est pas ici, et cette obsession ne semble pas entraver Le propos et La démarche de L'artiste qui a le don de titiller L'imagination de chacun. IL joue avec L'architecture comme un enfant Le ferait avec sa boîte de Mécano. Tout son art repose sur La mise en volume d'un espace contemplatif et d'un paysage mental. Lorsque Vincent Mauger observe une carte topographique, il en observe surtout ses reliefs et ses courbes. Lorsqu'il regarde un objet, il Le décortique pour mieux Le repenser, le redimensionner et lui donner un sens nouveau. Ses vidéos réinventent, elles aussi, des paysages abandonnés. Il transforme une boule de papier défroissée en un horizon enneigé, une salle de bain en un simple écran blanc laiteux ou encore un trait de crayon gras en un désert lunaire.L.:indéniable qualité du travail de l"artiste fait de cette résidence une réussite. De façon intelligente mais accessible, l'exposition échappe à L'image stéréotypée de L'artiste engagé. Résultat : une résidence et une exposition qui a su satisfaire le plus grand nombre, et relever la controverse de l'édition précédente. Carole Bouzid Sans titre, 2006 installation, plaques de mélaminé (3.2x6x12m.l Sans titre, 2006 sculpture. contreplaqué, mikados et traiteaux 11.1 0 x 1.25 x 2.20m.J Sans titre, 2006 sculpture, polystyrène (2.1 0 x 1.20 x 0.45m.J
www.ubu.com Merd re-à-celui-qui-le- clique ! S'il ne devait en rester qu'un, cela serait celui-là : U BUWEB, parce que, pour qui aime se repaître d'art et d'archives hors d'âge, ce site est un sacré truc, une véritable petite bombe. Des incunables aux fondamentaux expérimentaux de l'« Avant-garde » (situationnistes, Fluxusl de la poésie sonore au journal de Rick Moody, jeune écrivain U.S. en vogue, d'Aspen géniale revue-objet des sixties, exhumée pour La cause, aux flip-shows de Warhol, cet arty-web là est exemplaire. Créé en 1996 par une poignée d'écrivainsartistes américains, UbuWeb sans demander la permission à personne a, peu à peu, choisi le rhizome (position affinitaire à G. Deleuze) comme principe vital : ni verticales, ni horizontales, les directions à prendre sont infinies. Une vidéo d'artiste peut vous mener aux notes préparatoires de Crash de JG Ballard (Aspen n°7- été 70) et à vous ensuite de perdre durant quelques secondes, toute notion d'espace-temps. Délicieusement et intellectuellement monumental,- les artistes sont, en ne citant que les plus populaires, Beckett, Céline, Maya Deren, Jonas Mekas (accès notamment à ses critiques de films écrites pour le Village Voice), Pipilotti Rist, McCarthy, Wim Delvoye, Gilbert & Georges, Isidore Isou, Bill Viola... - ce site, non traduit encore mais qu'importe l'obstacle, vous ébahit avant de vous ravir. Un vrai vertige ! Et six mois de connections quotidiennes ne suffiront jamais à atténuer la sensation. Tant mieux ! Anna Blumet Depuis mars 2007, un nouvel espace de diffusion artistique dédié à la création contemporaine a vu le jour à Toulouse : LIEU-COMMUN. Né de l'initiative associative de 3 structures historiques de l'art contemporain toulousain, AlaPlage, Annexia et VolKSystem, mutualisées sous le nom de Plan 9, Lieu-Commun a pour principale vocation la promotion et la diffusion des arts actuels. Situé au coeur du quartier Bonnefoy, au nord de Toulouse, à deux pas des bureaux de Multiprise et de l'atelier de TA, LIEU-COMMUN sera un Laboratoire de croisement des différentes pratiques artistiques actuelles ainsi qu'un espace de présentation, d'expérimentation et de production qui s'étalera sur près de 1000 m²• LIEU-COMMUN se définit comme une plateforme évolutive où les artistes et les publics se croiseront à La rencontre de propositions pluridisciplinaires innovantes. Un espace culturel novateur et original qui se veut un lieu de rencontre entre la création contemporaine et le public, inscrit dans la vie d'un quartier et participant au dynamisme de la ville de Toulouse. Elaborant une programmation collégiale, effective dès le mois d'avril, Plan 9 a pour ambition de proposer des expositions autour des différentes disciplines artistiques et d'élargir ses propositions de commissariat dans le reste de la France et à l'étranger, mais aussi de programmer des événements pluridisciplinaires, d'assurer l'accueil d'artistes dans le cadre de résidence, de créer un espace de documentation ouvert à tous et de privilégier l'action pédagogique auprès d'établissements scolaires de La ville de Toulouse et de La région. Plan 9 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :