Multiprise n°5 mar/avr/mai 2007
Multiprise n°5 mar/avr/mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de mar/avr/mai 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 15,2 Mo

  • Dans ce numéro : Rouge Jaune, nouveau label de qualité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Lin Delpierre en résidence à Caza d'Oro i:Etat de grâce. n u premier temps ça se regarde, ça a.dm1re, ça.se contemple. Puis ça se laisse ep1er, exammer, analyser. Ensuite, on est dans un « Etat second », une sorte de douceur cha.mpêtre, loin des villes, dans une certaine mo1teur, entre Nature et Culture. On s'avance pas à pas, pénétrant la couche de papier photographique, on rentre dans l'image, dans cet univers décalé. On s'enfonce dans sa substance, on se laisse entraîner : la luminosit s fige et floue les repères, l temps s arrete et teinte l'atmosphère d aucune couleur, d'une simple neutralité, de blanc et de noir, hors de L'échelle cronologique, sans Logique justement. 81zarrement, on ne cherche pas à se maîtriser ou à dominer La situation, à en calculer Les tenants et. les aboutissants : on n'est pas dans Le ch ! ffrable, le. numérique, mais bien as Le reel argentique, trace lumineuse ecr1te. On se laisse transporter dans cette « métap.hora » hiératique, où la temporalité nous echappe. Notre cœur s'est isolé tambourinant, rythmant notre périple pars seule musicalité, comme angoissé à l'idée de ne pas trouver derrière les blancs buissons le monde extraordinaire « bi-incolore » su ; lequel il espère déboucher. Alors on se laisse b_ercer par le petit courant d'air, qui déjà, v1ent nous souffler dans la nuque... La brise s'en est aLLée, et on comprend combien « ce petit chemin qui sent la noisette » a tant à offrir à ses « spect-acteurs ». Le soleil brille, et on bouscule un peu la surface des choses : ça. nous erturbe d'entendre ce rossignol qu1 pourrait chanter sur la branche pas loin des buissons ; ça nous perturbe d'é'couter le bruit répété de nos pas qui écraseraient une à une Les feuilles mortes, qui dans les aLLées désertiques d'Atget, se « (pré-)ramassent à la pelle » marquant le pas de l'homme sur la Nature, L'emprise de La Culture et l'ampleur d'une société citadine, dite « civilisée ». En parlant d'hommes, on s'attend à en trover au bout du chemin, mais derrière Les feuiLLages, la lumière vous éblouit : réfléchie sur une brume épaisse elle vous fait basculer dans un espace « hors-champs ». Puis, dans un calme olympien, soudain, on croirait aprevoir un « laitière et son pot au lait », qUI.dun pas leger s'efforcerait de regagner la VILLe avoisinante. Là, voilà qui se rapproche et nous frôle•. ni surprise ou même éperdue, elle passe, Simplement, comme elle aurait pu. le faire dans une des grandes métropoles déjà explorées par l'artiste, Lin Delpierre. Al ? rs on s'amuse à compter les caillouxns su le chemin gris, qui peut-être nous econd.u1ront,e.ncore. Presque en clopinant, on su1t Les pet1ts plots de bois qui semblent délimiter un périmètre, seule notion de mesure à la ronde, seule échelle humaine à Laquelle se référer désormais. Enfin, dans La profondeur du champs (optique), le soleil est, étouffé par La masse de nuages éparses dans un ciel neigeux. Quand on revient de ce pays merveiLLeux, de ses blanches contrées, de ses grises vallées et de ses noirs buissons, on est comme envahi d'une puissante nostalgie : on regrette la brume épaisse digne du New York de Snder. L:ambiante léthargie et l'atmosphère Laiteuse. Le frêle soleil qui feint d'exister. Le flegme envahissant nous étourdissant. Le courant d'air caressant car naissant de nulle part. La « pâleur profonde », où Les heures se confondent. On regrette aussi, La passante fantomatique et fantasmatique, de ce monde sans mathématique. On a gouté au bonheur un instant furtif, fictif aussi, peut-être. 0 s:est plu à rêver par la grâce de cette poésie v1suelle. « Heureux qui comme Ulysse, a fait un beau voyage ». 1 Photo réalisée lors de la résidence Aude Fournié
-C)- CrnJlt-jUS 1 Jacob GEISEL. 1 1 Minimes Toulouse, Fev. 06 2 1 S-B hf sonealle, Berlin, Sept. 06 31 Mitte, Berlin, Ok OS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :