Multiprise n°3 sep/oct/nov 2006
Multiprise n°3 sep/oct/nov 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de sep/oct/nov 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 12,3 Mo

  • Dans ce numéro : Philippe Fangeaux... « Mêmepamal ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Rerile492 Un détour très apprécié Un détour très apprécié par la galerie Jacques Girard par la galerie Jacques Girard Ouverte en 1982 et solidement ancrée dans le panorama de l'art contemporain toulousain, la galerie Jacques Girard ne fait cependant pas beaucoup parler d'elle. Et pourtant... Dans un espace clair et spacieux de 180m2 situé 20 rue des Blanchers, le galeriste présente de nombreux artistes établis des quarante dernières années, tout en soutenant une nouvelle génération montante, tant que les travaux, confie-t-il « en appellent à mes goûts, résonnent avec ma sensibilité ». C'est d'ailleurs des dessins de jeunes artistes que Jacques Girard a présentés du 20 juin au 22 juillet, exposition qui se perdure à la rentrée avec d'autres dessinateurs à l'avenir prometteur. Ouverte en 1982 et solidement ancrée dans le panorama de l'art contemporain toulousain, la galerie Jacques Girard ne fait cependant pas beaucoup parler d'elle. Et pourtant... Dans un espace clair et spacieux de 180m 2 situé 20 rue des Blanchers, le galeriste présente de nombreux artistes établis des quarante dernières années, tout en soutenant une nouvelle génération montante, tant que les travaux, confie-t-il « en appellent à mes goûts, résonnent avec ma sensibilité,.. C'est d'ailleurs des dessins de jeunes artistes que Jacques Girard a présentés du 20 juin au 22 juillet, exposition qui se perdure à la rentrée avec d'autres dessinateurs à l'avenir prometteur. Du 20 juin au 22 juillet, l'exposition Marie Dainat et Aurélie Dubois a dévoilé des travaux qui véhiculent, tant par les sujets que par la technique, un univers très féminin, parfois onirique et merveilleux, parfois étrange, inquiétant et tourmenté. « Je parle d'horreur, de douleur, de bestialité et j'opère par un véritable calme, par une distance systématique [...] face à ces intensités », explique Aurélie Dubois, qui exploite les possibilités de l'encre de Chine sur papier. Marie Dainat, quant à elle, « dessine » par réserve dans le papier découpé. Naissent de cette technique des paysages forestiers très denses et inextricables, avant que le regard ne découvre dans ce fouillis des couples nus et enlacés. nomme à l'état bestial qui renoue avec la nature ? Une tentative de plonger le spectateur en position de voyeur, à la recherche d'autres couples qu'il pourrait éventuellement surprendre, cachés derrière un arbre, un buisson, près d'un cours d'eau ? Du 20 juin au 22 juillet, l'exposition Marie Dainat et Aurélie Dubois a dévoilé des travaux qui véhiculent, tant par Les sujets que par la technique, un univers très féminin, parfois onirique et merveilleux, parfois étrange, inquiétant et tourmenté. « Je parle d'horreur, de douleur, de bestialité et j'opère par un véritable calme, par une distance systématique [...] face à ces intensités », explique Aurélie Dubois, qui exp loite les possibilités de l'encre de Chine sur papier. Marie Dainat, quant à elle, « dessine » par réserve dans le papier découpé. Naissent de cette technique des paysages forestiers très denses et inextricables, avant que Le regard ne découvre dans ce fouillis des couples nus et enlacés. L:homme à l'état bestial qui renoue avec la nature ? Une tentative de plonger le spectateur en position de voyeur, à la recherche d'autres couples qu'il pourrait éventuellement surprendre, ca chés derrière un arbre, un buisson, près d'un cours d'eau ? L'exposition de la rentrée (du 5 septembre au 15 octobre) présentera des oeuvres sur papier de Valérie Du Chéné, Fleur Noguera et Guillaume Pinard, qui partageront l'espace avec des nouvelles séries dessinées de Marie Dainat et d'Aurélie Dubois. Des artistes L:exposition de la rentrée (du 5 septembre au 15 octobre] présentera des œuvres sur papier de Valérie Du Chéné, Fleur Noguera et Guillaume Pinard, qui partageront l'espace avec des nouvelles séries dessinées de Marie Dainat et d'Aurélie Dubois. Des artistes confirmés de la galerie, comme Dado, Daniel Dezeuze ou Bernard Pagès, pourront intervenir au cours de cette exposition à l'accrochage modulable. Nous connaissons les dessins rehaussés de gouache de Valérie Du Chéné, ceux de Guillaume Pinard qui retracent les aventures de son personnage Concon, mais peut-être moins ceux de Fleur Noguera. Jeune barcelonaise d'adoption, celle-ci s'inspire de paysages d'Espagne qu'elle réinterprète de façon très personnelle par des traits contours. Ces visions donnent lieu à des oeuvres particulières, où les paysages aux arbres qui se penchent contiennent cette inquiétante étrangeté, cette tension indéfinissable, où d'un instant à l'autre tout peut basculer... confirmés de la galerie, comme Dado, Daniel Dezeuze ou Bernard Pagès, pourront intervenir au cours de cette exposition à l'accrochage modulable. Nous connaissons les dessins rehaussés de gouache de Valérie Du Chéné, ceux de Guillaume Pinard qui retracent les aventures de son personnage Cancon, mais peut-être moins ceux de Fleur Noguera. Jeune barcelonaise d'adoption, celle-ci s'inspire de paysages d'Espagne qu'elle réinterprèt e de façon très personnelle par des traits contours. Ces visions donnent lieu à des œuvres particulières, où les paysages aux arbres qui se penchent contiennent cette inquiétante étrangeté, cette tension indéfinissable, où d'un instant à l'autre tout peut basculer... Parfois proche du symbolisme, de l'art nouveau, mais aussi du graphisme, de l'illustration et de la bande dessinée, les dessins présentés à la galerie Jacques Girard nous touchent indiscutablement. Et nous nous surprenons là à envier Piet Moget directeur et fondateur duL.A.C. de Sigean : qui vient d'acquérir un dessin de chacun des jeunes artistes de la galerie... Parfois proche du symbolisme, de l'art nouveau, mais aussi du graphisme, de l'illustration et de la bande dessinée, les dessins présentés à la galerie Jacques Girard nous touchent indiscutablement. Et nous nous surprenons là à envier Piet Moget, directeur et fondateur duL.A.C. de Sigean, qui vient d'acquérir un dessin de chacun des jeunes artistes de la galerie... Au niUe DUBOIS, « Empathie » Aurélie DUBOIS, « Empathie » encre de Chine sur papier encra de Chine sur papier Valérie Alingrin Valérie Alingrin 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :