Multiprise n°3 sep/oct/nov 2006
Multiprise n°3 sep/oct/nov 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de sep/oct/nov 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 12,3 Mo

  • Dans ce numéro : Philippe Fangeaux... « Mêmepamal ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 1 ALP le eoUectif, 2004,.. réinventer la fin », tract ALP Le collectif, 2004, « réinventer la fin », tract Projet de ALP le collectif pour L'exposition « L'égosystème » pour les 10 ans de La Station au Confort Moderne à Poitiers du 30/09 au 20/12/06 Projet de ALP la callac:tif pour rexposition « L'égosystème » pour les 10 ans de La Station au Confort Moderne à Poitiers du 30/09 au 20/12/06 de confiance, permettant dès lors d'oser les tête-à-tête. De ces rencontres sont nées des collaborations allant souvent plus loin que le stade de la simple exposition. Etre identifié en tant qu'espace intermédiaire n'empêche pas de réaliser un travail proche de celui d'une galerie, c'est-à-dire suivre certains artistes durant plusieurs années, les montrer, produire leurs pièces, en bref les promouvoir. Bien sûr notre force de frappe est toute relative mais avec des artistes comme le Belge Messieurs Delmotte ou Jean-Baptiste Farkas et d'autres, nous maintenons un rapport constant. Aujourd'hui n'ayant plus d'emplois aidés, l'association vit une période charnière difficile, le bénévolat, nerf de la guerre, devient vite invivable lorsqu'il est la seule source de travail. Ces dernières années nous avons multiplié les collaborations. En résulte la création de confiance, permettant dès lors d'oser les tête-à-tête. De ces rencontres sont nées des collaborations allant souvent plus loin que le stade de la simple exposition. Etre identifié en tant qu'espace intermédiaire n'empêche pas de réaliser un travail proche de celui d'une galerie, c'est-à-dire suivre certains artistes durant plusieurs années, les montrer, produire leurs pièces, en bref les promouvoir. Bien sûr notre force de frappe est toute relative mais avec des artistes comme le Belge Messieurs Delmotte ou Jean-Baptiste Farkas et d'autres, nous maintenons un rapport constant. Aujourd'hui n'ayant plus d'emplois aidés, l'association vit une période charnière difficile, le bénévolat, nerf de la guerre, devient vite invivable lorsqu'il est la seule source de travail. Ces dernières années nous avons multiplié les collaborations. En résulte la création du projet Plan 9. « Association-Fédération », réunion de Volksystem, Annexia et ALaPlage dont le projet, inscrit dans la réalité toulousaine, a pour ambition de créer un nouveau lieu, un espace à la fois de travail et de monstration, une résidence dans la ville. En alternant, programmation estampillée des associations constituantes, et projets communs, nous souhaitons densifier et encore plus professionnaliser nos actions (si jamais cela est possible). Pour ce faire outre les économies d'échelles engendrées par notre réunion, il faut un engagement sans faille de nos partenaires institutionnels et parvenir à toucher le partenariat privé en étant enfin assurés de la pérennité de nos actions. Toutes les réponses en direction de l'art contemporain à Toulouse n'ont pas encore été données. Plan 9, s'il reçoit le soutien nécessaire, sera enfin ce que nous avions osé projeter en créant, il y a dix ans ALaPlage. Cet automne, plus de lieu rue de la Concorde, plus de Volksystem rue de la Bourse depuis un an, Mixart Myris relogé aux Minimes (les seuls ayant eu une réponse des institutions jusqu'à présent, laissant en suspend la question des modalités d'actions pour parvenir à ses fins...), le paysage de l'art contemporain toulousain ne pourra plus compter sur ses lieux intermédiaires. Une ville ne peut se contenter d'un grand vaisseau empêtré dans ses contradictions comme les Abattoirs ou de festivals, points d'orgues saisonniers : il faut un travail à l'année effectué par des acteurs expérimentés et implantés dans le tissu local. Au sein de cet engagement quotidien pour les artistes et la création, il est incroyable que le collectif et son oeuvre puissent encore avoir leur place. Mais la démonstration est en cours, même s'il est difficile de continuer et si nos dernières pièces, comme l'enseigne mobile « Vivons Groupés », brûlée au bord d'un lac au Québec, et la remorque lumineuse « La réalité n'existe pas » (qui sera accidentée cet automne, au Confort Moderne à Poitiers) ne sont pas véhicules des messages les plus optimistes. Nous essaierons encore et toujours de faire de l'art ensemble. Manuel Pomar du projet Plan 9. « Association-Fédération », réunion de Volksystem, Annexia et ALaPlage dont le projet, inscrit dans la réalité toulousaine, a pour ambition de créer un nouveau lieu, un espace à La fois de travail et de monstration, une résidence dans la ville. En alternant, programmation estampillée des associations constituantes, et projets communs, nous souhaitons densifier et encore plus professionnaliser nos actions [si jamais cela est possible]. Pour ce faire outre les économies d'échelles engendrées par notre réunion, il faut un engagement sans faille de nos partenaires institutionnels et parvenir à toucher le partenariat privé en étant enfin assurés de la pérennité de nos actions. Toutes les réponses en direction de l'art contemporain à Toulouse n'ont pas encore été données. Plan 9, s'il recoit le soutien nécessaire, sera enfin ce qué nous avions osé projeter en créant, il y a dix ans ALaPlage. Cet automne, plus de lieu rue de la Concorde, plus de Volksystem rue de La Bourse depuis un an, Mixart Myris relogé aux Minimes [les seuls ayant eu une réponse des institutions jusqu'à présent, laissant en suspend la question des modalités d'actions pour parvenir à ses fins...), le paysage de l'art contemporain toulousain ne pourra plus compter sur ses Lieux intermédiaires. Une ville ne peut se contenter d'un grand vaisseau empêtré dans ses contradictions comme les Abattoirs ou de festivals, points d'orgues saisonniers : il faut un travail à l'année effectué par des acteurs expérimentés et implantés dans le tissu local. Au sein de cet engagement quotidien pour les artistes et La création, il est incroyable que le collectif et son œuvre puissent encore avoir leur place. Mais la démonstration est en cours, même s'Il est difficile de continuer et si nos dernières pièces, comme r enseigne mobile « Vivons Groupés », brO lée au bord d'un lac au Québec, et la remorque lumineuse La réa lité n'existe pas » [qui sera accidentée cet automne, au Confort Moderne à Poitiers) ne sont pas véhicules des messages les plus optimistes. Nous essaierons encore et toujours de faire de l'art ensemble. Manuel Pomar
Abdelkader Benchamma, 2006 -0- Ccrunt- jus il 11 Morceaux de bruits - 21 Tas•- 31 Sans titre



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :