Multiprise n°2 jun/jui/aoû 2006
Multiprise n°2 jun/jui/aoû 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jun/jui/aoû 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (173 x 246) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Les Siestes Électroniques 5e édition.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 L R Duchamp... (Ais l’air Duchamp ?, Hélèrent Duchamp ? …) Sans doute est-ce encore un facétieux coup posthume de notre cher MD, mais, en recensant le nombre de noms d’artistes alignés dans le dossier de presse, je parviens à la modique somme de 111 individus. Chiffre incroyable, comme si l’addition des un(s) faisait le compte des autre(s), dans une dialectique qui reste à (é)prouver depuis la combine éculée du Président Mao, mais l’art de la Chine c’était l’an dernier… En tout cas, cent onze impétrants pour la messe duchampienne que nous promet la région septimanienne cet été, insensé ! Bon, faut moduler un peu, y’a des redites entre eux, ne serait-ce par exemple que la chose indéfinie signant du sobriquet de Taroop & Glabel, genre marque déposée suspecte, aussi crédible que si ma voisine se nommait Label Hélène, ou sa soeur Label Decadix… Et y’en a d’autres, remarque, qui s’y rajoutent, le André Raffay en premier, parce qu’il a beaucoup donné et s’est échiné à copier, c’est vrai. Et Richard Baquié, parce que, outre qu’il s’est risqué à disséquer la machine vaguement célibataire –en tout cas elle ne le restait plus après qu’il en eut fait usage…- il n’est plus vraiment avec nous pour discuter le bout de gras de la lévitation post-duchampienne, vu que lui aussi est allé se balader dans les nuages et qu’on le regrette bien, tiens ! Et j’ai pas relevé tous les compteurs d’eau ou de gaz, mais dans les étages apparaissent répétitivement les Castellas, Ruggirello, Collin-Thiébaut, Séchas, Robert-Tissot, Hucleux, Firman, Marsden, et autres tutti quanti, quand ça ne fait pas l’Andrieu... Ce n’est que justice, ils sont tous, comme beaucoup et en vrac, empesés/empêtrés dans l’héritage duchampien, du moins c’est ce qu’on prétend depuis que le ready est made (ou, subséquemment, que le made est ready). Un siècle où peu s’en faut que ça dure, et que le dîner est soi-disant servi, et on continue pareil, obstinément, comme si y’avait rien derrière et tout devant, ou l’inverse d’ailleurs…
Jean-Marc ANDRIEU Victoire sur l’instant quelconque, 1989 Collection Frac Languedoc-Roussillon Photo : Frac LR Simone DECKER : Ghosts 12 sculptures phosphorescentes, résine, 2004 Installation à la chapelle de la Miséricorde, Montpellier Collection Frac Languedoc-Roussillon. Photo : Christian Perez Enfin, moi, ce que j’en dit, c’est en me réfugiant derrière l’autorité du commissaire et sa gravité manifeste, et puisqu’il nous dit qu’on a le droit de s’envoyer en l’air, autant obtempérer pour une fois que c’est permis ! Et, encore plus invraisemblable mais vrai, on pourra faire les polissons dans des écoles, des chapelles, des châteaux, plein de lieux interdits où ça jouera de la musique célestoduchampêtre ! ! C’est pas pour autant qu’on se laissera aller à l’abandon ou au n’importe quoi, faut réagir et se comporter en personnes responsables, tout de même ! On n’a que ce qu’on mérite, petits fours et duchampagne, donc, car les enfants ne sont pas loin d’atteindre leur âge adulte et de refaire l’histoire du monde et raconter leurs blagues de potaches ébahis face au tour de main de papa, pas très bon peintre du dimanche, mais excellent escamoteur. Moteur donc, faut que ça tourne, même l’image se met en mouvement, pour des effets stratégiques de rotations subtiles qui peuvent la ramener sur scène ou se la rejouer cartes et damiers sur table… Mais si un tiens Duchamp, deux vaut mieux si l’aura… (Non, pas de digression benjaminienne sur l’aura et sa disparition, même si lui, quelque part vers Collioure est parti aussi jouer de l’hélicon, comme le papa d’un autre régional de l’étape, qui en faisait plein, des chants…). Et puisqu’il paraît que l’objet était vraiment industriel, alors en avant la reproduction, malgré quelques défauts. Ainsi le MD initial devient-il MB vers Avignon (une affaire d’accent sans doute, comme lorsqu’on franchît le Rubicon flamand), puis carrément JS, AB, JHL, HCB… bref, un grand dérapage « amoureux, mais amorphe », dixit l’opuscule, même si c’est votre locuteur qui traduit. Et puis, il semblerait que l’on revienne vers des affaires plus rustiques –rurales dans ce cas- car on sort délibérément Duchamp pour aller paître ailleurs et montrer que c’est aussi les autres qui se la coltinent en naturelles ou qui peuvent y regarder à deux fois, de biais. Ou qui se la tirent par la barbichette, mais c’est une autre rengaine coquine puisqu’il paraît qu’elle aimait bien les tenir fondamentalement, celles des autres. 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :