Multiprise n°19 déc 10/jan/fév 2011
Multiprise n°19 déc 10/jan/fév 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de déc 10/jan/fév 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : galerie GHP, 4 ans et plus si affinités.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20.o,...
... Le vide m’envahit pour un court instant. A ma gauche une imprimante jet d’encre (scanner, photocopieuse noir et blancs, couleur) Je m’y suis attaché à cette drôle de bécane, j’ai un peu le même rapport que peuvent avoir certaines personnes avec leur bagnole. Tu commences à lui parler, tu la caresses, tu lui donnes un prénom : « ma titine » par exemple. Et bin, moi j’ai exactement le même rapport avec mon imprimante. Depuis quelques temps je la sens fatiguée, pas bien, nauséeuse, elle fait des bruits bizarres, des « clacs clacs » à répétition qui m’inquiètent. Ca vient du « scan ». Il fonctionne une fois sur deux, se bloque, fait une sorte de court aller retour en fin de course. Je dois la bidouiller pour ne pas dire l’opérer. Je commence par démonter le capot du pupitre de commande, extrais dans un deuxième temps une sorte de carter en plastique gris. J’accède enfin au cordon qui fait le lien entre les commandes et toute la partie mécanique du scanner. Quatre vis, plus de vitre, quatre vis et hop je bascule le module, me voilà au niveau de la lampe, fastoche ! Je scrute la bête quelques secondes et m’aperçois rapidement d’où vient le mal. Explication : Une lampe longue et fine semblable à un petit néon, plus bas un miroir de la même taille mais plus large, fronton une cellule que je nommerai « c ellule butée ». Je nettoie, remonte et fais un test. Ca marche ! Ca tenait donc à si peu. Comment cela a-t-il pu m’échapper ? Je ressens à nouveau une activité intérieure, profonde. Page de gauche (en haut) : Yannick Papailhau sans titre, crayon & feutre (avec la main) 102cm x 142cm (papier d’archi 80g) Nice/Marseille 08/09 (en bas) : Yannick Papailhau sans titre, crayon, feutre (l’autre dessin) 107cm x 100cm (papier d’archi 80g) Ci-contre : Grow, sevenup ou la nanotechnologie, 2008 stylo bille sur papier (29,7 x42) Le gargouillement devient vibration de plus en plus sensible. La tuyauterie interne se fait corde de piano et me donne enfin le La. Positive vibe, negative vibe. Entre moi le courant passe. De cette subtile alternance découle l’activité de mes extrémités. Bien sûr, je ne suis pas rassuré mais je commence à coucher sur papier, et ce qui m’était si intime ne m’appartient déjà plus. Me voici transformé en simple filtre et sous mon regard impuissant, mes mains aident le fruit de mes entrailles à l’accomplissement d’une fuite inexorable. Mais les bougres ne me laissent pas la paix. Après quelques instants de consultation de leur livre de lois, décision est prise. Le crime ne restera pas impuni. Ils dépêchent alors tout un régiment de bananes pour une pendaison en place publique. Le jugement n’aura lieu qu’en fin d’agonie. Ou pas… Yannick Papailhau & Fabien Cano 21.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :