Multiprise n°17 jun/jui/aoû 2010
Multiprise n°17 jun/jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de jun/jui/aoû 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 13,5 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Sébastien Lespinasse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
4),Seo.1 Diary of a Dandy III Back with a bottle & a bird. Ce liquide, doux et lisse, est aussi dévicieux que cette danseuse. Intéressante ou intéressée, il y eu trop de verres pour que je me souvienne de la différence, mais je me souviens qu'elle cherchait des pièces donc je l'ai amenée chez nous. Le goût de tourbe dans ma bouche et ses hanches qui gravitent autour de mes pupilles me ramènent vers cette île et cette jeunesse d'autrefois et autrement. Elle tournoie pendant que je cherche quoi lui montrer comme pièce, un portrait psychologique, un pont renaissance ou baroque, peutêtre c'est mieux de l'amener directement à ma pièce préférée, la chambre. Ces envies différentes se communiquent comment ? Un craque de boule qui répond en disant, the time is now et ma langue loste dans la nostalgie de la tourbe, lèche la peau d'un autre désir, son nom sans Suzie. Je renverse mon verre sur son buste bondé chaud comme un soleil de plage. Je goûte la fécondité de cette terre jus qu'à la tourbe qui touche ses côtes et avec ma langue je retrouve ce pays natal dont nous sommes tous issus. Comme un dessin de Kathy Prendergast, mes doigts cartographient ce corps qui est comme les autres par sa différence. Cherchant à communiquer à travers cette peau, chaque fois que je la touche, je me touche à l'intérieur. Une peau contre une peau qui touche et qui se touche fait moi puis l'autre. Un autre pot et nous ne serons qu'un. J'enlève sa culotte, une forêt imprimée et synthétique, voilée mais visible, cette noune eh hallal ? Suzie me répond que tout est kasher. La jungle tombe pour s'arrêter à ses chevilles, puis entre cette vallée je vois une terre bien entretenue, cultivée et promise à personne. Je prends mon Suzie puis elle aussi. Deux tranches de Bacon se frôlent dans leur graisse. J'ai faim, je mords, j'ai envie de pénétrer à l'intérieur mais je n'arrive même pas à percer vers l'extérieur de cette viande que je porte sur moi comme une carcasse. Pas près à renoncer ni l'un ni l'autre, deux bouffons se bouffent. Sucie suçote une côte cuite dans ses propres jus. Das fleisch frais, une vraie frimandise - enchère et on ose, grincent, grattons, suce jus qu'à la moelle. Le Dandy a la dalle et s'engorge en gobant une boule un après l'autre, comme un sorbet sordide qui mène directement au prochain plat des fritons bien hardis. Parti pour se gaver, Sassy ouvre grande et couvre un cornichon de ses lèvres, elle le twiste avec sa langue puis ferme ses dents dessus. Comme une langouste dans l'eau bouillante, Mandy avale son hurlement en mastiquant l'oreille de Saucy. Saucy née Suzie crie et Andy aussi, se tortillent, se mordillent, fourré et empalé comme un cochon à la broche. Le jus grésille sur la braise pour faire une brume de baise. De là, la bête se réveille, elle tourne doucement serrant les jambons plus fort et elle rauque à travers cette peau tendue dans une chaleur interanale. Le squelette se luxe pour se ragencer. Acharnée et essoufflée, la bête grince, elle gémit de joie et souffre de jouissance. Un dos à quatre bras et deux têtes prend son pied et Saucy Sandy est née, back pour une nouvelle conquête du monde inconnu. Sans hésitation, la bête s'enfonce dans ses orifices, mettant le feu à tout sur le chemin du centre. Ce n'est plus le couteau qui coupe mais la casserole qui cuit. La bête pousse un cri interanal, le démon de la renommée et le diable, la putain et le papa. Avec ses deux têtes, Saucy Sandy se broute entre des cris de merci et des désirs pour plus, la braise s'éclate et les yeux tournent vers l'intérieur - tout devient rouge. La viande est à point et se désosse, la bête est cuite et se casse, laissant deux figures dans la grass - la carcasse et la charogne. Chad K 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :