Multiprise n°17 jun/jui/aoû 2010
Multiprise n°17 jun/jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de jun/jui/aoû 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 13,5 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Sébastien Lespinasse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 La Wouakam;chine est née d'une renœntre La Wouakamachine est née d'une rencontre sur un lieu de travail. Des sensibilités œmmunes qui se découvrent puis c'est le début d'une œmpllclté complicité li à trois. Autour d'une passion, la mise en forme de com- pièces en inox, chacun cultille cultive sa propre personnalité : Claude Pascal, Pasca~ alias Klod, mu­ mu- persicien, auteur-acteur de théâtre et perlermeur se met en scène, Frédéric Pontico se consacre è à le la création de pièce& pièces sculptées et de personnages miniatures et Sylvain Bezan­ Bezan- perforçon s'exerw s'exerce il à la réalisation de couteaux œuteaux de façon artistique. Klod s"est s'est installé en vitrine pour une mise en scène de 24 heuru heures de la
O État végétatr "ynamique Paysages à dévorer Christophe Clottes nous a mis en appétit. Une résidence à La Cuisine, centre de création, art et design appliqués à l'alimentation de Nègrepelisse, lui a permis d'expérimenter une nouvelle forme d'exploration du territoire. Issus de l'alambic fertile de son imagination, il a offert au public ses « Îlots à distiller », du 17 avril au 05 juin 2010. Le projet était ouvert. Espace public, végétaux sauvages et volumes disponibles, rien ne manquait. Les espaces en friche, la mutation de l'état cultivé à l'état bâti du territoire ont piqué l'intérêt de Christophe Clottes. Zones pavillonnaires, champs cultivés, jachères, vergers et forêts ont été le terreau de son travail. Sur la base d'un protocole de dessin de l'ordre de la perception, l'artiste s'est emparé du paysage. Le regard colle à l'objet - lignes d'horizon ou pourtours de parcelles - et la main aveugle transcrit, sans un levé. Un aller, un retour puis encore un aller : le tracé ainsi obtenu résonne en écho et donne naissance aux deux séries : Écho d'un segment d'horizon et Écho d'un îlot. Puis Christophe Cottes a poussé ses investigations dans les espaces périphériques de Nègrepelisse. Il y a découvert des pigeonniers depuis trop longtemps désertés par leurs occupants. Après avoir investi l'espace de l'un d'entre eux dont il a réactivé le rôle nourricier, il y a installé des nichoirs comestibles, transcription des pavillons nés des terres agricoles abandonnées à la mutation périurbaine. Mais ses interrogations quant aux rapports paradoxaux entretenus avec les lieux ne se sont pas arrêtées là. Une Cuisine de campagne, dont l'équipement invitait à une récolte et à une préparation de végétaux comestibles, a incité à la prise en compte physique de l'environnement, à se saisir de la vitalité des paysages en dilatation. Les habitations ont encerclé des terres livrées à elles-mêmes. Christophe Cottes s'est consacré à extraire la partie la plus volatile de ces espaces, d'en capter les changements d'état, d'en récupérer les distillats. Lorsqu'il évoque ces paysages « à ingérer », il convoque deux significations essentielles : celle de l'ingérable comestible applicable au Christophe Mottes, Sans titre, 2010, installation éphémère dans le pigeonnier de l'île de Nègrepelisse. Production La cuisine. monde organique végétal mais également celle de la gestion du territoire qui produit son lot de distorsions, de décalages et de bouleversements. Carte Blanche à Didier Skorupa 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :