Multiprise n°17 jun/jui/aoû 2010
Multiprise n°17 jun/jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de jun/jui/aoû 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 13,5 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Sébastien Lespinasse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 contemplative, plus froide, plus russe. Les vidéos osciLLent oscillent entre le Le format reportage et télésurveillance télésurveiLLance dans Lesquels lesquels La la fiction s'empare de La la réalité. Il IL réside un certain archaïsme de L'image l'image publique qui paraît inadapté, bancale, rustre. Par sa douceur, Le le spectateur anesthésié Laisse laisse passer des incohérences qui perturbent cette réalité. La mécanique de La la propagande opère sur la La régression de nos facultés critiques, et notre précarité perceptuelle perceptueLLe face à La la superfluité in- informationnelle. informationneLLe. Au cœur coeur d'un dispositif panoptique, on devient télé-surveiLLant télé-surveillant cautionnant les Les disfonction- disfonctionnements d'un système. Le récepteur est au centredel'oeuvre, prisenotagepartroisvidéos. pa rtroisvidéos. A gauche, « L'Épisode L.:Épisode » (2005) :: un film documentant les Les violences urbaines par un Lyn­ lyn- dochage dans L'espace l'espace public. La temporalité de la vidéo est contredite entre le temps du combat ralentie et la perception accélérée de L'al­ l'al- comlure Lure des piétons. Second déséquilibre, Le le regard oppressant des passants sur l'objectif. Le re- lynchage Lynchage paraît ajouté par trucage et devient prétexte alors qu'il en est L'élément l'élément principal. « Crépuscule » (2005) opère dans Le le même registre en offrant une plongée sur un car- carrefour d'hiver. Une banale scène quotidienne de télésurveillance télésurveiLLance qui se charge peu à peu de bizarreries surréalistes : signalisa- signalisations rouges reflétées vertes, piétons sans tête. Par ce procédé, il y aurait une dénon- dénonciation de la La tyrannie de la La communication, du trafic idéologique par L'image l'image et de la La propagande soviétique partieLLement partiellement ino- inopérante. L.:image Limage est corrompue et son trucage flagrant, d'où sa dénonciation. Staline tru- effaçait physiquement ses contempteurs politiques, et les Les gommait de l'image L'image donc de la La mémoire collective russe. Ses por- portraits politiques ont toujours gardé une jeunesse qui paraissait inaltérable au jeu- temps. « Expectation » (2006), vidéo centrale est d'un autre ordre. Proche des vieiLLes vieilles photos de presse, elle évoque L'attentisme l'attentisme d'un public pendant les Les défilés nationaux. Le travel­ travel- puling Ling paraît interminable et l'attente L'attente longue. Longue. Les personnages se dédoublent comme pour remplir l'image. L'image. Elle ELLe induit l'adhésion L'adhésion d'un peuple à une idéologie qui en fait n'est pas partagée de tous. Pensons aux votes fantômes. Pris dans L'image, l'image, notre ombre oblitère la La vi­ vi- pardéo. Cette défaiLLance défaillance expographique a priori, renforce l'œuvre l'oeuvre dans son jeu de voiler/ dévoiler/dévoyer en insistant sur cet incon- inconfort visuel. Quand La la tromperie cesse de se satisfaire de ses effets idéologiques différés qu'advient-il de L'histoire l'histoire ? La « russianité » d'une oeuvre s'exprime dans cette vision neurasthénique de L'artiste l'artiste où l'ironie L'ironie côtoie nostalgie et sarcasme. Tiraillée entre un passé magnifié et sar- la réalité sordide du présent, il se dégage une esthétique de la survivance nourrit d'existentialisme, de fatalisme. Le grandiose d'une ci­ ci- d'existenvilisation est terni par sa boue du quotidien. Il est question de mémoire, d'épuisement, d'amnésie, de désorientation provoquée par la La faillite faiLLite des idéologies politiques, religieuses. Le travail sur L'empreinte, l'empreinte, la La trace, reli- la mémoire d'Andrey Kuzkin en est représentatif. Sa vidéo « ln In a circle » montre une per­ performance où, pendant plus de quatre heures, représen- L'artiste l'artiste tourne en rond tel un âne bâté dans un grand bac de ciment, jusqu'à l'effondre- L'effondrement, l'épuisement. L'épuisement. Dans ce rustique et ce cocasse persiste néanmoins un merveiLLeux merveilleux empreint de mysticisme, de romantisme que la vidéo de Victor Alimpiev exploite et que L'on l'on retrouve chez Tchekhov, Dostoïevski, Tolstoï, Chestov « Sur les confins de la vie : L'apothéose l'apothéose du déracinement» » dont on goute la cynique âpreté, derrière le Le laiteux des images et L'élégance l'élégance des sentiments. ByLG 1 ' Pline, Histoire naturelle, XXXV x:xt:)l
atelier d'Utopie « Dans le rapport entre l'histoire et l'image, l'histoire (...) ressemble à un vampire qui essaie de vider l'image de son sang. » Wim Wenders Le Centre d'Art Contemporain de Colomiers, L'Espace des Arts, présente, jusqu'au 26 juin, Entresol, une exposition monographique de l'artiste plasticien David Coste. Au rez-de-chaussée d'une montagne à fond perdu, l'utopie dépose les marques de l'appropriation par l'homme du paysage factice. Elle creuse dans la cire un tunnel, Elle dessine sur quelques feuilles blanches le relief d'une architecture familière, Elle importe du bout d'un autre monde des machines employées à élever le sommet de la colline et à parer ses flancs cubiques de linéaments verdoyants. Lutopie mime la nature avec l'intention de paraître plus vraie et plus intense que ce que le réel donne à toucher. En transformant ainsi l'imaginaire en un désert fertile, elle rend le coeur fou. Autrement dit Lutopie appartient à la langue cinématographique. Elle édifie la monumentale phrase En 1920, Paul Klee écrit du souvenir inventé. «Autrefois, on décrivait des choses qu'on pouvait voir, aimait voir ou aurait aimé voir sur terre. Maintenant, on révèle la relativité des choses visibles, ce qui revient à exprimer la croyance que te visible n'est qu'un exemple isolé par rapport au tout du monde et qu'il y a, latentes, d'autres vérités supérieures en nombre. Les choses apparaissent avec un sens plus large, multiplié, et il semble qu'elles contredisent souvent l'expérience rationnelle d'hier. On tend à conférer un caractère essentiel au hasard. » L'idée éclate. Les éléments survivent De la vérité des images Chacun contient en lui la force sobre d'un paysage enfoui D'air, De bois, De brique. 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :