Multiprise n°16 mar/avr/mai 2010
Multiprise n°16 mar/avr/mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de mar/avr/mai 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 39,0 Mo

  • Dans ce numéro : Da girly issue !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 Fh=9211U. Happy ho use of drawings Happy house of drawings Janet and the Icebergs au GHP Janet and the Icebergs au GHP Janet and the Icebergs, une exposition orchestrée par l'artiste iconoclaste Jean-Luc Verna, également enseignant à la villa Arson à Nice, se déroulera à la Galerie GHP Janet and the Icebergs, une exposition orchestrée par l'artiste iconoclaste Jean-Luc Verna, également enseignant à la villa Arson à Nice, se déroulera à la Galerie GHP à Toulouse du 27 mars 2010 au 15 mai. Ce commissariat réunit pour l'occasion les plasticiens Hippolyte Hentgen (duo formé par Lina Hentgen et Gaëlle Hippolyte), Julien Tibéri, Frédéric Sallaz, Karim Ghelloussi et Jonathan Cejudo autour de leur pratique du dessin contemporain. à Toulouse du 27 mars 2010 au 15 mai. Ce commissariat réunit pour l'occasion les plasticiens Hippolyte Hentgen (duo formé par Lina Hentgen et Gaëlle Hippolyte), Julien Tibéri, Frédéric Sallaz, Karim Ghelloussi et Jonathan Cejudo autour de leur pratique du dessin contemporain. Le dessin dans l'art contemporain est devenu une pratique artistique à part entière, reconnue par nombre de galeries et consacrée par des événements importants, comme Slick Dessin à Paris. La galerie GHP quant à elle s'intéresse à ce médium depuis de nombreuses expositions, notamment en déroulant ses liens avec la bande dessinée actuelle. Avec Janet and the Icebergs elle poursuit son exploration minutieuse du trait qui s'inscrit une fois de plus dans les marges d'un cahier à spirale riche et précieux. L'intitulé de cet événement fait référence à un album unique réalisé par l'orchidée noire Siouxsie et ses Banshees, rebaptisvés pour l'occasion Janet and the Icebergs. Cette production enregistrée live en 1980 sera leur première et dernière création, autant dire que la galette ressemble à une pépite pour qui la possède. La prégnance rock'n'roll empreinte de postpunk de Jean-Luc Verna insuffle à ce gig au GHP à la fois vitalité et tension, et inscrit les oeuvres présentées dans un univers inspiré par les cultures dites underground (BD, cinéma de genre, culture rock...). Une génération d'artistes nourrie par ces univers décalés et frondeurs, investissant le champ du dessin contemporain, à l'image de Jonathan Cejudo (né en 1982), qui travaille d'après photos, et utilise la gravure ou la lithographie pour révéler son dessin. Intéressé par les « freaks de la société contemporaine », il puise son inspiration dans ces mondes parallèles souvent nocturnes. Loïc le Pivert (né en 1972) produit lui un dessin par jour depuis 2006, soit une somme de plus de 700 scènes de la vie quotidienne scénarisées par des commentaires décalés. Cette série sans fin appelée la pratique de la procrastination par référence à une inutilité Le dessin dans l'art contemporain est devenu une pratique artistique à part entière, reconnue par nombre de galeries et consacrée par des événements importants, comme Slick Dessin à Paris. La galerie GHP quant à elle s'intéresse à ce médium depuis de nombreuses expositions, notamment en déroulant ses liens avec la bande dessinée actuelle. Avec Janet and the Icebergs elle poursuit son exploration minutieuse du trait qui s'inscrit une fois de plus dans les marges d'un cahier à spirale riche et précieux. L"intitulé de cet événement fait référence à un album unique réalisé par l'orchidée noire Siouxsie et ses Banshees, rebaptisvés pour l'occasion Janet and the Icebergs. Cette production enregistrée live en 1980 sera leur première et dernière création, autant dire que la galette ressemble à une pépite pour qui la possède. La prégnance rock'n'roll empreinte de postpunk de Jean-Luc Verna insuffle à ce gig au GHP à la fois vitalité et tension, et inscrit les œuvres présentées dans un univers inspiré par les cultures dites underground [BD, cinéma de genre, culture rock... !. Une génération d'artistes nourrie par ces univers décalés et frondeurs, investissant le champ du dessin contemporain, à l'image de Jonathan Cejudo [né en 1982). qui travaille d'après photos, et utilise la gravure ou la lithographie pour révéler son dessin. Intéressé par les « freaks de la société contemporaine », il puise son inspiration dans ces mondes parallèles souvent nocturnes. Loïc le Pivert [né en 1972) produit lui un dessin par jour depuis 2006, soit une somme de plus de 700 scènes de la vie quotidienne scénarisées par des commentaires décalés. Cette série sans fin appelée la pratique de la procrastination par référence à une inutilité Julien Tibéri, Les fantômes de la défense, sans titre, 2009 dessin graphite, 21 x 28 cm Julien Tibéri, Les fantômes de la défense, sans titre, 2009 dessin graphite, 21 x 28 cm Loïc Lepivert Laïc Lepivert A les voir parader, on dirait la patrouille de France..., 2009 dessin sur papier machine, crayons gris, 21 x 29,7cm A les vair parader, an dirait la patrouille de France..., 2009 dessin sur papier machine, crayons gris, 21 x 29,7cm Jean-Luc Verna, Nice-End, 2009 transfert sur papier rehaussé de crayon et de fard, 26 x 29 cm Jean-Luc Verna, Nice-End, 2009 transfert sur papier rehaussé de crayon et de fard, 26 x 29 cm
Fred Sallaz, Fuck my faith 1/3 (issu d'un triptyque), chaque dessin 28,2 x 21,1cm, 2010 sociale véhiculée par le statut de l'Artiste, fait apparaître avec humour et travestissement du sens un réel devenu subitement absurde. Ces jeux sémantiques font écho au travail de Fred Sallaz, notamment à travers ses dessins canalisés par des aphorismes grinçants. Quand à Julien Tibéri (né en 1979), il emprunte la technique des illustrateurs du XIXème siècle (comme Honoré Daumier) pour produire une série de dessins au graphisme hachuré en noir et blanc, en croquant le procès en appel d'Yvan Colonna en mars 2009, et intitulée les fantômes de la défense. Un trait inspiré d'une autre époque qui matérialise une actualité de notre monde. Cette iconoclastie revendiquée triture un réel qui parfois se dématérialise en un espace fictif fait de natures mortes ou de personnages étranges chez Hyppolite Hentgen le bicéphale. Utilisant feutres ou aérographes, les deux artistes (nées en 1979 et 80) créent des images sorties I Jonathan Cejudo, La grosse et le lécheur fou, eau forte, 12 x 6 cm d'un imaginaire post moderne d'où ressort une certaine poésie burlesque et loufoque. Le sculpteur Karim Ghelloussi avec sa série de dessins Amalgame (commencée en 2001) faite à l'encre et à la peinture acrylique assombrit avec élégance ce cahier à dessins prometteur. Histoires de l'art et du rock se mixent dans l'oeuvre de J.L. Verna, et résument le lien entre tous les artistes invités : ne pas instaurer une hiérarchie entre culture érudite et populaire, ce qui provoque cette créativité à la fois savante et débridée libérant le dessin de ses contraintes académiques. Reste à apprécier le dialogue entre les différentes oeuvres dans l'espace du GHP, mais la figure tutélaire de Janet est là pour veiller sur ces épigones turbulents et plein de vie. Finalement la procrastination a du bon. DM 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :