Multiprise n°15 déc 09/jan-fév 2010
Multiprise n°15 déc 09/jan-fév 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de déc 09/jan-fév 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 41,4 Mo

  • Dans ce numéro : cas d'école... Estelle Vernay et Kirill Ukolov.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 -(j- o Erfitehen. Cas d'école Estelle Vernay et Kirill Ukolov À La la question « « c'est quoi une école des Beaux-Arts ? », certains élèves répondent avec ironie « « une maternelle » » ou « un asile psychiatrique », traduisant l'idée L'idée d'une réminiscence d'une bulle, à l'intérieur L'intérieur de laquelle Laquelle est menée l'aventure L'aventure des expérimentations ayant pour objectif principal de faire trouver Leur leur voie artistique aux étudiants. Deux frais spécimens ont répondu à une série de questions pouvant dessiner ['ébauche L'ébauche croquée d'un étudiant/post étudiant des Beaux-Arts, aujourd'hui... Estelle Vernay, née en 1985, a obtenu son diplôme (D.N.S.E.P. option Art) en en 2008 à Toulouse. Artiste plasticienne et et vidéaste, elle affectionne tout particulièrement Les les films d'horreur des années 80 et le Le faux sang. Kirin. Kirill Ukolov, né en 1979 à Moscou, est actuellement en cinquième année (section art). Il IL réalise des installations, comme celle remarquée cette année dans le Le cadre du festival Printemps de Septembre. Pourquoi avoir choisi l'école des Beaux-Arts ? ? Estelle Vernay : Étant douée en classe, c'était la seule matière que je n'avais pas approfondie. Je l'envisageais comme une forme de défi Lancé lancé à moi-même. Kirill Ukolov : Par hasard. J'étais graphiste à Moscou, puis j'ai eu l'occasion L'occasion de devenir assistant en langue Langue russe en France ; je me suis remis à la La peinture et au dessin et je me suis dit que j'intègrerais bien une école d'art. Quelles sont Les les choses les Les plus importantes qui vont vous manquer de L'école l'école des Beaux­ Beaux- Arts ? ? EV : Les ateliers, le Le matériel ; les Les échanges et les rencontres, et surtout ce qui va me manquer le plus ce sont les Les retours francs sur mon travail artistique. KU : L'écoleL.:école est très bien, il il y a tout à disposition au niveau des infrastructures (ateliers, ! ateliers, matériel...). matérieL...). Ce serait donc toutes ces possibilités que l'école offre. Ce qui ne va pas vous manquer ? ? EV : Le café de la La machine, poireauter pendant des heures que Les les ateliers ouvrent, et les Les réunions programmées Le le matin où personne ne vient... KU : Je : ne sais pas, je prends l'école L'école comme elle est, ça se passe assez naturellement. Je connais Le le contexte, je l'ai exploité plusieurs fois dans Le le cadre de mon travail. Martin Kippenberger, en acceptant un poste de professeur aux Beaux-Arts de Frankfort, déclarait « On peut tout apprendre, chaque technique, mais tout Le le reste, il faut le Le développer à partir de sa propre vie » Qu'en pensez-vous ? EV : Je pense que l'on L'on développe l'envie L'envie d'apprendre certaines techniques à partir de sa propre vie. KU : Je suis tout à fait d'accord. Les professeurs posent des questions qui vous aident à préciser votre propos et la manière de L'exprimer. l'exprimer. Quand vous apprenez à vous Les les poser vous-même, vous devenez autonome. L:école L'école prépare-t-elle à votre entrée dans Le le monde du travail ? ? EV : Pas du tout d'un aspect pratique et concret. Mais les Les rencontres et les Les choix que nous faisons en son sein, la La confrontation à certaines situations peuvent préparer d'une certaine manière notre sortie de l'école. L'école. J'ai vécu les Beaux-Arts plus comme un lieu Lieu propice aux expériences, que pour faire des études à proprement parler. KU : Oui, je crois bien. Vous vous développez comme artiste, vous apprenez à présenter votre travail, à constituer des dossiers pour demander des subventions et et à faire des petits boulots en les Les attendant. Comment envisagez-vous votre métier d'artiste ? ? EV: : Comme un engagement au quotidien. KU : Aspect pratique ? J'aimerais avoir du financement suffisant pour réaliser mes projets, et être payé pour ce travail. Être bien payé serait encore mieux. Quelles sont les Les structures (institutionnelles ou non) dans lesquelles Lesquelles vous jugeriez idéal de montrer votre travail ? EV: : Celles où il y a du plaisir et de l'envie. L'envie. KU : Ça serait bien d'avoir accès aux structures institutionnelles. Pour choisir un lieu Lieu sauvage si la La nature du projet le Le nécessite. Quels sont vos projets artistiques à venir ? ? EV : Une exposition, Le décor à l'envers t'envers sous le Le commissariat de Sophie Kaplan à la La Filature à Mulhouse en mars 2010. O. Et trouver un atelier...
I Estelle Vernay, Home sweet home, installation, 2008 I Kirin Ukolov, Sans titre, installation, 2009 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :