Multiprise n°14 sep/oct/nov 2009
Multiprise n°14 sep/oct/nov 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de sep/oct/nov 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 16,6 Mo

  • Dans ce numéro : bande dessinée, un art contemporain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 .. -0- M : Vous n'êtes en poste que depuis début juin, mais pouvez vous nous dévoiler vos projets artistiques pour cette fin d'année? pro- ? MG : Et bien justement avec La la démultiplication des espaces, nous allons faire plus d'expositions. IL Il y en aura trois et dès La la mi octobre. Nous commençons avec Hippolyte Hentgen dans Le le hall d'accueil du Parvis. Un projet spécifiquement conçu pour Le le Lieu lieu qui démultipli- s'intitule « Mass Romantic ». Hippolyte Hengen est un pseudo qui réu- réunit deux jeunes artistes Gaëlle Hippolyte et Lina Hentgen. Je les ai invitées à investir ce hall indéfini pour le transformer en espace d'images et d'imaginaires ; du coup elles ont produit un travail qui métamorphose ce lieu Lieu en un long travelling cinématographique. Le parcours et les Les usages du public vont être totalement bouleversés, ils seront tantôt joyeux, tantôt inquiétants, à d'autres moment très poétiques, voire surréalistes ! Hipployte H Hentgen installe différentes oeuvres œuvres qu'elle articule au coeur cœur d'une superbe série de wall drawings de 55 m de long ! Ce nouveau projet va donc guider le public depuis l'entrée l"entrée du Parvis jusqu'au centre d'art et là Là nous travaillons avec un autre duo...un un peu plus occasionnel celui Là, là, qui est consti­ consti- detué d'Arnaud Labelle-Rojoux et Xavier Boussironsiran. J'ai invité Arnaud et Xavier à réactiver « Le Miracle Familier», la pièce qui a été pré­ pré- Boussentée à « La force de L'art l'art 02 » cette année. Ce qu"il qu'il faut savoir c'est que cette oeuvre œuvre a vu le jour sous une forme un peu plus modeste en Aquitaine, à Bayonne plus précisément... et qu'en quelque sorte nous opérons là un retour aux sources puisque nous puisons dans les territoires qui l'ont L'ont vu naître.« « Le Miracle Familier» » qui est aussi Le le titre de L'exposition, l'exposition, est une installation qui va totalement trans­ trans- reformer l'espace L'espace du centre d'art. . Elle consiste en une scène de théâtre sur laquelle défi- défilent scénographiées sténographiées des oeuvres œuvres modernes et contemporaines que nous empruntons aux collections publiques d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées. Ces oeuvres, œuvres, -considérons qu'elles sont acteurs également-, sont scrupuleusement observées par un âne qui rap­ rappelle le Le célèbre canular de Dorgelès Lorsqu'il lorsqu'il exposa, au salon des indépendants de scru- 1910, une peinture réalisée par son âne pour se moquer des modernes, c'est une installa- installation jubilatoire, savante et en même temps très généreuse car elle permet au public de se confronter comme jamais à une multitude d'œuvres d'oeuvres aux affinités variées. Ça c'est pour Ibos mais pour Pau j'invite Jacques Lizène avec une sérié de films dé- dérisoires qui seront présentés au VidéoK.01 et une exposition dans l'espace L'espace en haut qui sera spécifiquement produite pour l'oc- l'occasion. Vous connaissez Le le goût du « petit maître liégeois Liégeois » pour l'absurde L'absurde et l'idiotie L'idiotie ? L'exposition L.:exposition n'en manquera pas, c'est sûr. Et puis Jacques proposera également deux performances le soir du vernissage..dont « une performance un peu Lourdes »..Lourdes » comme la La ville...je suis donc à la La recherche per- de statues de Vierges et de Christ, ça va être assez spirituel ... dans tous Les les sens du terme si j'ose dire! ! Bref cette fin d'année va démarrer plutôt fort démar- ! M : Votre prédécesseur était inscrit dans le Réseau Régional d'art contemporain de Midi-Pyrénées, piloté par les Abattoirs de Toulouse. Le centre d'art de Chamarande pour lequel vous avez travaillé est membre également des réseaux TRAM île-de- Île-de­ France et DCA (développement [développement des centres d'art). Comptez-vous poursuivre cet enga- engagement de travail en réseau et de quelles manières pensez-vous pouvoir y inscrire vos spécificités et votre expérience? ? MG: : Là vous me donnez l'occasion de saluer deux de mes prédécesseurs, Sylvie Froux et Odile Biec qui ont particulièrement bien travaillé avec les autres centres d'art de Mi- Midi-Pyrénées. Bien entendu, je compte poursuivre cette collaboration avec Les les différents réseaux et acteurs de région. La notion de réseau est essentielle à nos activités, en par­ par- pourticulier dans ce territoire qui est formidablement doté en centres d'art et en Lieux lieux de rési­ rési- formidabledences mais qui par ailleurs est gigantesque. Cette géographie physique comme artistique est un avantage comme une difficulté. Si la La région offre une multitude de Lieux lieux d'art aux contextes variés, Les les distances entre eux sont telles que les Les collaborations peuvent s'avérer difficile. Il n'y a qu'une mutualisation,
au sein d'un réseau d'acteurs fédérés autour de projets et de moyens communs, qui peut abolir ces distances ! Par ailleurs, s'il est actif, le réseau art contemporain Midi-Pyrénées ne peut que permettre une meilleure visibilité des lieux d'art et accroître le dynamisme de la région grâce aux synergies créées entre nous. Et cela ne sera pas un luxe ! Après, intellectuellement bien sûr, il est plus que motivant de partager et de confronter avec ses collègues, ses expériences, ses envies et projets, également ses difficultés... Puis tout simplement, nous sommes plus forts ensemble que seuls ! Le Parvis a une belle carte à jouer dans toute cela, et cela tient à sa situation si particulière, à cheval ente deux régions et en toute proximité de la frontière espagnole. C'est peut-être à élargissement du réseau Midi-Pyrénées que je peux contribuer, à une vision transfrontalière et transrégionale. Bien sûr ceci ne se ferait que sur la base de projets spécifiques, mais voyez déjà pour deux de nos premières expositions, je travaille avec le Frac Aquitaine , le Frac Midi-Pyrénées et les écoles des Beaux-Arts de Pau et de Tarbes ! Cela fonctionne très bien ! Après vous évoquez l'association TRAM qui fonctionnait plutôt bien mais de manière très différente. Elle réunissait un grand nombre de lieux d'art contemporain à Paris et en Ile de France et était assez panachée. Chaque structure cotisait à l'association et les fonds mis en commun nous servaient à monter en toute autonomie un grand projet artistique par an et à avoir des actions de professionnalisation et des communications communes... il faut juste en avoir les moyens ! Entretien réalisé par William Gourdin Arnaud Labelle Rojoux et Xavier Boussiron, Le Miracle Familier, 2009 Techniques mixtes, dimensions variables. Réalisation sculpture : Daniel Mestanza. Coproduction Centre National des Arts Plastiques Vue de l'exposition « La Force de l'Art 02 », Grand Palais, Paris, 2009. Photo Marc Domage, Courtesy Galerie Loevenbruck, Paris 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :