Multiprise n°13 jun/jui/aoû 2009
Multiprise n°13 jun/jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de jun/jui/aoû 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 42,3 Mo

  • Dans ce numéro : Pink Pong, 1er round.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 FiPS21:111 Réseau Sans Tabou Comme tous les ans la plus grande région de France nous gâte de part en part : de la campagne fiaçoise aux vallées de l'Arize et du Lot, de la place du Capitole au pied du Château d'eau, autant d'expositions à découvrir. Impossible ici de vous les citer toutes. Et pour les aficions, je recommande le Vademecum Midi-Pyrénées et le guide des festivals mais également consultez le site Plein soleil / l'été des centres d'art par l'association DCA. Bonne balade, bonne visite Et l'été débutera en Juin avec FIAC 2009, 10 ans et sa nouvelle exposition intitulée Totems. A travers ce titre, le mot « totem » fait référence à la nécessité très actuelle de rétablir des continuités entre l'humain et son environnement, qu'il soit naturel, social, ou spirituel. Tel qu'il a été envisagé par l'ethnopsychanalyse, le totémisme a longtemps été marqué par une vision occidentalo-centriste stigmatisant la rupture entre l'homme moderne et les populations dites « sauvages » ou « primitives ». Ce qui a aussi permis, de Freud à Lévi-Strauss, de jeter les bases d'une nouvelle approche des organisations humaines en reconsidérant les passerelles entre espace physique et espace psychique. Reconsidérer le totémisme aujourd'hui consiste autant à revoir nos processus d'identification avec notre entourage naturel ou social qu'avec nos modes de production de biens matériels et spirituels. Ceci représente sans doute encore l'un des grands tabous auquel la civilisation occidentale se doit de faire face. Le phénomène du tabou, souvent associé à celui du totémisme, renvoie à l'interdit, au silence, et bien souvent à l'évitement. Les processus de « détabouisation » peuvent êtres considérés comme des facteurs d'émancipation, des passages obligés pour effectuer des sauts ou passer des caps. A l'inverse les tabous peuvent être vus comme des garants de stabilité, d'harmonie et de cohésion interne, au niveau individuel, familial ou social. Que faire en effet de nos tabous, qu'ils soient personnels, intimes, ou bien collectifs et mondialisés ? Que faire aussi de ces totems modernes, actuellement en crise, comme l'argent roi et de haut en bas : Andres SERRANO, A History of Sex (Alessandra), 1995, Cibachrome, Courtesy Yvon Lambert Madeleine BERKHEMER, peinture sur toile Antoine BERNHART le profit individuel, les déferlantes d'images standardisées, ou la surmédiatisation ? Telles sont les questions paradoxales que souhaite instruire cette dixième édition de Fiac en misant sur les énergies croisées des artistes, des familles, et du public en vue de projeter une autre socio cosmogonie. Et sans oublier que le totémisme peut aussi être un système d'aide et de protection mutuelle, une méthode permettant aux membres d'une même collectivité de reconstruire ensemble une autre vision du monde. Veilleurs du monde 3, Parcours d'art contemporain en vallée du Lot se développe dans ce même contexte. Les artistes accueillis cette année en résidence proposent un projet qui lie art et environnement. Sujet dans l'air du temps, s'il en est, cette réflexion donne de l'écho aux problématiques du territoire. Il se déploie de Cajarc à Saint-Cirq-Lapopie avec des étapes dans chacun des villages de la vallée à Calvignac, Larnagol, Saint-Martin Labouval, Cénevières et Ca brerets. Avec AOo,
Amy Balkin, Gilles Bruni, Seamus Farrell, Romain Pellas, Akira Sunrise. En parlant de tabou sur Toulouse ne manquez pas « Explicit Material » avec Madeleine Berkhemer, Antoine Bernhart, Béatrice Cussol, Jean-Luc Verna... et bien d'autres surprises. 14 juillet - 19 septembre 2009 à la Galerie Sollertis, Cette exposition est née de conversations avec Christian Bernard, autour des moralités minimales de Ruwen Ogien. Comment accepter de se laisser prendre dans l'immense creuset qui broie les personnes au nom d'une moralité qui exige que l'on ne doive blesser personne qui pourrait se sentir offensée par un propos qu'elle pourrait parfaitement éviter en regardant ailleurs. Les américains qui ont en la matière un réel sens de la formule, parlent d'« explicit », les arts et les artistes ont toujours aimé cet explicite-là, contre le puritanisme, tout en devant I Butz & Fougue, Sans Titre, 2009 presque toujours le cacher sous peine de censure. Notre époque se révèle maintenant capable de sortir au grand jour ce qui longtemps s'est caché dans des collections feutrées peuplées de curiosa. Mais il y a plus important, elle a fait sortir des « enfers » non seulement la sexualité, mais aussi ses déviances. C'est bien pour cela que notre référence à l'éthique minimale d'Ogien est essentielle pour tenter de définir le cadre d'une telle exposition. Il s'agit de rester neutre envers les orientations sexuelles des individus, comme par exemple dans le sado-masochisme ou l'homosexualité, et envers la façon dont ils conçoivent une sexualité réussie du moment où on évite de causer des dommages à autrui et que l'on accorde la même valeur aux voix ou aux intérêts de chacun. A visiter donc sans Tabou.... Svann 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :