Multiprise n°12 mar/avr/mai 2009
Multiprise n°12 mar/avr/mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de mar/avr/mai 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 16 Mo

  • Dans ce numéro : Carmen Blaix, le collectif.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 -o- Le pays des ténèbres, 2008 Torse de mannequin, passementerie, miniatures, pertes, plumes, résine, tissu. 120X60X200cm ©photo Françoise Quardon, 2008
« Je parcours fermant les yeux le vallon des soupirs et ne peux que vomir à l'ombre du bosquet de la terreur4 ». L'artiste poursuit cette reconstitution de corps par morceaux éparpillés dans la dernière salle consacrée entre autres aux costumes d'époque et au matériel médical relevant parfois d'accessoires pour tribunal d'inquisition. Installé au centre de la pièce Le Pays des ténèbres s'offre à notre perception, entouré de ces mannequins en bustier à la taille minuscule. Un tronc torturé de femme nue reposant sur des épées propose un corps blessé, couvert de stigmates et de miniatures délicates, d'ornements kitchs racontant une cartographie de mort et de désolation sous forme de tatouages. Une lecture disséminée sur la surface de la peau, avec comme reliefs géographiques les pleins et déliés d'un sexe, d'une hanche ou d'un dos. L'ironie de l'artiste et sa fascination pour les membres amputés se retrouvent encore dans Home, maltraitant les archétypes de la femme au foyer. Cette pièce est faite d'une table (à repasser ?) tenue par une béquille, et envahie de lierre synthétique sur laquelle repose une jambe tronquée. Placée dans une niche de la pièce surgit alors l'image des exvoto, offrandes religieuses réalisées par les croyants et représentant la partie malade de leur corps. Là encore il faut se pencher attentivement pour apprécier les miniatures et détails composant ce trophée muni de tiroirs emplis d'accessoires de maisons de poupées. « Quel chemin se frayer quand la mort est partout ? Il faut soi-même se tailler à la hache et retrouver la candeur un peu bête de la gosse oubliée, accepter ces artères et ces veines qui cognent encore dedans et réduire l'amplitude de son pas5. » L'univers de Françoise Quardon fait de jardins synthétiques et de breloques est souvent le théâtre de scènes pré ou post dramatiques, comme dans la très belle vidéo intitulée Les Voies de Disparition. Violence, érotisme et mutilation jusqu'à la fascination de la mort dialoguent chez elle avec un maniérisme baroque empruntant au romantisme anglais des plus raffinés. Vision de la féminité retranscrite par une petite fille modèle plongée dans un univers d'Alice au pays du «bad trip», peurs primales mises en scènes dans des cauchemars vintage ou référence à la poésie sèche et lumineuse d'Emilie Dickinson s'imbriquent idéalement dans l'espace vieillot de ce musée rendu décidemment très inquiétant. Marie Arnaud Remerciements chaleureux à Yvan Poulain pour la visite commentée. Home, 2008 Jambe de mannequin, bobèches, miniatures, sécateur en résine, table en bois, béquille 120X50X90cm ©photo Françoise Quardon, 2008 Daniel Darc, cité par Françoise Quardon, Etrangers au Paradis, édition réalisée à l'occasion de l'exposition au musée Calbet, Grisolles, 19 décembre 08 - 29 mars 09, 100 exemplaires numérotés et signés. Auteur du hit punk jouissif «Blank Generation» avec son groupe les Voidoids, et membre des New York Des à leurs débuts. 'Référence au célèbre thriller de Wes Craven, Nightmare on Elm Street. Françoise Quardon, Etrangers au Paradis, édition réalisée à l'occasion de l'exposition au musée Calbet, Grisolles, 19 décembre 08 - 29 mars 09, 100 exemplaires numérotés et signés. 5 Françoise Quardon, op cit. 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :