Multiprise n°10 jun/jui/aoû 2008
Multiprise n°10 jun/jui/aoû 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de jun/jui/aoû 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 13,8 Mo

  • Dans ce numéro : David Lachavanne, de la nature de l'Être à l''être Nature.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 -0- Enbied.n. David Lachavanne De La la nature de L'Être l"Être à L'être l'être Nature. Quatre décennies après le le Land Art, les questions mettant en relation l'art et La la nature sont à ~origine l'origine de la création d'une multitude d'artistes. Le no man's land Land théorique et critique qui s'en est suivi ne permet pas de les identifier clairement. Pourtant ces artistes sont nos contemporains et leurs Leurs pratiques -très variées— variées- sont présentes dans le paysage culturel depuis le Le milieu des années soixantedix. A première vue, on pourrait douter du soixante- lien Lien qui unit les Les créations sonores d'Erik Samakh et le pollen de Wolfgang Laib, ou encore Le le Roden Crater de James TurreLL Turrell et les Les paysages parcourus par Hamish Fulton. Pourtant toutes les Les expérimentations de ces artistes sont «des oeuvres géoplastiques»*. Le plasticien David Lachavanne est l"un l'un d'eux. Cet artiste protéiforme, génie du bricolage, vit à Toulouse. Il s'évertue à exporter dans le Le monde sa vision d'un autre rapport possible entre l'homme et son environnement. Bien avant les Les concepts de développement durable et bien loin des hippies tressant des sandales, David Lachavanne invite le regardeur à se poser les Les bonnes questions. Souvent son oeuvre est participative et nécessite L'intervention l'intervention du public aussi bien en amont qu· qu'en aval de sa création. Son travail est d'autant plus étonnant qu'il synthétise -parfois en une seule pièce- nombre de données et de questionnements, le Le tout avec beaucoup d'humour. F.S. : Des travaux comme la règle végétale ou l'échelle relative semblent nous indiquer la marche à suivre pour une vie en osmose avec l'environnement. L'idée !..:idée de transmission, de message pour les générations futures, estelle au centre de tes préoccupations? est- ? David Lachavanne :Je travaille effectivement sur le rapport que l'homme L'homme entretient avec la La nature, et je cherche à répondre de manière positive au constat amère d'une harmonie perdue. Entre nature et culture, je cherche à créer la La pièce ou l'installation qui conden- condenserait à la La fois l'élément naturel dans toute son «excentricité», et le façonnage ou la création humaine dans une nouvelle nouveLLe entente où l"unification l'unification serait bénéfique pour les Les deux. Faire avec la nature et La la diversité et non pas contre, c'est un peu revenir au mot «paysan» face à celui «d'exploitant agricole». J'ai eu l'occasion L'occasion de travailler à deux reprises avec des lycéens Lycéens dont l'apprentissage concerne la La culture du vivant et l'aménagement du territoire (Résidence au lycée horticole du petit Chadignac à Saintes et artiste intervenant au Lycée agricole d'Ondes!. d'Ondes). Dans Le le cadre du lycée Lycée horticole, le Le thème du développement durable nous était imposé et nous avons donc «creusé La la question» afin de créer une installation collective. Dans ce cadre la La règle végétale correspondait tout à fait au thème, ce dernier restait pourtant un concept très abstrait pour les élèves. Cela a été d'autant plus intéressant de guider leurs Leurs réflexions en vue de créer une installation artistique. En développant ce sujet parallèlement paraLLèlement à une sensibilisation au monde de l'art, nous nous rendions compte des injustices, des inégalités, des problèmes écologiques mais aussi des solutions proposées par le Le passé ou envisageables... J'ai pu constater que dans leur Leur apprentissage, ils abordent très peu la La question de l'agriculture L'agriculture biologique, mais que l'accent ~accent est mis avant tout sur la productivité, La la rentabilité d'une exploitation. Concernant cette idée de transmission, je suis ravi de pouvoir m'adresser et d'échanger directement avec Les les acteurs du paysage de demain. L'installation L.:installation produite s'appelle «Deux poids/deux mesures» et consiste en l'agencement l"agencement de plusieurs balances mettant en scène différents constats. Réalisée en 2006, elle est présentée depuis dans d'autres lycées Lycées de La la région. F.S. :Tu: critiques souvent Le le monde qui nous entoure et dans Lequel lequel l'homme vit par le Le biais de l'humour. L'humour. Est-ce une façon pour toi de rompre avec des discours artistiques et politiques trop Laborieux? laborieux ? D.L. : Non, je pense que mon travail devient même de plus en plus engagé politiquement -lorsque l'écologie L'écologie devient un enjeu poli- politique, et que le Le mot employé à des fins promotionnelles perd son sens originel, il faut
pouvoir critiquer ses redéfinitions- mais c'est simplement La la manière pour moi de m'adresser à tout type de public et d'être compris du plus grand nombre. Encore une fois, j'essaie d'émettre une critique positive, constructive. En parlant d'humour, je pense que tu fais plus particulièrement allusion aLLusion aux différents films d'animation que j'ai pu présenter par le Le passé. Les dessins sont enfantins, et la La bande-son est faite d'onomatopées et et autres bruitages très simples destinés à renforcer L'enchainement l'enchainement inéluctable, L'histoire l'histoire dérisoire d'une déca- décadence illustrée de manière humoristique. Les propos de ces films sont pourtant graves, L'humour l'humour est Là là pour caricaturer des personnages emblématiques. La pollution et d'autres catastrophes écologiques découlent d'actions humaines irresponsables et non respectueuses. En stigmatisant ces actions et en les Les représentant de manière simple, je ne cherche pas seulement à Les les montrer au grand jour. Tout Le le monde est au courant de La Règle Végétale N"5, N°5, 2006 Bois de Chêne, peinture, métaliUhll: )1../h/L : 630cm x140cm x100cml x100cm) (Résidence !Résidence d'artiste au Lycée lycée horticole du Petit Chadignac à Saintes) C © David L.achavanne Lachavanne la La déforestation etc. J'essaie de rendre compte du non-sens aberrant à provoquer Le déclin de l'environnement L'environnement dans lequel Lequel nous vivons au nom d'un matérialisme et d'un consumérisme absurde. Y a fil t'il encore quelqu'un pour croire qu'Ushuaia est Là là pour sauver le Le monde ? F.S. :Tes oeuvres œuvres- — bien que reliées par les mêmes thèmes —- revêtent des aspects très différents : installations in situ, machines étranges, films d'animations... Tes projets semblent nés d'une multitude de rêves surréalistes. Devrais-je dire channaniques chamaniques ? D.L. : (ndl. rire) Oui... je n'ai pas encore la La prétention de me faire passer pour un chamane, avec mes rêves «visionnaires» «visionnaires~~ et tout et tout... Bien sur cela m'intéresse et j'essaie personnellement de vivre des expériences diverses et variées, de rester Le plus ouvert possible face aux croyances, aux mysticismes ou aux manières de vivre différentes que je peux rencontrer... 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :