Multiprise n°0 déc 05/jan-fév 2006
Multiprise n°0 déc 05/jan-fév 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°0 de déc 05/jan-fév 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 9 Mo

  • Dans ce numéro : des approches multiples pour une lecture de la situation de la création en région.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 C'est ainsi en tous cas ce que semblent beaucoup prétendre pratiquer les impétrants réunis, mais avec un distingo qui ne fait que conforter le côté déjà un peu beaucoupconventionnel de l'ensemble, et qui est de constater que ça se produit de préférence dans un circuit relativement fermé- un espace « privé>+ pour Le nommer - et que ça ne dérape pas trop dans la réalité de l'espace public. Non, le public est j uste invité à venir s'y frotter et à s'extasier de telles audaces fédéroli bératrices. Déplacement des réalités de la proposition, ou tout bonnement déplacement des mots d'ordres qui prétendent, justement, combattre un ordre ? La nostalgie n'est que très vaguement ce qu'elle a prétendu être, et les débordements passés ne bordent plus qu'au figuré les enclaves de la permissivité culturelle. Bon, ça ne mange pas plus de pain que ça, et les enfants des écoles ont adoré, comme, pour autant que j'ai pu le vérifier, des jeunes gens ravis de voir de visu des œuvres de Rosenquist, de Sig mar Polke, de Jennifer Steinkemp ou de Franz West, dont l'étron rose devrait orner le jardin mitoyen des Abattoirs -pourvu que ça dure ! - et dont j'ai toujours préféré, soit dit en passant, la pissotière haute en couleurs du Münich cru 97. De ce qui n'était donc pas tout à fait une exposition, mais un cata logue subjectif des vertiges appréciés par les commissaires, que restera-t-il ? Des images bien sûr -on les emmagasine- et une publication encombrante, tant par son format que par son look, car, ème-et-ème, on aime ou on n'aime pas, et je ne pense pas, quant à moi, que le graphisme gothique qui les distingue soit compatible avec les envolées lyrico- psychiques que veut suggérer la manifestation, ou alors il s'agit de références post- post nazillardes qui rendent l'objet peu ragoûtant... Mais tout ceci n'est pas bien grave puisque, comme nous le claironne le commissaire général à l'envoi de son introduction, « c'est juste de l'art », après tout ? @ Ramon Tio Bellido 1 OPhlllp Tuffe : « Pharos,., 2003 Technique mixte sur toile - 283Jt 103 cm
Bjorn Dalhem 1 Paul Ferrer Trois questions autour du « Trou noir » via Email - ! Traduction Véronique Volkmannl Paul Ferrer : Par quel terme qualifieriezvous cette oeuvre ? Bjorn Dahlem : Le titre étant assez éloquent « Trou Noir », je pense que cette oeuvre ne nécessite pas d'autre qualification. P.F : Vous utilisez dans la conception de cette œuvre des matériaux sans grande valeur et des objets de récupération pour en faire ressurgir une force assez spectaculaire ; comment expliquez-vous ce choix ? B.D. : Dans l'art, rien n'est à justifier : Le choix d'utiliser les matériaux que vous évoquez dans votre question me permet de me situer en dehors des standards industriels, de la production usuelle depuis longtemps dans la mode et Le design. Le choix des matériaux est pour moi une défense de mon individualité face à cela. P.F. : Cette oeuvre impressionnante prend en compte tout le volume de la pièce dans laquelle elle est présentée et l'espace se concentre vers un centre de gravité invisible, faisant basculer le spectateur dans l'infiniment petit. Pourquoi et à quel moment avez-vous décidé d'interrompre le processus d'accumulation, de ne plus nourrir le « Trou Noir » ? B.D. : En théorie les trous noirs peuvent devenir infiniment grand. Son envergure au musée des Abattoirs est Limitée par La taille de la pièce et par La volonté d'une construction assez formelle. Je mets le spectateur en face d'une vraie grandeur mais nullement d'une supériorité. Bjom Dalhem : « Trvu noir/Biadc hols] », 2005 Technique Mixte, 600 x 600 x 600 cm [envirvnl photos : Stéphane Lad rou mag uet La définition du professeurWlUeme : -Rion de l'espace dot ! M d'un champ gravitationnel si int anse qu aucun rayonnement na peut s'en échapper : -Le trou noir est le stade final d'une étoile de masse trois fois supérieure il celle du SoleiL - !.:effondrement gravitationnel,.duit considérablement les dimensions de r étoile. 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :