Multiprise n°0 déc 05/jan-fév 2006
Multiprise n°0 déc 05/jan-fév 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°0 de déc 05/jan-fév 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association TA

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 9 Mo

  • Dans ce numéro : des approches multiples pour une lecture de la situation de la création en région.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 « Notre besoin de consolation est impossible à rassasier. » Quel avenir pour Volksystem Si je vous le conseille bel et bien, rassuronsnous tout de même, « Notre besoin de consolation est impossible à rassasier » de Stig Dagerman ne répondrait en rien aux questions qui m'ont été posées... Que retenir d'un espace de diffusion culturelle indépendant lorsqu'il ferme ses portes ? Et de manière plus pragmatique quel est l'avenir de l'association qui s'en est occupée ? 15 janvier 2001, l'espace Vks lvolksystem), cet ancien dépôt de vêtements, est une coquille vide. Son histoire commence par un relevé topographique, une première exposition où des peintures murales représentent les enseignes des magasins environnants. Cette mise en situation que l'on doit à Bertrand Parinet est soigneusement élaborée, au même titre que les panoramas touristiques, on se retrouve dans l'axe réel des enseignes représentées. En l'absence d'histoire, l'association Volksystem s'est définie de rintérieur par l'extérieur. On comprendra qu'aujourd'hui, ayant construit notre identité, ce mouvement puisse s'inverser. Le développement de nos partenariats et de nos collaborations sera d one une première forme de réponse. La seconde, qui sera ma conclusion, s'est enrichie à l'occasion d'une visite au centre d'art contemporain de la chapelle Saint-Jacques, à l'occasion de l'exposition « LION & OISEAU » de l'artiste d'origine américaine Jason Glasser. Musicien que l'on classera sans trop s'aventurer dans le genre « rock », Jason est un créateur assez prolifique. Plasticien, il l'est aussi, sa virtuosité graphique consiste en la multiplication de trouvailles qui s'exercent autour de fictions plus ou moins affranchies de la mythologie grecque, du conte médiéval et de scènes rupestres classiques. La subtilité narrative de Jason Glass er se trouve dans l'égalité du rôle des personnages convoqués, aucune hiérarchie ne s'exerce. C'est aussi vrai pour les techniques employées, de nouveau dans la finesse d'un désordre organisé se côtoient sculptures, peintures, compositions musicales et vidéographiques. » Juon Glisser, « üon et oiseau•, 2005 Installation - matriaux mixtes- Dimensions variables Photo : ODRAC Midi-Pyrénées Bureau des perspectives Photo : Axel Le traVilil d& B1rtrand Partnlt est actuellement présenté dans le cadre de l'exposition : « Loin du bord » du 12/10/05 au 22/12/05 au bbb. Centra Régional d'Initiatives pour rArt Contemporain, 96, rue Michel Ange, 31200 Toulouse/05 6113 3714 Ouvert au public du mardi au samedi de IJh ê 19h ! : exposition « Uon et Oiseau. a eu lieu du 08/07/2005 au 15/10/2005 au eentne d'art contemporain La Chapelle Saint­ Jacques, avenue du Maréchal Foch, BP 125, 31803 Saint-Gaudens 105 62 0015 93 0uvert du mercredi au di manche inclus de 13h30 Il 17h30 Prochaine exposition : « Une provocaUon constructive, architecture et développement durable au loilrartberg » du 01/11/05 au 31/12/05 « Notre Besain de consolation est impassibls à rassasier » : Stig Ingerman, éditions Actes Sud.
L.:œuvre de Jason Glasser a une force de séduction évidente, elle attire un public assez considérable comme me l'a dit Valérie Mazoin, actuelle direct rice du centre d'art, ce dont j'ai été témoin pendant ma visite. Personne ne saurait juger la qualité d'une œuvre et plus largement d'une exposition à l'aune de sa fréquentation mais l'excellence de cette situation m'a frappé et elle me permet quelques constats proches de certaines évidences toujours bonnes à rappeler.L.:étendue de son public honore toute forme d'initiative culturelle, qu'elle soit institutionnelle ou indépendante. La richesse de ce public est d'autant plus grande pour moi que l'initiative peut sembler a priori difficile d'accès. En retrait des logiques institutionnelles, mais en partageant un souci commun, nous avons pensé Vks comme une base arrière dont il semble aujourd'hui nécessaire de sortir vers une plus grande visibilité. Nous considérons avoir pleinement satisfait à ces deux grandes exigences : la diversité du public et la qualité des œuvres présentées. Cette démarche responsable et sérieuse est partagée par plusieurs init iatives indépendantes à Tou louse qui semblent aussi légitimement devoir être mises en avant. Ces associations œuvrent depuis longtemps et avec énergie au renouvellement de la vie culturelle de la région. Seule la mise en commun de leurs moyens et de leurs compétences me semble pouvoir répondre aujourd'hui à leurs préoccupations. Seule une unité organisée et affichée peut leur permettre un réel développement. C'est pourquoi on ne saurait se consoler les uns et les autres, publics et acteurs de la vie culturelle, de passer à côté d'une vraie occasion de reconnaître ces transformations et de lui construire un lieu. Participer à la création d'un espace mutualisé est enfin la meilleure réponse que je pu isse donner à la fermeture de Vks. Martial Déflacieux 1 AMaciation volllsystem 36 rue Bemanl u lé 31 000 Toulouse Renée LEVI : Iconoclaste » le Parvis, centre d'art contemporain, Ibos. Renée Lévi était installée au Parvis du 12 oct. au 3 déc. Son travail de peintre inspiré de la culture urbaine, et dont la gestuelle rappelle celle du graph, modifie la perception de l'environnement du spectateur. Architecte de formation, l'artiste réussit, grâce à une mise en espace signifiante, à ouvrir son travail sur la galerie marchande. En effet R.levi ne se contente pas de couvrir au spray bleu les murs intérieurs du centre, iconoclaste, elle peint aussi l'extérieur. Son goût pour la mise en forme de l'espace résonne aussi à travers l'installation d'un grand cadre métallique dans la salle d'exposition, sorte de fenêtre ouverte sur son travail, le lieu, le dedans et le dehors. Son travail revisite les préoccupations de ses pères, certes [Jackson Pollock entre autres), mais avec une touche critique et une certaine bonne humeur qui appelle les consommateurs de la galerie marchande à une pause, à voir différemment ce lieu familier. Le Parvis accueillera Olivier leroi du 14 décembre 2005 au 4 février 2006. Ren Lb ! : « lconocllste », 2005- Installation in-situ Peinture mu111le Ji la bombe, a dre 1lumlnlu met néons Photo : Paul Fern r F.S. 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :