MSF Infos n°195 septembre 2018
MSF Infos n°195 septembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°195 de septembre 2018

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Médecins Sans Frontières

  • Format : (270 x 360) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : une urgence de santé mondiale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
GRAND ANGLE Ces dernières années, la tuberculose est la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde, devant le VIH et loin devant le paludisme. Aujourd’hui, une personne en meurt toutes les 18 secondes. De nouveaux médicaments, pourtant efficaces, restent inaccessibles pour la majorité des patients qui en auraient besoin. 04 I MSF INFOS I Septembre 2018 La lutte contre la tuberculose, UNE URGENCE DE SANTÉ MONDIALE « Dès que j’ai commencé le traitement, le cauchemar a commencé, explique une patiente, atteinte de tuberculose multirésistante. Il y avait beaucoup de comprimés et de pilules à prendre tous les jours. La première fois, j’ai cru que l’on me donnait les médicaments pour une semaine entière, il s’agissait en fait d’une seule prise. J’ai dû prendre les 18 comprimés d’un coup. » Dans la plupart des cas, les patients doivent faire face à un traitement d’une durée de neuf mois minimum, généralement plus proche de deux ans, au cours desquels ils vont devoir avaler plus de 10 000 comprimés en plus d’injections douloureuses. Les effets secondaires sont particulièrement graves  : nausées, douleurs articulaires, problèmes gastro-intestinaux, psychose et surdité qui peut devenir permanente. « Un des médicaments affecte directement le cerveau et le système nerveux. Je n’arrivais plus à dormir, j’avais des hallucinations et je ne distinguais plus les couleurs, raconte une patiente. Tout m’énervait. J’étais tout le temps de mauvaise humeur. Un autre médicament me faisait mal au ventre. J’avais l’impression que tous les médicaments me dévoraient de l’intérieur. » De nombreux patients sont contraints de passer deux ans à l’hôpital, isolés de leurs amis et de leur famille. L’issue favorable n’est pas garantie puisque seulement la moitié des patients soignés pour tuberculose multirésistante guérit. UN PARCOURS DU COMBATTANT POUR LES PATIENTS On estime que 1,7 million de personnes sont mortes de la tuberculose en 2016. Sur les 10 millions de personnes qui développent chaque année la maladie, plus de la moitié ne serait pas diagnostiquée ou mise sous traitement, faute d’outils adaptés ou de financements. « Au rythme actuel où vont les progrès, le monde a 150 ans de retard sur les objectifs de « Un des médicaments affecte directement le cerveau et le système nerveux. Je n’arrivais plus à dormir. Tout m’énervait. J’étais tout le temps de mauvaise humeur. Un autre médicament me faisait mal au ventre. J’avais l’impression que tous les médicaments me dévoraient de l’intérieur. »
l’Organisation mondiale de la santé pour réduire l’incidence de la tuberculose et les décès d’ici 2030 », alerte Francis Varaine, coordinateur du groupe de travail de MSF sur la tuberculose. « Ces cinq dernières années, deux nouveaux médicaments sont arrivés sur le marché, la bédaquiline et le délamanide. Ils représentent un nouvel espoir pour les patients atteints des formes les plus résistantes de tuberculose. » La lutte contre la tuberculose est confrontée à un manque cruel d’investissements, de recherche et d’innovation. Ainsi en 2015, le financement de la recherche et du développement de nouveaux outils, tels que les médicaments, les diagnostics et les vaccins, a atteint son plus bas niveau depuis 2008. Les moyens de diagnostic, par exemple, souffrent de ce manque d’investissements. Il existe des tests rapides qui peuvent diagnostiquer les formes simples et certaines formes de la tuberculose résistante. Cependant, ces tests ont besoin d’électricité, d’air conditionné et d’un laboratoire avec du personnel qualifié pour être effectués. Ils ne sont donc pas adaptés aux contextes d’intervention de MSF, là où se trouve la majorité des patients. Il n’existe toujours pas de test adapté pour les enfants et pour les formes extra-pulmonaires de la maladie. L’ARRIVÉE DE NOUVEAUX MÉDICAMENTS « Ces cinq dernières années, et après 50 ans sans aucune innovation scientifique, deux nouveaux médicaments sont arrivés sur le marché, la bédaquiline et le délamanide. Ils représentent un nouvel espoir pour les patients atteints des formes les plus résistantes de tuberculose, des malades pour qui la plupart des médicaments existants ne sont pas efficaces. Ils sont très prometteurs, explique Francis Varaine. MSF a été l’un des premiers acteurs de soins à les utiliser, et nous avons aujourd’hui l’une des plus grandes cohortes de patients qui bénéficient d’un traitement incluant ces nouvelles molécules. » Cependant, d’après l’Organisation mondiale de la Santé, moins de 5% seulement des patients ont reçu ces médicaments en 2017. « Parmi les nombreuses raisons qui expliquent cet énorme écart, il y a le manque de connaissances sur la meilleure façon d’utiliser les nouveaux médicaments en les combinant avec ceux qui sont déjà utilisés. Davantage de recherche clinique doit être menée, en particulier au sujet de l’utilisation de la bédaquiline et du délamanide en combinaison et de leur utilisation sur certaines catégories de patients comme les femmes enceintes, les enfants et les patients séropositifs », explique Cathy Hewison, spécialiste de la tuberculose pour MSF. DES ESSAIS CLINIQUES POUR LUTTER CONTRE LA MALADIE En raison de la lenteur des progrès et des investissements, les patients tardent à obtenir les soins dont ils ont besoin, ils continuent à mourir et la maladie poursuit sa propagation. Tout en plaidant pour la mobilisation des ressources et l’émergence Elizabeth a une tuberculose multi-résistante. Tous les jours, des membres de l’équipe MSF lui rendent visite chez elle à Port Moresby, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, pour lui donner ses médicaments. « J’ai arrêté à mi-chemin en pensant que c’était bon. Mais la maladie m’a rattrapée et cette fois-ci, c’était pire encore. Certains médicaments sont forts avec des effets secondaires importants. Les gens arrêtent leur traitement à cause de ça souvent. C’est pour cela qu’après avoir terminé le mien, j’ai décidé d’aider les autres patients tuberculeux, en particulier pour la prise de leur traitement. » 600 000 personnes sont atteintes chaque année par une forme résistante de tuberculose. 4 822 MI C’est le nombre de nouveaux patients soignés par les équipes MSF en 2017. MSF SE BAT CONTRE LA TUBERCULOSE DEPUIS 30 ANS. ELLE EST AUJOURD’HUI L’UN DES PRINCIPAUX ACTEURS DE SOINS PRIVÉS DANS CE DOMAINE. ENTRE 15 000 ET 30 000 PATIENTS SONT SOIGNÉS CHAQUE ANNÉE DANS SES PROJETS. Retrouvez toute l’actualité de nos missions sur www.msf.fr I 05



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :