MSF Infos n°181 déc 15/jan 2016
MSF Infos n°181 déc 15/jan 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°181 de déc 15/jan 2016

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Médecins Sans Frontières

  • Format : (180 x 240) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 59,7 Mo

  • Dans ce numéro : Afghanistan, bombardement de l'hôpital MSF à Kunduz.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ACTUALITÉS Les équipes ont déjà vacciné plus de 300 000 enfants. République démocratique du Congo (RDC)  : l’épidémie de rougeole s’aggrave au Katanga Depuis le mois de mars, une épidémie de rougeole sévit dans la province du Katanga en RDC. Le Bureau de l’ONU pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) a recensé plus de 320 morts et 20 000 contaminations entre juillet et août 2015. L’épidémie s’est depuis, largement étendue, rendant l’intervention humanitaire de plus en plus complexe. « En juin dernier, sur les 68 districts sanitaires que compte le Katanga, une douzaine était en état d’alerte. Aujourd’hui, nous en sommes à 24 et a priori, c’est même sous-estimé. L’épidémie apparait à l’heure actuelle difficilement contrôlable. Nous estimons que plus d’un million d’enfants de moins de cinq ans sont considérés à risque dans ces zones », explique Axelle de La Motte, responsable du programme. Les équipes se sont déployées sur plus d’une douzaine de zones de santé en soutien aux autorités sanitaires. Entre mars et septembre, elles ont vacciné plus de 300 000 enfants et 20 000 enfants ont été hospitalisés. 6 DÉCEMBRE 2015 MSF INFOS N°181 Nous avons un besoin urgent d’acteurs supplémentaires » République démocratique du Congo Katanga L’arrêt de la propagation de l’épidémie dans la région est compliqué par de nombreuses contraintes. L’accès à la population constitue un obstacle pour les équipes, qui doivent intervenir dans un environnement complexe où elles ne peuvent parfois accéder à la population qu’en se déplaçant à pied. A cela s’ajoutent les difficultés logistiques inhérentes aux conditions de conservation et d’administration du vaccin contre la rougeole qui impliquent une organisation stricte. En effet, le vaccin contre la rougeole doit être conservé avec une chaîne de froid et administré en deux doses. Ce sont des pratiques complexes à mettre en oeuvre dans ce type d’environnement. « Toutes ces raisons nous empêchent de nous déployer à la vitesse nécessaire. Actuellement, nous sommes l’une des seules organisations à intervenir sur cette épidémie. Sa progression est vraiment rapide et commence à toucher d’autres provinces du pays. Nous avons donc besoin de l’implication rapide d’autres acteurs, sans quoi, nous ne serons en mesure de la contenir », conclue Axelle de La Motte.
Depuis l’arrêt des frappes, le personnel de l’hôpital d’Aden a vu le nombre de patients diminuer de moitié. Les équipes travaillent à une réorganisation du service et à un élargissement des critères d’admission permettant d’accueillir plus de patients. Cependant, une partie du sud du pays reste assiégée par les rebelles Houthis rendant l’acheminement de l’aide humanitaire compliqué. A Taïz par exemple, médicaments et matériels médicaux essentiels manquent cruellement aux équipes qui reçoivent un grand nombre de blessés de guerre. ACTUALITÉS YÉMEN  : LE SYSTÈME DE SANTÉ FRAGILISÉ PAR LE CONFLIT Tandis que les combats ont cessé à Aden, l’acheminement de l’aide humanitaire reste problématique. Les équipes tentent de poursuivre leurs activités auprès des blessés et des déplacés par le conflit. CHIFFRE CLÉ 20 victimes Dans le nord du pays, la situation est également préoccupante et les déplacés affluent. À Khamer, les équipes interviennent au sein de l’hôpital et auprès des réfugiés qui survivent dans des camps où les conditions de vie sont déplorables et les pénuries fréquentes. « Il n’y a pas assez de latrines pour tout le monde et la proximité est forte donc les infections se propagent très rapidement, notamment la diarrhée qui est particulièrement contagieuse. Nous voyons beaucoup d’enfants souffrant de malnutrition aigüe arriver à l’hôpital trop tard », explique Anja Gao, pédiatre de retour de Khamer. m Le 26 octobre dernier, l’hôpital de Haydan, que nous soutenons, au Yémen a été frappé par une série de bombardements. L’hôpital a été entièrement détruit. L’équipe et les patients ont pu quitter le bâtiment après la première attaque. La région de Haydan, à la frontière saoudienne, dans le gouvernorat de Sa’ada est sous le contrôle des Houthis. Elle est continuellement bombardée par la coalition menée par l’Arabie Saoudite. d’attaques à la bombe, dont 6 enfants et 11 femmes, ont été prises en charge, le 1er octobre à l’hôpital Umaru Shehu de Maiduguri, capitale de l’Etat de Borno, au nord-est du Nigeria, suite à une nouvelle série d’attentats-suicides perpétrés par Boko Haram. MSF INFOS N°181 DÉCEMBRE 2015 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :