MSF Infos n°181 déc 15/jan 2016
MSF Infos n°181 déc 15/jan 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°181 de déc 15/jan 2016

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Médecins Sans Frontières

  • Format : (180 x 240) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 59,7 Mo

  • Dans ce numéro : Afghanistan, bombardement de l'hôpital MSF à Kunduz.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
À LA UNE Afghanistan  : Afghanistan Kunduz bombardement de l’hôpital MSF à Kunduz Dans la nuit du 2 au 3 octobre dernier, l’hôpital MSF de Kunduz en Afghanistan a été frappé par une série de bombardements aériens. Treize employés MSF et seize patients, dont trois enfants, ont été tués au cours de cette attaque. A Kunduz, nos patients sont morts brûlés vifs dans leur lit. Des médecins, des infirmiers et d’autres employés MSF ont été tués alors qu’ils travaillaient. Nos collègues ont dû s’opérer mutuellement. L’un de nos médecins est mort sur une table d’opération improvisée, un bureau, alors que ses collègues tentaient de lui sauver la vie », déclare Joanne Liu, la Présidente internationale de MSF. Lajos Zoltan Jecs, infirmier, était à l’intérieur de l’hôpital. « On a commencé à rechercher les survivants. Quelques personnes avaient réussi à rejoindre l’une des safe room. Un par un, les gens ont surgi, blessés, y compris quelques-uns de nos collègues et des accompagnants de nos patients », raconte-t-il. Ces frappes, qui se sont succédées pendant une heure, ont eu lieu alors que MSF avait fourni les coordonnées GPS de l’hôpital à la coalition et aux responsables civils et militaires afghans pour garantir sa sécurité. Dénonçant une violation grave du droit international humanitaire, MSF a immédiatement demandé qu’une enquête internationale indépendante et transparente soit ouverte. Il est intolérable que les états laissent aujourd’hui le champ libre à l’impunité. Il est intolérable que le bombardement d’un hôpital et l’assassinat de personnels soignants et de patients soient qualifiés de dommage collatéral ou relégués d’un revers de la main au rang d’une simple erreur », ajoute la Présidente. MOBILISATION GÉNÉRALE DU MOUVEMENT ! L’annonce des bombardements a profondément ému l’ensemble des membres du mouvement MSF. La demande immédiate d’une enquête a été soutenue et portée par tous sur les réseaux sociaux. Au Yémen, en République démocratique du Congo, ou encore au Libéria, sur chaque terrain, les équipes ont posé avec des pancartes #independantinvestigation #kunduz. Les équipes au Yémen ont témoigné leur soutien. Le 26 octobre dernier, l’hôpital du district d’Haydan était lui aussi victime d’une attaque. Merci à nos donateurs qui se sont également impliqués et ont relayé notre prise de parole. 4 DÉCEMBRE 2015 MSF INFOS N°181
Un organe indépendant saisi pour mener l’enquête Quatre ans de réponse aux urgences Sauver le bras de Feroz, blessé dans un bombardement En mars 2015, Feroz, 7 ans, est touché par l’explosion d’une bombe sur le chemin du marché avec son père. Ils sont tous les deux grièvement blessés et transférés au centre de traumatologie de Kunduz, seule structure capable de soigner leurs blessures. Il leur faut parcourir plus de 100 kms pour y parvenir. Le bras de Feroz est très abimé et les médecins ne sont pas sûrs de pouvoir le sauver. Pourtant, les chirurgiens y sont parvenus et le jeune garçon a pu rentrer chez lui avec son père après un mois d’hospitalisation. M > À LA UNE En octobre dernier, la Commission Internationale Humanitaire d’Etablissement des Faits (CIHEF) a été activée pour mener une enquête indépendante. Avant de débuter son investigation, elle doit obtenir l’accord des Etats-Unis et de l’Afghanistan. Une pétition a été lancée pour demander au président Obama d’accepter cette enquête. Cependant, à l’heure où nous rédigeons ces lignes, la pétition a récolté plus de 320 000 signatures mais aucun des deux Etats n’a encore réagi. Qu’est-ce que la CIHEF ? La Commission Internationale Humanitaire d’Etablissement des Faits a été établie en tant que protocole additionnel aux Conventions de Genève. C’est le seul organe permanent mis en place pour enquêter spécifiquement sur les violations du droit international humanitaire. Pendant quatre ans, le centre de traumatologie à Kunduz était la seule structure hospitalière, dans le nord-est de l’Afghanistan, capable d’offrir des soins médicaux et chirurgicaux vitaux. Des dizaines de milliers de personnes en sont désormais privées. Ouverte en 2011, cette structure était spécialisée dans la chirurgie d’urgence et le suivi médical des patients atteints de blessures et traumatismes potentiellement mortels. Des affrontements violents ont régulièrement lieu dans cette région du pays et ne cessent de s’intensifier depuis 2014, faisant de nombreuses victimes parmi les civils. Quelques jours avant le bombardement, le centre de traumatologie avait été submergé par le nombre de blessés. Entre le lundi 28 septembre et le jeudi 1er octobre, les équipes médicales avaient pris en charge 296 blessés dont 64 enfants. La majorité des patients souffraient de blessures par balles, et les chirurgiens avaient effectué 90 opérations pour prendre en charge des traumatismes graves au niveau de l’abdomen, des membres et de la tête. MSF INFOS N°181 DÉCEMBRE 2015 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :