MSF Infos n°166 avril/mai 2013
MSF Infos n°166 avril/mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°166 de avril/mai 2013

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Médecins Sans Frontières

  • Format : (180 x 240) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : Mali, plongée au coeur du conflit...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
> À LA UNE Mali, plongée au cœur du conflit Depuis près d’un an, des soins médicaux et chirurgicaux vitaux sont apportés aux populations vivant dans le nord du Mali. D’abord à Kidal et Tombouctou, les équipes ont progressivement étendu leur présence et sont restées malgré les troubles et les violences. Le 11 janvier 2013, les armées française et malienne ont lancé une offensive militaire contre les groupes armés qui contrôlaient les principales villes du nord du Mali. Les intenses bombardements aériens dans la région de Gao ont été suivis en février par des attaques et des combats dans la ville et ses environs. « Dès que la situation se tend, les gens n’osent plus sortir de chez eux. De 120 patients par jour en moyenne depuis le mois de septembre, le nombre de patients que nous Février 2012 Première mission d’évaluation des besoins médicaux à Tombouctou. 4 AVRIL 2013 Msf infos N°166 22 mars Coup d’état militaire visant à renverser le président Amadou Toumani Touré. Début des activités dans la région de Kidal et Tombouctou. recevions a chuté à moins de 10 patients par jour en février », explique le Dr. Jose Bafoa coordinateur médical à Gao. Pourtant, les besoins sont bien réels. Depuis le mois de septembre 2012, environ 16 000 personnes ont été soignées ; 70% des patients souffrent de paludisme qui reste la principale cause de décès au Mali. « Les gens ont fui par peur des raids aériens et des représailles. Certains se sont rendus dans les pays voisins, d’autres ont trouvé refuge dans de petits villages ou dans la brousse, où les conditions de vie sont précaires, » 30 mars - 2 avril Les villes de Tombouctou, Gao et Kidal sont prises par les groupes islamistes. Reprise progressive de la gestion de tous les services de l’hôpital de Tombouctou. 30 juin Les mausolées des saints musulmans de Tombouctou sont détruits. Mars 2012 Avril-mai 2012 Juin 2012 Début des activités à Mopti.
MAURITANIE MALI Kidal ALGÉRIE Tombouctou Gao Konna Ansongo SÉNÉGAL Mopti Ségou Douentza Bamako Koutlala Konséguéla BURKINA FASO GUINÉE poursuit le Dr. Bafoa. « Donc en plus des cas de paludisme, nous avons vu une augmentation du nombre de cas de diarrhée ou d’infections cutanées, souvent causées par le manque d’hygiène. Nous avons aussi constaté une augmentation des cas d’infections respiratoires aiguës à cause du vent et de la poussière ». Depuis plus de 10 mois, MSF travaille au sein de l’hôpital de Tombouctou. « Quand nous sommes arrivés, les autorités nous ont demandé de prendre en charge toutes les activités de l’hôpital. Mais la plupart du personnel médical avait fui, et seuls des volontaires étaient restés sur place. Il n’a pas été facile de trouver des gens prêts à revenir à Tombouctou  : ils avaient peur, ils pensaient qu’ils allaient être tués » raconte Toe Jackson, coordinateur MSF à Tombouctou. Actuellement, les équipes MSF gèrent les services des urgences, de chirurgie, de pédiatrie et de gynécoobstétrique. Près de 9 000 consultations ont été données en janvier. « Nos patients nous disent qu’ils n’espèrent qu’une chose  : la paix. Nous aussi ! Nous espérons également que le système de santé sera rétabli pour nous remplacer par 1er Septembre Un groupe armé s’empare de Douentza. Ouverture des activités à Gao et Ansongo. I MSF entre à Douentza. I > à la une Afflux de réfugiés en Mauritanie Début 2013, près de 12 000 réfugiés ont quitté en hâte les villes de Tombouctou, Léré, Goundam, Larnab et Niafunke dans le nord du Mali. Après plusieurs jours de marche ils sont enregistrés par les autorités au poste frontière de Fassala, puis patientent dans un camp de transit avant d’être transférés vers le camp de Mbéra. Là, ils sont dépendants de l’aide humanitaire. En novembre 2012, une enquête nutritionnelle menée à Mbéra révélait que près d’un enfant sur cinq (17%) était malnutri. Les équipes médicales de MSF ont donc renforcé leurs activités pour prévenir et soigner les cas de malnutrition sévère. la suite. Mais d’ici là, nous allons rester et travailler pour que les habitants de Gao et d’Ansongo continuent d’avoir accès à des soins gratuits et de qualité » conclut le Dr. Bafoa. 10 janvier Un groupe armé s’empare de Konna. 11 janvier Début de l’offensive conjointe des armées française et malienne. Septembre 2012 Novembre 2012 Fin janvier 2013 MSF entre à Konna. Msf infos N°166 avRIl 2013 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :