Monaco-Matin n°2015-12-02 mercredi
Monaco-Matin n°2015-12-02 mercredi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-12-02 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 59,6 Mo

  • Dans ce numéro : la princesse Stéphanie a présidé, hier soir, accompagnée par son fils Louis, la vente aux enchères de Fight Aids Monaco, au profit de la lutte contre le sida.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
nice-matin Le dossier Mercredi 2décembre 2015 D éjà la 31e campagne hivernale. Et les Restos du cœur sont toujours là. On peut tout àla fois s’en réjouir,ledéplorer, en pleurer.Lechômage, les tensions sociales, renforcent hélas ! chaque jour le rôle des Restos imaginés et mis en œuvre par Coluche. Dans le département des Alpes-Maritimes, seize centres, répartis dans le département, ont accueilli l’an dernier près de 10700 personnes chaque semaine pour 668167 repas servis (1). Une aide alimentaire qui provient exclusivement de la collecte nationale des Restos, et des dons d’hypermarchés et de supermarchés. La dernière campagne d’hiver aduré seize semaines. Au cœur des Restos : Reportage au sein de l’immense chaîne de solidarité voulue par Coluche. L’an dernier,cesont 668167 repas qui ont été distribués dans les Alpes-Maritimes. Et les besoins sont toujours aussi grands Défilé de poussettes, hier au centre de Nice Dabray des Restos du cœur, pour la journée d’ouverture aux familles. (Photos Franz Chavaroche) « Des veilleurs », une « première main » Nous nous sommes rendus hier au centre deDabray, à Nice, et avons interrogé de nombreuses antennes du département. Au cœur même de cette solidarité des Restos, faite d’humanité, d’énergie positive. Nous avons rencontré des gens dévoués, désintéressés. Illustration parfaite de ce bénévolat magnifique que l’on rencontre dans toutes les associations du département, quelles qu’elles soient. « Vous faites partie de ces veilleurs qui sont la première main, la première porte vers lesquelles les personnes se tournent quand elles n’ont plus rien », a joliment résumé Joëlle Martinaux, déléguée aux affaires sociales, àlasolidarité, et au handicap pour la ville de Nice lors du lancement, lundi àNice, de la campagne Alpes-Maritimes. De son côté, Eric Ciotti, président du conseil départemental, qui verse cette année 50000 euros en subvention de fonctionnement (+ 25% depuis 2012), ainsi que diverses aides financières, arappelé que les Restos pouvaient compter sur cet ISOLA 2000 engagement. Il asalué une belle idée née de la générosité de Coluche, et salué « des bénévoles tous plus admirables les uns que les autres, qui donnent de leur temps, de leur argent avec un extraordinaire dévouement. Nous serons toujours à vos côtés dans cette mission ». (1) Beaucoupplusqueleschiffresfournislundi officiellement lors de l’inauguration et publiés hier dans nos éditions. 05 DÉCEMBRE 2015 16 JANVIER 2016 19 FÉVRIER 2016 26 MARS 2016 FRIEMUN MIAMI lia1NITERSFORT gliffelleie H 0 P/pAGc-c ACCÈS LIBRE DE 14H À18H FRONT DE NEIGE ISOLA 2000 INFORMATIONS : OFFICE DU TOURISME ISOLA 2000 TÉLÉPHONE : 04.93.23.15.15 FACEBOOK.COM/ICEDJFESTIVAL WWW.ISOLA2000.COM WWW.NICEMATIN.COM MMV-‘1k —FLUE ; Repères Les 69000 bénévoles des Restos distribueront au moins 128 millions de repas àprès d’un million de personnes jusqu’en mars, au sein de leurs 2111 centres ouverts quotidiennement. Avec plus de 93 millions d’euros en 2014-2015,les dons et les legs représentent près de la moitié des ressources de l’association au niveau national. la loi Coluche permet l’exonération fiscale des dons de producteurs de lait (7 millions de litres de lait récoltés l’an dernier) et d’œufs,ainsi qu’aux fruits et légumes retirés du marché et transformés.Les restos réclament que ce dispositif soit élargi au secteur de la viande et des céréales. Reportage : Grégory LECLERC gleclerc@nicematin.fr AVEC NOS AGENCES LOCALES Deux bénévoles, attentionnés, aidant un bénéficiaire àremplir son dossier d’inscription, hier àNice. COTE D’AZUR99.2/lYlme.MY I
nice-matin Le dossier Mercredi 2décembre 2015 l’humanité àl’œuvre Nice : « Unpeu comme une famille » Neuf heures du mat’. Adeux pas du terminus du train des Pignes àNice. Le local de 220 m², au21delarue Dabray, ne désemplit pas. Lundi, les caméras s’y pressaient pour le lancement officiel de la 31 e campagne d’hiver des Restos du cœur, autour d’Eric Ciotti. Effrayés par cette agitation mediatico-politique, quelques bénéficiaires avaient illico rebroussé chemin. Hier,retour àl’anonymat de la solidarité. Celle qu’on exerce sans micros tendus. Le mardi, comme le jeudi, c’est jour des familles. On s’y presse donc en poussette, avec un enfant àla main, parfois un cabas. Des vies de grande solitude. La pauvreté frappe souvent les femmes seules avec enfants. On croise des hommes aussi, de tous âges, de toutes couleurs. Silvana, 26 ans, Albanaise, jeune et blonde maman, cheveux sagement tirés en chignon, apris son courage à deux mains pour venir. Ce n’était déjà plus un choix pour elle. Deux ans qu’elle n’a plus de travail. Et son petit Emmanuel, douze mois, qui dort imperturbablement dans sa poussette, n’en a cure de la dureté de ce monde. Alors, faisant fi de sa fierté, Silvana est venue chercher une main tendue, des boîtes de petits pois, des brioches avec du gros sucre dessus, du lait, quelques pommes. « J’ai trouvé ici des gens formidables, des bénévoles extrêmement accueillants », sourit-elle timidement, dans un français rudimentaire. L’armée des bénévoles a Questions à Anne Froment, responsable départementale Restos du cœur « Besoin de bénévoles ! » Comment s’annonce cettecampagne d’hiver ? Elle va être dure, comme toutes les campagnes. Nous n’avons pas senti de hausse significative, mais la demande est énorme. De quoi avez-vous besoin ? De bénévoles ! Venez nous aider ! Nous cherchons aussi un entrepôt, dans le secteur de Saint-Laurent-du-Var. Quels sont les publics les plus touchés ? Lesfamilles mono parentales,les retraités, les chômeurs. Les travailleurs pauvres aussi. En haut à gauche, Lucie Bach, 67 ans, responsable du centre de Nice-Dabray. Dessous, Annie Castel, 76 ans, engagée depuis vingt ans dans les Restos. En haut àdroite, Wahida, une bénéficiaire, en dessous,Silvana, venue avecson filsdedouzemois. Au centre, les bénévoles de la rue Dabray, chaleureux, enthousiastes. L’âme des Restos. (Photo F.B.) Comment êtes-vous approvisionnés ? La collecte nationale a lieu une fois par an, en mars,enpartenariatavec Carrefour. On collecte dans les hypers et supers du coin en fonction de chaque centre, un peu toute l’année.C’est notre centrenational qui fournit tout le reste. donc repris du service. Ils sont une cinquantaine à faire vivre cecentre deDabray, le deuxième plus important de Nice. Sur le comptoir,les chouquettes s’entassent dans une assiette, du café fume dans un thermos. Le côté administration est bondé. Assis au milieu de cette ruche enjouée, les futurs bénéficiaires patientent pour les inscriptions. Dans ACannes-la Bocca, on arouvertmalgré les inondations. –Dévasté début octobre, le local du 160, avenue de la Bocca aréussi àouvrir àladate prévue lundi, après six semaines de remise en état intensive. Dans 100 m² de préfabriqué, une bibliothèque, un coin bébé, des réfrigérateurs et congélateurs, des produits frais comme au marché, des conserves… pour servir 30 à 80 familles déjà inscrites. Dès lundi, 170 repas complets et équilibrés ont été servis. L’an dernier, de décembre à mars, le total avait atteint 25000 repas. Une aide alimentaire, mais aussi un service esthétique : dans un réduit, Eugène, coiffeur àlaretraite, aménage son salon pour donner encorequelques coups de ciseaux bénévoles, sur rendez-vous. Restos du cœur à Cannes, 160, avenue Michel-Jourdan : 04.93.48.36.60. Ouverture les lundi de 13h30 à 16h30 et vendredi matin de 10 h à midi.Inscriptions le lundi matin. ce va-et-vient bien coordonné, Lucie Bach, 67 ans, bénévole, ancienne attachée financière àlaCour des comptes, veille au grain avec le sourire. C’est un peu sa grande rentrée. Elle est responsable du centre depuis trois mois. « Vous savez, je suis responsable sur le papier, mais c’est une équipe avant tout », insiste-t-elle. Dans un bureau, nous croisons Annie, 76 ans, et vingt ans d’engagement au service des Restos. Autant vous dire qu’Annie est une convaincue. C’est beau àvoir cette passion qui coule dans ses veines, dans ses mots. Ça redonne foi en l’humanité, parce qu’en ce moment, on se pose quand même quelques questions de ce côté. Alors oui, l’humanité. C’est bien ce qui innerve ce centre Région cagnoise : 500 familles aidées. –Les trois centres –Cagnes-sur- Mer,Saint-Laurent-du-Var et Vence –s’occupent d’un peu plus de 500 familles, dont 280 sont gérées par le seul centre cagnois. Les centres de Saint-Laurent (68, impasse De-Gaulle) et Vence (rue Alphonse-Toreille) organisent deux distributions par semaine et celui de Cagnes (1, ruedelaPinède) pas moins de quatre (1). Lecentre laurentin, le plus récent, propose deux nouveautés cette année : coiffure et atelier de lecture enfantine. 1. Cagnes-sur-Mer accueille également l’administration départementale des « Restaurants du Cœur ». de Dabray. « C’est comme une famille que je retrouve ici, nous confirme Wahida, 37 ans, unebénéficiaire. Ça fait du bien au moral. » Et puis, aux Restos, contrairement àlachanson, on ne trouve pas qu’un peu de pain et de chaleur, mais aussi des cours de français, une aide à la recherche d’emploi... Coluche peut être fier d’eux. La solidarité dans le département ACannes La Bocca on aréussi le tour de force de rouvrir dans les temps. (Photo Gilles Traverso) ÀMenton, pas de Restos, mais les Cœurs du Campanin. –Eux n’ont pas ouvertleur 31 e campagne d’hiver.Non, ils ont poursuivi celle entamée il y a huit ans. Les Restos du cœur ne sont pas arrivés jusque dans la cité des citrons. Pas qu’ils n’y aient pas leur place mais personne ne s’y était attelé. Alors, en 2007, Pierre Gérace, conseiller municipal a comblé la vacuité du terrain solidaire pour fonder les cœurs du Campanin dans la vieille ville au pied de la chapelle des pénitents noirs. En 2015, l’association caritative, gérée par une soixantaine de bénévoles, bénéficie à plus de 500 personnes vivant à Menton. AAntibes, 7%deplus. –Déjà plus de 350 personnes accueillies par le centre Vauban d’Antibes, qui gère également des demandeurs issus de Vallauris et de Biot, soit 7%deplus que l’an passé, àla même période. Quatre jours de distribution hebdomadaires sont mis en place. Dont deux demi-journées, le lundi et le jeudi, réservées exclusivement aux sansabri, très nombreux. Familles et personnes seules, souvent des seniors, sont accueillies, elles, le mardi et vendredi. Les horaires ont dû êtreélargis pour les recevoir : 8h30à12h30. Près de 90 bénévoles sont sur le pont. AGrasse. – Dès 7h30 hier,ils étaient nombreux à attendre l’ouverture des Restos. Cette année, 140 familles – soit environ 400 bénéficiaires –se sont inscrites pour avoir droit à l’aide de l’association… et les inscriptions se poursuivent. APégomas. – Une autreantenne des Restos du cœur accueille une soixantaine de familles. Les deux antennes proposent, en outre, un coin bébé et, le mercredi, une aide pour remplir les documents administratifs.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :