Monaco-Matin n°2015-12-01 mardi
Monaco-Matin n°2015-12-01 mardi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-12-01 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 62,7 Mo

  • Dans ce numéro : COP départ.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Côted’Azur La Côted’Azurterrede Avec près de 10,3 millions de touristes par an, la Côte d’Azur est la première destination touristique française après Paris. Un résultat, présenté hier, qui ne doit rien au hasard Annulées il yaprès de deux mois en raison des intempéries qui ont sinistré une partie des Alpes-Maritimes, les 1 res Rencontres départementales du tourisme se sont tenues hier, à Antibes-Juan-les-Pins, dans une ambiance particulière. Celle de post-attentats et d’état d’urgence qui affecte de plein fouet le secteur du tourisme, des loisirs et des spectacles. Doit-on pour autant arrêter de vivre, de sortir et de voyager ? D’autant que les touristes trouvent tout au long de l’année sur la Côte d’Azur une offreriche et variée répondant àleurs attentes : Carnaval de Nice, Festival de Cannes, mais aussi musées, sports de pleine nature. Tous s’inscrivent dans l’ADN de la région. C’est d’ailleurs le thème de ces 1 res Rencontres. Pour rester un haut lieu touristique, la destination Côte d’Azur doit se renouveler et anticiper les modes. Voici cinq leviers d’avenir pour le tourisme azuréen. K.WENGER kwenger@nicematin.fr « Pour une destination touristique, il est incontournable d’être sur les réseaux sociaux », insisteNathalie Dalmasso.Il y a 1,8 milliard de touristes dans le monde et 2milliards de comptes sur les Surveiller les marchés émergents Les économies émergentes bouleversent l’échiquier touristique et la Chine,depuis quelques années,qui est un marché émetteur très actif,comme l’explique Mirna Klai. « Nous croyons àcemarché depuis l’ouverture de l’hôtel en 2007. Pour établir une relation de confiance avec les agences de voyages chinoises,ilest impératif de se déplacer sur place, ce que je fais plusieurs fois par an. » La directrice adjointe de l’hôtel regarde aussi du côté de l’Inde, « le marché prospecte pour les années à venir.Pour l’instant, les Indiens voyagent en Asie du Sud-Est mais la Côte d’Azur doit se préparer à les accueillir. » Dans la niche du tourisme de très haut de gamme,Eric Paulus,directeur général du Cap-Estel à Èze,a identifié un autremarché émergent : « L’Australie, et cela depuis l’ouverture par Emirates de la ligne aérienne Sydney-Dubaï-Nice. LesAustraliens sontdes épicuriens àlarecherche d’une qualité de vie àlafrançaise. » Que ce soit pour les adeptes du farniente sur la plage, les accros de sport depleine nature, les amateurs d’art, de musique ou de gastronomie…, un séjour ne suffit pas pour profiter pleinement de la Côte d’Azur. (Photos Frantz Bouton/DR) Incontournables réseaux sociaux Nathalie Dalmasso, responsable digital marketing du CRT Côted’Azur Mirna Klai, directriceadjointe de l’hôtel Ellington àNice réseaux sociaux : c’est un incroyable levier de promotion et de fidélisation. Avec 300000 abonnés sur toutes les communautés (Facebook,Twitter, Google +etSinaWeibo, l’équivalent chinois de Twitter), le Comité régional du tourisme Côte d’Azur est présent depuis 2009 sur les réseaux sociaux « qui, sans cesse, nous incitent à nous remettre en question. Nous sommes en lien Miser sur le sport En hiver, laculture est la première activité pour les touristes venus sur la Côte d’Azur. L’objectif est de l’étendre àl’année entière direct avec des clients potentiels, que l’on va fidéliser et qui deviendrontdes ambassadeurs de la destination. Cettestratégie multicanal permet de toucher le plus de personnes possible, d’être à l’écoute des communautés et de répondreàleurs demandes. Nous travaillons par bassins de clientèle touristique. Pour cela, nous sommes en liaison avec l’aéroport de Nice et organisons des Marathon Nice-Cannes,Grand Prix de Formule 1, triathlon, Rocd’Azur… La Côted’Azurattirede nombreux sportifspassionnés. Le sportenrichit l’offretouristique,rajeunit et dynamise l’image de la région et génèredes séjours de sportifset accompagnants,qu’ils soient spectateurs ou participants. Pourquoi ne pas proposer des packages mêlant challenge sportif et découverte de la région ? C’est ce que fait Olivier de Nicola, président de Contrastes Voyages àNice, une agencedevoyages spécialisée dans les marathons et les trails. « Lematin est réservé à une étape de course et l’après-midi au tourisme. Le plus,c’est que l’accompagnantpeut participer àla course sur une petitedistance. La demande pour Culture pour tous (Photo R.Michaud) Olivier Kaeppelin, directeur de la Fondation Maeght àSt-Paul-de-Vence et de toucher ainsi un nouveau public. « Dans une famille, les centres d’intérêt sont variés, remarque Olivier Kaeppelin. Il faut donner àchacun la capacité d’accéder àdifférents types d’activités et favoriser cette liberté qui dissout la culture haute etlaculture basse. Nous, nous nous sommes opérations virales avec Air France, Emirates Airlines. Nous lançons des campagnes de promotion de la destination Côte d’Azur.Nous rencontrons aussi les fans les plus actifs car le touriste est devenu un consom’acteur présentavant, pendant et après son voyage. Son expérienceetlacaution d’un fan ont beaucoup de poids. C’est du marketing relationnel qui humanise la relation. » Olivier De Nicola, président de ContrastesVoyages à Nice A I)1 v'tl "i. : I Pascal ? l'. Via : VC Gaudin, `'R'F t fondateur ! et gérant de Vélorizons un telproduit sur la Côte d’Azur est forte. » Autre piste, le tourisme sportif de pleine nature. Durant son séjour,unvacancier sur cinq pratique un sport:voile,plongée sous-marine,ski, escalade,randonnées pédestres ou àvélo.Ce n’est pas Pascal Gaudin de Vélorizons qui dirale contraire, lui qui organise des circuits d’une semaine àVTT ou VTC. « Les vélos àassistance électrique (VAE) arriventsur le marché. Bientôt, des familles pourrontfairedes circuits dans les AM et le Varoùlerelief « parle ». » associés àl’offre de la Côte d’Azur Card du CRT » qui regroupe une multitude d’activités dans la région à des tarifs préférentiels. La Côte d’Azur aune large offre culturelle où chacun trouve son compte. À l’image des amateurs de musique qui se pressent dans les divers festivals : les Améliorer la qualité de l’accueil Eric Paulus, directeur général du CapEstel àÈze Autrelevier fondamental, la qualitédel’accueil. « Et pourtant,c’est le talon d’Achille du tourisme en France »,regrette Eric Paulus. Il faut certes former les gens –c’est un « plus » d’avoir des personnes issues des filières hôtellerie ou restauration –mais ce qui importe,c’est l’attitude des salariés. « L’humain ! Lesalarié doit être souriant, positif, motivé, aller audevant des besoins du client. » Nul besoin pour un voiturier d’être bilingue,reprend le directeur de l’établissement d’Èze « mais savoir direquelques mots de bienvenue dans la langue du client est très apprécié » surtout lorsqu’il s’agit d’une clientèle anglosaxonne fortement attachée à la notion de service. Plages électro deCannes, Jazz àJuan, le Nice Jazz Festival ou encore les Nuits du Sud « qui se déroulent en plein Vence. Plus de 60 000 festivaliers sont venus dans cette cité de18000 habitants àl’année, sourit Teo Saavedra. Nous apportons une dynamique économique. »
tourisme et de défis Le sport et la culture pour booster le département Malgré sa notoriété, la marque Côte d’Azur a besoin d’être reboostée ? David Lisnard : Il faut toujours rebooster une marque en compétition internationale. On sort d’une très belle saison estivale avec un taux d’occupation et des revenus en hausse,mais il ne faut pas s’en contenter.Il faut renforcer l’intersaison sur le littoral et en montagne pour accompagner nombre de petites entreprises très fragiles aujourd’hui. Il faut aussi améliorer l’hiver sur le littoral et l’été en montagne.Laplus grande tyrolienne de Francesera bientôt inaugurée àla Messieurs les Anglais, visitez les premiers ! Ce sont bien les sujets de la Gracieuse majesté qui ont inventé le tourisme sur la Côte d’Azur, dans la première moitié du XIX e siècle. Dès le XVIII e, laRévolution industrielle anglaise suscite les déplacements d’itinérant (et non de migrants), alors que les écrits de Rousseau et des préromantiques Anglo-Saxons changent notre rapport à la nature. La mer et la montagne ne sont plus des lieux hostiles de piraterie, tempête ou répulsion. Àlafin du XVIII e, une colonie anglaise vient profiter de la douceur du climat méditerranéen. Avec le médecin écossais Tobias Smolett (qui alaissé son nom à une rue niçoise), en repos maladie à Nice, la pratique « thérapeutique » des Bains de mer va de développer au XIX e siècle. Des ombrelles aux maillots de bain De riches étrangers vont venir sur nos rivages pour se tremper les pieds dans la grande bleue. Sous l’impulsion de la duchesse Colmiane. Cetinvestissementdu conseil départemental doit être un levier économique pour toutes les communes concernées,dans un projet global qui comprend l’offre d’hébergement, la commercialisation, le marketing àl’étranger… Il faut proposer un contenu cohérent avec l’histoireetl’image de la Côted’Azur, qui soit attractif tout en valorisant et en protégeant notre territoire. Travailler en réseaux, faire de la microéconomie, réinventer l’hôtellerie pour un développement qualitatif de notre Des bains de mer au sea, sex, sun de Berry,toute l’aristocratie européenne (Anglais, Russes, Allemands) et le monde des arts et des lettres profitent aussi du développement du chemin de fer pour découvrir la French Riviera. Dès 1820, plus de cent familles britanniques habitent à Nice, qui compte également une église anglicane. La reine Victoria passe sept hivers entreHyères et Nice avant de mourir. Son fils, le futur Édouard II vient fairelafête àCannes, découvert par Lord Brougham en 1834. Des peintres et artistes profitent de des lumières Azur de Saint-Paul de Vence ou St-Tropez. En 1887, Élus et professionnels ont cogitéàJuan-les-Pins Un visiteur sur cinq pratique un sport durant son séjour sur la Côte d’Azur : une tendance sur laquelle les acteurs du tourisme entendent bien surfer.Le sport était à l’honneur,hier, avec la culture, lors des premières rencontres départementales du tourisme, qui ont réuni, à Juan, élus et professionnels de l’accueil. Le département mise notamment sur « le tourisme sportif de pleine nature à la montagne » et l’organisation d’événements. Il faudra procéder à des aménagements, en conciliant respect de l’environnement. Du côté de l’association nationale des maires des stations de montagne, la mobilisation est forte. On aplanché aussi sur le développement du cyclotourisme, en montagne, secteur àtrès fort potentiel. tourisme. Pourquoi s’appuyer sur le sport et la culture ? Pour promouvoir une nouvelle Côte d’Azur à travers des événements tels que l’ultra-trail,le marathon Nice-Cannes,les régates royales… Ça donne de belles images qui cassent le cliché du béton, ça véhicule de belles valeurs de partage,d’effort, de créativité et ce sont de beaux leviers pour des offres de séjours en packaging. Le championnat d’Europe de foot ou la Rider Cup sont aussi de belles opportunités à exploiter. le terme de Côte d’Azur est inventé, qui détrône la French Riviera, malgré la promenade des Anglais. Avec les années folles, c’est la station balnéaire de Juan-les-Pins qui fait la bringue et la java, avec le jazz d’Armstrong, Errol Garner,Sidney Bechet, Count Basie.F. JayGould, Hemingway, Fitzgerald jouent les Gatsby magnifiques dans le luxe et la luxure. Les dernières années d’un tourisme aisé et insouciant, qui sacrifie bientôt le textile et les ombrelles aux bikinis et maillots de bains. Après les deux guerres mondiales, l’augmentation du temps de Il faut aussi que les quatre candidatures azuréennes de classement au patrimoine mondial de l’Unesco agissent de concert. L’embouteillage des festivals en été ? La nécessité d’économiser l’argent public tend à réguler le trafic ! Mais il faut reposer la question d’une cohérence du calendrier événementiel sur la Côted’Azur, avec la cultureetlesportpour compléter le shopping et le tourisme d’affaires. La Côte d’azur trop chère et saisonnière ? détente et loisirs consacre l’avènement d’un tourisme de masse, dont la Côte d’Azur est un fer de lance. Tourisme de masse mais diversifié Les congés payés de 1936 provoquent un « pèlerinage » populaire vers le soleil estival. De nouvelles stations (PortGrimaud, Marina Baie des Anges, Isola 2000) poussent comme des champignons. Règne de béton. Et les 4 « S » (Sand, Sea, sex, sun) président aux plaisirs balnéaires. Vulgaire ? Les festivals du film à Cannes ou de jazz àJuan ou Nice, les musées, la construction de palais des congrès attirent aussi un tourisme culturel et d’affaires, pas forcément moins dépensier, bien au contraire. Avec l’autoroute et l’aéroport pour drainer les flux toute l’année. Aujourd’hui, l’heureest àuntourisme diversifié, qui tente de combiner préservation de l’environnement et bien-être avec le développement économique des stations hivernales et estivales. A.C. Quelque 650 élus, professionnels du tourisme et sportifs réunis àJuan pour les Rencontres du tourisme. (Photo Sébastien Botella) C'ieraireIl faut lutter contre ces clichés,laCôted’Azurest beaucoup moins saisonnièreque l’Atlantique, et on peut très bien y séjourner pas cher, nice-matin Mardi 1er décembre 2015 Le maire deCannes David Lisnard est le nouveau président du Comité régional du tourisme (CRT) Côte d’Azur. (Photo P.Lapoirie) Repères même si certains professionnels vautours, minoritaires,faussent le marché. PROPOS RECUEILLIS PAR ALEXANDRE CARINI -Point positif : 9touristes sur 10 se disent « très satisfaits « deleur séjour sur la Côte d’Azur,et73%d’entre eux sont déjà venus.La « Grande Côte d’Azur » (Alpesmaritimes,Var,Monaco) représente la première destination touristique de France après Paris,avec 1%du tourisme international dans le monde. -11millions de touristes annuels,avec une moyenne de 50 000 en janvier contre 650 000 pour le week-end du 15 août, mais la moitié des séjours prend date hors été. -L’attractivité de la « French Riviera » ? 200 plages privées,28spas et centres de Thalasso,16casinos qui génèrent 378 millions d’euros en 2013/14 ; 5544 restaurants (hors Monaco) dont 30 sont étoilés au Michelin ; 17golfs,15parcs départementaux. La montagne et ses 115 stations de ski séduisent aussi 600 000 visiteurs,dont 200 000 en été. -Letop des visites payantes : Marineland (1,2 million de visiteurs), devant la parfumerie Fragonard àGrasse (900 000 visiteurs), la verrerie de Biot, le Musée océanographique de Monaco et le Parc Phœnix de Nice. En montagne,leParc Alpha des loups àSt- Martin de Vésubie (60 000 visiteurs annuels, devant le Musée des Merveilles àTende et la Réserve Mont d’Azur (bisons…) àThorenc. -Durée moyenne des séjours:6,2 nuitées,70millions de nuitées au total. 27% des visiteurs viennent par avion Nice, deuxième aéroport de France), et 56% par la route. -Lamoitié des touristes est étrangère,surtout d’Italie (17%), Grande- Bretagne-Irlande,Allemagne. Les plus dépensiers : -200 € /jour pour le Moyen-Orient-Iran ; 130 € /jour pour les USA-Turquie,120 € pour l’Australie-Japon-Chine. Les plus économes : Hongrie (51 €) ; Pologne (56 €), Portugal (58 €). -Dépense moyenne d’un visiteur étranger : 97 € /jour,63 € pour un visiteur français.Autotal, la consommation touristique directe s’élève à5milliards d’euros,etgénère 10 milliards d’euros.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 1Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 2-3Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 4-5Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 6-7Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 8-9Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 10-11Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 12-13Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 14-15Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 16-17Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 18-19Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 20-21Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 22-23Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 24-25Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 26-27Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 28-29Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 30-31Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 32-33Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 34-35Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 36-37Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 38-39Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 40-41Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 42-43Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 44-45Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 46-47Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 48-49Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 50-51Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 52-53Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 54-55Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 56-57Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 58-59Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 60-61Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 62-63Monaco-Matin numéro 2015-12-01 mardi Page 64