Monaco-Matin n°2015-11-30 lundi
Monaco-Matin n°2015-11-30 lundi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-11-30 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 77 Mo

  • Dans ce numéro : la principauté a marché pour le climat.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
l’économie Le Club de l’éco De l’optimisme àl’heure BtoB Dans le cadre de la Semaine de l’optimisme et des Entreprenariales, les partenaires du Club de l’Eco ont abordé la question du management par l’optimisme. Une bouffée d’air frais Oui, àlamachine àcafé, il y aceux qui disent « bonne journée » et ceux qui disent « bon courage ». Depuis Lao- Tseu, la pensée positive afait ses preuves dans toutes les civilisations. Mais la France était sans doute en RTT lejour de la distribution mondiale de l’optimisme. Notre pays est certainement le plus beau du monde, celui qui compte le plus d’atouts et pourtant, les Français demeurent le peuple le plus râleur. Mais peutêtreétait-ce « avant » ? Désormais, l’optimisme est sur toutes les lèvres. Alors que le pays est plongé dans l’état d’urgence, se montrer optimiste passe pour le premier des actes de résistance. Naturellement, leClub de l’Eco de Nice-Matin ne le savait pas lorsqu’il adécidé de traiter (il ya près d’un an) « Dumanagement par l’optimisme » lors de ce petitdéjeuner organisé àNice dans le cadredela14 e édition des Entreprenariales, au stade de l’Allianz Riviera. PARTENAIRES VIP *je.) MONACO ECONOMIC COMMERCE iNVEST G GRIMALDIFORUM n icexpo MONACO Mea FNAIM Source d'énergies WWW FRAIM-VAR COM *Gouvernement Princier PR:NCIPAUTE DE MONACO De gauche à droite : Thierry Saussez, conseiller en communication, Bruno Valentin, vice-président de la chambre de commerce et d’industrie Nice Côte d’Azur, Yvon Grosso, président de l’UPE06, et Jean-Louis Fel, président de Vakom. (Photos Jean-François Ottonello) Deux invités d’honneur Pour cette occasion, l’UPE06 (Union pour l’entreprise 06) avait convié deux invités d’honneur : le conseiller en communication ThierrySaussez et Jean-Louis Fel, patron et fondateur de Vakom. Bruno Valentin, vice-président de l’UPE06 et codirigeant de Pôle Company, ad’emblée lancé le débat : « Il est prouvé que lorsqu’on développe l’optimisme dans l’entreprise, on est plus efficace. Le dirigeant d’entreprise est condamné à l’optimisme. Comment motiver ses collaborateurs ? Comment donner envie ? Comment créer du désir auprès de ses clients sans être optimiste ? Quand, dans les années 80, on demandait àSteveJob son projet, il disait « Je veux changer le monde ».Cen’était pas de la mythomanie. Juste de l’optimisme. Nous sommes persuadés que l’optimisme, cela se cultive et s’entretient. » Mais Bruno Valentin a également mis en garde contre l’optimisme béat, jugé « dangereux » avant de citer Bernanos : « L’optimiste est peut-être un imbécile heureux, mais le pessimiste est un imbécile malheureux. » Ci CCI NICE CÔTE D'AZUR Cj CCI VAR EDHEC BUSINESS SCHOOL ure bpi TRAVAUX PUBLICS monaco-matin Var-matin nice-matin *P ale eDF « des Français se disentheureux personnellementmais les mêmes constituent70%dupeuple le plus pessimistedumonde », selon ThierrySaussez. VEOLIA emoa. Mutuelle du Var -mma, LE GROUPE LF1 POSTE CAISSE CrEPARGNE COTE D'ATUE LA BANQUE. NOUVELLE DÉFINITION. La bonne fortune Finalement, àchacun sa définition du « management par l’optimisme ». Thierry Saussez, lui aussi, ala sienne : « Le chef d’entreprise sait que le pessimisme ne mène àrien. La différence fondamentale entre les optimistes et les pessimistes, c’est qu’ils n’ont pas le même rapportàl’espace et au temps. Face à une épreuve, le pessimiste dira toujours « C’est foutu, il n’y arien à faire. » L’optimiste dira « Si cela ne marche pas aujourd’hui, on réessaiera demain. Si cela ne passe pas de cette manière, on va en inventer une autre. » Il yenaunqui ne produit plus rien et l’autre qui, au contraire, passe sa vie àlibérer de l’énergie. Car la chance, cela n’existe pas. Ce qui compte, c’est le rythme. Ceux qui ont prétendument de la chance, ce sont ceux qui libè- 70% rent le plus d’énergie et qui prennent plus d’initiatives. Ils vont à la recherche de ce que Machiavel appelait « La bonne fortune » et donc, ils trouvent plus facilement l’âme sœur, le job ou la négociation du contrat. » Après l’avoir créé àParis, il ya deux ans, Thierry Saussez va déployer le Printemps de l’optimisme àNice, en 2016. « Ce sera le 21 mai et nous porterons cette idée pour participer à la mobilisation collectivedes énergies positives. » Et d’ajouter : « 70%des Français se disent heureux personnellement mais les mêmes constituent 70% dupeuple le plus pessimiste du monde. » Thierry Saussez n’a pas éludé pour autant le terrible climat actuel en France : « Face àla barbarie, la démocratie n’a pas seulement besoin d’être défendue, elle a besoin d’être vivifiée. Et qu’est-ce qui la vivifie ? C’est la somme des engagements individuels à quel que niveau que ce soit ! Créer des activités économiques, des associations des quartiers, s’engager… C’est tout cela qui fera une société plus forte et plus unie. » AZUR TRUCKS PROPOS RECUEILLIS PAR PHILIPPE COURTOIS BANQUE POPULAIRE CÔT (v/A1 ChambredeMéliers etclerArrOanot (studyrama Lundi 30 novembre 2015 MONTECARLO SOCIÉTÉ DES BAINS DE MER GROUPE nicematin Union Patronale du Var Le futur s'entreprend Sfiambnuenaftlen.V.XPICRIPP Pour rejoindre les partenaires du Club ECO Contactez : clubecoOnicematin.fr — L'ÉLECTRICITÉ EN RÉSEAU Dans l’ADN « Onnepeut entreprendresans optimisme.C’est dans l’ADN du dirigeant. Après,ce qui est important, c’est la façon dont on communique. Parexemple,on parle toujours de la souffrance au travail.Pourquoi ne parlerions-nous pas du bien-être au travail ? On parle souvent du « travail précaire ».Mais comment peut-on autant dévaloriser cette valeur travail ? Je pense qu’il faut voir le verreà moitié plein, qu’il faut aller de l’avant et trouver des solutions aux problèmes. Car face àchaque problème,il y a une solution. Après, il faut avoir la volontédefaire. Il faut aussi une dose de courage ! Je pense àces entreprises qui ont étésinistrées après les intempéries et je me dis qu’il faut plus que de l’optimisme,il faut du courage. Et je salue ce courage des chefs d’entreprise et des salariés qui ont su retrousser les manches et redresser leur entreprise. Je remercie la CCI et la chambredemétiers et de l’artisanat d’avoir,comme nous,aidé cesentreprises. » Yvon Grosso, président de l’UPE06. FNAIM orange X
l’économie Le Club de l’éco du petit-déjeuner ! « LaméthodeCoué afait ses preuves » « L’optimisme pour moi, cela passe d’abord par la confiance en soi. Avoir le "" Laurent Lachkar,viceprésident de la chambre decommerce et d’industrie Nice Côte d’Azur. sourire ouêtre unpeu sûr de soi, cela permet d’avancer. On peut considérer que la méthode d’Émile Coué, c’est « rabâcher la même chose et se remonter le moral tout seul » mais il yaune donnée scientifique qui montre (ndlr, sans que cela le prouve) que cela marche. En effet, le professeur Luc Montagnier amené une étude qui met en évidence les bienfaits de cette méthode sur la réduction du cancer. C’est quelque chose de simple à mettre en œuvre etqui, au minimum, permet de donner une image positive de nous-mêmes. » « L’optimisme,c’est d’abord la capacité de croire en soi » « Ilest vrai que nous avons dans le département un symbole évident de l’optimisme des chefs d’entreprise et des artisans : ce Jean-Pierre Galvez, président de la chambre demétiers et de l’artisanat Côte d’Azur. « Pour moi, l’optimiste est celui qui créé une réalité dans laquelle le succès est possible. C’est le pessimiste qui n’est pas réaliste. Mais en même temps, on ne peut pas être qu’optimiste. Attention, quand on aunsalarié pessimiste de ne pas trop lui dire car on transformera son pessimisme en dépression. En fait, on est tous un peu les deux. L’idée, c’est que chacun alapossibilité de déplacer le curseur. Unchef d’entreprise doit être optimiste mais il ne peut pas l’être tout le temps. C’est pour cela qu’il doit rayonner et ainsi constituer au sein de ses collaborateurs un réservoir d’optimisme pour les jours où il connaîtra un peu de pessimisme. C’est une loi fondamentale de l’entreprise et même de la vie. De même, il faut même faire attention aux messages qu’on délivre aux enfants et ne pas confondre amour et inquiétude lorsqu’on leur demande de faire attention. » « Lors de la crise d’octobre, l’équipe et moi n’avons jamais douté » « Lemanagement par l’optimisme,c’est surtout croireensoi et croireen l’équipe.Dans le groupe Orange,nous avons souvent traversé des moments de crise,des petites et des grandes. Celle d’octobre (ndlr,liée aux intempéries) en fait partie. Àcemoment-là, si je n’avais pas étéoptimisme,nous n’yserions pas arrivés carles experts sont venus en nous disant : « C’est catastrophique. Vous n’allezpas y arriver. » Et pourtant, àaucun moment, l’équipe n’a douté. Moi, je savais que de toutes les façons,nous ferions ce qu’il fallait. Ils ont travaillé le jour,lanuit, sont tous ceux qui trouvent le courage de se relever après avoir parfois tout perdu dans les intempéries. L’optimisme, c’est d’abord la capacité de croire en soi. De faire en sorte que les choses deviennent possibles. On passe du rêve à la réalité. Je pense qu’il faut toujours rester en lien avec la réalité et ne pas être trop rêveur. Bien sûr que les artisans sont optimistes ! Depuis des siècles, nous nous sommes toujours adaptés aux situations. Dans les petites entreprises, les contacts avec les salariés sont directs et naturellement, ils sont extrêmement humains. Une bonne idée est très souvent reprise par tous les salariés. C’est ce qui nous permet d’aller vers le meilleur pour l’entreprise. C’est cette taille qui donne à l’entreprise la capacité à être optimiste. Cela va du chef d’entreprise aux salariés. » « Chacun peut placer le curseur là où il le souhaite » Jean-Louis Fel, président de Vakom et créateur en 1989 de la méthode OPR (Optimisation du Potentiel relationnel). le week-end et ils n’ont jamais douté. Ce n’était pas de l’optimisme béat car nous avions conscience des difficultés : c’était un optimisme réaliste. Et cela aduré plusieurs semaines puisque tout n’est pas terminé mais nous ne doutons toujours pas et nous gardons le sourire. Depuis,nous vivons avec la météo caronsait que cela va avoir un impact. Chaque soir,dans ma famille,onregarde la météo. Je resteoptimisteetje pense que cetétatd’esprit se distille au sein de l’équipe,chezles membres. Pour moi, l’optimisme,il faut ycroire. » Nejma Ouadi, directrice de l’unité d’intervention d’Orange Provence Côte d’Azur. Ambassadeurs « Onparle de ressources humaines alors pourquoi ne pas créer des ambassadeurs de l’optimisme dans les entreprises àl’instar des représentants de la qualité ? Ilest important d’incarner l’optimisme. Dans l’industrie du sport, c’est essentiel. C’est un actif de l’entreprise. Nous sommes de petites équipes avec de gros objectifs. Et dans notre entreprise, il n’y a pas de machines, ce ne sont que des humains. Quand on gagne une série de matchs, il yades pics d’optimisme. Les pics de pessimisme aussi, il faut savoir les gérer. » Frédéric Jouve, présidentdirecteur général des Sharks d’Antibes. « L’ascenseur social qui fonctionne » ThierryLeclaire, adjoint au directeur et responsable des ressources humaines d’ERDF direction régionale Côte d’Azur. « Quand on est aux ressources humaines, on est fondamentalement optimiste puisque la première richesse de l’entreprise, ce sont les salariés. On a la chance d’animer un corps social. On est optimiste quand on voit la capacité des salariés à réaliser au quotidien, à évoluer. Nous sommes impactés par les aléas climatiques et quand on observe la capacité de nos salariés à se mobiliser sur le terrain, cela génère de l’optimisme dans les équipes. C’est une vraie fierté pour tous. Optimiste aussi, parce que nous avons des défis devant nous comme cette véritable révolution industrielle pour ERDF que représente le déploiement du compteur Linky. Cela aussi, ça libère de l’énergie. Nous travaillons beaucoup sur le management de proximité. On prône la bienveillance et le droit à l’erreur.Ce sont des valeurs fortes au sein de notre grand groupe. Il faut dire que nous avons la chance d’être dans une dynamique très positive. Notre ascenseur social fonctionne bien : 50%denos cadres sont issus de la technique ou de la maîtrise. » Rendre les collaborateurs actifs « Comment rendreoptimistes nos collaborateurs ? En leur faisant confianceet en les rendant acteur des changements. Nous avons une ambition forte:devenir la banque favorite de nos clients mais aussi une entreprise enthousiasmantepour nos collaborateurs. Comment l’a-t-on mis en œuvre ? Nous avons fait un diagnostic pour identifier des sujets d’amélioration. On ademandé à des volontaires de constituer des groupes pour aborder les questions parfois récurrentes. Nous avions dix groupes et nous voulions 100 collaborateurs : nous avons eu 260 volontaires ; unquart de l’entreprise. Nous avons eu 300 propositions et un taux d’acceptation de la direction de 90% ! Et ce sont encoredes collaborateurs qui les ont mis en œuvre carnous sommes très attachés au management participatif.C’est pour nous une conviction forte. Nous avons demandé à 30 managés d’êtreformés et d’êtredes ambassadeurs du management participatif pour l’ensemble des managers de la banque.Cen’était pas facile pour eux carils n’ont pas l’habitude. Pour nous, Lundi 30 novembre 2015 l’optimisme c’est de dire « Vous êtes les acteurs,vous participez, vous définissez les changements qui sont nécessaires pour affronter l’avenir et on va le réussir tous ensemble. » » Philippe Dumas,directeur financier et juridique de la Banque Populaire Côte d’Azur. XI



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 1Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 2-3Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 4-5Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 6-7Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 8-9Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 10-11Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 12-13Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 14-15Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 16-17Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 18-19Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 20-21Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 22-23Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 24-25Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 26-27Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 28-29Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 30-31Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 32-33Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 34-35Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 36-37Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 38-39Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 40-41Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 42-43Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 44-45Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 46-47Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 48-49Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 50-51Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 52-53Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 54-55Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 56-57Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 58-59Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 60-61Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 62-63Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 64-65Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 66-67Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 68-69Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 70-71Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 72