Monaco-Matin n°2015-11-30 lundi
Monaco-Matin n°2015-11-30 lundi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-11-30 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 77 Mo

  • Dans ce numéro : la principauté a marché pour le climat.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Sports Football Ligue 1 (15 e journée) MARSEILLE MONACO : 3-3 AMarseille (Stade Vélodrome) : Marseille et Monaco 3à3(1-2) Spectateurs:45.000 environ Temps : frais Arbitre : C.Turpin Buts pour Marseille : Alessandrini (12), Batshuayi (51), Nkoudou (82) Monaco : Touré (19, 39), Coentrao (72) Avertissements àl’OM : Mendy (75). Monaco : Costa (33), Touré (70), Echiejile (90+4) Marseille : Mandanda (cap) -B. Dja Djédjé, Rekik (Lucas Silva 74), Nkoulou, Mendy -Alessandrini (Ocampos 77), Isla, Cabella,L. Diarra, Nkoudou - Batshuayi Entraîneur : Michel Monaco : Subasic -Touré, Raggi (cap), Wallace, Echiejile - Bakayoko, Fabinho, Costa, Moutinho, Coentrao (El Shaarawy 90) -Carrillo (Traoré 87) Entraîneur : Leonardo Jardim A uVélodrome, il n’y avait pas que les démons de la saison passée qu’il fallait chasser. Depuis la défaite à Bordeaux et la gifle reçue dans la semaine au Louis-II contre Anderlecht en Ligue Europa, le doute s’était bien installé àtous les étages de la maison rouge et blanche. Seul un rapide coup d’œil au classement apaisait les cœurs. Sans être éblouissant, Monaco n’était qu’à trois points de la deuxième place avant le coup d’envoi. Réalité sportive implacable. Cette victoire qui manquait à l’ASM pour grimper sur le podium, les Monégasques l’ont longtemps effleurée en menant deux fois au score. Mais le doublé d’Almamy Touré et l’ultime tête de Coentrao n’ont pas suffi. L’égalisation de Nkoudou à 10 minutes de la fin aprivé l’ASM d’une très belle opération. Pas le feu, les hommes de Jardim ne sont qu’à 4 points de l’étonnant dauphin du PSG, Caen, qui débarque mercredi au Louis-II. Pour autant, le score de 3-3, n’est pas très flatteur pour les défenses qui ont offert hier une véritable soirée « portes ouvertes ».Une prestation qui n’est pas sans rappeler celle livrée àGuingamp (3-3 également). Oui, offensivement, et notamment en contres, Monaco a offert beaucoup de plaisir,enlaissant intelligemment le ballon à l’OM (60%). Àlabaguette, Moutinho, Ba- 1 LE SPECTACLE 100..L ANNIVERSAIRE MIE COURE DIMANCHE 6 DÉCEMBRE - 14H30 & 18H30 - OPÉRA DE NICE INFOS & RÉSERVATIONS : 04 92 09 13 27 - WWWV.DIRECTOBILLET.FR & POINTS DE VENTE HABITUELS Portes ouvertes Dans une rencontre marquée par les errements défensifs, les Monégasques ont été contraints de se satisfaire du point du nul après avoir mené deux fois au score Wallace leplus haut. Mais Monaco peut nourrir des regrets. (Photos Cyril Dodergny) kayoko et Fabinho ont parfaitement orienté le jeu. Mais une animation gâchée par une solidité défensive proche du néant. Pire était encore une fois, l’inefficacité de ses attaquants. Titularisé hier, Guido Carrillo s’est retrouvé àplusieurs reprises dans des situations intéressantes sans jamais la mettre aufond (22’, 64’). Va falloir peut-être s’allonger dans le fauteuil... Car dans des soirs comme hier, ça ne pardonne pas. Mais au moins direz-vous, on avudes buts et les prémices d’un plan de jeu enthousiasmant qui réveillait un penchant optimiste quelque peu perdu. Preuve que rien ne fonctionnait vraiment bien jusqu’à présent, Jardim avait décidé de bousculer son onze en optant pour des choix forts : Almamy Touré, Wallace et Echiejile derrière, Fabinho au milieu, avec surtout, Coentrao et Helder Costa dans les couloirs. Esprit offensif et fébrilité Avec l’ouverture du score d’Alessandrini dans le premier quart d’heure à la suite d’un cafouillage, la soirée était franchement mal embarquée dans un Vélodrome qui poussait sur chaque offensive (1-0, 13’). En difficulté, les Monégasques ont pu compter sur un Almamy Touré décisif, pour égaliser et remettre rapidement les Rouge et Blanc dans le sens de la marche (1-1, 19’). S’offrait ànous une premièremi-temps haletante et rythmée. En maîtrisant plus de 60% du temps le ballon, les Marseillais laissaient des trous béants entre les lignes et il n’en fallait pas plus àMonaco pour planter quelques banderilles, comme àla belle époque. Carrillo bien lancé par Coentrao (22’), Fabinho ensuite sur un tir repoussé par Mandanda (29’). La troisième chevauchée était la bonne pour Touré, intenable qui permettait à Monaco de regagner les vestiaires avec l’avantage du score(2-1, 38’). Une aubaine quand on sait que Batshuayi avait trouvé le poteau de Subasic quelques minutes plus tôt. Malheureusement, sur un corner mal négocié par l’arrière-garde monégasque, le Belge égalisait en position de hors-jeu (50’, 2-2) dans une deuxième période beaucoup plus hachée et crispée. Puis Nkoudou répondait à Coentrao pour un partage des points légitime. Finalement, ce sont bien deux équipes friables dans les têtes qui se sont rencontrées hier. Mais portées vers le but. Un 3-3, c’est mieux qu’un 0-0. Mais pas certain que les coachs soient de cet avis... FABIEN PIGALLE Les buts Raggi et Nkoulou 1-0 (13’) : sur un centre dans la surface de Benjamin Mendy,Echiejile dégage en catastrophe après un cafouillage.Raggi contreinvolontairementle ballon, qui revient dans les pieds d’Alessandrini à trois mètres du but. L’attaquant marseillais trompe Subasic,qui touche le ballon. 1-1 (19’) : sur un coup franc plongeant parfaitement tiré par Coentrao,Almamy Touré reprend de volée. Mandanda ne peut rien faire. 1-2 (38’) : AlmamyTouré perce les lignes et trouve un relaisavec Carrillo,qui lui remet en profondeur. Entré dans la surface, Touré feinte la frappe et enrhume Rekik,qui s’écroule sur le crochet. Il a tout le temps d’ajuster Mandanda. Magnifique doublé. 2-2 (50’) : sur un corner joué en deux temps,Alessandrini centre, Subasic passe au travers. Le ballon rebondit sur Rekik qui remet involontairement sur Batshuayi, hors-jeu. Le Belge termine l’action. M.Turpin valide le but. 2-3 (72’) : Echiejile,ausecond poteau, ajusteun centreparfait pour Coentrao,au point de penalty, qui pique sa tête.Le ballon file dans le petit filet opposé. 3-3 (82’) : excentré, Ocampos manque son tir mais trouve du coup au second poteauNkoudou, lancéet complètement oublié par Almamy Touré. Subasic est battu. Photos : Cyril DODERGNY
nice-matin Sports Lundi 30 novembre2015.. Q Ita cotant "'fi au Vélodrome AlmamyTourévoit double SUBASIC : il ne s’impose pas dans sa surface sur l’ouvertureduscore, sauvé par son poteau sur une frappe de Batshuayi (36’) avant de partir aux champignons sur le deuxième but, pas aidé par sa défense il est vrai, et un peu malchanceux sur le troisième. Un match sans. Comme si la baraka l’avait quittée… TOURÉ : il avait un client avec Nkoudou et ses jambes de feu. D’ailleurs il a souffert en début de match -lepremier but arrive de son côté –avant de se reprendre avec cette égalisation àlasuite d’un caviar de Coentrao (19’). Avant le chef-d’œuvre:récupération dans sa moitié de terrain, cassage de ligne, une-deux avec Carrillo, humiliation de Rekik et doublé (39’). Le gamin s’émancipe mais aencore des sautes de concentration rédhibitoires àceniveau, comme cet oubli de marquage grossier sur Nkoudou sur le troisième but. Dommage. WALLACE : on revoyait sa tête pour la première fois depuis son expulsion contreLyon le 16 octobre. Dès qu’il avait la balle, il n’apportait aucune sérénité et le ballon lui brûlait les pieds. Ses relances ne sont pas à montrer dans une école de football et son mètre quatre-vingt onze adumal à prendrelecontrôle des airs comme l’atteste son duel perdu sur le deuxième but. RAGGI : mal placé ou malchanceux sur l’ouverture du scorepuisqu’il contrele dégagement d’Echiéjilé, qui en remet en jeu Alessandrini (13’). Concentré par la suite. Il fallait surveiller Wallace. ECHIÉJILÉ : il relance malencontreusement sur Raggi sur l’ouverture du score et s’en sort bien sur cette faute dans la surface sur Batshuayi non sifflée (26’). Pas à la fête. À l’image de ce raté àunmètre du but à la suite d’un corner (57’). Un gros mental pour rester dans son match puisqu’il est décisif sur le but de Coentrao. Une galette. FABINHO : c’est lui qui avait la lourde responsabilité de faire oublier l’absence de Toulalan en jouant plus haut. Il a parfaitement rempli son rôle, distribuant brillamment le jeu, s’octroyant même des situations dangereuses comme cette frappe sur Mandanda (29’). BAKAYOKO : son premier match depuis le déplacement àGuingamp, le 27 septembre, après sept semaines d’absence suite à une vilaine blessure, il jouait gros. Et il ne s’est pas caché, brisant de nombreuses offensives marseillaises après une entame un peu timide. Très solide et très propre dans les duels face àLassana Diarra. HELDER COSTA : en Ligue 1, il continue d’enchaîner les matches et reprend petit àpetit le rythme après sa grave blessuredudébut de saison. Remuant à Bordeaux, il aeuplus de mal à se mettre dans le bain, hier. Parfois maladroit dans ses choix en premièrepériode, bien mieux après la pause. Discipliné dans le repli défensif. Remplacé par Silva (72’), remuant. JOAO MOUTINHO : décidément, l’air du Vélodrome lui réussit plutôt bien. Appliqué défensivement, malin offensivement, le numéro8aété dans le ton. Sa talonnade au départ du troisième but est àdéposer au patrimoine mondial de l’UNESCO. Un patron. FABIO COENTRAO : pointé du doigt par une partie du vestiaire pour sa propension à rarement redescendre, Jardim ne voulait plus s’embêter avec ce problème et l’a fait débuter milieu gauche. Bonne idée. Un café crème déposé sur le pied droit d’Almamy Touré sur l’égalisation, un but d’avant-centre avec une tête dans la surface et des appels intéressants. Apar- 1'4411 à'. tir du moment où il n’a pas àdéfendre, ça va mieux. Forcément. Remplacé par El Shaarawy (90’). CARRILLO : Il ne sent pas le jeu ni les bons coups. Et trouver un attaquant de pointe quand il ne fait ni les bons appels ni les bons choix, c’est comme porter une valise sans poignée, c’est compliqué. À son crédit, une passe décisive sur le second but de Touré, où son jeu en pivot aété utile. C’est peu. Remplacé par Traoré (87’). MATHIEU FAURE LES NOTES SUBASIC.. 3 A. TOURE 7,5 WALLACE 3 RAGGI. 5 ECHIEJILÉ.5,5 FABINHO. 6 BAKAYOKO.. 6 COSTA. 5,5 MOUTINHO 7 COENTRAO. 6,5 CARRILLO 4 Ils ont dit Leonardo Jardim (entraîneur de Monaco) : « C’est un bon pointau coup de sifflet final mais très vite,on est déçu. On pouvait gagner.C’est un très bon match, avec de l’intensité et des buts. L’équipe amarqué trois buts,c’est très important. Peu importe les buteurs. Coentrao a joué milieu gauche car Marseille passait beaucoup sur les côtés, donc j’ai voulu renforcer les couloirs avec Fabio à gauche et Helder Costaàdroite. Lesdeux équipes ontfait beaucoup d’erreurs et les buts étaient évitables des deux côtés. » Danijel Subasic : « Quand tu encaisses un but àla 81 e, c’est dommage. Un point à Marseille c’est correct. Au début du match, personne ne croyait en nous. On afait un bon match après Anderlecht où il fallait réagir.On était très énervé après la défaite contre les Belges mais on encaisse encore trois buts. Cela ne nous arrivait jamais l’an dernier. » AlmamyTouré : « C’est un sentiment mitigé car je suis très content d’avoir marqué deux buts,mais aussi déçu de ne pas avoir gagné. Sur le troisième but de Nkoudou, on voit bien que Ocampos veut tirer et qu’il se rate.Moi, je ne vois pas l’attaquant de l’om arriver dans mon dos. C’est une erreur d’inattention de ma part, je le sais. Je dois continuer de travailler pour m’imposer et corriger tout ça. » Michel(entraîneurde Marseille) : « L’équipe a fait preuve de beaucoup de courage mais nous avons besoin de jouer très bien au football pour marquer et égaliser.Quand une équipe marque trois buts à la maison, elle doit gagner. Nous devons beaucoup,beaucoup nous améliorer en défense. KarimRekik aeuunproblème àunœil,jenesais pas si cela explique le but encaissé (le 3 e). Ils ontégalisé sur leur premièreoccasion, et nous avons un peu perdu le fil de notre jeu. » La phrase « Avec tout le respect que j’ai pour Monaco, on aurait dû gagner ce match. » De Lassana Diarra, le milieu marseillais. Photos : Cyril DODERGNY



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 1Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 2-3Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 4-5Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 6-7Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 8-9Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 10-11Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 12-13Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 14-15Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 16-17Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 18-19Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 20-21Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 22-23Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 24-25Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 26-27Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 28-29Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 30-31Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 32-33Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 34-35Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 36-37Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 38-39Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 40-41Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 42-43Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 44-45Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 46-47Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 48-49Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 50-51Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 52-53Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 54-55Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 56-57Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 58-59Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 60-61Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 62-63Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 64-65Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 66-67Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 68-69Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 70-71Monaco-Matin numéro 2015-11-30 lundi Page 72