Monaco-Matin n°2015-11-26 jeudi
Monaco-Matin n°2015-11-26 jeudi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-11-26 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 60,4 Mo

  • Dans ce numéro : mille personnes, le prince Albert II en tête, ont participé à une marche pour la paix, hier à Monaco.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Côte d’Azur depuis 1989 R r COMMISSAIRE-PRISEUR spécialiste des ventes aux enchères de prestige classé au 9 ème rang mondial des ventes de vins tableaux, vins, Bijoux, montres, vintage automobiles de collection, asie, orient art déco, design, mobilier, objets d’art expertises gratuites 04 93 99 33 49 45, La Croisette - 06400 Cannes - besch@cannesauction.com Menton : à3ans ilséchappent àla vigilancedupersonnel scolaire C’est au moment de la sortie de classe que la disparition est survenue. Les garçonnets ont été retrouvés quelques minutes plus tard dans les rues de la ville, sains et saufs. L’un des parents adéposé plainte E nune seconde sa vie avacillé et son monde s’est écroulé sous ses pieds. Lorsqu’il s’attendait à récupérer son fils de trois ans et demi àla sortie de l’école maternelle du Careï, vendredi dernier à Menton, et que celui-ci restait alors introuvable. L’enfant est retrouvé quelques minutes pus tard en bas du boulevard avec un de ses camarades, main dans la main, sans avoir compris la gravité de la balade qu’il venait d’entreprendre. Choqué et en colère Si le dénouement de cette mésaventureest heureux, au-delàdu pic d’angoisse pour les parents, il pose surtout la question de l’encadrement des enfants àlasortie de l’école et des conditions de sécurité au moment où les parents viennent les chercher. Comment un enfant de 3ans et demi a-t-il pu échapper à la vigilance du personnel de l’école ? De surcroît dans le contexte post-attentats et d’un plan vigipirate renforcé à son plus haut niveau ? Ce sont en tout cas les interrogations deC.P., père du garçonnet, ému, choqué, amer et en colère.Il a déposé plainte au commissariat de police dès le lendemain, malgré les excuses présentées par la direction de l’école, « pour que ça ne puisse plus se reproduire », assène-t-il. L’homme ressasse les faits en estimant qu’il C’est en venant chercher son fils à la sortie de l’école du Carei (ci dessus) qu’un père a eu la désagréable surprise de voir que son fils avait disparu. (Photo J.B.) aeubeaucoup de chance. « Mettez-vous àmaplace. Je viens chercher mon fils àlasortie de 15h45 avec deux petites minutes de retard, et là on s’aperçoit qu’il a disparu. Je suis devenu fou, je l’ai cherché partout, j’étais mortd’inquiétude et àunmoment même j’ai cru que c’était fini. Je criais son nom partout dans la rue. J’ai croisé une dame qui m’a dit qu’elle l’avait aperçu quelques instants auparavant, main dans la main, avec uncopain en train de descendre le boulevard. J’ai couruetj’ai fini par apercevoir au bout de la rue une amie qui était avec mon fils et son copain. Elle les avait aperçus seuls. Heureusement ! » Passées ces minutes d’angoisse,C.P. alaissé éclater sa rage à la face des enseignants de l’école, malgré leurs efforts pour tenter de le calmer et leurs plus plates excuses. Le lendemain, déterminé, il a déposé plainte. Enquête de l’Éducation nationale Avertie, l’inspection d’académie atrès vite réagi et diligenté une enquête interne « pour faire toute la lumière sur ce fâcheux événement »,assureMichel-Jean Floc’h inspecteur d’académie des Alpes-Maritimes, qui se veut toutefois rassurant : « Iln’est pas envisageable qu’un tel fait puisse se reproduire même si cela reste heureusement très rare. Je n’en ai pas recensé d’ailleurs depuis que je suis en poste. Les circonstances vont être analysées. La responsabilité est évidemment assumée. Il semble que les enseignants aient voulu répondre aux multiples questions de parents au moment de la remise des enfants. Ils pensaient bien faire mais un enfant aéchappé àleur vigilance. Nous allons tirer tous les enseignements de cette mésaventure pour affiner nos dispositifs et être certains que ça n’arrive plus. » Pour ce qui est d’éventuelles poursuites pénales si la justice décidait de se saisir de la plainte, l’inspecteur d’académie est laconique. « Silajustice doit passer elle passera. » VINCENT BASSOULS vbassouls@nicematin.fr Prison ferme pour le routier chauffard de l’A8 Azzedine Ouhab, un Marseillais de 30 ans, vêtu d’un survêtement del’OM, aeu beau se confondre enexcuses, son comportement au volant d’un camion-citerne, lundi, a été sanctionné hier soir d’une peine de prison ferme. Le tribunal correctionnel, dans le cadred’une comparution immédiate, lui a infligé six mois àexécuter immédiatement et 500 euros d’amende. Son permis de conduire a été annulé avec l’interdiction de le passer dans les trois ans. Le procureur Hervé Leroy avait requis un an ferme. Lundi en début d’après-midi, dans le sens Menton-Cannes, lancé àplus de 120 au compteur dans la descente de Crémat sur l’A8 (vitesse de 108 retenue), le camion-citerne doublait les autres poids lourds en prenant tous les risques. Les gendarmes de l’escadron départemental de sécurité routière(EDSR) ont eu toutes les peines àlerattraper. « J’étais fatigué » « Vous n’avez pas la télévision ? Étiez-vous au courant de l’accident du 29 septembre àlabarrière de péage Saint- Isidore à Nice, quand un camion acoupé en deux un motard ? » questionne sèchement la présidente Laurie Duca. Quatreautres personnes ont été gravement blessées dans cet accident dû à un camion roumain mal entretenu. « Jeneregarde que les documentaires sur les animaux, Après le dramatique accident, fin septembre, d’un camion fou pulvérisant la barrière depéage de Saint-Isidore, un autre routier-chauffard est parti, hier, enprison. (DR) svv 2002-034 confie le prévenu. Les gendarmes m’ont montré les images. Terrifiantes. » Son semi-remorque à vide pèse 14 tonnes. 44 tonnes quand il est chargé. Il venait de décharger sa cargaison de fuel. Mais la citerne non dégazée constituait une bombe roulante en puissance, pilotée,qui plus est, par un jeune homme fatigué après « un samedi soir de bringue », selon ses termes. « J’étais fatigué, je m’étais levé à 2 heures du matin, j’avais hâte de retrouver ma femme et mon fils. » « Vous ne vous dites pas que vous pouvez vous tuer et tuer quelqu’un », s’étonne la magistrate. Pour aggraver son cas, le prévenu aadmis avoir consommé samedi soir du cannabis et de la cocaïne. Le dépistage l’a confirmé mais la prise de sang n’a détecté que la présence du cannabis. « Vu le taux retrouvé, le produit était encore actif dans votre corps », note la présidente Duca. « Je pensais qu’une bonne nuit de sommeil dissiperait les effets », répond, naïf, le chauffard. Pour la défense d’Azzedine Ouhab, M e Antoine Renucci insiste sur les remords de son client : « Les 48 heures de garde àvue et les images de l’accident montrées par les gendarmes, lui ont fait prendre conscience de la gravité de ses actes. » Une repentance qui n’a pas suffi àéviter une condamnation pour « mise en danger de la vie d’autrui ». CHRISTOPHE PERRIN chperrin@nicematin.fr
nice-matin Côted’Azur Jeudi 26 novembre 2015 Le préfet : « L’état d’urgence n’apas vocation àdurer » Adolphe Colrat dresse le bilan des mesures administratives prises contre des personnes et des lieux soupçonnés de radicalisation. Et demande aux azuréens « de ne pas sombrer dans la psychose » Lafin de l’étatd’urgence coïncideraavecl’ouverture du CarnavaldeNice. Sera-t-il prolongé ? L’état d’urgence par définition ne se planifie pas. Les mesures restrictives des libertés qu’autorise l’état d’urgence ne correspondent pas àunrégime permanent. Il aété évoqué par le gouvernement un projet d’état de crise au-delà des trois mois. Quant àl’organisation des événements,ilfaut chaque fois apprécier la situation et s’adapter. Je sais que le mairedeNice réfléchit àceque pourrait être le Carnaval2016. Pourquoi n’ya-t-il pas eu de perquisitions dans notre département lors de la première vague,aulendemain des attentats ? Ce sont des mesures de prévention, de précaution de vérification. Il n’y avait pas de coup de filet programmé. Il n’y a pas que des perquisitions mais toute une série de mesures qui s’appuient sur un travail de fond, de renseignements qui émanent des policiers,des gendarmes,des maires,de la communauté musulmane ellemême et du numérode signalement national.Et tout cela en parfaite intelligence avec l’autoritéjudiciaire. Certains s’étonnent du peu de résultats apparents... Quand on aeudes renseignements précis avant les attentats,des procédures judiciaires ont étéenclenchées. Depuis le 14 novembre, il yaeu6 assignations àrésidence, 19 perquisitions,5restrictions d’aller et venir,une mesure d’obligation de scolariser des enfants à Valbonne,parce qu’aucune raison religieuse ne doit fonder une déscolarisation. Deux lieux de culte clandestins et deux lieux de restauration ont été perquisitionnés et fermés. Mais aussi la vérification mardi des 771 Noël D'UNE AUTRE PLANÈTE Adolphe Colrat : « Apologie du terrorisme et actes d’islamophobie méritent des sanctions rigoureuses. » (PhotoJ.-François Ottonello) vestiaires et casiers de deux sociétés aéroportuaires à Nice. Des mesures ont-elles été contestées devant le tribunal administratif ? Une personne assignée à résidence conteste cette mesure. Un juge statueraincessamment sur son cas en toute indépendance. La menace terroriste sur les Alpes-Maritimes a-t-elle évolué depuis les attentats ? Aucun élément ne me permet de dire que la menace est supérieure. Les contrôles se sont intensifiés dans les aéroports (notamment la concordancebillet-identité) et aux GALERIESLAFAYETTE.COM exclusivité Galeries lafayette SAC « GREENWICH » michael michael Kors cuir de vachette 295 € Ouvertures exceptiOnnelles les dimanches 6,13 et 20 décembre de 10h à 20h à cap 3000, tOus les dimanches de décembre de 11h à 20h à nice masséna et de 10h à 19h à cannes. GALERIESLAFAYETTE SAINT LAURENT DU VAR-CENTRE COMMERCIAL CAP 3000 NICE -PLACE MASSENA CANNES-6RUE DU MARECHAL FOCH frontières. En même temps je comprends l’inquiétude de certains concitoyens. Il y a aussi une volonté de ne pas arrêter de vivre. Il y a un équilibreàtrouver entrelavigilanceetlaconscience de la menace. Il ne faut pas sombrer dans la psychose et lutter contreles rumeurs. Avez-vous noté une recrudescenced’actes antimusulmans ? Il yaeuungraffiti sur une salle de prières àCagnes-sur-Mer.J’aiun dialogue très régulier avec les représentants du culte musulman. J’espère qu’ils nous feront remonter des informations s’ils en ont. L’islamophobie mérited’être réprimée comme toute forme de racisme. Lessanctions seront extrêmement rigoureuses comme elles le sont contreceux qui « s’amusent », prétendent-ils,àfairel’apologie du terrorisme. RECUEILLI PARCHRISTOPHE PERRIN 44 GL 552 116 329 RCS PARIS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 1Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 2-3Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 4-5Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 6-7Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 8-9Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 10-11Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 12-13Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 14-15Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 16-17Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 18-19Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 20-21Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 22-23Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 24-25Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 26-27Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 28-29Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 30-31Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 32-33Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 34-35Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 36-37Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 38-39Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 40-41Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 42-43Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 44-45Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 46-47Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 48-49Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 50-51Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 52-53Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 54-55Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 56-57Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 58-59Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 60-61Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 62-63Monaco-Matin numéro 2015-11-26 jeudi Page 64