Monaco-Matin n°2015-11-25 mercredi
Monaco-Matin n°2015-11-25 mercredi
  • Prix facial : 1,20 €

  • Parution : n°2015-11-25 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 55,6 Mo

  • Dans ce numéro : patrons au top.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Autour de Monaco La Turbie :une soirée pour les sinistrés azuréens L asoirée caritative que le CCAS organise samedi 28 novembre est maintenue! »Une précision que Sandrine Rocca, vice-présidente du Centrecommunal d’action sociale (CCAS), tient àrappeler fermement. Histoire defaire taire des rumeurs persistantes selon lesquelles la fête serait annulée suite aux attentats de Paris. Pas question de renoncer à cette soirée festive et familiale, qui offrira, en seconde partie, une heure trente de show hommage àCloclo, avec col àpointe et «pat d’éph », paillettes et Clodettes, mené par Laurent Peyrac, sosie officiel de Claude François. En premièrepar- tie, des choristes interpréteront les tubes de Whitney Houston. Le spectacle sera suivi d’une soirée dansante. «Une évidence » «Ils’agit de la première soirée caritative organisée par le CCAS de La Turbie,explique sa vice-présidente. Nous l’avions prévue de longue date, dans le but initial de récupérer des fonds pour financer nos actions. Et puis, suite aux tragiques intempéries qui Une vingtaine d’élèves de la classe de CM2 de Carol Massetti (école des Copains) ont visité le Foyer du Poilu. Ils ont été reçus par François Lesage, conservateur passionné de ce lieu historique (1) . Cette visite guidée ainsi que celles du monument aux Morts àl’Hôtel de ville, du caveau militaire etle monument aux Morts des soldats italiens décédés durant la Première Guerre mondiale au cimetière communal, ont pour objectif d’enseigner la Grande Guerre àtravers l’histoire de Beausoleil. Au Foyer du Poilu, les élèves ont découvert des objets qui avaient servi dans la vie quotidienne des soldats, allant de son paquetage authentique rempli d’ustensiles et d’objets de survie, aux armes et détecteur de mines – appelé poêle àfrire… Très intéressés, les écoliers étaient absorbés par les récits anecdotiques de François Lesage. Certains ont pris des notes, d’autres ont posé des questions. Situé au 9avenue Maréchal-Foch, le Foyer du Poilu Pour Sandrine Rocca, vice-présidente, et toute l’équipe du CCAS, consacrer la recette de cette soirée au bénéfice des sinistrés azuréens du 4 octobre est une évidence. (DR) est entièrement dédié aux souvenirs des deux guerres mondiales et de celle d’Algérie. Le 11 novembre, dans le cadre des commémorations de l’Armistice, il a été visité avec grand intérêt par Laurent Nouvion, président du Conseil national de Monaco, qui a été accueilli par Alain Poggi, président ont touché début octobre les communes azuréennes du littoral, le maire et toute l’équipe du CCAS ont estimé, comme une évidence, qu’il convenait dedestiner les fonds aux communes sinistrées. C’est donc avec beaucoup de cœur et de volonté que le maire et toute l’équipe du CCAS attendent les spectateurs nombreux. » MARIE-EVELYNE COLONNA Savoir + Grande soirée caritative. Samedi 28 novembre, à partir de 19 h, salle polyvalente:Entrée:10euros,gratuitépour les moins de 16 ans.Buffet payant. Réservations :Point information tourisme, placeDétras.Tél.04.93.41.21.15.Horaires: de 10 hà13hetde14hà17h,dulundi au vendredi. Beausoleil :tous au Foyer du Poilu ! François Lesage passe en revue les objets qui ont servi dans la vie quotidienne des Poilus,suscitant beaucoup d’intérêt chez les élèves. (Photo S.I.) de l’Union nationale des combattants (section Beausoleil, Monaco, Cap-d’Ail). Les visiteurs peuvent découvrir ce lieu de mémoire du lundi au vendredi de 15h30à18h. L’office de tourisme organise par ailleurs, mercredi 2décembre, l’opération «Bienvenue chez nous », comprenant, outre une visite guidée du Foyer avec goûter gourmand, celles de l’atelier d’un artiste, Patrick Gibelli, et du Riviera Palace, ancien hôtel de la Belle Epoque. SONY ITH (1) Étaient présentes Gabrielle Sinapi, conseillère municipale déléguée aux associations patriotiques et actions commémoratives,etSarah Barrier adjointe àlaculture. Après plusieurs semaines de travaux, les barrières qui empêchaient l’accès au chemin Da Souta ont finalement disparu, laissant place à un escalier flambant neuf. Il faut dire que cette volée de marches en traverses de chemin de fer était en très mauvais état, voire dangereuse avec ses trous partout et ses tiges de fer dépassant du bois pourri. Le béton adonc remplacé le bois et le figuier qui formait une voûte au-dessus de l’escalier aété taillé. Un peu moins de charme mais beaucoup plus de sécurité pour ce chemin à découvrir ou redécouvrir qui permet de rejoindre le bord de mer depuis l’avenue du 3-Septembre ou offre une alternative bucolique à la descente du 3-Septembre, En bref BEAUSOLEIL Théâtre «Les voisins » Samedi 28 novembre à 20h30authéâtreMichel- Daner,piècedethéâtrede Stéphane Chavanis. Rens. 06.62.05.99.23. LA TURBIE Conseil municipal Il auralieu ce soir à18h30 en mairie. Passion cinéma Jeudi 26 novembre àla médiathèque,leSivom de Villefranche-sur-Mer invite les cinéphiles à la médiathèque Urgences BEAUSOLEIL Police municipale : 04.92.10.72.83. Hôpital : 97.98.99.00. Urgences : 97.98.97.69. Service d’urgence dentaire : 04.97.25.72.75. Medecin de garde : Dr nice-matin Mercredi 25 novembre 2015 Chemin Da Souta à Cap-d’Ail :leretour puisqu’il remonte également vers l’église. Ce petit chemin, quelques mètres seulement sous la très passante avenue et ses bouchons pendulaires, s’offre, dépaysantetcalme. Ici, on se trouve au royaume du végétal. Caroubiers, figuiers, plumbagos, lantanas, pistachiers, iris, alysses ou ipomées forment un mur de verdure etdefleurs sur presque toute la longueur du chemin avec côté sud une vue féerique sur la mer, la Pointe des Douaniers et le Cap Ferrat. On trouve même sur ce petit chemin un banc qui permet de s’arrêter pour prendre le soleil en contemplant la vue, petit moment de calme avant de retrouver l’avenue du 3-Septembre. O.-V.M. Les vieilles marches de bois fatiguées ont été remplacées. La végétation et les voûtes de fleurs, elles, sont toujours là. (Photo O.-V.M.) intercommunale «Lefour banal », pour une séance «Passion cinéma », à savoir une projection de film suivie d’un échange avec le public. «Àperte de vue »est le thème choisi pour la saison 2015-2016. Au programme demain soir : Dersou Ouzala, :un film d’AkiraKurosawa. Gratuite et ouverte àtous, cetteséancecommencera exceptionnellement à19h30 (aulieu de 20 h, le film durant 2h20). Accès sur réservation, dans la limitedes 17 places disponibles,àla médiathèque (4 rue Empereur-Auguste). Tél. 04.93.35.41.45. Martini au 04.93.78.97.37. CAP-D’AIL Brigade de gendarmerie : 04.93.78.76.80. LA TURBIE Brigade de gendarmerie : 04.93.41.09.51.
Côte d’Azur L’INCROYABLE XXL 123 cmc 799 TV LED ULTRA HD 4K dont 4€dʼéco-participation , * Inclus 100€ ** de remboursement différé par € * 99 + ce téléviseur OFFERT 80 cm Offres valable jusqu’au 12 décembre 2015. (1) ce téléviseur LED 80 cm LG OFFERT (valeur 259.99€ dont 1€ d’eco-participation) pour l’achat d’un téléviseur LED Ultra HD 4K 123 cm LG (valeur 799.99€ dont 4€ d’eco-participation et dont 100€** de remboursement en différé par LG) **Voir conditions en magasins. Crédit photosMDA DISTRIBUTION. Siège Social :37rue de l’Entreprise 69380 LOZANNE -RCS Villefranche 332470244 Jean-Marie de Peretti entre douleur et colère C e mercredi matin, Jean- Marie de Peretti est sur la route du retour vers Saint- Tropez, après un interminable séjour dans la capitale. Le corps de sa fille – Aurélie, 33 ans, tombée sous les balles des terroristes en cette funeste nuit du 13 novembre –,lerejoindra par la route, entouré d’un oncle et d’une tante. Une cérémonie, organisée par la municipalité tropézienne jeudi, réunira la population et les innombrables amis de la jeune femme, qui était très impliquée dans les milieux associatifs. Sa famille sera là aussi, bien entendu. En revanche, son père, Jean-Marie de Peretti, celui qui alongtemps exercé des responsabilités dans notre groupe, ne se rendra pas vendredi àl’hommage national organisé aux Invalides, àParis, en l’honneur des victimes. Et il nous explique les raisons de ce refus. Un hommage national sera rendu ce vendredi aux victimes des attentats du 13 novembre. Y avez-vous été conviés,vous et votrefamille? Nous avons effectivement été invités par une antenne du Comité d’intervention d’aide aux victimes àparticiper àcet hommage national aux Invalides,àParis. En fait, une délégation de quatremembres par famille est invitée. Et je leur ai fait savoir que je ne viendrai pas. Peut-on savoir ce qui motive votrerefus? Je me souviens des attentats de janvier. Dès le lendemain, il y a eu des effets d’annonce. Lors du rassemblement dans les rues de Paris, la sécurité était devenue une cause nationale. Ce mouvement n’aurait pas été suivid’effetsselon vous? J’y ai cru!Mais que s’est-il passé? L’espace Schengen a laissé passer toutes ces personnes pourtant signalées par le fameux fichier S. L’espace Schengen est devenu une passoire qui a permis à ces gens-là de venir perpétrer des actesterribles sur notre territoire. Rien n’a été fait!Pour preuve, depuis vendredi, ces personnes fichées S ont pu rejoindrelaGrèceetcertains pays limitrophes,voirelaSyrie. Peut-on vous demander comment vous avez vécu cette terrible soirée du vendredi 13 novembre? Nous savions qu’Aurélie était au Bataclan ce vendredi-là. Nous avons passé une nuit d’angoisse en suivant l’évolution de la situation en direct sur les chaînes d’info en continu. Et nous étions extrêmement inquiets. Vous avez alors pris la décision d’aller àparis? Mon épouse a pris le premier avion pour Parissamedi matin, depuis Hyères,et moi le TGV un peu plus tard. Mais, depuis l’annoncedes attentats,je cherchais à joindre le numéro d’urgence diffusé sur toutes les chaînes de télé et de radios. Sans succès? Injoignable!Je comprends tout à fait que ce numéronesoit pas joignable à minuit, alors que les attentats viennent de se produire. Je comprends àla limite qu’il ne soit pas joignable dans la nuit, parce qu’il ya encore du monde qui cherche à joindreunoudes proches. Mais, au petit matin ou dans la matinée,il n’y avait toujours rien àfaire, injoignable! Engarede Toulon encore, en prenant le train pour Paris, vers 10 heures, je ne parvenais pas à les joindre. Comment avez-vous alors appris la terrible nouvelle? Moi, j’ai donc pris un train en matinée pour Paris. Mais mon épouse,qui a pris le premier avion, était sur placedans la capitale. Et elle alistétous les hôpitaux et les aappelés un par un pour chercher une trace d’Aurélie. Pasdenouvelles. Elle a ensuitetéléphoné àl’Institut médico-légal. Rien non plus. Puis elle afini par se rendresur place. C’est àl’Institut médico-légal, que l’on lui a annoncé le verdict tant redouté? C’est ça! Puis elle m’a prévenu, alors que j’étais encoredans le train pour aller àParis... Que s’est-il passé ensuite? Terrible!Il nous afallu aller reconnaître le corps à l’Institut médico-légal,donc. Puis,nous rendre au 36 quai des Orfèvres, pour répondreaux questions dans le cadre de l’enquête judiciaire. Et enfin chez les pompes funèbres. Aujourd’hui, outreladouleur d’un père, d’une famille, que ressentez-vous? Ce manque de dispositions prises par l’État après les terribles attentats de janvier. Et,aujourd’hui, à quoi sert l’état d’urgence? Ça me dépasse! Pourquoi dites-vous que rien n’a été fait depuis janvier? Des mesures de sécurité avaient étéprises! Mais pas du tout!Ma fille, (1) ELECTROMENAGER IMAGE CLIMATISATION NICE VILLENEUVE LOUBET GRASSE Le Varois accompagnera demain sa fille Aurélie, tombée sous les balles au Bataclan, pour un ultime hommage rendu à Saint-Tropez. Il a refusé de se rendre aux cérémonies parisiennes «L’espace Schengen est devenu une passoire qui a permis à ces gens-là de venir perpétrer des actes terribles sur notre territoire. Rien n’a été fait! »,depuis janvier, explique Jean-Marie de Peretti. (DR) Aurélie,enarrivant au Bataclan en ce terrible vendredi 13 apris un selfie!Elle montrait cette photo et indiquait en commentaire:“On n’a pas été fouillées” ! Selon vous,d’oùvient la menace? A titre personnel,je suis militant actif d’une association qui s’appelle France terre d’asile. Depuis des années et des années,nous accueillons des étrangers. Nous les aidons à s’implanter et à s’intégrer.Tout ceci a commencé par des Portugais,des Espagnols,puis des Polonais,puis d’autres. Aujourd’hui, les enfants de ceux que nous avons accueillis tournent leurs armes contre des enfants innocents. C’est insupportable. Les cibles de ces terroristes ont évolué, à vos yeux? Bien entendu, il y a eu des otages,des diplomates, des journalistes puis maintenant des civils,des jeunes. Ces actes sont des actes de grande lâcheté. Que représentent à vos yeux ces témoignages de sympathie, notamment dans le golfe. Et surtout àSaint-Tropez, où un hommage sera rendu à Aurélie? Tous cestémoignages de sympathie sont réconfortants, bien évidemment. Je sais que les Tropéziens sont à nos côtés depuis la terrible nouvelle,et ils le montreront encore ce jeudi. Instantanément,quelle image vous revient d’Aurélie? J’ai dans mon jardin, dans lequel Aurélie apassé son enfance, avec sa sœur Delphyne,un plaqueminier,cet arbrequi donne des kakis. À l’automne, cet arbrenous offredes couleurs flamboyantes. De cette fantastique image,j’ai fait des cartes de vœux l’année dernière. J’en ai fait tellement qu’il en reste quelques-unes. Des cartes de vœux qui ont une valeur symbolique tellement importante à mes yeux en cette fin d’année! PROPOS RECUEILLIS PAR DIDIER ZAÏTOUN dzaitoun@varmatin.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :