Monaco-Matin n°2015-03-07 samedi
Monaco-Matin n°2015-03-07 samedi
  • Prix facial : 1,50 €

  • Parution : n°2015-03-07 de samedi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SCIC Nice-Matin

  • Format : (277 x 395) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 62,5 Mo

  • Dans ce numéro : Michael Graydon retrouvé mort.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Côted’Azur Soutien massif au pâtissier grassois Yannick Tavolaro Comme 4 600 personnes sur Facebook, plus de 60 clients et amis sont venus manifester hier leur soutien au créateur des gâteaux très suggestifs « dieux » et « déesses » taxés de racistes par le CRAN Hier matin, devant la boulangerie-pâtisserie La Belle Époque, on s’arrachait les derniers « dieux » et « déesses » de Yannick Tavolaro. Du moins, la fournée du jour. Car n’en déplaise au Conseil représentatif des associations noires (CRAN), Yannick Tavolaro n’en démord pas. Il continuera coûte que coûte à fabriquer ses petits personnages en chocolat noir,jugés par certains d’un goût douteux. Et amême devancé le CRAN en déposant, jeudi, contre lui une plainte pour diffamation, via son avocat M e Guy Bargain. En début de semaine, en effet, l’association parisienne antiraciste avait sommé le pâtisser de retirer ses fameuses « caricatures négrières coloniales horribles », sous peine de dépôt d’action en justice. « Je ne céderai pas à la pression » Mais l’appel au rassemblement de soutien via une page Facebook de cette figurelocale devant son magasin hier matin adépassé de loin les espérances du commerçant. Tous acquis à sa cause et surtout friands de ses douceurs. Une grosse soixantaine de personnes venues manifester leur sympathie, leur appétit aussi, langue bien pendue et crocs affûtés, devant l’entrée, où les attendaient micros et caméras. « C’est du grand n’importe quoi ! », pouvait-on entendreici et là. « Cette association parisienne veut juste faire parler d’elle. Ils feraient mieux de concentrer leur combat. Ce ne sont pas les discriminations raciales qui Mauvaise passe pour l’homme d’affaires niçois Gérard Lhéritier,le patron et fondateur d’Aristophil, une société spécialisée dans l’achat, la vente et l’expertise de lettres historiques et manuscrits. Créée à Nice en 1990, l’entreprise a été placée en redressement judiciaire en février dernier.Il a été mis en examen, jeudi soir, à Paris pour « escroquerie en bande organisée et blanchiment, présentation de comptes infidèles, pratiques commerciales trompeuses, abus de biens sociaux et abus de confiance ». Laissé libre sous contrôle judiciaire, il devra verser une caution de deux millions d’euros. Sa fille, responsable de la Le pâtissier grassois, son épouse Anne-Marie et son fils Romain exhibant leurs créations suggestives maison taxées de « caricatures négrières coloniales horribles » par le Conseil représentatif des associations noires. (Photos Patrice Lapoirie) manquent », s’insurgeaient beaucoup de clients. « Moi je suis de confession musulmane, j’adore les pénis au caramel que fait Monsieur Tavolaro. J’espère juste qu’ils ne vont pas lui faire retirer de la vente », s’inquiétait même une jeune femme. Pourquoi ne pas avoir confectionné ses gâteaux avec du chocolat blanc pour étouffer cette polémique ? « C’est de la ganache, d’où la couleur noire, c’est fait à la main, sans moule, avec de la mousse à l’intérieur.Avec du chocolat blanc, on ne pourrait pas techniquement faire le même gâteau »,sedéfend M. Tavolaro. Le pâtissier était, hier, particulièrement touché par la forte mobilisation manifestée devant son établissement : « Dix mille mercis à vous tous. Avec votre présence, on apumontrer que la population grassoise peut vivre dans la mixité la plus totale. C’est pas quelques personnes de Paris, qui vont décider je ne sais pour quelles raisons, de jeter l’opprobre sur la ville de Grasse àtravers nous. Sur la page de soutien Facebook [qui totalisait hier soir près de 4600 likes] il y des messages venant de partout, des États-Unis, de Russie, de Finlande, ça fait chaud au cœur ». Yannick Tavolaro, le crie haut et fort : « Je ne céderai pas à la pression, à cette forme de terrorismeintellectuel. » THOMAS PEYROT tpeyrot@nicematin.fr « Silui est raciste, tout le monde l’est » « C’est un homme au grand cœur Rachid Ait Ouzdi, 25 ans, connaît Yannick Tavolaro depuis qu’il est tout gosse. Désormais arbitre en PHA, il ajoué deux ans sous les couleurs de l’US Plan de Grasse,le club de foot local présidé par le pâtissier. Hier matin, Il est allé spontanément apporter son soutien. « Yannick est un homme au grand cœur. on est tous là aujourd’hui pour dire haut et fort qu’il n'a jamais été raciste. Finalement, cettehistoireva lui faire de la pub.Tant mieux. Cette attaque vient d’une organisation parisienne qui veut surtout faire parler d’elle et ne sait rien de la personnalité de Yannick. » Afond pour Yannick Angélique,Chadia et Olfa, clientes et amies du pâtissier « C’est un grand n’importe quoi. Cette attaque contre Yannick est injuste. Si lui est raciste, alors tout le monde l’est. Nous, onadoreses pâtisseries. C’est juste marrant et surtout bon. On est dans un pays démocratique. Il ne manquerait plus qu’on ne puisse plus manger ce que l’on veut. Quelle que soit notre religion ou notre couleur.On ne voit pas en quoi ces gâteaux, sous prétexte qu’ils s’appellent « dieux et déesses », sont (Photo Franck Fernandes) gestion des collections, et l’expertcomptable de la société ont également été mis en examen. Tous avaient été placés en garde à vue, mardi, àlabrigade financièrede la police judiciaire deParis. Joint, hier, àNice, GérardLhéritier, combatif, estime « avoir été mis à mort avant d’être jugé » et conteste tout. « Pourquoi avoir attendu quinze ans pour s’apercevoir que notre activité serait illégale ? »,s’interroge l’homme d’affaires. À l’adresse des clients dont certains se sont constitués en association, Gérard Lheritier se veut rassurant. « Je comprends qu’ils soient paniqués à la lecture de la presse mais ils sont copropriétaires de grandes collections que l’administrateur judiciaire adécidé de revendre dans le temps. » Ces poursuites initiées par le parquet de Paris font suite à des perquisitions conduites en novembre dernier dans les locaux de sa société àParis ainsi qu’à Villeneuve-Loubet. Concomitamment, la justice avait saisi des avoirs bancairespour plus de 105 M € ainsi que des biens immobiliers pour 13 M €. 18 000 victimes ? La société est soupçonnée d’avoir mis en place un système qualifié d’escroquerie basé sur de la « cavalerie ». Aristophil vendait à des particuliers des parts de collections en indivision. La société, qui gardait la jouissance des œuvres et qui pouvait ainsi les exposer,proposait de les racheter elle-même en moyenne 40% plus cher au bout de cinq ans. En fait, elle nice-matin Samedi 7mars 2015 Rachid Ait Ouzdi, fidèle ami du pâtissier et ancien joueur du club de foot présidé par Yannick Tavolaro. une insulte. Et puis cette Niçoise qui a envoyé la photodes gâteaux au CRAN n’a même pas le courage de témoigner à visage découvert. Il ne manquerait plus qu’on lui demande aussi d’arrêter de fabriquer ses cochons en pâte d’amande. On est toutes avec Yannick. » Le marchand de manuscrits Gérard Lhéritier mis en examen payait la plus-value aux souscripteurs avec l’argent des nouveaux acquéreurs de part. Près de 18000 clients ont acquis des parts de grandes collections recensées pour un montant de près de 800 M €. Les ennuis judiciaires de l’homme d’affaires de 66 ans, qui est aussi le créateur en 2004 du Musée des lettres et manuscrits à Paris et propriétaire depuis 2006 du trimestriel Plume, avaient débuté en février 2014 par un contrôle de sa société par des agents de la DCCRF (la répression des fraudes). Une enquête préliminaire avait été alors ouverte. D.C.
Côted’Azur P our le braquage et la séquestration de BernardOllé, le patron du célèbre restaurant niçois « LaPetite Maison », Azzedine Achour a été condamné, hier, àdouze ans de réclusion par la cour d’assises d’appel des Bouchesdu-Rhône. Un an plus tôt à Nice,ceFranco-Algérien de 27 ans avait écopé de treize ans de réclusion. Àl’époque, il niait farouchement être l’un des trois malfaiteurs qui, le 11 avril 2012 Les conditions de « l’abandon » de Laticha, 4ans et Roy,3ans, les deux enfants recueillis par la police mercredi dernier à la gare de Nice où ils erraient, sont désormais mieux connues [lire notre édition du 4 mars]. Après avoir retrouvé à la prison de Nice Vanessa Bergmans, leur mère et grand-mère, la police a entendu le père de cette femme. Cette dernière purge une peine de quatreans de prison après avoir été arrêtée à l’aéroport de Nice en provenance du Brésil avec 4, 8kgde cocaïne dans des couches culotte [lire notre édition du 28 février]. C’est àl’hôpital de Cimiez, où il aété admis après une chute sur la voie publique, que cet JOURNÉE D’EXPERTISES GRATUITES ETCONFIDENTIELLES SUR RENDEZ-VOUS JOAILLERIE HORLOGERIE DE COLLECTION VENDREDI 13 MARS DE 11H À 17H HÔTEL HERMITAGE SQUARE BEAUMARCHAIS Contact : Julie Valade +33 (0)1 42 99 16 41 jvalade@artcurial.com homme de 71 ans aété entendu par les enquêteurs de la brigade des mineurs. Dans un hôtel avec les deux petits En fait, le 23 février,lorsque la mère a été arrêtée à l’aéroport alors qu’elle allait récupérer ses bagages arrivés avec un jour de retardilétait depuis la veille dans un hôtel de la gare avec les deux petits. Deux jours plus tard, dans l’impossibilité de payer, il a dû quitter l’établissement avec les deux bambins. Cet homme affaibli et désorienté s’est rendu à la gare pour y assouvir un besoin naturel en laissant les deux enfants sur le parvis. Lorsqu’il www.artcurial.com vers 4heures du matin, avaient investi la villa du restaurateur, dans le quartier huppé du Mont-Boron. Pendant une heure, Bernard Ollé, sa compagne etsa belle-sœur avaient été tenus en respect sous la menace d’une arme. Les braqueurs étaient repartis en emportant douze montres de luxe, un lot de bijoux et 45 000 euros. En brisant une vitre pour entrer au plus vite dans la maison et empêcher les victimes d’appeler la police, l’un des voyous s’était blessé à la main. L’analyse ADN des tâches de sang maculant le sol avait désigné un repris de justice, Azzedine Achour. Il passe enfin aux aveux Cet homme longiligne, au visage émacié, clamait cependant son innocence. Sans justifier comment son empreinte génétique s’était retrouvée en un lieu où il ne serait jamais allé. A-t-il fini Enfants de la garedeNice : l’aieul entendupar les enquêteurs est ressorti, il avules policiers en train d’emmener les enfants. Étant dans l’impossibilité de s’en occuper,sans le sou, ne sachant pas où loger,ne parlant pas un mot de Français, il s’est dit que les enfants seraient mieux pris en charge qu’avec lui et ne s’est pas manifesté. C’est la version que cet homme désorienté et ayant des difficultés d’expression aurait donnée. Il aensuite erré en ville, dormi dans la rueavant de chuter et se retrouver à l’hôpital. Aucune poursuite ne devrait être engagée et il devrait être rapatrié au Surinam par les autorités consulaires de son pays. Les enfants ont été placés dans une famille d’accueil. D.C La vente d’ivoire qui se tient cet après-midi à Cannes se fera finalement sous surveillance policière [lire notre édition du 2 mars]. Àl’extérieur, des patrouilles composées de CRS, de policiers nationaux et municipaux vont effectuer des passages réguliers devant la salle des ventes, rue Jean-Jaurès. À l’intérieur, décision aété prise par le directeur associé, Alexandre Debussy, de ne pas exposer les défenses d’éléphants. « On a reçu des menaces de mort et des insultes depuis que cette vente a été médiatisée. Nous sommes les victimes d’une campagne de désinformation avec de faux chiffres, menée par une ONG »,aréagi, hier soir,ledirecteur associé de par comprendre que sa version n’avait aucune chance de convaincre les jurés ? À l’ouverture duprocès en appel, il est passé aux aveux. En précisant « avoir été recruté par deux hommes dont il ne pouvait donner les noms, par peur de représailles, pour ce qui devait être au départ unsimple cambriolage ». À l’en croire, il attendait un héritage d’Algérie qui tardait àvenir.En manque d’argent, il « avait dérapé une dernière fois ». En bref Grasse : lefaux avocat condamné Un Niçois de 48 ans, BrunoC., ancien détective privé reconverti dans l’assistance juridique, aété condamné, jeudi, par le tribunal correctionnel de Grasse àsept mois de prison et dix mille euros d’amende. En mars 2012, il avait confectionné un faux pour sa cliente, qui s’était présentée au guichet du greffe du tribunal. Poursuivie dans le cadre d’une saisie immobilière, cette femme, témoin assisté dans le dossier, souhaitait obtenir un délai de remboursement pour un prêt. Mais, aulieu de s’adresser àun avocat inscrit au barreau deGrasse, elle avait fait confiance àcefaux avocat, très mauvais conseil, aux honoraires conséquents. Le président du tribunal avait alerté le parquet au Cannes Enchères. Dépôt de plainte ? Cette réaction fait suite aux accusations dont la salle des ventes aété la cible par l’associationRobin des bois. Son avocat, M e Bruno Rebstock, espérait que ses aveux lui vaudraient une moindre condamnation. Hier, ildéplorait que la « réduction de peine » ne dépasse pas un an. Il s’insurgeait contre la confiscation des 343000 € découverts dans l’appartement de son client, dissimulés sous une vasque. Achour jurait que ces fonds provenaient du fameux héritage. Sa condamnation, hier, a satisfait les parties civiles. « Cannes Enchères apris la responsabilité de contourner la législation en proposant aux acquéreurs de faire transiter les défenses par la Belgique », écrit l’ONG dans un communiqué transmis hier.En effet, sujet de ce document fabriqué. Le prévenu encourait cinq ans de prison et 75 000 € d’amende. Buonomo-Gattières : des précisions de la société TCS Dans notre édition du mardi 3mars, consacrée àlasociété deBuonomo Distribution Côte d’Azur deGattières en page 10, dont les entrepôts avaient été vidés pendant le weekend, nous citions un représentant CGT : « Des patrons voyous qui vident leur entrepôt sans lancer de procédure c’est rare. Dujamais vu dans le secteur de Carros sauf une fois àSaint-Laurentdu-Var chez TCS. » Franck Garcia, gérant de l’entreprise du 465 route delaBaronne tient à préciser que « TCS aété mis en redressement judiciaire en2011, àla suite d’un litige l’opposant àundeses fournisseurs. TCS aété placée en liquidation le 14 mars 2014 ». Cannes : des policiers en renfort pour la vente d’ivoire aux enchères La vente sera aujourd’hui à15heures placée sous surveillance policière. (Photo J.-F Ottonello) nice-matin Samedi 7mars 2015 Douzeans de réclusion pour l’agresseur d’un restaurateur niçois Rejugé en appel par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône, Azzedine Achour avait écopé, un an plus tôt, d’une peine de treize ans. C’est l’ADN extrait des traces de son sang qui l’a confondu M e Béatrice Eyrignoux regrettait toutefois que les bijoux de la belle-sœur n’aient jamais été retrouvés. Sa consœur, M e Valérie Bothy, aurait, de son côté, aimé qu’Achour livrel’identité de sescomplices. « Lors des débats, on acompris que l’un d’eux connaissait bien Bernard Ollé. Le restaurateur [décédé en septembre2014,ndlr] avait donc un traître dans son entourage... » JEAN-PAUL FRONZES jpfronzes@nicematin.fr depuis peu, la France ne délivre plus de certificat de réexportation de l’ivoire brut. Une décision que les associations de lutte contre le braconnage aimeraient étendre à toute l’Europe. Prêt à s’expliquer l’intéressé a précisé « qu’il n’était pas contre un dialogue de manière apaisée lors d’un débat avec les pouvoirs publics ». Cedernier n’excluant pas la possibilité de déposer plainte. Par ailleurs, attaqué sur le fait d’avoir sollicité une présence policière, Alexandre Debussy se défend : « Onse doit de le faire lors de ventes où des objets de valeur sont proposés ».Début des enchèresà15heures. MÉLISSA ABED mabed@nicematin.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :