Micros ID n°1 décembre 1986
Micros ID n°1 décembre 1986
  • Prix facial : 22 F

  • Parution : n°1 de décembre 1986

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Mieva Presse

  • Format : (201 x 296) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 72,6 Mo

  • Dans ce numéro : Sony contre Amstrad : le combat

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
la limite du supportable. Sachez, enfin, qu'Amstrad a accompli un effort non négligeable en francisant les textes affichés- à l'écran. Passons au HB F700F. Contrairement à ce qu'on aurait pu croire à l'énoncé de la liste des logiciels accompagnant l'Amstrad, le HB F700F n'est aucunement en reste. Comme le PC 1512, il offre deux systèmes d'exploitation : le MSX- DOS, version Z80 du MS-DOS, ainsi que le disk Basic qui permet par exemple d'écrire une petite gestion de fichier sous Basic en moins d'une heure (je suis prêt à prouver ce que j'avance). Vous avez compris que Sony propose aussi un Basic signé Microsoft. Celui-ci se trouve en mémoire morte (ouf) et fera l'objet d'une reprise de ce match. Enfin, Sony livre avec ses machines Hibrid, Gem version HB F700F, ainsi que quatre (oui quatre, vous avez bien lu) applications : traitement de textes, gestion de base de données, feuille de calcul et exploitation de résultats numériques sous forme graphique (histogrammes, camemberts, etc). Ces logiciels, sans être professionnels (j'appelle logiciel professionnel, un programme capable de fonctionner correctement dans des conditions extrêmes), rendront de nombreux services à la maison. Pour prendre un exemple personnel, le traitement de textes n'aurait pas pu convenir à la rédaction de ce dossier (fatigue des yeux, contraintes d'alignement, etc) mais, couplé à l'imprimante PRN M09, il donne des résutats étonnants comparables au niveau de l'écriture à une machine à écrire éléctronique portable. De même, je n'utiliserai pas le logiciel de base de données pour gérer le fichier abonnés de Micro ID, mais le programme fourni par Clavier du Sony HB F700F Sony convient parfaitement pour répertorier une collection de timbres par exemple. Comme ceux d'Amstrad, les logiciels affichent les messages en français (ou au choix anglais, espagnol, allemand, etc). Difficile de demander plus aux constructeurs. Voici donc une nouvelle égalité. ROUND #7 égalité entre le PC 1512 et le HB F700F Le PC 1512, tout comme le HB F700F, est doté dès le départ d'un langage de programmation : le Basic. En matière de Basic, deux théories s'affrontent : l'une dit que le Basic est par essence un langage ouvert, que les structures logique ne doivent pas être internes au langage mais plutôt inhérentes au programmeur. Les adeptes de cette théorie vénèrent chaque jour Microsoft et vouent une admiration sans borne à Bill Gates pour avoir offert au monde le Basic. La seconde théorie, dont les partisans se recrutent parmi programmeurs ignorant le langage machine et les informaticiens ayant fait leurs dé- ssier buts en Pascal, Fortran et autre Cobol, prône une amélioration du Basic par l'adjonction de nouvelles structures dérivées du Pascal. Vous avez deviné où va ma sympathie. Ceci étant, il faut bien admettre que ces deux Basic, explorant chacun une des théories précitées, constituent le meilleur dans leur domaine. Examinons tout d'abord le cas du PC 1512, son Basic se nomme joliment « Locomotive Basic 2 ». Il fait partie de la seconde catégorie, à savoir celle des Basic structurés. Très rapide, le Basic du PC 1512 ne nécessite pas de numéros de lignes mais les accepte - ce qui est agréable - il possède toutes les structures de boucles imaginables, il gère les fenêtres, les entrées/sorties et autorise toutes les manipulations graphiques de type Logo, y compris du texte. Avec près de 280 instructions ce Basic est sans doute un des plus complets aujourd'hui disponible. Le MSX Basic présent dans la mémoire morte du HB F700F est un pur produit Microsoft. Dérivé du GW-Basic, il a été modifié pour convenir au mieux aux applications domestiques. Les 250 instructions de ce Basic couvrent tous les domaines. On trouve notamment deux macro langages, l'un graphique (draw), l'autre musical (play). Détailler toutes les instructions du MSX Basic 2.0, comme du Basic du PC 1512, nécessiterait l'ensemble de la revue. Citons tout de même, pour exemple, la gestion des sprites et des interruptions ou l'utilisation des opérateurs booléens et des différentes bases de numération. Difficile de départager, ni même de comparer ces deux Basic. Le Locomotive Basic 2 s'adresse aux programmeurs purs et durs qui apprécieront son efficacité, alors que le MSX Basic 2.0 passionnera tous
ceux qui ont envie de s'amuser avec leur ordinateur, une nouvelle égalité en somme.\I/ROUND #8 égalité entre le PC 1512 et le HB F700F Neuvième reprise : logiciels du commerce Voici la rubrique qui devrait le plus intéresser les non-programmeurs. Pour des machines « toutes neuves », le parc des logiciels disponibles apparaît énorme. C'est tellement vrai qu'avec moins d'un mois d'existence, ces deux ordinateurs prennent le dessus par rapport à toutes les machines non- PC et non-MSX. Commençons par le meilleur, l'Amstrad PC 1512, comme son nom l'indique, fait partie de la grande famille des PC et peut donc utiliser tous les logiciels PC sous réserve de compatibilité (nous y reviendrons) mais c'est aussi, comme son nom l'indique toujours, un Amstrad ; à savoir un ordinateur construit par le roi de l'informatique familiale, celui qui fait vivre la moitié des éditeurs de logiciels (tous ceux qui ne font pas du professionnel), capable de recevoir des logiciels spécifiques (non compatibles PC, mais seulement PC 1512). Il est facile alors d'imaginer que cet ordinateur sera doté de logiciels de jeux comparables en quantité ainsi qu'en qualité à ceux des princi- PC 1512 contre HB F700F paux micro-ordinateurs familiaux. Pour résumer la situation du PC 1512, disons que tous les logiciels professionnels sont aujourd'hui disponibles, que des versions spécifiques PC 1512 de ces mêmes logiciels mais à des prix cassés ne devraient pas tarder à faire leur apparition, et qu'enfin, une quantité énorme de jeux sera disponible dès lors que le PC 1512 sera devenu un succès commercial. Bref, c'est le paradis... à deux réserves près : les problèmes de compatibilité des logiciels professionnels et la légère insuffisance du PC 1512 au niveau graphisme/son pour les jeux. En ce qui concerne la compatibilité, certains logiciels ne fonctionneront pas (ceux qui nécessitent une carte exclusivement EGA par exemple, ou ceux qui doivent tourner impérativement à 4,77 MHz) mais on peut considérer que c'est un faux problème dans la mesure où, en pratique, une solution sera toujours trouvée. Reprenons les exemples précédents : le logiciel ne marche pas sans carte EGA, il suffit d'installer une carte EGA dans le PC 1512 (c'est très fort comme solution, non ?) , un logiciel est inutilisable à 8 MHz, il ressortira sûrement (s'il est de qualité) en version spécifique Amstrad, qui plus est pour moins cher ! Quant aux limitations du PC 1512 concernant les graphismes et surtout le son, si elles existent par rapport à des machines comme le MSX2, le 520 STF ou encore l'Amiga, il faudrait être bien exigeant pour en faire le reproche à un compatible PC. De toute manière, gageons que les concepteurs de jeux sauront faire oublier les légères insuffisances du PC 1512 par rapport au top niveau. Et le HB F700F dans tout cela ? Il est indispensable de dissocier l'aspect professionnel et l'aspect ludique. Pour ce dernier, le MSX2 en général et le HB F700F en particulier possède la plus grande bibliothèque de jeux (en quantité et en qualité) parmi les microordinateurs disponibles en France. Philips vient d'en répertorier un point au PC 1512 ssier plus de trois cents dans un catalogue encore incomplet. On y trouve des logiciels de très bonne qualité ainsi que les premiers jeux spécifiquement MSX2, aux graphismes éblouissants. Précisons que le MSX est un succès énorme au Japon - plus de deux millions de machines vendues - et au Pays-Bas (grâce à l'engagement de Philips). Ceci constitue une sorte d'assurance tous risques de trouver toujours de nouveaux logiciels et périphériques. Quant aux logiciels professionnels, ils commencent à arriver sérieusement en France grâce à un effort certain de Sony et Philips qui veulent rendre le MSX2 crédible. Ceci étant, ces logiciels restent confinés à une utilisation professionnelle, certes, mais exclusivement domestique ; ne comptez pas sur un HB F700F pour gérer votre entreprise. Par contre, avec le MSX-DOS, la compatibilité fichiers avec les PC est totale. Ce qui signifie en clair que vous pouvez, comme avec PC 1512, reprendre sans problème tous les fichiers créés avec un IBM PC. Victoire sans appel du PC 1512 dans cette reprise. Il manque au HB F700F pour être compétitif, plus de jeux spécifiques MSX2 ainsi que quelques progiciels dignes de ce nom. Il reste au PC 1512 à devenir un gros succès commercial pour entraîner la sortie de nombreux jeux. ROUND #9 (Suite de cet article page 52)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 1Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 2-3Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 4-5Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 6-7Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 8-9Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 10-11Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 12-13Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 14-15Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 16-17Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 18-19Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 20-21Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 22-23Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 24-25Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 26-27Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 28-29Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 30-31Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 32-33Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 34-35Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 36-37Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 38-39Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 40-41Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 42-43Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 44-45Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 46-47Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 48-49Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 50-51Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 52-53Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 54-55Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 56-57Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 58-59Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 60-61Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 62-63Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 64-65Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 66-67Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 68-69Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 70-71Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 72-73Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 74-75Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 76-77Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 78-79Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 80-81Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 82-83Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 84