Micros ID n°1 décembre 1986
Micros ID n°1 décembre 1986
  • Prix facial : 22 F

  • Parution : n°1 de décembre 1986

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Mieva Presse

  • Format : (201 x 296) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 72,6 Mo

  • Dans ce numéro : Sony contre Amstrad : le combat

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
THOMSON COULE ? Une rumeur circule de plus en plus dans le monde de la micro informatique. D'habitude nous accordons peu de valeur aux rumeurs mais celle-ci se fait persistante : Thomson arrêterait la production de ses ordinateurs familiaux. Le service après vente resterait tout de même assuré. Encore une fois, cette information vous est livrée sous toutes réserves. TEL LE PHENIX L'association des utilisateurs de MSX renaît de ses cendres. Après l'éviction de Daniel Rayez, l'association repart sur de nouvelles bases avec à sa tête Pascal Guichard. Les premières initiatives se sont traduites par l'abandon du local et le transfert du siège à une nouvelle adresse. Le bulletin de liaison se trouve lui aussi remodelé. Il s'appelle maintenant Le Standard. On y trouve, outre la lettre du bureau, plusieurs articles techniques ainsi que des listings d'intérêt variable. Voyons la suite des événements avant de formuler tout jugement. s goalmet re ge tanaa °L. th. Ban. SALUT GAMIN ! « Opinions - Humeur - Infos... » —. Notre jeune revue salue la naissance d'un confrère sympathique : MSX news. Ce mensuel voué à la cause du standard MSX est né de l'imagination fertile de Jeanmichel Berté. Le jeune propriétaire de MSX Vidéo center anime depuis deux ans l'univers parisien du MSX. Sa dernière initiative apparait courageuse et pertinente : MSX news présente les nouveautés du marché, les logiciels aussi bien que le matériel. N'allez pas croire cependant qu'il s'agit d'un simple catalogue, puisqu'il contient des trucs et astuces destinés aux joueurs acharnés. Ce magazine rend compte des mouvances d'un marché en évolution, et les douze pages sont trop vite parcourues. La rédaction de MICROS ID, pour une fois unanime, souhaite une longue et brillante carrière à l'équipe de MSX news. Cette revue est disponible en vente directe ou par abonnement. A H, la Mute. ! rial aie ralhao,rlu PO, a du (eue. Jr b no, acgin eu male ralavec. ! e'nodale ! nt ara mi albeonaione, Ire, a licha fechniryur c eau ! farad", gulmoc,.0714, réeliblertr.=7""^fr""—`'PAT ra la Oeta ni. main,. SOMMAIRE PHILIPS PERE NOEL 7.7-1 ; PICONET : C'EST NET Signalons l'existence de PicoNet France, club informatique CP/M et MS-DOS, filliale Européenne du PicoNet Inc. américain. Avec plus de deux mille membres, il se place en tête des clubs informatiques français. La vocation principale de cette association à but non lucratif est de démocratiser l'infor- matique en offrant à ses membres toute une série de logiciels absolument gratuits (seuls les frais d'envoi et de support restent à la charge des membres). Les cinq mille logiciels au catalogue de PicoNet sont tous issus du domaine public américain et abordent des thèmes aussi variés que les jeux, graphismes, utilitaires, affaires et langages. Vous êtes intéressé ? Alors sachez que l'inscription est gratuite et que vous pourrez recevoir les logiciels désirés par la poste ou directement en téléchargement si votre modem est compatible avec une des normes suivantes : V21 (300 bauds, full duplex, mots de huit bits, un bit de stop, pas de parité), V23 (600, 1200, 1200/75 et 75/1200 bauds), BELL 103 (300 et 600 bauds) et BELL 202 (1200/75 bauds). LE JEU ET L'ENFANT L'Europe connaît actuellement une évolution étrange en ce qui concerne le jeu informatique. Les parents - ceux qui dépensent l'argent - veulent avant tout justifier de leur achat en trouvant des côtés utiles à l'ordinateur. Ils imaginent que cette machine fera de leur progéniture des génies de l'informatique (comme ce petit qu'on a vu à la télévision qui, à 14 ans seulement, interviewe le président de la république) et améliorera leur niveau scolaire. Les enfants, malins, vont tout à fait dans le sens des parents, proclamant qu'un ordinateur leur ferait vraiment du bien pour les maths. Une fois l'achat effectué, ces velléités disparaissent heureusement bien vite : l'ordinateur devient le jouet qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être. Pourquoi « heureusement » ? Parce que les petits génies de l'informatique s'apparentent le plus souvent à des débiles profonds et parce que les logiciels éducatifs (sic) sont, dans leur immense majorité, d'une nullité ineffable. Bien entendu, il existe des exceptions : certains jeu-
nes ont acquis un excellent niveau en informatique à travers leur passion (consultez l'éditorial pour en voir quelques uns), certains logiciels éducatifs sont remarquables (notamment des logiciels américains destinés aux tous petits). S'il est établi que l'ordinateur destiné aux enfants ne servira, sauf exception, qu'au jeu, il ne faut pas obligatoirement le regretter. Le jeu peut être source d'enrichessement, plus que tout éducatif, parce qu'il amuse et intéresse. A titre d'exemple : un jeu d'arcades developpera la concentration et la coordination, un jeu de rôle stimulera l'imagination, un (bon) jeu d'aventure cultivera le sens de la déduction et, pourquoi pas, l'orthographe (surtout s'il est en anglais). Tout ceci pour affirmer qu'il ne faut pas avoir honte de jouer ! Bien au contraire, cela éviterait des paradoxes comme, par exemple, celui de trouver les machines à la norme MSX dans le bas de gamme des ordinateurs. Par ailleurs, on voit apparaître des logiciels dont il est impossible de savoir si ce sont, ou non, des jeux tellement ils sont perfectionnés. Voyez par exemple Flight Simulator (cf. l'article dans ce numéro) qui vous en apprendra plus sur le pilotage que n'importe quel éducatif. Ainsi, si les parents acceptent de concevoir l'achat d'un ordinateur comme celui d'un jouet, peut-être ne seront-ils plus désespérés de voir l'enfant s'amuser avec. Peutêtre y aura-t-il aussi moins d'ordinateurs au placard au bout de quelques semaines. Peut-être, enfin, les parents se mettront-ils à profiter, eux aussi, des fantastiques possibilités ludiques des machines que nous vous présentons tout au long de nos colonnes. UN GROS PAQUET Plus de six millions de consoles Nintendo ont été vendues au Japon. Cet appareil, qui n'est pas importé en France, accepte les Opinions - Humeur - Infos... » jeux en cartouches et en disquette spéciales (tout plastique). Il ne comporte pas de clavier et permet de brancher exclusivement des manettes. Le succès est tel, au Japon, que Sharp vient de sortir une console à cette norme. Ces chiffres sont étonnants lorsque l'on pense qu'il s'agit d'une simple console de jeu, sans aucune possibilité ni de programmation, ni d'extension. Autre pays, autre moeurs... LA FIN DU PIRATAGE Voici, pour la cinq millionième fois, l'annonce de la fin du piratage. Oh, bien sûr, vous êtes habitués, mais cette fois-ci, il y a une différence de taille : il se pourrait bien que ce soit vrai ! En effet, au Japon vient de sortir un nouveau support de logiciel : la megarom (voir les actualités à ce sujet). La megarom se présente sous forme d'une cartouche des plus banales mais au lieu de renfermer 16 ou 32 Ko, elle contient la bagatelle de 128 Ko pour les premières versions, peut-être plus par la suite. Recopier une cartouche n'est pas plus difficile qu'autre chose, certes, mais comment faire tenir 128 Ko de programmes sur une machine qui ne possède que 64 Ko, voilà une question qu'elle est bonne (comme dirait ce vieux Coluche à qui, pour la peine, je dédicace cette rubrique des Echos). Certains répondront : découper le programme en plusieurs parties et faire des chargements depuis la disquette. Oui, mais à condition que le jeu ne fasse pas des appels incessants n'importe où dans les 128 Ko. Les mêmes répondront que l'on peut toujours modifier le jeu pour regrouper les sous-programmes. A ceux là, je dirais qu'arrivés à un tel niveau, ils feraient mieux de développer du logiciel (et donc de gagner beaucoup d'argent) plutôt que de passer bêtement leur temps à pirater des programmes.z 4. e jei4t.e.)' : iij.T, *eft.. MICRO EN ESPAGNE Le marché espagnol de la micro est orienté sur AMSTRAD et MSX. Le parc actuel est d'environ 50 000 consoles MSX installées avec en tête la marque SONY, puis suivent respectivement PHI- LIPS, TOSHIBA, SPECTRAVI- DEO et CANON. Les deux modèles SONY commercialisés en Espagne, sont : le HB-75 et le HB- 101 (indisponible en France). Ce parc est très proche en quantité du nôtre. Il peut paratre ridicule comparé à celui du Japon : plus d'un million de MSX1 vendus. La société espagnole INDES- COMP édite régulièrement des logiciels éducatifs, d'initiation et des jeux d'arcades dans la langue nationale. Elle souhaite publier prochainement une revue MSX, du nom de MSX USER. Les ventes de logiciels ont déjà atteint dans ce pays les 200 000 unités. A quand l'exportation des soft ibériques ?



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 1Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 2-3Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 4-5Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 6-7Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 8-9Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 10-11Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 12-13Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 14-15Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 16-17Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 18-19Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 20-21Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 22-23Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 24-25Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 26-27Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 28-29Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 30-31Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 32-33Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 34-35Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 36-37Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 38-39Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 40-41Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 42-43Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 44-45Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 46-47Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 48-49Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 50-51Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 52-53Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 54-55Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 56-57Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 58-59Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 60-61Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 62-63Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 64-65Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 66-67Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 68-69Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 70-71Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 72-73Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 74-75Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 76-77Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 78-79Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 80-81Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 82-83Micros ID numéro 1 décembre 1986 Page 84