Micro Systèmes n°99 jui/aoû 1989
Micro Systèmes n°99 jui/aoû 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°99 de jui/aoû 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 156 Mo

  • Dans ce numéro : grandes écoles... du clavier au charbon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
MICRn-nIGEST PRESENTATION TURBO PASCAL 5.5 L'OBJET D'UNE NOUVELLE ORIENTATION En choisissant d'implémenter les possibilités d'orientation objet sur Turbo Pascal, Borland s'associe à l'avènement d'une méthode de programmation très prometteuse et donne une nouvelle dimension au compilateur qui a fait son succès. e fait que Turbo Pascal se L soit progressivement imposé comme le meilleur outil éducatif en matière de programmation explique sans doute pourquoi c'est lui qui, le premier parmi les compilateurs de Borland, a pu bénéficier des apports de l'orientation objet. On n'a pas assez souligné, en effet, que la principale différence entre les méthodes de programmation classiques - pour ne parler que des langages procéduraux - et la programmation dite orientée objet est affaire de formalisme de pensée. Il suffit, pour en mesurer l'ampleur, de comparer les deux méthodes employées à une même finalité, la première régie par des contraintes liées à l'académie des schémas d'implémentation des langages de haut niveau, la seconde réduisant 11111M31111MCEIMIE-..:' ; 131e. considérablement le décalage entre le raisonnement algorithmique appliqué (raisonnement de programmation) et le raisonnement algorithmique naturel (raisonnement moteur humain). Plus intuitive, plus immédiate, donc plus simple et plus efficace, la programmation orientée objet est à ce titre une petite révolution (sera-t-elle génératrice de programmes sans bugs ?). Sur un plan descriptif, l'orientation objet se résume en trois termes : encapsulation, héritage et polymorphisme. L'encapsulation, c'est l'agrégation d'une structure de variable aux procédures et aux fonctions qui la manipulent, la combinaison formant un « objet ». L'héritage, c'est la vertu par laquelle un objet fermé à partir d'un autre possède, au minimum, toutes les caractéristiques de ce dernier (dit ascendant) -,':=111111311r7 : el rocédure Eclute(4egré:iltefer) : virtuel : elà ; Moebius objectCAle, Conclure ilteger ; coustructur lez (3azX, lu*/ilteyer : couleur : iltele-) ; ? rocedure) effile : virtuel : ? rotedure 3etourte ; virtudl : rocedure Contraste : virtudl : prucedure Ectatedegré:ilteger) : virtuel : end ; tu Meublas tu... DEFIMITION) S ? 30C2),I3:3 procédure Moebiuidietourle : Ce tirage a été effectué sur la Mitsubishi G300 (d p.72). 70 - MICRO-SYSTEMES plus les siennes propres. Le polymorphisme, c'est la finalité d'actions communes à telle fonction ou procédure associée à chacun des objets d'une même hiérarchie de descendance, étant entendu que les manipulations mises en oeuvre dépendent de la structure globale des objets. On conçoit donc qu'au prix d'une abstraction qui ne gênera les programmeurs que dans la mesure de leurs habitudes, on obtienne un code plus structuré, plus modulaire et plus extensible. En pratique, la mise en oeuvre de ces possibilités s'accompagne d'un vocabulaire nouveau. Terme clé, « object » est un type de variable ; il s'emploie comme « record », c'està-dire qu'il stipule le début des déclarations relatives à l'objet et doit être suivi d'un « end ; ». Chaque descendant d'une hiérarchie d'objets doit être déclaré en référence à l'objet racine (« object » est alors suivi du nom de son ascendant entre parenthèse), tout descendant pouvant à son tour engendrer une descendance dont il serait la racine logique (du point de vue déclarations et caractéristiques). Maintenant que chaque objet est ainsi défini, on peut lui appliquer des fonctions et des procédures qui ne concernent que lui : ce sont des « méthodes ». Simplifiant déjà considérablement les choses (plus besoin de e with » et de procédures associées), les méthodes ont en outre le mérite de pouvoir être rendues virtuelles. Avec la déclaration « virtual », une procédure (méthode) peut être récupérée d'un objet ascendant et réutilisée en fonction des particularités d'un nouvel objet. Enfin, ce sont les déclarations constructor » et « destructor » qui génèrent les liens entre les appels aux méthodes et la « table des méthodes virtuelles », qui contient la taille des objets et pointe, depuis le segment de données, sur le code de ses méthodes virtuelles. Si l'écriture et la mise au point des programmes s'en trouvent considé- rablement simplifiées, après quelques heures de pratique, Borland n'a pas hésité pour autant à retravailler son excellent debugger (Turbo Debug). Avec la version 1.5, les objets sont affichés dans la fenêtre d'évaluation et traités dans la fenêtre d'observation comme peuvent l'être les « record », et les appels aux méthodes sont tracés indifféremment selon qu'il s'agit de méthodes statiques ou virtuelles. Une nouvelle fenêtre de hiérarchie d'objets est disponible (< H >), qui fournit d'un côté la liste alphabétique des types d'objets utilisés dans le module analysé, et de l'autre l'organigramme de la hiérarchie. Enfin, trois nouveaux types de fenêtres d'inspection sont implémentés. La première résume les informations relatives aux données et aux méthodes de l'objet tout en permettant le parcours de la structure d'appels successifs depuis le module de départ (Object Type Inspector Window). La deuxième ajoute aux deux vues habituelles (les noms de champs avec leur valeur courante en haut et le type de champ sélectionné en bas). La troisième affiche les méthodes propres à l'objet sélectionné et à leur adresse, en prenant en compte les structures polymorphiques et la table des méthodes virtuelles (Object Instance Inspector Window). Turbo Pascal 5.5 mérite plus que jamais, son titre d'environnement de développement. S'il n'est pas le seul à faire ce qu'il fait, en Pascal comme enC, il offre néanmoins, dans sa version « professionnelle », une panoplie d'outils incomparable, à commencer par ses volumineux manuels d'instruction. il Frédéric Milliot Pour plus d'informations cerclez 105 TURBO PASCAL 5.5 Compatibilité : PC/XT/AT/PS Prix : 2 995 F HT (avec debugger) Editeur : Borland Juillet/Août 1989
Comparez ce qui est comparable ! A.3.3.0.35 I,'IIT, nos confrères vont avoir du mal à remplir toutes les cases. Pour vous aider à faire votre choix : Une garantie de 15 mois _tg MC" 47.88.93.81 31-35, rue Raspail - 92400 COURBEVOIE Dans le chemin privé Un appareil Processeur 80386-0. homogène moyen emre entre 450 Disque dur avec temps d'accès et 1800 25 et KB/S. 16 ms. Taux de transfen entre 16 800 et 21 600 cp Vitesse s d'affichage Un appareil performant IIIPs La Vitessend Nonon indice Vemark 20/32 MHz 4.0 à = 26.0 Un assemblage MIPS 3.11 OWait Selon Un vos configuraticns personnalisé demandées boîtier vertical loiours Un délai de liVraLS011respecté Comprenant 2 Mo 51t4 m 54- est 8 Mo sur carte mère - 16 Mo émoire 32 bits. Carte BriPh. couleur VGA avec DESIGNER 800 : 800 600 256 Kit con, Disque dur 108 Mo (28 ms) - olicleD ext à 512 14" VGAARILTIMODE 850 s Moniteur Ko sol 5 60 - pa 028 AUTRES EXEMPLES DE LA GAMME] EXECUTIVE PLUS : 80286-16 - Vitesses 10/20/26/31 MHz - Norton indice V 4.00 = 27.0 MIPS 3.25 1 Mo RAM 100ns - est à 8 Mo sur carte mère EMS LIM 4.0 compatible. Coffret compact. Disque dur 62 Mo (28 ms) + Carte VGA BCG X 600 - Moniteur VGA/MULTIMODE - pas 0.31 EXECUTIVE : 80286-12 - Vitesses 8/16 MHz - Norton indice V 4.00 = 13.7 MIPS 1.78 - 1Mo RAM 100ns - est à 4 Mo sur carte mère EMS LIM 4.0 compatible Disque dur 40 Mo (25 ms) + Carte EGA 480 - Moniteur EGA 14" - pas 0.31 SUPERIOR : 80286-10 - Vitesses 8/13 MHz - Norton indice V 4.00 = 11.2 MIPS 1.40 - 512 Ko RAM 120ns - est à 4 Mo sur carte mère EMS LIM 4.0 compatible Disque dur 20 Mo (65 ms) + Carte HGA. Moniteur 14" MONOCHROME HGA DSC tetf ❑ Prixrrc 26 670,00 F Prix TTC 20 680,00 F Prix TTC 12 240,00 F Tous nos prix indicatifs incluent MS-DOS 3.3 + GW - BASIC (manuels en français) - 1 port parallèle - 2 ports série - 1 lecteur 1.2 Mo/360 Ko - 1 clavier français 102 touches Cherry Azetty. Les DSC sont construits dam les boîtiers avec affichage digital de la vitesse + commutateurs turbo + reset Toutes autres configurations avec disques durs de 20 Mo (35 Ms) à 330 Mo (18 ms). Cartes écran haute résolution - Sauvegardes - Lecteurs 3"I/2 720 Ko/1.44 Mo-Souris- Coprocesseurs 80287/80387 - Onduleurs - Modems - Réseaux - Imprimantes Star et brothers - Système d'exploitation XENIX-0S2 etc... sur demande. Marques déposées MS-DOS-GW-BASIC-XENIX MICROSOFT CORP. NC/STAR MICRONICS/BROTHF.R=BROTHER/EGA. PGA. VGA. OS/2. IBM = IBM CORPORATION Ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 19 h (vendredi 21 h) SERVICE-LECTEURS N°228



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 188