Micro Systèmes n°99 jui/aoû 1989
Micro Systèmes n°99 jui/aoû 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°99 de jui/aoû 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 156 Mo

  • Dans ce numéro : grandes écoles... du clavier au charbon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
MICRO — nI GEST AC TUALI TES Depuis la reprise de la branche française d'Apricot par une filiale française de Carrere, on pouvait s'interroger sur la situation d'une des compagnies les plus innovatrices technologiquement. La reponse arrive sous la forme d'une annonce-produit surprenante : APRICOT LANCE LES PREMIERS COMPATIBLES AT-486 L'orientation multi-utilisateur (réseaux locaux et Unix) des produits du constructeur britannique ne pouvait que conduire à l'adoption immédiate des standards de performance les plus élevés. On se souvient qu'Apricot avait été le premier fabricant « officiel » de compatibles PS/2, adoptant l'architecture microchanel d'IBM. Aujourd'hui, c'est encore une première, avec le lancement de la famille des VX FTservers, dont les deux modèles de base utilisent les microprocesseurs 386 et surtout i486, dont le lancement par Intel ne remonte qu'à quelques mois. Annonçant une puissance de 15 Mips et positionné comme la base d'un système départemental de traitement de l'information, le VX FTserver 486 se veut le premier concurrent sérieux des mini-ordinateurs traditionnels. Parmi les carac- téristiques intéressantes, on note l'utilisation de sauvegarde de type DAT (bandes magnétiques digitales) capable de stocker 1,2 Go, l'emploi d'une alimentation protégée contre les interruptions, le fonctionnement en miroir des disques durs et l'emploi du bus SCSI pour tous les accès à la mémoire de masse. Au niveau logiciel, le VX FTserver peut fonctionner dans les environnements réseaux sous MS-DOS (MS-Net, Novell Netware 286/386) et sous OS/2 (Lan Manager), ainsi que sous Unix/386 (nouveau nom de Xenix). Apricot distingue (on ne saurait faire efficace sans faire un peu compliqué) les deux séries en les affublant d'une référence différente, 400 pour les serveurs de réseaux et 800 pour les machines Unix. Les caractéristiques techniques sont aussi impressionnantes qu'on pouvait s'y attendre : 4 Mo de mémoire pour les serveurs réseaux et 16 Mo pour les systèmes 800. Pour les disques durs, la gamme s'étage de 117 Mo à plus de 5 Go... Deux choix de « standards » vont déterminer l'avenir des machines de guerre d'Apricot : le bus d'interface 32 bits pour des cartes d'extension est MCA (malgré le succès très relatif des compatibles PS/2 actuellement) et le connecteur Ethernet en version de base pour les réseaux locaux, Token Ring étant toutefois disponible en option. On peut s'étonner que la vitesse d'horloge ne soit que de 25 MHz, y compris pour les machines 486, alors que les 386 à 33 MHz se généralisent. Dernière précision, les prix de ces compatibles s'échelonnent de 8 995 à 21 995 livres sterling. P.R. Opus Technology, numéro deux du marché PC dans le Royaume-Uni, s'implante désormais en France en bénéficiant d'un important contrat dans un secteur qui lui est cher l'éducation. L'EUROPE, L'EUROPE... L a société britannique Opus Technology a donc choisi la France comme première étape de sa stratégie européenne. Déjà leader outre-Manche où, selon les estimations, il figure en deuxième place parmi les constructeurs de PC, en troisième ou quatrième position parmi les fournisseurs du marché professionnel, Opus Technology bénéficie d'une implantation très importante chez les grands comptes ; on relève, parmi les clients attitrés de la firme de Redhill (Surrey), les noms de BP, BBC, British Railways ou encore Coca-Cola. Un des aspects les plus singuliers de la gamme des PC Opus est certainement d'être fabriqué en Angleterre. Il faut d'ailleurs savoir qu'Opus Supplies est un des pion- 24 - MICRO-SYSTEMES niers du composant micro-informatique, qu'il s'agisse des lecteurs de -disquettes équipant les premiers appareils, du temps glorieux de l'informatique familiale (Spectrum, BBC), ou, plus récemment, de composants intégrés pour compatibles. Le constructeur est ainsi capable d'offrir, pour des prix tout à fait concurrentiels, un niveau de performance et une panoplie de services dignes des marques internationales les plus prestigieuses. C'est ce double aspect des choses qui lui a valu d'être retenu par les pouvoirs publics britanniques pour équiper la plupart des grandes administrations et des ministères (Défense, Postes, Sécurité sociale...). D'autre part, Opus a su s'attirer les faveurs de bon nombre de centres d'enseignement supérieur, écoles dites « secondaires », écoles polytechniques, universités. Il était donc presque... normal qu'Opus remporte le marché des nombreux ly- cées d'Ile-de-France. Avec une gamme de six modèles (un XT, trois 286, deux 386-20), Opus Technology a vendu outre-Manche la bagatelle de 35 000 unités en Juillet/Août 1989
OPPLICITIOIS 1988 (450 000 prévues pour 1989), les trois axes de commercialisation, éducation, distribution et vente directe, participant respectivement à 40%, 40% et 20% du chiffre consolidé. Les structures principales de la filiale française, dirigée par Christian-Jacques Rouxel, com- prennent, outre l'administratif, un stock national situé à proximité de La Défense, une Hot-Line 24 heures sur 24, et, à tous les niveaux, l'établissement de liens permanents avec les différents quartiers généraux anglais.L.C. Les hauts débits des télécoms autorisent désormais des applications de qualité de messagerie vocale. Encore faut-il que les constructeurs et les utilisateurs de ces systèmes décident d'exploiter cette puissance mise à leur disposition. TRANSVOX, OU COMMENT DONNER LA PAROLE A L'ORDINATEUR vec Transvox, Alcatel TITN exploite les possibilités offertes par les hauts débits des télécommunications. Ce serveur multimédia trouve en effet sa place dans les systèmes ou les temps de réponse et les flots d'informations sont conséquents et qui nécessitent des équipements optimisés tant au niveau des temps d'accès que des temps de traitement. Ce module, qui peut être piloté par un ordinateur ou fonctionner de façon autonome, est destiné aux industriels impliqués dans la fabrication d'autocommutateurs, les opérateurs en téléphonie, les prestataires intervenant sur des réseaux à valeur ajoutée ou ceux qui sont concernés par le développement d'applications de messagerie. En effet, Transvox offre à l'utilisateur plusieurs services qui en font une base de travail utile dans plusieurs cas de figure. Qu'il s'agisse de services de messagerie interactive ou d'enregistrements de commandes, les fonctions de Transvox Juillet/Août 1989 interviennent à plusieurs niveaux : gestion des différents accès au serveur, gestion de l'interactivité en fonction de l'application développée, stockage de l'information de 32 minutes à 200 heures, gestion de 30 à 128 accès... Quels marchés ? Les marchés accessibles par un tel produit sont d'autant plus divers que nous n'en sommes qu'aux débuts. Viennent spontanément à l'esprit les applications faisant appel à la messagerie vocale de type interactif sur le mode de ce qui se fait actuellement en matière de minitel. Mais la sophistication des applications peu aller plus loin. En effet, un des problèmes que soulève le recours aux télécommunications pour effectuer des transferts de données, d'informations, de fonds, des confirmations d'ordres bancaires ou autre est la certification de l'interlocuteur. Un système Transvox auquel serait raccordé un système expert analysant la voix permettrait d'identifier à coup sûr le donneur d'ordres et par là même de réduire d'autant les fraudes. Les perspectives ne sont donc pas limitées si ce n'est par l'imagination des développeurs et les attentes des utilisateurs. Pour l'heure, il faut compter entre 200 KF et 1 MF pour acquérir un système Transvox. Ce prix peut sembler dissuasif à certains, mais il est à mettre en paral- lèle avec les prix des serveurs télématiques disponibles sur micro pour un même nombre d'accès. A titre d'exemple, 24 accès simultanés sur un serveur à commande vocale seraient accessibles pour environ 400 KF. pour se rendre compte des possibilités de Transvox il est possible d'entrer en contact avec lui en faisant le (16) 99.36.44.13. S.B. La société IEEE, à la fois constructeur et spécialiste du matériel informatique d'importation, fournit, cette année, les ordinateurs nécessaires à l'opération « corrigés du Baccalauréat sur minitel ». IEEE VA FAIRE SES PREUVES AURA-T-ELLE UNE MENTION ? F orts du succès remporté par l'opération de l'an dernier — plus de 350 000 consultations —, les responsables d'Hachette Education ont décidé de la rééditer cette année, en utilisant 28 ordinateurs IEEE. Les futurs bacheliers, et les autres, ont pu ainsi consulter les corrigés des épreuves deux heures après la clôture de l'examen. Avec l'appui médiatique de Libération et le soutien logistique de l'Ecole supérieure d'informatique et de gestion (ESIG), l'opération a sans doute suscité un nombre d'appels estimé à 500 000. Les machines — des PC/XT (modèle TX88) — ont servi en premier lieu à la centralisation des corrigés en pro- venance des différentes académies et à la mise en oeuvre de l'infrastructure du serveur minitel 3615 « EDUC » dès la fin des épreuves. Le calendrier de l'opération a commencé au 30 mai, date de livraison des ordinateurs à l'ESIG. Le 7 juin, le système a été installé puisque les consultations ont débuté deux heures après l'épreuve de philosophie. Enfin, les corrigés « généraux » étaient disponibles au fur et à mesure de l'échelonnement des épreuves générales, à partir du 19 mai et pour une durée d'un mois environ. Outre l'aspect marketing, il s'agit là d'un test de qualité sévère pour les PC IEEE.L.C. MICRO-SYSTEM ES - 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 188