Micro Systèmes n°99 jui/aoû 1989
Micro Systèmes n°99 jui/aoû 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°99 de jui/aoû 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 156 Mo

  • Dans ce numéro : grandes écoles... du clavier au charbon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
MICRE1 nIGEST ACTUALITES Alors que seul Atari propose encore un ordinateur domestique non-compatible MS-DOS, mais avec unprix et des capacités qui ne sont plus grand public, le premier constructeur japonais de consoles de jeux annonce son intention de faire évoluer ses produits. NITENDO PREPARE LE RETOUR DE LA MICRO-INFORMATIQUE FAMILIALE P résente dans 21% des foyers américains et commercialisée outre-Atlantique au prix ridicule de 99,95 US$, la console de jeux Nitendo pourrait devenir prochainement un ordinateur familial, marquant peut-être la renaissance d'un genre que l'on a vite enterré. Disposant d'un microprocesseur, de mémoire, d'un gestionnaire d'affichage, d'un écran (en l'occurrence celui du téléviseur), il manque vraiment fort peu à une console de jeux pour se transformer en micro-ordinateur : quelque mémoire vive supplémentaire, un moyen de sauvegarder des informations et une ouverture vers les télécommunications. Un « fort peu » que la société de Hiroshi Yamauchi se fait fort de proposer d'ici à l'année prochaine, offrant notamment aux utilisateurs la possibilité d'accéder à des banques de données (Bourse, shopping, voyages, banque...) comme le fait le minitel en France. Les échecs des constructeurs de micro-ordinateurs familiaux (notamment celui des japonais et du « standard » MSX) ont visiblement échaudé Nitendo. La forme anodine d'un simple jouet a permis à la console de pénétrer un vaste marché, sans effrayer les utilisateurs par une approche trop technique, aidée par un prix très attractif. La vente de services, par le biais des télécommunications, peut être un moyen d'augmenter la rentabilité d'une telle opération, comme le prouve l'exemple du minitel. Alors que tant d'enfants se sont crus obligés de réclamer un ordinateur pour Noël, juste pour les jeux d'arcades, il est amusant de penser qu'un constructeur est trouvé préférable de présenter ce qui est supposé être un ordinateur comme une simple console... P.R. Après un retard de plusieurs mois, les nouvelles versions du tableur le plus vendu sont disponibles. Une annonce qui devrait permettre à Lotus de conforter sa position de leader, malgré une concurrence plus forte. LOTUS 1-2-3 : LIFTING A DEUX VITESSES POUR UNE VEDETTE C inq millions de copies dans le monde, dont cent cinquante mille en France : Lotus 1-2-3 a vraiment connu un succès excep- 22 - MICRO-SYSTEMES tionnel. Toutefois, il devenait vital pour l'entreprise de rajeunir ses produits, tant pour faire face à une concurrence de qualité (Excel ou Quattro) que pour suivre le rythme fou désormais traditionnel en microinformatique. Annoncées prématurément, dès le début de 1988, les deux nouvelles versions présentées le 20 juin 1989 à Boston permettent de tirer certaines conclusions. La première concerne la mise sur le marché de deux produits, presque simultanément : la version 3 sera disponible en France dès la mijuillet alors que la version 2.2 verra le jour en septembre. Les raisons de cette commercialisation en double, pour originale qu'elle soit, sont aisément compréhensibles : la base installée de 1-2-3 tourne en majorité sur des PC-XT, alors qu'aujourd'hui les ventes de matériel, surtout dans les grands comptes, concernent des machines plus puissantes, à base de 286 et de 386. De là l'idée de distinguer deux types d'applications pour les tableurs et de proposer cette solution à deux vitesses. Pour la plupart des besoins bureautiques, la version 2.2 devrait permettre à 1-2-3 de répondre à la plupart des critiques sur le produit actuel : elle n'occupe que 205 Ko en mémoire vive, offre des performances optimisées grâce à une écriture en assembleur, apporte les liens dynamiques entre plusieurs feuilles et certains « gadgets » confortables, comme l'annulation de la dernière commande ou l'exécution d'un nombre illimité de macro-commandes. En ce qui concerne les fonctionnalités de mise en page, c'est l'add-in américain Allways qui sera fourni en standard. Un choix qui ne séduira peut-être pas les utilisateurs français de 1-2-3, familiers d'Impress, add-in du même type mais plus au goût du jour grâce à une interface utilisateur en mode graphique. En revanche, la version 3 peut être jugée extraordinaire en regard de ces fonctionnalités, mais pas forcément des plus accessibles. Elle nécessite en effet, sous MS-DOS comme sous OS/2, un minimum de 1 Mo de mémoire vive, sur une machine de type 286 ou 386. La princi- pale innovation est de permettre la lecture directe dans une feuille de calcul de données en provenance des principaux gestionnaires de bases de données, tant sur micro (dBase, R:Base et Paradox) que sur mini (Oracle ou Ingres). Si l'on ajoute la possibilité de traiter les tableaux « en profondeur » jusqu'à 256 niveaux, avec visualisation de trois niveaux sur un même écran, Lotus 1-2-3 version 3 devrait séduire les départements financiers des grandes entreprises, pour qui l'investissement matériel n'est rien en regard de la rentabilité. Deuxième conclusion, Lotus reste, pour l'instant du moins, en dehors de la vogue des interfaces graphiques utilisateurs à la Macintosh. Si une version est attendue (quand ?) sous Presentation Manager, aucune intention chez le numéro un de venir se battre face à Excel sur le terrain de Windows. Impossibilité technique, certainement, pour faire tenir le code de Lotus plus une interface gourmande dans les 640 Ko d'une machine MS-DOS. Mais aussi, non moins certainement, la volonté marketing de consolider la position de leader sur le terrain du traitement des chiffres plus que sur celui des outils de présentation. Un parti pris qui, malgré les choix d'IBM et de Microsoft, ne semble pas éloigné de celui de nombreux utilisateurs. Troisième point, enfin, cette annonce montre que la spécialisation à outrance d'un éditeur de logiciel dans un seul créneau n'est pas forcément inepte... à la condition de ne pas rater le coche et de proposer, suffisamment souvent, des améliorations permettant au logiciel de rester dans la course sans perdre la compatibilité avec les versions précédentes. Au risque de perdre des points face à une concurrence plus innovatrice. Avec 468,5 millions de dollars de chiffre d'affaires, Lotus est le deuxième éditeur de logiciels micro, derrière Microsoft. Excellent résultat pour un spécialiste. P.R. Juillet/Août 1989
PARDON DIEU. PROGRAMMATION SYSTEME NOUVELLE EDITION ENTIEREMENT REACTUALISEE EDITIONS MICRO APPLICATION SERVICE-LECTEURS N o 2 Le Hardware : les registres, les coprocesseurs arithmétiques (xxx87), le contrôleur DMA, le Timer, l'horloge interne, les mémoires vive, cache et étendue (EMS)...Les périphériques : les contrôleurs de disquette et de disque dur, les cartes graphiques (GA, EGA, VGA, Hercules...Le DOS : structure et fonctionnement, points d'entrées, programmes COM et EXE, les fonctions FCB... Le BIOS : routines, types d'interruptions, flags, entrées/sorties, gestion de la mémoire... La programmation simultanée du DOS, du BIOS et du Hardware en langageC, Assembleur, Basic et Pascal. La boîte à outils : la gestion du son, les programmes résidents, la partition des disques, la réalisation de Snapshots, les paramètres de configuration...Les annexes du professionnel : tableaux des interruptions, modes d'adressage, tables des codes... EDITIONS MICRO APPLICATION Aujourd'hui les hommes ont osé s'octroyer le savoir suprême. Ils ont créé une nouvelle bible, celle du PC. Maintenant ils auront accès à la connaissance totale... Tout ce qu'il faut savoir pour une meilleure compréhension des processus de la machine et de son environnement est contenu dans cette bible. L'index est si clair qu'il suffit de tourner quelques pages pour trouver toutes les réponses à vos questions, qu'il s'agisse de la mémoire vidéo de votre carte, des interruptions système... LA BIBLE PC est appelée à devenir, tout comme son ainée, un best seller. Réf. ML 564. Prix 340 F. 1034 pages. Réf. ML 664. 440F avec 2 disquettes 5"1/4. Plus de 1 Mo de programmes à votre disposition si vous avez opte pour la version de cet ouvrage avec disquettes (les données sont compactées). r MS 7/8/89 EDITIONS/MICRO APPLICATION 58 RUE DU FAUBOURG POISSONNIERE 75010 PARIS TEL 111 47 70 32 44 Je désire recevoir LA BIBLE PC. Ci-joint mon règlement de : 340 F El 440 F (51/4) mandat —I chèque à l'ordre de MICRO APPLICATION NOM ADRESSE VILLE CODE POSTAL Date d'expiration SIGNATURE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 188