Micro Systèmes n°99 jui/aoû 1989
Micro Systèmes n°99 jui/aoû 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°99 de jui/aoû 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 156 Mo

  • Dans ce numéro : grandes écoles... du clavier au charbon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 154 - 155  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
154 155
FENETRE SUR gle parcouru pour lire « bonjour » sera inchangé à tout endroit du disque, mais sur une longueur de piste variable. Dans le second cas, la distance parcourue sur la piste pour lire « bonsoir » sera identique sur tous les diamètres, avec un déplacement anglulaire variable. La vitesse angulaire constante est un procédé plus facile à gérer mécaniquement, le disque tournant à vitesse constante. L'accès aux informations sur le cylindre est direct, mais, en contrepartie, les informations ne sont pas écrites avec la même densité sur toute la surface. L'augmentation de la quantité d'informations n'est pas proportionnelle à l'augmentation de la surface du disque. La vitesse linéaire constante est un procédé d'enregistrement/lecture sur la spirale d'un disque tournant à vitesse variable, de 200 à 500 tours par minute pour un compact-disc. La densité des informations est constante et le débit peut être rapide en continu. Mais il s'avère plus délicat de synchroniser les variations de vitesse et surtout de repérer une information sur ce sillon interminable. Logiquement, les disques devant être lus séquentiellement seront donc de technologie VLC/spirale, les autres seront de type VAC/concentrique. Les disques optiques numériques et les vidéodisques sont adaptés en tout ou en partie aux deux situations. Le CD audio diffusant une douce mélodie séquentielle appartient à la famille VLC... mais le CD/ROM aussi, comme toute la famille des CD ! Si cette anomalie génétique n'est pas un handicap, c'est au prix d'une course électronique sans pitié. Naissance d'un standard pour une normalisation importante L'industrie du CD/ROM a débuté en ordre dispersé en 1985 aux USA. L'absence de normes en matière d'organisation des données s'est immédiatement fait sentir comme un obstacle au développement d'applications. Fin 1985, les représentants d'une douzaine de sociétés sont conviés au casino High Sierra de Lake Tahoe (Nevada), afin de définir le format logique du CD/ROM : Apple, Digital, Hitachi, Laserdata, Microsoft, 3M, Philips, Reference Technology, Sony, TMS, Videotool, Xebec. Ces sociétés, multinationales du logiciel et de l'unité centrale, ou encore petites entreprises, sont engagées dans la production de CD/ROM aux USA. 154 - MICRO-SYSTEMES symboles cellules octets synchronisation 24 LU signalisation 14 1 CC F- UJ données 336 24 correction 112 8 liaisons 3 x 34 Les objectifs du « High Sierra Group » sont d'une part d'optimiser les procédures d'accès et d'interfaçage du média « CD/ROM », et d'autre part d'assurer une compatibilité ascendante avec le futur CD.I. Les propositions du groupe sont diffusées en juin 1986 à l'industrie et reprises par la norme ISO 9660 en 1988 qui décide de la dimension internationale du CD/ROM en tant que média de grande diffusion. Cette norme intitulée « Structure de volume et de fichier des disques optiques compacts à mémoire fixe » ne fait référence ni aux caractéristiques physiques du disque, ni au contenu des fichiers. Elle assure la conformité des disques sur le plan de leur organisation de fichiers. Le concept « compact disc » est un emboîtement de standards de communication et de codage, du niveau de gestion le plus bas jusqu'au système d'exploitation particulier au futur CD.I. Le CD audio assure les fondations du système. Les disques audio sont divisés en trois zones : les zones de départ, de programmes, de sortie (respectivement aux diamètres 46 mm, 50 mm, 116 mm). La zone départ est la plus interne et permet un positionnement d'entrée de la tête de lecture. Que se passe-t-il ensuite ? On peut distinguer sept fonctions élémentaires. 1. LIRE : Le spot lumineux est diffracté par les alvéoles de la couche réfléchissante du disque, creusée de microcuvettes. Les déviations lumineuses créées par ces « montagnes russes » sont reçues par le système optique comme un signal haute fréquence de forme irrégulière, chaque transition étant interprétée comme un « 1 » et les états stables décomptés comme des « 0 ». 2. DECODER : Une table de traduction dite « code EFM » (Eight to Fourteen Modulation) reconstitue des trains d'octets sur la vase de « 14 pour 8 ». 14 cellules binaires sont traduites en un octet. 32 octets forment une trame, et parmi eux 8 octets sont dévolus à la correction des erreurs de lecture (code CIRC : « Codes de Reed-Salomon Entrelacés et Cascadés »). 3. ADRESSER : 98 trames forment un bloc homogène repéré par une voie de signalisation, adaptation du code d'adressage SMPTE (« Society of Motion Picture and Television Engineers ») qui décompte le temps en heures, en minutes et en 75e de seconde. Ces blocs de 1/75e de seconde seront les secteurs du CD/ROM. Ainsi, le bloc audio portant le numéro 49/25/10 correspond au I le secteur, à la 2e seconde, à la 50e minute, soit au 222 386e secteur du disque. Les informations de signalisation du bloc assurent l'adressage sur la spirale et le repérage de la position de lecture, par cette bizarre méthode « temporelle » qui entraîne quelques contraintes de réalisation, si l'on veut un résultat informatique probant : il est préférable que les fichiers les plus souvent utilisés, qui demandent un accès rapide ou pseudo-simultané (répertoire et sous-répertoire, image avec son texte, ou texte et commentaire sonore), se trouvent les uns à la suite des autres, en tout cas en aval l'un de l'autre. Le pire en terme de temps d'accès étant de demander au lecteur un retour en arrière (arrêt de lecture), le meilleur étant d'entrelacer les fichiers. 4. EMBALLER : Le CD/ROM est donc une deuxième peau complétant le Juillet/Août 1989
octet [6] 98 TRAMES DE 24 OCTETS 4 2048 4 276 CODES DE SYNCHRONISATION EN-TETE : - adresse du secteur - mode 1 ou 2 DONNEES UTILISATEUR CODE DETECTEUR D'ERREUR CODE CORRECTEUR D'ERREUR SECTEUR PHYSIQUE SECTEUR LOGIQUE MODE 1 SECTEUR LOGIQUE MODE 2 8 INUTILISE 1 octet = 8 voies P Q R S TU V W 2 2 2 2 2 2 2 2 R, S, T, U, V, W ne sont pas utilisées en audio Synchronisation de bloc [5] 4 COMMANDE : notamment copie in terditelautorisée DRA PEAU DE DEPART SEQUENC E 4 8 8 8 8 8 8 8 8 8 16 MODE : renseigne sur la structurel es octets suivants de la voie Q. Dan ; ce tableau, mode (*) TNO : numéro de la séquence de programme. Si égal à zéro, signale la zone départ POINT : pointeur donnant le numér o des séquences répertoriées en zone départ, adressées par MIN P, SEC P, TRAME P X : en zone programme, le po inteur indique la subdivision dans SEC, MIN, TRAME MIN SEC TRAME temps relatif à l'intérir Ur d'une séquence, de 00/00/00 à 59/59/74 ZERO MIN P/A SEC P/A TRAME P/A en zone départ, adresses « P » des séquences du répertoire (num rotées par POINT). En zone programme, ter ps absolu e A » du volume CRC code de correct ion d'erreurs sur la voie II (*) En mode 2, les informations concernent le numéro de catalogue du disque, en mode 3, des renseignements de classification de l'enregistrement (pays, propriétaire, annee, numero)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 99 jui/aoû 1989 Page 188