Micro Systèmes n°98 juin 1989
Micro Systèmes n°98 juin 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°98 de juin 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 153 Mo

  • Dans ce numéro : choisir... logiciels intégrés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
phique pour les enrichissements du texte, être un maquettiste qui sache apprécier l'équilibre et l'esthétique de sa page et, enfin, être un secrétaire de rédaction. En fait, une multitude de compétences sur un même poste de travail. Qui dit édition pense texte. En effet, celui-ci occupe souvent la majeure partie, sinon la totalité du document. Un des éléments essentiels du système de PAO est donc le traitement de texte (Word, MacWrite, WordPerfect, Sprint...) et parfois des logiciels spécialisés (scientifiques et mathématiques notamment) facilitant l'écriture de formules et de caractères spéciaux (cf. encadré). Mais l'édition va bien au-delà de l'écriture. Aussi, le Desktop Publishing intègre-t-il toute une série de fonctionnalités — graphique, gestionnaire de pages... — et de périphériques — scanner, imprimante laser ou autre, mémoire de masse... Il existe actuellement de nombreux systèmes standards de PAO sur micro-ordinateur, tels que Pagemaker (Aldus Corporation), Ventura (Xerox), Personal Publisher (Software Technologies), XPress (Quark), Ready Set Go (Letraset), ainsi que d'autres systèmes plus « professionnels » et moins faciles d'utilisation, comme Byline, Pageplanner et autres Graphotexte. La micro-édition se distingue des systèmes de traitement de texte classiques par l'importance qu'elle accorde à la présentation. Celle-ci doit tenir compte de la perception que le lecteur aura du document imprimé et fait donc appel aux arts graphiques et à la typographie. La forme des caractères, leurs dimensions, leur « graisse », ainsi que la mise en page ont une grande importance en PAO. Les systèmes de PAO disposent généralement de jeux de caractères et polices standards. Certains éditeurs de logiciels proposent des jeux de fontes (Adobe, Bitstream...). L'informatique mettra bientôt'à notre disposition des catalogues de polices aussi complets que ceux dont disposent les imprimeurs traditionnels. En attendant, il existe des logiciels permettant de créer des jeux de caractères spécifiques (Fontgen IV+ de VS Software, par exemple). Comment illustrer ? Les documents à éditer peuvent être illustrés de dessins et autres documents. Aussi les logiciels de PAO comportent-ils généralement des fonctionnalités graphiques facilitant ces opérations. Les dessins sont soit réalisés point par point, soit vectori- sés, ou bien encore constitués à partir d'éléments choisis dans une bibliothèque (courbes, formes géométriques, logos...) et assemblés à l'aide d'un éditeur graphique. La PAO utilise encore d'autres éléments graphiques (cadres ou filets, par exemple) qui serviront à la mise en page. Enfin, le système peut intégrer un module de « présentation assistée par ordinateur » (Desktop Presentation) permettant une représentation graphique des différentes données chiffrées (diagrammes d'entreprise, notamment). Tous ces fichiers d'origines diverses (textes ASCII ou issus de traitement de texte, images, graphiques, par points, vectorisés, textuels) peuvent être importés dans le système de PAO. L'intégration de ces sources d'informations hétérogènes (texte, image, CAO...) dans un document unique s'effectue à l'aide de logiciels intégrateurs (Windows de Microsoft, Gem de Digital Research...). Pour les graphiques, photos et autres images, l'importation peut se faire par l'intermédiaire d'un scanner ou numériseur (Thunderscan, Macvision, Scanjet...). Ce périphérique balaye le document à enregistrer par un rayon lumineux très fin et analyse la lumière réfléchie à l'aide d'une rangée de photodiodes ou de cellules CCD (Charge Coupled Comparaison entre chaîne éditoriale classique et micro-édition. Entreprise éditrice Entreprise éditrice REDACTION COTATION Photocompositeur >SAISIE COMPO REDACTION SAISIE COTATION RELECTURE MAQUETTE MONTAGE RELECTURE MAQUETTE Photocompositeur (facultatif) Photograveur PHOTOGRAVURE QUADRI ET SIMILIS BàT PHOTOGRAVURE TRAIT 0 CORRECTIONS Photograveur e7/(facultatif) PHOTOGRAVURE QUADRI ET SIMILIS SORTIE LASER 1 PHOTOGRAVURE TRAIT FI tesHAGE DES DISQUETTES BROMURE - FILM Imprimeur Imprimeur MONTAGE FILMS MONTAGE FILMS IMPRESSION IMPRESSION 84 — MICRO-SYSTEMES Juin 1989
STATION DE PAO (MAC/UNIX/IBM-PC) AVEC tECHEDITEUR DOSSIER Scanner impnmonte Base de données 1/2cléolext ALIMENTATION DE LA BASE DE (SONNETS O Minitel Demande ae vosooksallon lecnSckleure. modfficanons Impression de ka aocumsontakon sur irnprtmonte laser STATION DE PAO (MAC/UNIX/IBM-PC) AVEC TECHEDITEUR La PAO en réseau. Exemple : station TechEditeur. Device). L'image, ainsi saisie point par point, est convertie en une série de bits. Le document peut alors subir diverses manipulations (réduction, agrandissement, déformations diverses), avant d'être intégré dans le document à éditer. Si le scannef peut fort bien saisir un texte dans son intégralité, il est souvent plus intéressant de le coupler avec un système de reconnaissance de caractères ou OCR (Optical Character Recognition) tel que Autoread, Readstar, Personal Writer... Ce système convertit les caractères reconnus dans leur code ASCII, afin de pouvoir appliquer au texte toutes les fonctionnalités habituelles d'un système de traitement de texte (changement de police, recherche de mots, utilisation de dictionnaires, voire traduction automatique). La mise en page, une phase essentielle La mise en page d'un document comprend toute une série d'opérations destinées à rendre ce document esthétique, agréable à lire ou à consulter, à faire ressortir les points importants, à mettre en regard les illustrations et les textes qui s'y rapportent... Les principales fonctionnalités de la mise en page sont le colonnage, la justification, la césure des mots en fin de ligne, la gestion des blancs, la microjustification (possibilité de rectifier la distance séparant des paires de caractères pour améliorer la lisibilité). Elle permet aussi de gérer des zones de haut ou de bas de page permettant l'insertion de titres courants, notes, numérotation, en-têtes, logos... ; le positionnement de filets et cadres ; le remplissage du fond par des grisés ou Juin 1989 motifs de trames... Ces différentes fonctionnalités peuvent se faire manuellement ou automatiquement. La seconde solution, de plus en plus répandue, est, bien entendu, beaucoup plus conviviale. L'impression d'une mise en page fait appel à un type de driver particulier, appelé langage de description de page ou PDL (Page Description Language). Le plus connu est PostScript (Adobe Systems), mais il en existe d'autres dont les principaux sont Interpress de Xerox et DDL d'Imagen. Ces langages permettent de décrire une page en tant que combinaison de textes, d'images et de graphiques. Cette description est ensuite transmise à l'imprimante à balayage (laser, jet d'encre ou autre) de la configuration. L'utilisateur n'est pas concerné par la programmation en PDL, mais il doit s'assurer de la compatibilité de son imprimante avec celui-ci. PostScript détient actuellement la quasi-totalité du marché des PDL sur micro. La force de ce langage réside essentiellement dans son indépendance par rapport à l'organe de restitution employé (imprimante, photocomposeuse...). En PostScript, les caractères sont définis non pas sous forme de matrices binaires (bitmap), mais sous forme graphique, par des expressions mathématiques (les courbes de Bézier). Ils peuvent ainsi subir toutes sortes de transformations géométriques (changement d'échelle, d'orientation, de graisse...). Il suffit de décrire une seule police, sous PostScript, les autres s'en déduisant par diverses transformations géométriques. Un interpréteur PostScript (ou autre PDL), le plus souvent sous la forme d'une carte contrôleur d'imprimante contenant le driver en mémoire morte, équipe généralement les systèmes de PAO sur micro. Ce langage assure la communication entre l'ordinateur hôte et l'imprimante ou la photocomposeuse. Le contrôleur PostScript est intégré le plus souvent dans l'imprimante, mais il peut être placé dans le micro-ordinateur (PC, XT, AT ou PS) ou n'exister que sous forme de logiciel chargé en mémoire vive (UltraScript sur Atari, par exemple). L'imprimante décode les instructions émises par l'ordinateur et les traduit à l'aide de l'unité de mise en forme des documents ou RIP (Raster Image Processor). Ainsi, les instructions PostScript sont retraduites en un fichier bit-map directement utilisable par le périphérique de sortie. Il en va de même pour le graphique, grâce à des logiciels de type Adobe Illustrator, l'équivalent de PostScript pour la création graphique. Afficher avant d'imprimer Les imprimantes utilisées en microédition sont généralement fondées sur des processus sans impact comme le laser (Laserjet de Hewlett-Packard, Laserwriter d'Apple, Canon...), la magnétographie, l'ionographie et autres systèmes électrophotographiques (cf. articles « Les imprimantes à laser », Micro-Systèmes n°39, « Les imprimantes de demain », n°40, et « Imprimantes à la page », n°95) ou à jet d'encre. Bien qu'elles aient souvent une bonne définition (300 à 600 points par pouce ou dpi), ces imprimantes n'atteignent pourtant pas la qualité de l'impression traditionnelle (jusqu'à 2 450 dpi pour les meilleures photocomposeuses). Toutefois, la plupart des systèmes de PAO actuels génèrent des supports compatibles aussi bien avec l'impression traditionnelle ou la photocomposition qu'avec l'édition laser. Avant d'imprimer, il est important de pouvoir vérifier sur écran l'aspect du document définitif. L'idéal serait que l'affichage donne l'illusion de travailler sur une feuille de papier, et que l'écran reproduise exactement l'aspect qu'aura le document. Cet artifice, dit « wysiwyg » (« what you see is what you get »), exige évidemment des écrans à haute définition et des écrans « pleine page ». C'est Apple qui a le premier popularisé le conôept « wysiwyg », avec le traitement de MICRO-SYSTEMES — 85



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 188