Micro Systèmes n°98 juin 1989
Micro Systèmes n°98 juin 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°98 de juin 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 153 Mo

  • Dans ce numéro : choisir... logiciels intégrés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
MICR Rrr-mr'EST EVUE DE PRESSE IMMOS RACHETÉ PAR SGS-THOMSON BATAILLE RANGÉE, TRIBUNAL ASSURÉ Célèbre pour ses transputers, Inmos a été vendu par Thorn EMI à un joint-venture franco-italien SGS- Thomson. Les brevets concernant les composants sont supposés rapporter de 30 à 50 millions de dollars dans les cinq prochaines années. Plusieurs sociétés japonaises ont d'ores et déjà annoncé leur intention d'acheter des licences Inmos. Le transputer sera intégré aux microprocesseurs 32 bits de SGS-Thomson qui sont censés participer à un marché évalué par Dataquest à 2,7 milliards de dollars en 1992. Jusqu'à présent, le problème d'lnmos avait été l'absence d'un fort partenariat permettant d'injecter les lourds investissements nécessaires aux recherches et développements de ce type de produit. Le monde industriel doutait en conséquence quelque peu de la pérennité d'Inmos. D'abord financé par le gouvernement britannique puis racheté par Thom, qui y a injecté 510 millions de dollars depuis 1984, Inmos semble aujourd'hui sorti d'affaire et à la tête d'une technologie de plus en plus demandée. Cela lui a permis de générer des bénéfices pour la première fois en 1988 (Supercomputing, avril 1989). SUPER-ORDINATEURS CONTRE SIDA La structure tridimensionnelle d'une enzyme dont le blocage représenterait un traitement potentiel contre le Sida a été révélée grâce à l'aide de super-ordinateurs aux laboratoires Merck, Sharp et Dohme. L'enzyme, connue sous le nom d'aspartyl protease, ressemble à un petit ruban vert, jaune et orange suspendu dans l'espace. Elle est in- 64 - MICRO-SYSTEMES LE GRAPHISME TIENT LE HAUT DU PAVÉ Le graphisme gagne de plus en plus de terrain ! Descendant des stations vers les PC, il se prépare à faire vaciller les grosses machines traditionnelles. Pour survivre, il faut innover ! D'où une pléthore d'applications originales, mises en avant par des fabricants avides de convaincre... Entre la NCGA qui vient de se terminer à Philadelphie et le Siggraph qui débutera fin juillet à Boston, voici une revue de presse orientée graphisme... Supercomputin. g'Flic Magazine of High-Performance Computing dispensable à la réplication du virus du Sida. Conséquence de cette découverte, un programme intensif a été lancé afin de synthétiser des inhibiteurs susceptibles de bloquer le Sida. Malgré un enthousiasme certain, les chercheurs du centre de Merck sont conscients du fait qu'il s'agit là d'une voie totalement nouvelle et reconnaissent qu'il n'existe que très peu de garanties de succès (Supercomputing, avril 1989, et Nature, février 1989). MACHINES A IMPRIMER 3D Une nouvelle race de machines est en train de naître. Elles savent sculpter des objets complexes à partir d'une base de données de CAO. Désormais, les prototypes sortent en quelques heures et non plus en quelques mois. On dénombre actuellement trois méthodes : la stéréolithographie, le selective laser sintering, et l'usinage d'objets laminés. La plus développée est la stéréolithographie qui utilise un rayon laser et des polymères. Un programme de découpage réalise des tranches d'objet, en partant du bas vers le haut. Un scanner contrôle les opérations et solidifie la première intersection. Par collage, l'ensemble de l'objet est composé, section par section, chacune d'entre elles adhérant à la précédente. Baptisé SLA-250, l'appareil transforme un polymère liquide en polymère solide à partir d'un modèle de CAO 3D. Des interfaces sont en cours de développement notamment pour Autocad. Le SLA-250 se compose d'un 80386 à 16 MHz, d'un disque dur 70 Mo, d'un coprocesseur 80387, d'une carte de communication Ethernet, d'un écran monochrome et d'un système Unix. Une interface Phigs+ permet à la machine de lire et de travailler à partir d'un modèle de type CAO. SLA-250 Juin 1989
fonctionne également à partir d'un Iris. La précision des modèles réalisés atteint 1/10e de mm. Les parties construites ne dépassent pas 25 x 25 x 25 cm. Le SLA-250 est vendu 187 000 dollars. Le SLS, ou Selective Laser Sintering, utilise le procédé par lequel des particules telles que des poudres de plastique ou de métal adhèrent pour former un solide sous l'effet d'application d'énergie extérieures (sintering). Le SLS utilise l'énergie optique d'un laser. Une mince couche de poudre est étalée à l'aide d'un rouleau sur une surface plate. La poudre est parcourue, scannée par un rayon laser qui la mélange et la solidifie. Les parties non touchées par le laser restent indépendantes, les autres forment un solide cohérent. Les différentes parties sont ensuite entassées et collées. Technologie récente, inventée par CarlDeckard à l'université d'Austin (Texas) dans le cadre de son doctorat, le SLS a fait l'objet de dotations de la National Science Foundation. Le système LOM (Laminated Object Manufacturing), de la société Hydronetics Inc., utilise des principes semblables. Il dépose et compresse de fines couches de produits (également des poudres de plastique et de métal). De nombreuses industries ont déjà manifesté leur intérêt, notamment dans l'industrie métallurgique, médicale, et même dans la joaillerie. Comme il fallait s'y attendre, les Japonais ont également manifesté un intérêt approprié... Affaire à suivre. Le système BPM, quant à lui (Ballistic Particle Manufacturing), développé par Automated Dynamics Corp., ressemble à un système d'imprimante à jet d'encre. Il utilise un jet de métal fondu mélangé à des matériaux composites pour créer des objets 3D de la même façon qu'une imprimante réalise des modèles 2D. Un modèle est produit par impression de couches successives soudées à froid. Le BPM fonctionne à titre expérimental. Qu'il s'agisse du SLA, du SLS, du LOM ou du BPM, ces systèmes réalisent en 3D pour l'industrie de la maquette et du prototypage ce que la CAO a déjà réalisé en 2D pour les bureaux d'études dans les domaines de la conception et de l'ingénierie (revue Cadence, avril 1989). MICRO-MOTEURS POUR MAXI-DURÉE Développé dans un des laboratoires de l'université de l'Utah, un moteur de 560 microns de diamètre tourne à 100 000 tours par minute. Il se compose d'une petite tige tournant, sans signe d'usure, à l'intérieur d'un cylindre presque aussi petit. Il utilise l'énergie électrostatique plutôt que l'énergie magnétique, grâce à des voltages appliqués le long de ses parois. Du fait que le moteur tourne au lieu de glisser, les besoins en lubrification sont réduits, presque inexistants. Un autre moteur a réalisé deux milliards de révolutions sans montrer de signe d'usure. D'autres, d'une taille de 200 microns, sont en cours d'expérimentation. Les micro-injections nécessaires pour mouler ces moteurs exigent une pression de 1,5 tonne par centimètre carré. Ceux-ci ressemblent à s'y méprendre à des cheveux ! Une douzaine de centres de recherche travaillent actuellement aux Etats-Unis sur les MEMS (Micro-Electro-Mechanical-Systems). Ils sont financés essentiellement par la DARPA (Defense Advanced Research Projets Agency) (Mechanical Engineering, avril 1989). INFOGRAPHIE FAIT LOI ! JURY 3D Omniprésente, l'informatique graphique se devait de l'être également au tribunal. C'est chose faite avec une série de procès menés à bon terme avec l'aide de l'assistant électronique. La société Karsten a obtenu gain de cause lors du procès l'opposant à l'un de ses concurrents accusé d'avoir copié l'architecture du Karsten's Ping Club. En utilisant un Silicon Graphics, la société Karsten a modélisé une représentation 3D (3e Dimension) à l'aide du club concurrent, pour la surimposer devant une autre modélisation 3D de son propre club. Les similitudes devenant soudain évidentes, la copie des brevets originaux a pu être établie. Les clubs incriminés avaient été modifés superficiellement de façon à faire croire à un travail original. Le souci principal de la société 8COMPUTER-AIDED NGINEERING Asli f-e4r Karsten venait de la difficulté de faire comprendre avec des mots ou de simples dessins pourquoi il y avait plagiat. Face à un jury composé de non-spécialistes, les changements superficiels pouvaient faire croire à un travail de conception originale. Mais, au vu de la surimposition des deux modèles 3D, les ressemblances devenaient immédiatement évidentes. Lors d'une réunion préalable entre les avocats des deux parties, l'avocat de la partie adverse suggéra un arrangement à l'amiable, ce qui fut fait sans procès. Pour le plaisir, on aurait aimé assister au procès. (Computer Aided Engineering, mars 1989). SYSTÈMES EXPERTS BON MARCHÉ Parce qu'ils sont financés sur fonds publics, de nombreux logiciels haut de gamme sont disponibles à très faibles coûts auprès des organisations gouvernementales qui les ont commandités. Ainsi, bien que cela soit relativement peu connu, les agences fédérales américaines se sont engagées dans des développements intensifs de logiciels et il est possible de les obtenir pour des sommes modiques, et ceci, code et source compris ! L'un des centres de renseignements s'appelle Cosmic (Computer Software Management and Information Center). Il a été fondé par la Nasa en 1966 pour rassembler, évaluer et distribuer les nombreux logiciels réalisés avec ses subventions. Cosmic a son siège à l'université de Georgie, à Athens, et transfère les technologies logicielles vers les grandes industries, les universités et vers les autres agences gouvernementales. L'un des programmes récemment ajoutés au catalogue de Cosmic est un système expert avec chaînage avant et arrière baptisé Clips (C Language Integrated Production System) et vendu seulement 2 000 francs ! (312 dollars). A l'origine, il a été développé pour le Johnson Space Center afin d'aider la Nasa à développer des systèmes experts dans ses programmes spatiaux (programmes spécifiques). Une des applications en cours concerne l'intelligence des robots chargés de réaliser des opérations de montage automatique dans les stations orbitales. Pour bénéficier de Clips ou d'autres produits disponibles sous la même forme, il faut être citoyen américain (ou posséder un correspondant U.S.) et s'adresser à Cosmic, University of Georgia, 382 E Broad Street, Athens, GA 30602 (tél. : 404 542 3265). Un catalogue est disponible sur demande (Mechanical Engineering, avril 1989). Juin 1989 M ICRO-SYSTEM ES - 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 188