Micro Systèmes n°98 juin 1989
Micro Systèmes n°98 juin 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°98 de juin 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 153 Mo

  • Dans ce numéro : choisir... logiciels intégrés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 108 - 109  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
108 109
la BANC D'ESSAI III A l'inverse, Sidekick Plus sait importer du texte ASCII à la position initiale du curseur de la fenêtre du bloc-notes actif. Mais la fonctionnalité- la plus intéressante reste l'opération de « copier/coller » entre un programme et Sidekick Plus. Tout se passe par l'intermédiaire du presse-papiers, terminologie chère à Windows et au Macintosh. Après avoir sélectionné le bloc de texte à importer par appui sur , l'utilisateur colle le contenu du presse-papiers dans son document par simple pression sur . La démarche est aisée et les applications sont nombreuses : récupération de données d'un SGBD au sein d'une lettre, importation d'un tableau de chiffres de Quattro ou de Lotus 1-2-3 dans un rapport de ventes... Le processeur d'idées, inexistant dans Sidekick, permet la saisie non linéaire de texte pouvant être organisé en titre (jusqu'à 2 000). Reprenant le concept de ThinkTank, Borland dote Sidekick Plus d'un véritable « outliner » permettant de créer automatiquement une table des matières ainsi qu'un organigramme des titres, numérotés à mesure de leur définition. Extension des possibilités offertes par les blocs-notes, le processeur d'idées permet à l'utilisateur de rattacher une note de plus 5 000 caractères à chacun des titres définis, et ce grâce à la touche . Précisons que lesdites notes ne sont accessibles qu'à partir du plan. D'une utilisation très aisée, le processeur d'idées ne repose que sur quelques touches : pour saisir le prochain titre sous un niveau inférieur (15 niveaux au total), <+> ou <—> pour étendre ou contracter le plan, pour déplacer un titre ou pour le changer de niveau. Les concepteurs ont eu l'ingénieuse idée de doter cette fonctionnalité d'une représentation graphique sous forme d'arborescence, mettant mieux en relief les titres et leurs niveaux que l'édition (imprimante, fichier ou écran) exécute à partir de la touche . Quant à son emploi, il tend à se généraliser de part ses nombreuses utilisations courantes : plan d'un rapport, plan d'un séminaire, présentation de la société et de ses services... Un médiateur avec le monde environnant Un micro-ordinateur, bien souvent qualifié de « personnel », n'est désormais plus un élément isolé sur le bureau de l'utilisateur. L'avènement des télécommunications permet à un poste d'être relié à d'autres ordinateurs afin de communiquer avec ceux-là : envoi et réception de fichiers par modem, transfert entre deux postes via l'interface série... Les applications sont nombreuses et les concepteurs n'ont pas implémentés ces fonctionnalités d'ouverture au hasard : recherche et composition automatique des numéros de téléphone, envoie de courrier électronique via l'annuaire... La liste est bien évidemment loin d'être totalement exhaustive ! Sans doute l'application la plus complexe de Sidekick Plus, l'annuaire, permet à l'utilisateur de stocker noms, adresses et numéros de téléphone de clients, fournisseurs, amis, services de presse... afin de pouvoir rapidement joindre son correspondant sans avoir à ouvrir un répertoire papier. Cette application est construite à partir de quatre fenêtres : la fenêtre liste répertoriant les noms et numéros de téléphone, la fenêtre servant à la saisie des données (12 masques prédéfinis suivant l'utilisation de l'annuaire), la fenêtre glossaire stockant les abréviations (codes d'appels, numérotation spéciale) et la fenêtre de communications permettant d'établir une liaison téléphonique directe ou en différé avec son correspondant ou avec un modem relié à un ordinateur éloigné. Bien que l'emploi ne soit pas très complexe, cette application demande quelques manipulations avant d'acquérir une maîtrise parfaite, source indéniable de cette « productivité » tant recherchée. L'idée sans être géniale est très pratique et permet de résoudre en toute sécurité les liaisons entre son PC et le monde environnant. Comportant un véritable langage de communication constitué de 25 commandes que les concepteurs ont baptisé « Script », Sidekick Plus est compatible avec tous les modems de type Hayes et la plupart de ceux proposés sur le marché. Les techniciens et programmeurs trouveront dans ce langage toutes les fonctions nécessaires pour développer une véritable application externe, en Turbo Pascal par exemple. Savoir gérer son temps semble être la chose la plus difficile pour le cadre d'aujourd'hui comme pour la plupart de ses collaborateurs. Sidekick Plus gère la notion bien complexe du temps au travers de trois nouvelles fenêtres : le calendrier à partir duquel peut être visualisé le carnet de rendez-vous (ou emploi du temps) de la journée sélectionnée ou le « semainier » offrant une vision globale de la semaine de travail. De nombreuses combinaisons de touches assurent un positionnement rapide sur la date désirée (date qui peut être antérieure afin que l'utilisateur puisse vérifier si un rendezvous a bien eu lieu). A chaque unité de temps (la demiheure) peut être rattachée une note détaillant les points à éluder lors de la réunion, du coup de téléphone ou du déjeuner. Et pour être certain de ne pas oublier son rendez-vous, l'utilisateur peut programmer le plus simplement du monde une alarme sonore le rappelant à l'ordre X minutes avant l'heure dite. Bien utilisée et tenue régulièrement à jour, cette application est sans conteste possible la plus pratique. Mais, de là à changer les habitudes du traditionnel carnet de rendez-vous, il y a certes un pas à franchir. A chacun sa calculatrice « A chacun sa calculatrice... ». Telle pourrait être la devise de Sidekick Plus. En effet, l'utilisateur a désormais le choix entre quatre calculatrices : financière, scientifique, programmeur et formules. Outre toutes les opérations de base (opérations, mise en mémoire), chacune d'elles apporte un bon nombre de fonctions propres à l'utilisation spécifique d'une calculette, l'utilisateur pouvant passer d'un type à un autre en cours d'exploitation. Ainsi, la calculatrice financière permet de déterminer la valeur future d'une somme, le temps prévu pour un investissement ou un prêt. L'on retrouve avec la calculette scientifique la plupart des fonctions mathématiques, trigonométriques et statistiques. L'affichage des valeurs peut s'effectuer sous quatre modes (automatique, fixe, scientifique, ingénierie). Les fonctions et opérations booléennes sont accessibles à partir de la calculette du programmeur ; l'utilisateur d'un tableur optera sans doute pour la calculatrice formules où les calculs peuvent être effectués de façon similaire. Mais la plus grande originalité réside dans le rouleau, bloc-notes sur lequel sont enregistrés tous les calculs, à tout moment consultables même si ceux-ci ne sont plus visibles. Non sans vouloir rivaliser avec des utilitaires DOS comme Norton, PC Tools ou Mace, le gestionnaire DOS de Sidekick Plus permet d'effectuer les opérations classiques sur les fichiers : copier, déplacer, renommer, supprimer, visualiser et imprimer. Un utilisateur averti appréciera l'aisance avec laquelle il pourra modifier les attributs de fichiers. Bien heureusement, la trousse à outils est plus fournie que la simple énumération faite précédemment : gestion des répertoires, recherche d'un ou de plusieurs fichiers contenant une chaîne de caractères donnée, formatage d'une disquette (quelles que soient sa taille et sa capacité), tri et affichage d'un répertoire entièrement paramétré. Cela semble peu, mais là n'est pas la vocation de Sidekick Plus. Le gestionnaire DOS qui y est inclu apporte une solution rapide aux besoins de « première nécessité ». Lors de l'écriture d'un document ou d'un programme, faire appel à des caractères ASCII non disponi- 108 — M ICRO-SYSTEM ES Juin 1989
bles directement au clavier (semigraphique, caractères mathématiques, grecs...) est parfois une nécessité. Mais chercher et trouver une table ASCII relève souvent de l'impossible. Aussi, Sidekick Plus met à portée de touches la table du jeu étendu IBM (255 caractères) sous forme d'un tableau à deux colonnes. L'utilisateur peut alors consulter le caractère désiré, soit en tapant sur la touche l'identifiant, soit en tapant son code décimal ou hexadécimal grâce à la touche . Une personnalisation à l'extrême Livré avec une documentation « maison » de bonne facture et quatre disquettes au format de son choix, Sidekick Plus dispose d'une procédure d'installation automatique comme on aimerait en voir plus souvent : simple, rapide et efficace, comme le veut le produit. Jamais un logiciel n'a permis à son utilisateur une personnalisation aussi poussée par une quirielle de modifications possibles — choix des applications disponibles, format date/heure, options d'impression, raccourcis et touches de fonctions, position et taille de chaque fenêtre, couleurs utilisées à l'écran, position et composition de chacun des menus... La première modification que l'utilisateur sera sans doute à même d'effectuer est la définition d'une nouvelle combinaison de touches d'appel de Sidekick Plus afin d'éviter tout conflit avec d'autres programmes résidants, voire une combinaison définie par l'application utilisée en premier plan. Et si ces modifications sont aisées, il en est tout autre pour l'optimisation de la place mémoire nécessaire à Sidekick Plus et la gestion qu'il en fait. Bien qu'il puisse être utilisé comme toute autre application par la commande SKPLUS/G, se déchargeant ainsi totalement après utilisation, Si- dekick Plus peut tirer parti de l'EMS 4.0 ainsi que de la RAM disque par une configuration de son fichier exécutable, et ce au travers du programme Install. L'utilisateur pourra affecter, à l'une des deux.mémoires précitées, la ou les applications de son choix afin de décharger la trop précieuse mémoire vive, nécessaire pour le lancement d'une application quelque peu gourmande. Signalons que, dans le meilleur des cas, Sidekick Plus occupe un peu moins de 70 Ko, ce qui permet de disposer de toutes ses fonctionnalités, même sous dBase IV ! Sidekick Plus peut être utilisé au sein d'un réseau local 3Com, IBM, Novell ou Vianet. Dans cet environnement, une copie du logiciel doit être installée sur le disque dur de chaque poste, les concepteurs n'ayant pas développé de version spécifique réseau. L'intérêt de Sidekick Plus en réseau réside principalement dans le partage des ressour- ces (une imprimante laser par exemple) et des informations : blocs-notes, annuaires téléphoniques, carnet de rendez-vous... Par sa richesse fonctionnelle, Sidekick Plus fait la preuve par neuf qu'il ne doit plus être considéré comme un simple utilitaire ordinaire. Sidekick Plus devient une fourmilière d'applications exploitables par tout type d'utilisateur. Disponible également sous OS/2, Sidekick Plus a la prétention de devenir l'outil de productivité standard par excellence. Il semble qu'il soit incontestablement sur la bonne voie. A. de la Pommeraye SIDEKICK PLUS Editeur : Borland France Prix : 1 995 F FIT Mémoire : 384 Ko RAM Système d'exploitation : DOS 2.0 et versions ultérieures. PC, XT, AT, PSI et compatibles TOUTES LES CLES NE SE RESSEMBLENT PAS... — Depuis 6 ans, MICROPHAR a vendu plus de 280 000 clés à 1400 SSII et grandes entreprises. Ce succès atteste du sérieux et de la pérennité de nos prestations. — Toutes nos clés possèdent un câblage interne personnalisé par client : le niveau de sécurité en est considérablement renforcé. — La conception et la fabrication (composants CMS) sont intégralement réalisées par MICROPHAR INDUSTRIES afin d'offrir fiabilité et rapidité d'adaptation aux nouvelles machines. — Une assistance technique structurée maintient en permanence notre système de protection dans plus de 55 langages de programmation sous DOS, XENIX et OS/2. — Nos clés possèdent un haut niveau de compatibilité et sont disponibles dans huit couleurs différentes (avec marquage individualisé optionnel). — Notre gamme de produits de protection de logiciels : 1) Une clé électronique contre le piratage 2) Une clé à mémoire pour la protection sophistiquée, la location de progiciels, la protection de modules complémentaires et toute utilisation nécessitant un compteur (mémorisation de dates, mot de passe, etc.) : 31 mots de 16 bits disponibles en lecture et écriture 31 mots de 16 bits réservés au contrôle des opérations d'écriture Possibilité d'écriture (sans adaptateur), même chez l'utilisateur final — Nous proposons désormais un outil de protection des logiciels sur IBM 36. produits brevetés MICROPHAR, leader européen des protections matérielles sur micro-ordinateurs, est distribué dans 11 pays d'Europe et d'Amérique. S.A. au capital de 1 800 000 F - 42, avenue Sainte Foy - 92 200 Neuilly-sur-Seine - Tél (1) 47 38 21 21 SERVICE-LECTEURS N°243



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 98 juin 1989 Page 188