Micro Systèmes n°97 mai 1989
Micro Systèmes n°97 mai 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°97 de mai 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 220

  • Taille du fichier PDF : 186 Mo

  • Dans ce numéro : imprimantes laser et traitements de texte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
variés, souvent destinés à un domaine bien spécifique : Arris, CADvance, DataCAD, Drawbase pour l'architecture, DasoftPC, Orcad pour l'électronique... Architrion, logiciel français destiné à l'architecture, est en train d'effectuer une bonne percée tant sur le marché national qu'international. On assiste, depuis quelques mois, à l'émergence de produits de DAO à « bon marché » (moins de 3 000 F), tels PC Dogs et Generic CAD, mettant la technologie à la portée des utilisateurs individuels. Les domaines que touche la CAO sont très variés. Les industries automobile, aéronautique, spatiale sont grosses consommatrices de ce genre d'applications. La CAO sur micro permet de réduire les investissements, et d'autres domaines sont ainsi concernés. L'ordinateur est maintenant l'outil indispensable des architectes. L'électronique utilise différentes applications de la CAO : le traçage automatique des pistes de cuivre sur circuit imprimé, les simulateurs analogiques. et logiques sont de plus en plus utilisés et les compilateurs de silicium devraient bientôt faire leur apparition sur les micros. Le micro an coût moindre La CAO a permis de gommer nombre de défauts des méthodes traditionnelles. Le point noir est celui de l'investissement qui reste très important. Un mini-ordinateur ou une station de travail ne sont rien sans des périphériques adéquats, et on peut tabler sur un prix d'environ 300 000 F pour une configuration minimale rien que pour le matériel. A cela doit s'ajouter le prix du logiciel qui peut parfois dépasser celui du matériel. Ces coûts prohibitifs ont fait de la CAO une discipline longtemps réservée aux bureaux d'études de sociétés disposant de moyens financiers importants. Heureusement, les micro-ordinateurs sont devenus de plus en plus puissants et commencent à rivaliser avec les mini et les stations de travail, que ce soit au niveau de la puissance de calcul que des possibilités graphiques. Des configurations à base de PC 286 ou 386, de Macintosh, permettent désormais d'obtenir les mêmes résultats mais avec un investissement environ deux fois moindre. Pour des L'automobile, un des premiers secteurs robotisés. g 0 0 0 o 0000 0 MME NUNC a me", CONCFPTION ao Quelques réalisations de conception 3D. calculs plus importants (simulation par exemple), le PC, s'il est relié par l'intermédiaire d'un réseau à un mini, peut faire appel à lui. L'utilisation d'une base de données commune à toutes les stations CAO n'est pas non plus sans avantages, en particulier la productivité va évidemment en augmentant au fur et à mesure que la base de données grossit. Le taux de croissance mondial annuel de la CAO peut être évalué à 23% (source IDC) toutes machines confondues, à répartir entre les stations de travail qui se taillent encore la part du lion (52% du taux de croissance), les micros (17%) et les terminaux graphiques (19%). En revanche, en France, le nombre de poste CAO est dominé par les micros : 10 000 micros pour 24 000 postes. Les Japonais ont été les premiers à sentir l'importance de la CAO pour la production de qualité. Les succès qu'ils connaissent depuis quelques années, dans des domaines aussi variés que la construction navale et l'électronique trouvent peut-être ici une explication Dominique Chabaud FORMAT DES FICHIERS : DXF DE RIGUEUR Inconvénient de la multiplicité des logiciels de CAO, l'incompatibilité des fichiers entre logiciels pose un problème pour la récupération des données d'un miniordinateur vers un micro-ordinateur. Pour remédier à cela, les fichiers d'échanges ou format DXF semblent être la solution la mieux adaptée, que ce soit pour un échange micromicro ou pour un échange mini-micro. les logiciels qui permettent d'utiliser ce format comportent donc deux options réservées à cet effet : l'écriture et la lecture de fichiers DXF (Autocad par exemple comporte les deux commandes SAUVEDXF et CHARGEDXF). les fichiers DXF ont une structure en quatre sections successives dans lesquelles on peut retrouver toutes les informations contenues dans un dessin, informations codées en ASCII donc facilement lisibles : - La section H eaeruncer d d'fi hi DXF contient t toutes les variables associées au dessin au moment de la sauvegarde. - Io section Tables contient quatre tables ; la table des types de lignes, des plans, des styles et enfin des vues. - la section Blocks contient toutes les définitions de blocs du dessin. - la section Entities, qui est certainement la plus intéressante, est celle qui contient les informations du style : line point de départ, point d'arrivée ; Circle centre, rayon ; Arc centre, rayon, angle de départ, angle d'arrivée ; ainsi de suite... les fichiers d'échanges peuvent être utilisés par des ordinateurs de plus gronde capacité pour des analyses d'éléments finis par exemple. On peut ainsi savoir les efforts et les dilatations subis par un objet. Autocad permet de récupérer ensuite des calculs et peut modifier le dessin en conséquence ! 96 — MICRO-SYSTEMES Mail 989
QUELLE CONFIGURATION POUR LES MACHINES ? Le terme de station de travail n'a jamais reçu de définition précise. C'est sans doute pourquoi les débats sur « micro-ordinateurs ou stations de travail » sont aujourd'hui sans conclusion. Après tout, quelles différences peut-il y avoir entre un 386 signé Sun et la même machine, plus ou moins, griffée par Compaq. Il est sans doute plus intéressant de se pencher sur les fonctionnalités que sur les désignations. Avec l'ouverture d'un nouveau débat, sans doute plus fondamental : « Architecture traditionnelle ou traitement parallèle ? » Pour pouvoir utiliser un poste de travail classique en CAO, il faut un microprocesseur d'au moins 16 bits, les 32 bits étant fortement recommandés. les deux grandes familles actuelles (INTEL 80286, 80386 et 80486 et Motorola 68000, 68020, 68030) sont de technologie classique (CISC) : le traitement des instructions se fait séquentiellement. Celles-ci étant assez nombreuses, le décodage de l'instruction est l'opération qui prend le plus de temps. la plupart des machines actuelles, qu'il s'agisse des microordinateurs compatibles ou Macintosh comme des stations de travail Sun, Apollo et autres, utilisent cette technologie. En marge de cette technologie, de nouvelles technologies (RISC et Transputers) ont vu le jour pour pallier aux limitations du CISC. RISC est dû à une constatation qui a été faite sur les programmes écrits pour des micros CISC : 80% du programme n'utilise que 20% des instructions disponibles. le microprocesseur passe trop de temps à décoder les instructions. D'où l'idée de réduire le nombre d'instructions disponibles, ce qui réduit d'autant le temps de décodage. les Transputers utilisent la technique du parallélisme pour faire plusieurs choses en même temps. Il ne s'agit pas de temps partagé (le processeur ne faisant qu'une chose à la fois, mais plusieurs choses différentes successivement) mais véritablement de traitement « parallèle » (toutes les tâches sont traitées simultanément). Si les ordinateurs basés uniquement sur des processeurs RISC ou des Transputers sont encore rares, on devrait assister au développement de cartes d'extension reposant sur ces technologies afin d'améliorer les performances des systèmes traditionnels. Intel propose ainsi un processeur aussi puissant qu'un Cray 1 de première génération, le i860, à technologie RISC, qui sera dans un premier temps utilisé pour accélérer les 80486. Motorola devrait bientôt mettre son processeur 88000 sur le marché (RISC toujours), dans la même optique. Une société anglaise du nom d'Inmos propose des Transputers dont la puissance atteint quelques dizaines de Mips (capable de traiter plusieurs dizaines de millions d'instructions par seconde). Côté mémoire, les applications graphiques de CAO sont très gourmandes : il faudra disposer d'au moins 4 Mo de RAM. la pénurie de RAM a fait considérablement augmenté le prix des cartes de mémoire additionnelle. Les logiciels de CAO savent dans la plupart des cas passer outre la limitation à 640 Ko qui est imposée par MS-DOS. le standard des cartes de mémoire additionnelle est incontestablement EMS IIM (Lotus Intel Microsoft) qui permet par la technique de pagination de gérer 8 Mo de RAM supplémentaire. les microprocesseurs qui ne sont pas doués en calcul peuvent faire appel à des unités externes qui font les opérations à leur place : ce sont les coprocesseurs arithmétiques ou les cartes de calcul vectoriel. l'utilisation de composants de ce type permet d'accélérer les performances de la machine de base. Il faut cependant vérifier que les logiciels que vous comptez acheter savent les gérer, ce qui n'est pas toujours le cas. Heureusement, l'utilisation d'un coprocesseur arithmétique est maintenant chose courante et la plupart des logiciels de CAO savent en tirer parti. Les micro-processeurs les plus répandus ont toujours leur coprocesseur arithmétique associé. Pour la famille Intel (8086/80286/80386), les coprocesseurs arithmétiques associés sont les 8087, 80287 et 80387 ; pour la famille Motorola (68000/68020/68030), ce sont les 68880, 68881 et 68882. Pour ce qui est des cartes de calcul vectoriel la solution la plus usitée est le package carte + logiciel de CAO. En effet, comme il n'y a pas encore de standard et parce que ce type de carte est assez spécifique, la meilleure solution consiste à acquérir en même temps la carte et le logiciel qui sait l'utiliser. Pour le graphisme, une carte EGA (640 points par 350 en 16 couleurs) est vraiment le minimum. Des normes offrant des résolutions plus fines sont disponibles : VGA (800 x 600), PGA et 8514A (1024 x 7681. Pour une utilisation professionnelle, une telle carte est un impératif. Attention, le prix de l'écran associé à chaque carte augmente de façon vertigineuse avec la résolution : on passe de 4 000 F environ pour un moniteur EGA à plus de 20 000 F pour un écran 1 024 x768. Mail 989 MICRO-SYSTEMES - 97



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 220