Micro Systèmes n°97 mai 1989
Micro Systèmes n°97 mai 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°97 de mai 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 220

  • Taille du fichier PDF : 186 Mo

  • Dans ce numéro : imprimantes laser et traitements de texte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 190 - 191  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
190 191
FENETRE SUR Windows en se mettant en attente de l'événement suivant. Une application Windows est donc construite autour d'une boucle réalisant en permanence les fonctions : 1° attente d'un événement ; 2° traitement de cet événement. Les événements peuvent être une action sur la souris, l'appui d'une touche du clavier, un événement timer ou un message provenant du système Windows ou d'une autre application. En général, un programme Windows est organisé de la manière suivante. - Phase d'initialisation Tout d'abord, il faut créer les différentes classes de fenêtres que l'on va utiliser par la suite, en donnant pour chacune d'elles la fonction de traitement des événements de ce type de fenêtre. Il faut ensuite afficher à l'écran des fenêtres initiales de l'application, afin que l'utilisateur puisse commencer à travailler. - Phase de travail On entre dans la boucle attente d'un événement/traitement de cet événement. Au cours de ces traitements, on peut être amené à créer de nouvelles fenêtres, boîtes de dialogue... Une action utilisateur dans une fenêtre provoquera automatiquement l'activation de la fonction associée à ce type de fenêtre afin de traiter cet événement. Heureusement, la gestion d'un certain nombre d'événements courants, comme le déplacement ou le redimensionnement d'une fenêtre, peut être laissée à la charge de Windows si leur comportement par défaut nous convient. C'est dans l'analyse et le traitement de ces événements que l'on va pouvoir profiter des nombreux avantages offerts par Windows. Tout d'abord, ces événements nous arrivent sous forme symbolique et parfaitement indépendante du matériel. Ainsi, on apprendra que le bouton droit de la souris a été enfoncé à tel endroit de l'écran (quel que soit le type de souris dont on dispose), qu'une fenêtre doit être redessinée (parce qu'elle a été redimensionnée ou rendue visible), ou qu'une commande d'un menu a été sélectionnée. Le traitement de ces événements sera facilité par l'utilisation des puissantes fonctions de Windows. On pourra ainsi exécuter dans une fenêtre une série de commandes graphiques en utilisant des coordonnées virtuelles indépendantes de la résolution du moniteur, ces commandes pouvant comprendre l'affichage de chaînes de caractères dans différents polices et styles. 190 - MICRO-SYSTEMES Les outils du SDK Pour créer une application Windows, il ne suffit pas d'écrire le code gérant l'initialisation et les différents événements attendus. Il faut aussi : - spécifier le contenu des menus, des boîtes de dialogue et des autres ressources dans un fichier de ressources se terminant par «.rc » ; - créer les icônes et les curseurs spéciaux utilisés dans l'application à l'aide de l'éditeur d'icônes ; - créer éventuellement des boîtes de dialogue en utilisant l'éditeur de dialo- gues ; - spécifier les caractéristiques de tous les segments mémoire créés dans un fichier «.def » à fournir à l'éditeur de liens ; - créer un exécutable Windows à partir de tous ces fichiers en suivant les étapes représentées dans la figure 1. Ces étapes nécessitent l'utilisation d'un certain nombre d'outils livrés dans le SDK. Certains de ces outils sont graphiques et fonctionnent sous Windows. Ce sont notamment les éditeurs de ressources, qui permettent de créer interactivement des icônes, File Edit Options Color Pensize Icon Editor - ARROW.CUR G Use the nonce to edit. Buttonl toggles bl/wh. Button2 toggles scr/inv. type CURSOR editing.. : Med-res 32x32 viewing.. : Med-res 32x32 File Edit Font Fill Width Row ColunnLes éditeurs d'icônes et de polices. L'un permet la création d'icônes, l'autre crée de nouvelles polices. Mail 989
GQ File Include Edit Control Options Mode : Work des curseurs ou des bitmaps (l'éditeur d'icônes), des polices de caractères (l'éditeur de polices) et des boîtes de dialogue (l'éditeur de dialogues). Les outils DOS sont le linker Windows (link4), et l'éditeur de ressources qui a la double fonction de compiler certaines ressources (menus, boîtes de dialogue, chaînes de caractères) décrites dans des fichiers texte, et de les inclure dans le fichier du programme exécutable. Ces ressources pourront être chargées dynaMiquement par l'application au fur et à mesure de ses traitements. Cette séparation très nette entre programme exécutable et ressources décrivant l'interface utilisateur permet de réaliser très simplement la traduction d'un produit en plusieurs langues, avantage non négligeable pour nous autres Européens. En effet, il n'est plus nécessaire de modifier ou même de recompiler le programme puisque les ressources (menus, boîtes de dialogue...), une fois traduites, sont rattachées directement au fichier «.exe » à l'aide du compilateur de ressources. La gestion mémoire L'utilisation des outils que nous venons de décrire permettra au développeur de créer relativement facilement une application attrayante et simple d'utilisation. Toutefois, pour profiter pleinement des avantages que Windows offre, il devra prendre en compte les aspects de gestion mémoire, de fonctionnement multitâche et d'échange de données entre applications. Contrairement à ce que l'on peut penser au premier abord, ce sont souvent ces points qui sont les plus difficiles à gérer. Windows offre une gestion mémoire sophistiquée et joue sur celle-ci pour faire le meilleur usage possible de la quantité limitée de mémoire physique disponible dans un contexte multi-application. La mémoire est allouée sous forme de blocs qui contiendront soit des segments de code ou de données des différentes applications provenant de fichiers «.exe », soit des zones mémoire allouées dynamiquement. En gardant en permaneence le contrôle de chacun de ces blocs, Windows peut éventuellement décharger sur disque ou en mémoire EMS ceux qui sont temporairement inutilisés, implémentant dans une certaine mesure une gestion de mémoire virtuelle. Cela permet le fonctionnement de programmes plus grands que la mémoire disponible si ceux-ci sont com- Mail989 EDraft quality U Print only selected text (x,Y) (0,0) (cx,cy)... : (0,0) Control... : ID Value.. : ParaMeters Display Start ! Stcp Step Handle Size Handle Size Handle Size Handle Size Handle Size AF 80 216 80 3FA 80 366 40 3AE CO 38E 1C0 3AA Freed 30A 280 362 co 0111IMMEE 392 80 302 140 3C2 80 3D6 1C0 B6 200 286 40 42E 200 236 80 3C6 40 3FE 200 412 200 2C2 280 43A 80 252 100 406 100 3A2 CO 3F2 200 Création de boîtes de dialogue complexes et vérification de la gestion mémoire grâce au « shaker ». posés de plusieurs segments de code indépendants. Les primitives de gestion mémoire de Windows offrent aussi l'avantage de permettre l'utilisation transparente de la mémoire EMS, pour peu que la philosophie de cette gestion soit respectée (on n'a pas le droit d'accéder directement à un bloc de mémoire si ce bloc n'a pas été préalablement verrouillé). Du fait de la complexité de cette gestion et de la possibilité non négligeable de commettre des erreurs, le SDK comprend deux outils Windows permettant de valider les applications. Shaker, une fois activé, va allouer de manière aléatoire des blocs mémoire, causant une grande agitation chez le gestionnaire de Windows. Celui-ci, pour satisfaire à cette demande, peut déplacer certains blocs (pour compactage) et les décharger éventuellement sur disque. Si votre application fonctionne simultanément et que sa gestion mémoire n'est pas parfaitement ri- goureuse, il y a toutes les chances pour qu'elle se plante très rapidement. L'autre utilitaire, Heapwalker, permet de visualiser dans une fenêtre l'ensemble des blocs mémoire alloués par Windows et par les différentes applications, avec leur adresse mémoire et leur propriétaire. Le multitâche Windows permet un fonctionnement multitâche non préemptif. Cela signifie que les applications ne seront jamais interrompues au cours de leur exécution, mais devront rendre la main pour laisser d'autres applications s'exécuter. Cette transition a lieu chaque fois qu'une application demande l'événement suivant par la fonction « GetMessage ». Il est important que les applications soient écrites de manière à ne pas faire de longs traitements sans demander leurs messages, sous peine d'arrêter totalement l'exé- MICRO-SYSTEMES - 191



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 220