Micro Systèmes n°97 mai 1989
Micro Systèmes n°97 mai 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°97 de mai 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 220

  • Taille du fichier PDF : 186 Mo

  • Dans ce numéro : imprimantes laser et traitements de texte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 178 - 179  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
178 179
FENETRE SUR SOUS- DOMAINE n Analyse et spécification Analyse et spécification Analyse et spécification II I Intégration de vues Modèle relationnel et théorie de la normalisation SCHEMA abanua. Contraintes d'intégrité et de dépendances I Transformation et normalisation Contraintes logicielles et matérielles Charge de travail caractérisant l'application Optimisation et génération de chemins d'accès Un exemple de couplage systéme expert/SGBD objet : SECSI. La conception d'une base de données est un processus interactif, impliquant de nombreux va-et-vient entre l'univers du discours et le système expert. Le systéme expert Secsi (Infosys) supporte cette interaction. Pour modéliser les objets complexes du SGBD, nécessaires au développement d'applications, Secsi intègre trois niveaux d'abstraction : le niveau conceptuel, le niveau logique et le niveau physique. Compatible avec la plupart des SGBDR du marché, Secsi sera intégré au SGBD relationnel Sabrina (issu d'un prototype conçu par l'INRIA et le laboratoire Masi, Paris-VI, et développé par Infosys). 1 78 - MICRO-SYSTEMES grer à la plupart des SGBD relationnels du marché, et en particulier au logiciel Sabrina. En revanche, le système EMS (Extension Mémoire Secondaire), développé par Bull et Infosys, est fondé sur un couplage fort de Prolog avec des SGBD, à partir d'une extension du compilateur SP-Prolog développé par Bull et la connexion aux systèmes de gestion de données. Une programmation simple et efficace des traitements complexes Asquell (Ilog) réalise une passerelle entre Intelligence Artificielle et bases de données : ce système permet la communication de toute application écrite en Le-Lisp avec les SGBDR disponibles (Ingres, Informix, Oracle, RDB, Sabrina, Unify...). Ainsi, une grande entreprise de matériel électrique utilise, grâce à Asquell, une base de données de composants pour son système expert d'aide à la configuration et à l'établissement de devis. Intégrant les objets de Le-Lisp, ce système aide aussi à créer les interfaces graphiques du SGBDR : le développeur peut créer et tester, sans écrire une seule ligne de code, les interfaces graphiques qui permettront à l'utilisateur final d'accéder aux données du SGBDR. Le plus souvent, les deux approches, objet et logique, sont liées dans ces systèmes de troisième génération. Les informations gérées par les systèmes déductifs sont des données classiques, mais parfois aussi des objets complexes, voire des connaissances au sens de l'Intelligence Artificielle. G-Base, la base de données objet réalisée par Graphael (à partir des travaux effectués à l'université de technologie de Compiègne) admet des données classiques (alphanumériques), mais aussi de type graphique ou image. Dans ce SGBD, l'information est stockée sous forme d'objets (trames) et les relations entre ces divers objets sont explicitement décrites dans la base de données. Totalement intégré à l'environnement Lisp, G- Base hérite de toutes les propriétés de ce langage d'Intelligence Artificielle récursivité, homogénéité, gestion automatique de la mémoire. Associé au moteur d'inférence d'un système expert (G-Logis, par exemple) le gestionnaire de Graphael permet de programmer. de façon simple et efficace les traitements complexes sur les données et, inversement, de stocker dans les objets de G-Base les résultats de l'inférence sous G-Logis. Mai 1989
SP-PROLOG LANGAGE Organisation générale de l'EMS (Extension Mémoire Secondaire) de Bull et Infosys. EMS est organisée en deux couches : interfaces utilisateurs et interfaces systèmes. La première comprend : une interface Extemal DataBase (EDB) étendant la mémoire de travail de SP-Prolog ; une interface universelle avec les SGBDR utilisant SQL (BDR) ; une interface universelle avec les systèmes de gestion de fichiers. La deuxième couche est constituée des interfaces spécialisées avec les systèmes de gestion des données. Pour chaque système, on trouve un module spécialisé interface FICHIER interface EDB mono mono multi FICHIER SGEDB SGBD interface BDR Schéma Donnée Primitives de base FICHIER cisam I UFAS 1 SGEDB Primitives de base SGBD ORACLE I INFORMIX f SABRINA I INTERFACES USAGER INTERFACES SYSTEME DONNEES LANGAGES DE SGBD OU OU LANGAGES D'I.A. Deux tendances s'opposent actuellement au sujet des SGBD de troisième génération : soit fonder ces systèmes sur des standards (S01, langageC, lisp, Prolog...) et étendre ceux-ci avec les fonctionnalités adéquates (c'est le cas de Sabrina, Must et la plupart des produits développés par les sociétés proposant déjà des SGBDR), soit créer de nouveaux langages. les langages de manipulation et de requête des bases de données objet peuvent être étendus pour permettre la réutilisation, par des mécanismes d'héritage ou de passage de messages, des procédures déjà définies. le prototype de Hewlett-Packard, Iris, serait fondé sur une extension de SQL, baptisée OS01, le système étant présenté comme une extension de New-Wave. Certains SGBD relationnels sont étendus pour supporter des fonctions supplémentaires de stockage et gestion d'images numérisées. Ces systèmes intègrent ainsi une grande base de données image, ou « Blob » (Base Large Object). L'évolution des langages de requête vers des langages de règles se traduit de la manière suivante : les règles permettent de définir des informations en spécifiant leurs propriétés et en évitant donc une énumération fastidieuse des faits satisfaisant à ces propriétés. Dans le même esprit, un SGBD déductif permet d'obtenir une réponse plus « générale ». Toutefois, la seconde tendance paraît plus intéressante, dans la mesure où l'approche objet permet d'identifier le langage de programmation et le langage de manipulation de données. Ainsi, le langage logique pour bases de données déductives, Datalog, développé au TRI (laboratoire de Recherche Informatique, Orsay), à partir de la syntaxe Prolog, permet d'inférer des faits à partir d'une base de données et de règles d'inférence. Quant à VBase (Ontologic), il a d'abord été écrit dans un langage orienté objet propre à ce système, COP, puis en C++. En ce qui concerne les bases de données déductives, il semble a priori intéressant de choisir Prolog, étant donné que la programmation logique s'apparente aux SGBDR grâce à son modèle basé lui aussi sur les relations. Hervé Gallaire (ECRC, Munich) a établi des liens entre logique formelle et modèle relationnel. Selon Nicole Bidoit Orsay), « les frontières qui apparaissent entre base de données déductive ou base de connaissances, programmation logique, système expert, raisonnement, sens commun, sont difficiles à établir distinctement et apparaissent seulement un peu plus clairement à l'examen des applications que chacun de ces domaines prend pour cible ». Cependant, « la comparaison entre les langages Prolog et SQL montre que tout les sépare », expliquent P.Basez et ses collaborateurs de l'université Paul Sabatier (Toulouse). Pour les premiers, l'unité d'accès est l'enregistrement (tuple), alors que l'unité d'accès d'un SGBD est l'ensemble d'enregistrements (set). Dans le cas des systèmes orientés objets, l'alternative est la même. « Si un SGBD orienté objet n'est qu'une couche objet au-dessus d'un SGBDR, sa performance souffrira comme ont souffert les premiers systèmes " couches " relationnels. Il n'existera de véritables SGBD orientés objet que s'ils sont conçus comme tels dès le départ », préconise François Brancilhon, directeur du GIP Altaïr. le système 02 de ce groupement en est un exemple. Mai 1989 MICRO-SYSTEM ES — 179



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 220