Micro Systèmes n°97 mai 1989
Micro Systèmes n°97 mai 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°97 de mai 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 220

  • Taille du fichier PDF : 186 Mo

  • Dans ce numéro : imprimantes laser et traitements de texte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 156 - 157  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
156 157
CHOISIR -4 Starindex de WordStar. La table des matière gère quatre niveaux de titres, qu'il faut entrer au clavier au fur et à mesure de l'élaboration ! Pas simple... Cela dit, la table des matières peut s'accompagner d'un résumé de chaque section, qui sera imprimé conjointement. Mais c'est au niveau de la création et de la modification de la table d'index que la procédure est la plus compliquée. Après avoir sélectionné les mots à inclure dans l'index (sur deux niveaux), il faut lancer Starindex pour qu'il crée un fichier « objet » du document ainsi que les fichiers Index et Table des matières. Ce qui implique que toute modification ultérieure de la pagination du texte entraînera une nouvelle génération de ces fichiers par Starindex... Si WordPerfect ne possède pas, lui non plus, d'outliner, il dispose en revanche de toutes les fonctionnalités qui lui permettent de ne pas se limiter à la seule rapidité. L'ergonomie n'étant pas le fort de WordPerfect, tout se réalise à partir des touches de fonction, seules ou combinées avec Alt, Shift ou O.:7 !. Elles permettent de marquer des portions de texte qui seront, selon les besoins, renvoyées en notes de bas de page, de fin de documents, en références croisées, ou placées dans la table des matières. Signalons également que la numérotation des paragraphes peut être automatique, avec plusieurs styles. Particulièrement destiné à la création de documents volumineux, Manuscript gère des fichiers d'un maximum de 800 pages. Cela dit, la vitesse de déplacement moyenne qu'engendre une telle masse de données limite quelque peu la portée de cette capacité. Manuscript dispose d'un bel ensemble de fonctions de gestion de documents importants, tant au niveau des notes en bas de page qu'à celui de la table des matières ou des index. Ainsi, les annotations peuvent se faire par page, par niveau (quatre niveaux de structure : chapitre, rubrique, sousrubrique...) ou sur le document. Un simple paramétrage sur le panneau de commandes avant d'entamer la 156 — MICRO-SYSTEMES rédaction de ces notes délivre l'utilisateur de tout souci ultérieur. La création de la table des matières est encore plus simple puisqu'il suffit de déterminer le nombre de niveaux sur lequel elle portera pour que Manuscript la génère automatiquement à partir des différentes sections. Elle peut être imprimée séparément du corps du texte, à l'instar de l'index, et peut comporter une liste des figures, des annexes et des tableaux. Se disant entièrement orienté bureautique, Textor 4 continue à ne pas savoir traiter les documents de plus de 60 à 75 pages : la totalité du fichier de travail est montée en RAM, et le logiciel ne sait pas gérer la mémoire EMS. Les notes en bas de page restent un concept étranger au produit, l'éditeur proposant d'utiliser le cas échéant le pied de page à cette fin... Ce qui est regrettable, même si Textor 4 n'a pas comme vocation de produire des documents de 200 ou 300 pages. Car on peut vouloir mettre sur un contrat commercial ou autre de 10 à 20 pages quelques astérisques avec un renvoi en bas de page. Index et table des matières, toujours dans la logique bureautique qui est décidément le maître mot de Textor 4, font cruellement défaut. Alors que la possibilité d'un correcteur orthographique n'est pas exclue pour un futur plus ou moins proche, les fonctions qui viennent d'être évoquées ne sont pas pour le moment planifiées. En ce qui concerne le traitement des documents d'une certaine importance, Textor a donc des progrès à faire avant de se mettre au niveau de la concurrence. A quand un Textor 5 ? Pour l'heure, il paraît qu'il se vend autant de Textor 3 que de Textor 4... Conclusion Le haut de gamme se porte très bien en matière de traitement de texte, du moins en ce qui concerne l'offre produit : l'application vedette de la micro-informatique continue à faire rêver les éditeurs, qui promettent monts et merveilles. Sur le terrain, les différents produits testés se Toute classe dirigeante qui ne peut maintenir sa cohésion qu'à la condition de ne pas agir, qui ne peut durer qu'à la condition de ne pas changer, qui n'est capable ni de s'adapter au cours des événements ni d'employer la force fraîche des générations montantes, est condamnée à disparaître de l'histoire. 1. Toutes nos analyses nous montrent dans la vie un effort pour remonter le pente que la matière descend. 2. La pensée est révolutionnaire, ou elle n'est pas. 3. Le temps est invention, ou il n'est rien du tout : 1 : se mon amour 4. Il n'y a pas de vérités moyennes. 5. On ne subit pas l'avenir, on le fait. 6. La méchanceté se contrite pas à faire le mai rais à mal raire. Dans les individus de li mspèce humaine, ainsi que dans les sociétés politiques,/a progression des leesoins est une chose nécessaire ; elle est fondée sur Pesecnce odmo ? c rhonsc il faut que les besoins naturels, une fois satisfaits soient remplacés par des besoins qu nous nommons imaginaires, ou besoin d'opinion : ceux-ci deviennent auss nécessaires à notre bonheur que le premiers. L'homme quoi qu'on dite, est le maître de son destin. De ce qu'on lui a donné. Sprint : meilleur rapport performance/prix. révèlent assez différenciés. Quatre produits se veulent réellement polyvalents : Word, WordPerfect, WordStar 2000 et Sprint. A tout seigneur tout honneur, le traitement de texte signé Microsoft caracole en tête des ventes, tant en France que dans le reste du monde. Une première place justifiée ? Certainement, si l'on s'en réfère au seul cahier des charges, puisque Word fait beaucoup de choses et les fait bien. Maintenant, la concurrence a nettement progressé, et certaines originalités de conception et une complexité de maniement pour qui n'est pas familier de la philosophie Microsoft font que Word n'est pas le seul choix possible. Challenger heureux, WordPerfect a pu dépasser les ventes de Word en 1987, sur le marché américain. Mais, amélioration des versions successives et puissance marketing aidant, Microsoft a su reconquérir la première place. Pourtant, WordPerfect 5.0 a ses aficionados convaincus, qui mettent en avant des performances séduisantes et une richesse fonctionnelle exceptionnelle. Alors, que manque-t-il à Word- Perfect pour sortir des milieux spécialisés ? Peut-être une ergonomie un peu plus soignée et une conformité avec les normes de fait communément admises. Dernier venu sur le marché, Sprint se positionne à un prix nettement inférieur à celui de ses concurrents, pour des fonctionnalités très satisfaisantes, une ergonomie bien étudiée et toujours la sauvegarde automatique en tâche de fond. La plupart des défauts (et bugs) de la version précédente ont été corrigés. Le logiciel de Borland constitue donc un excellent choix pour la plupart des applications courantes et ne rougit pas face à la concurrence de ses glorieux aînés. Il est toutefois dommage que Borland ait abandonné l'idée de « traitement de texte programmable ». Héritier du premier traitement de texte digne de ce nom sur micro-ordinateurs, WordStar 2000 présente des caractéristiques séduisantes, notamment pour les applications bureautiques, avec une fonction de mailing puissante. Mais au prix de quelle lourdeur ! Compatibilité avec le WordStar originel oblige, Word- Star 2000 a conservé les fameuses commandes Ctrl plus une touche de clavier. Même en adoptant un système de menu, qui offre comme principale caractéristique de « manger » une bonne part de l'écran, la convivialité n'est pas vraiment au rendez-vous. Puissant, mais complexe, WordStar 2000 n'a pas vraiment convaincu le laboratoire. Textor est l'un des seuls traitements de texte français à pouvoir prétendre rivaliser avec les leaders américains (l'autre étant Evolution). A une époque, certes lointaine, il se vendait même plus de Textor que de Word. Aujourd'hui, Textor n'a pas évolué comme ses concurrents et Mai 1989
manque un peu de fonctions de base (pour un programme haut de gamme), comme le correcteur orthographique, le gestionnaire de tables des matières ou le multicolonnage. Mais il reste séduisant pour les applications bureautiques, avec une simplicité d'utilisation appréciée des secrétaires, une importante base installée et ce classement des fichiers tellement simple qu'il en devient presque génial. Le traitement de texte de Lotus est assez surprenant. Ce n'est pas avec ce produit que la société espère perdre sa vocation d'éditeur de tableurs. Pourtant, le produit ne manque pas de qualités et se révèle surprenant pour qui gère d'importants documents. La qualité de l'outliner permet d'organiser efficacement son travail, et les fonctions de mise en page se prêtent mieux à l'édition de textes longs qu'à la création de pages simples mais très sophistiquées. Manuscript intéressera donc un public très ciblé mais qui ne peut peut-être pas trouver satisfaction dans les nombreuses alternatives du marché. La création d'une table des matières avec Word est une opération facile à réaliser, que l'utilisateur maîtrise rapidement. Il lui suffit d'introduire un code de trois caractères dans le corps du texte pour que le texte codé soit répertorié en fin de document dans la partie qui sert de table. Il s'agit bien sûr de codes cachés dont la deuxième lettre est unm, comme Matière. On retrouve ce même type de mnémonique pour la gestion de l'index puisqu'il faut utiliser en deuxième lettre uni. L'index généré est classé par ordre alphabétique et il comporte le numéro de page du mot concerné. Malheureusement, pour rationaliser ce travail d'indexation, Word n'accepte pas les doublons et les références multiples ; il devient donc difficile de faire référence à une notion se trouvant à différents endroits dans le texte. Si la gestion des notes est correctement réalisée, il faut préciser toutefois que Word crée des notes avec des renvois mais pas en bas de page. S'il est vrai que l'on préfère dans les milieux universitaires placer l'ensemble des notes en fin de texte comme le fait le programme de Microsoft, d'autres utilisateurs en revanche préfèrent disposer les notes directement en bas de page, ce qu'ils ne pourront pas faire avec Word. L'avenir Microsoft a déjà présenté, il y a six mois, la version 5.0 de son traitement de texte, au Comdex de Las Vegas. Dans la droite ligne de la version actuelle (fonctionnement en mode texte et ligne de commandes en bas d'écran), elle va plus vite et dispose de fonctions de mise en page encore plus sophistiquées. On attend également une prochaine version de Sprint qui sera capable, comme WordPerfect, d'incorporer des graphismes dans un document texte. Pour les autres traitements de texte, les produits actuels sont assez jeunes pour qu'aucun changement majeur n'intervienne... dans les prochains mois. De toutes les applications, le traitement de texte est sans conteste celle qui tirera le plus parti des interfaces graphiques utilisateurs telles que Windows et Presentation Manager. Déjà, sous Windows 2.0, des produits comme Samna Ami ou Evolution offrent, dans un environnement à la Macintosh, des fonctionnalités voisines de celles des leaders actuels. La lenteur posant de moins en moins de problèmes au fur et à mesure que la puissance des machines évolue, c'est sans doute vers ce type de produits que se tourneront prochainement les éditeurs, les distributeurs... et les utilisateurs. Véronique Reynier Lionnel Dupré Serge Blum Grands Comptes Programmeurs, SSII Utilisateurs 946, rue de l'Industrie 34000 MONTPELLIER.R. IT 67 92 60 17 & 67 92 60 18 SYSTEM G.M.D. version 1.0 GÉNÉRATEUR DE MENUS DÉROULANTS (PC et Compatibles) Créez vos menus en quelques minutes et sans programmation. G.M.D. fonctionne en mono-poste ou en réseau, avec écran couleurs ou monochrome. Idéal pour standardiser vos menus sur micro-ordinateurs. Gestion des mots de passe, aide en ligne pour chaque option, modifiable à volonté. La souplesse de G.M.D. permet une maintenance rapide des menus. Intégrez des menus déroulants à vos applications en quelques minutes. G.M.D. supporte tous les langages de programmation. Intégrez sans programmation un menu déroulant. Exécutez tous vos programmes à partir de ce menu. SERVICE-LECTEURS N'271 co 2 34000 MONTPELLIER w cn z Qa cc zo. o O.R. SYSTEM - 946, rue de l'In dustrie - O 5P =-'5 ai o ci)o. (I) (ric,1 Û, a) E o É 0 = 0= (1) a) IDC.) C (.1) c (C a) o c = D Mai 1989 MICRO-SYSTEMES —157 O o a.u, O o tr a) O o Z E ma) o 0



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 97 mai 1989 Page 220