Micro Systèmes n°96 avril 1989
Micro Systèmes n°96 avril 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°96 de avril 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 236

  • Taille du fichier PDF : 196 Mo

  • Dans ce numéro : Sicob... 3 itinéraires de visite.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 194 - 195  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
194 195
TECHNIQ I F toujours croissant de développeurs, Windows et son successeur OS/2 Presentation Manager deviennent une menace si réelle pour Apple et son Macintosh que cette société tente, sans grand espoir d'ailleurs, de freiner ce ras de marée par un procès en « look and feel ». Aujourd'hui, les logiciels PC les plus à la pointe (PageMaker, Excel, Adobe Illustrator...) sont tous des logiciels Windows, même s'ils sont apparus dans un premier temps sur Macintosh. Peut-être est-il utile de rappeler les nombreux avantages inhérents à l'utilisation d'applications Windows. Le premier venant à l'esprit est la grande facilité d'utilisation liée à l'interface graphique-souris et aux menus déroulants, ainsi qu'à l'uniformité de l'interface entre les différentes applications. De ce fait, la prise en main d'une nouvelle application Windows peut généralement être réalisée sans qu'il soit besoin de lire son manuel de bout en bout, et chaque nouvelle application Windows maîtrisée diminue le temps d'apprentissage de la suivante. Les avantages des applications Windows D'autre part, la possibilité de démarrer plusieurs applications en même temps et de pouvoir passer de l'une à l'autre d'un simple clic de souris offre de nombreux avantages. Outre le fait de faire gagner du temps aux cadres débordés devant faire plusieurs choses en même temps, cette fonction permet aussi un transfert rapide d'informations d'une application à l'autre par l'intermédiaire du pressepapier. Ainsi, on peut couper/coller un dessin réalisé sous Paint dans un document Write en quelques déplacements de souris. Avec Windows 386, le couper/coller fonctionne même avec des applications DOS classiques ! Un autre avantage important des applications Windows est leur indépendance par rapport au matériel dont vous disposez. Si vous équipez votre ordinateur d'un écran pleine page ou d'une imprimante laser PostScript, il suffira de réinstaller Windows pour que toutes vos applications fonctionnent avec ce matériel. De la même manière, la mémoire paginée est automatiquement utilisée par les applications Windows ayant respecté les règles de programmation édictées par Microsoft. On ne peut malheureusement pas en dire autant de la plupart des applications DOS classiques. 194 — MICRO-SYSTEMES =111nea*Uision - OFFICE.PIC Draw Edit Set File'Ub Select WORD I1NDOWS, LE STANDARD UNIVERSEL DE DEMAlè Cla Plusieurs versions de l'intégrateur Windows Microsoft sont aujourd'hui utilisées, de Windows 1.0 Windows 386 en passant par Windows 2.10. A l'heure Presentation Manager, l'interface graphique d'OS/arrive sur le marché, il est temps de faire le poi sur ce que ces différentes versions peuventncim apporter. Un atout de Windows : la compatibilité avec les applications DOS. Pour le développeur, la situation est souvent moins plaisante que pour l'utilisateur. En effet, la simplicité d'utilisation finale est bien souvent proportionnelle aux efforts qui ont été fournis pour une conception saine de l'application. A fortiori pour une application graphique, la programmation peut être extrêmement lourde. Heureusement, Windows résoud un certain nombre des problèmes du développeur, en le contraignant à une méthodologie très stricte qui est une des raisons du temps d'apprentissage important du développement sous Windows, et en lui offrant une interface de programmation indépendante des différents types d'écrans, d'imprimantes, de souris ou de clavier. Cette nouvelle méthodologie de développement est un changement radical pour nombre de programmeurs. En effet, un programme Windows est bâti autour d'une boucle d'interaction exécutée en permanence dans l'attente d'un événement, comme un clic de la souris ou la sélection d'une entrée de menu. C'est au sein de cette boucle que l'événement incident est aiguillé vers l'objet (fenêtre, boîte de dialogue...) devant le traiter. Une des difficultés du développement sous Windows provient du fait que cette programmation orientée objet est mal intégrée au langageC, et que les mécanismes de transfert d'événements (messages) et d'héritage sont difficiles à exploiter. L'utilisation d'un véritable langage orienté objet, comme Actor, permet de développer des applications Windows de manière beaucoup plus aisée qu'avec le langageC, au prix de performances plus faibles et d'une perte d'espace mémoire. Le développeur Windows aura de plus à assimiler un très grand nombre de fonctions (450) et de messages du kit de développement (Software Development Kit, ou SDK), et devra être parcimonieux avec la place mémoire qu'il utilise, Windows occupant déjà 200 Ko environ. Il bénéficiera en revanche d'une excellente bibliothèque graphique- indépendante du matériel (valant à elle seule le prix du SDK complet de Windows), d'une interface fenêtres/menus déroulants facile à implémenter et de tous les avantages des applications Windows décrits plus haut, avec en plus la certitude d'aller dans le sens du progrès. De Windows à OS/2 Presentation Manager Comme nous l'avons vu plus haut, les applications Windows doivent être en partie réécrites pour pouvoir fonctionner sous Presentation Manager. Il faudra pour cela disposer du seul kit de développement disponible aujourd'hui, le OS/2 SDK, commercialisé par Microsoft au prix de 30 000 F (un SDK à prix plus modéré, similaire à celui de Windows, devrait être disponible prochainement). Une fois équipé d'un SDK et d'une machine tournant OS/2, vous pouvez commencer la conversion. La plupart des noms de fonctions changent, mais les fonctions restent similaires, à l'exception notable de celles de la bibliothèque graphique. Pour se conformer à l'architecture SAA d'IBM, Microsoft a implémenté le Graphics Data Display Manager (GDDM), ce qui provoque Avril 1989
ENVIRONNEMENT des changements lourds de conséquences. Entre autres, le point origine des graphiques, qui était en haut à gauche sous Windows, se retrouve en bas à gauche et l'axe des ordonnées change de sens. Le « display context » est remplacé par le couple « device context » — « presentation space », et certains objets Windows comme les pinceaux sont remplacés par des attributs. Du côté des « controls », les fenêtres d'édition multilignes ne sont plus supportées. En revanche, de nombreuses améliorations sont présentes dans Presentation Manager. On y trouve par exemple une gestion très puissante du dessin des caractères, avec la possibilité d'incliner les caractères par rapport à leur ligne de base, d'incliner cette ligne de base par rapport à l'horizontale ou de placer du texte le long d'une courbe de Bézier. Contraire ment à Windows qui ne possédait qu'un mode graphique dans lequel le résultat des appels de fonctions apparaissait immédiatement à l'écran, PM possède en plus les modes enregistrement et dessin-enregistrement. En mode enregistrement, les graphiques sont placés dans un segment graphique pouvant être dessiné ultérieurement. Le mode dessin-enregistrement combine les deux premiers. Ces modes enregistrement permettent par exemple à PM de redessiner automatiquement une fenêtre un moment recouverte par une autre. OS/2-PM offre une richesse à ce jour sur PC, qui apparaît toutefois intimidante du fait même de cette richesse fonctionnelle. Pour Microsoft, les environnements Windows et OS/2 Presentation Manager représentent un investissement très important, et l'effort de développement va être poursuivi afin de conserver la prééminance actuelle. Pour augmenter les performances des grosses applications, les versions 3.0 de Windows 286 et 386 comporteront une gestion encore améliorée de la mémoire paginée, permettant de diminuer la place mémoire occupée par Windows en mémoire conventionnelle. On attend aussi des améliorations du driver d'imprimantes Post- Script, ce qui ne sera pas un luxe compte tenu du délai important (plusieurs minutes) nécessaire pour certaines impressions. L'interface utilisateur sera elle aussi modifiée, pour se rapprocher encore plus de celle de Presentation Manager. Un regard vers le futur Quant à OS/2 Presentation Manager lui-même, destiné aux machines haut de gamme, il semble quelque peu menacé par les nombreuses interfaces utilisateur fleurissant sur les machines Unix (NeWs de Sun, Open Look de ATT/Sun, Display PostScript de Adobe, X Windows du MIT...). Parmi celles-ci, Display PostScript possède l'avantage important d'offrir un vrai Wysiwyg, du fait que les commandes graphiques sont interprétées de la même façon par l'imprimante PostScript et par le contrôleur d'écran, PostScript lui aussi. Afin d'offrir la même fonctionnalité, Microsoft a dé- marré le développement d'un langage de description de page, rival de PostScript, basé sur l'interface graphique (GPI) du Presentation Manager. Avec Windows sont livrés deux précieux programmes utilitaires, qui peuvent notablement améliorer les performances de vos programmes pour peu. que vous disposiez d'un peu de mémoire à leur consacrer. Ces utilitaires peuvent d'ailleurs être utilisés sous MS-DOS par les programmes classiques. Le premier, « ramdrive.sys », permet de créer un disque virtuel en mémoire classique, étendue ou paginée. Un disque virtuel se comporte de manière similaire à un disque classique, avec l'avantage d'une très grande vitesse (on travaille uniquement en mémoire) et l'inconvénient de voir ses données disparaître lors de l'extinction de votre machine. Du fait de la volatilité de ses données, ce type de disque est très utile en tant que stockage de fichiers temporaires, qui peuvent y être redirigés sous Windows à l'aide de la variable d'environnement « temp ». Le second utilitaire, « smartdrv.sys », est un cache disque pouvant également utiliser la mémoire étendue ou paginée. Il permet de conserver en mémoire les données les plus récemment lues sur le disque dur, et d'accéder beaucoup plus rapidement à la lecture suivante. Cet utilitaire est non seulement très utile sous Windows, mais aussi pour les gestionnaires de bases de données qui peuvent voir leurs performances doubler. Stephan Popovitch =lIcon Ediror - WL. File Edit Options Color Pensize Use the mouse to edit. Buttonl t type ICON editing.. : Med—res 32x32 viewing.. : Med—res 32x32 Shaker Parameters Display Start ! Str>p ! Step ! Handle Size Handle Size Handle S'(Untitled)* (Untitled) MOU] File Include Edit Control Options er: ? : 2:Yeeeee : IMISelected Item Status (x,y) (0.0) (ox.cv)... : (6,0) Control... : ID Value.. : Avril 1989 Couche supérieure du système d'exploitation, Windows ouvre aux programmeurs de nouveaux horizons. MICRO-SYSTEMES - 195



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 222-223Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 224-225Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 226-227Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 228-229Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 230-231Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 232-233Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 234-235Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 236