Micro Systèmes n°96 avril 1989
Micro Systèmes n°96 avril 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°96 de avril 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 236

  • Taille du fichier PDF : 196 Mo

  • Dans ce numéro : Sicob... 3 itinéraires de visite.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 182 - 183  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
182 183
TECHNIQUE utilisés, le réseau français étant majoritairement numérisé. Le Groupe 3, qui concerne la transmission numérique, est le plus usité. Le Groupe 4 définit la télécopie rapide sur un réseau au débit de 64 Kbits/s, le réseau numérique à intégration de services, en d'autres termes. Comme chacun le sait, celui-ci, bien que récemment ouvert en Ile-de-France après avoir été expérimenté en Bretagne, n'offre pas encore toutes les applications nécessaires à son utilisation. La télécopie Groupe 4, techniquement au point pourtant, reste donc dans le domaine des projets qui devraient voir le jour dans un futur proche. L'immense marché de la télécopie actuelle concerne donc le Groupe 3. Caractéristique de rapidité, un télécopieur Groupe 3 transmet une page au format A4 en une minute. Le document papier, une fois passé par le scanner, est analysé point par point pour chaque ligne et enregistré dans un fichier comme une image « bit map », une image binaire qui ne connaît que les blancs et les noirs. Cette image est ensuite codée selon le principe « Hufmann » appelé le code T4, qui recense le nombre de points noirs et de points blancs pour chaque ligne. C'est ce code qui sera ensuite transmis via le RTC, selon un protocole T30, vers la station réceptrice. Agrémen4 c'est la loi Simple, ce principe est toutefois fort complexe à mettre en oeuvre dans la conception d'une carte. En effet, les télécopieurs sont soumis, en France comme à l'étranger, â un agrément délivré par l'institution locale en charge de la réglementation des télécommunications. Le but de cette procédure d'agrément, conformément en France à la loi Bérégovoy sur l'agrément obligatoire pour les vendeurs de produits de télécommunication, est d'obliger les produits de télécopie à utiliser la même fourchette de fréquences, afin qu'aucun décalage de temporisation ne soit source de disfonctionnement de l'appareil. Ainsi, la zizanie ne s'installe pas sur les lignes téléphoniques du réseau national. Bien sûr, il ne faut pas le nier, la loi Bérégovoy sur l'agrément des produits de télécoms comporte également un aspect protectionniste. En dernier lieu, une norme en matière de télécopie peut être le garant de la valeur juridique du document transmis. Aux termes de cette loi, les infractions doivent être punies d'une 182 - MICRO-SYSTEMES 4010à0W4111hiellel » ‘.‘ Softdit, une carte Fax simple et abordable. amende ou d'un maximum de trois mois de prison fermes. Or on constate que, sur la douzaine de cartes Fax commercialisées en France, trois seulement sont agréées par France Télécom. « Ce n'est pas une bonne chose d'un point de vue technique, explique Bruno Vanryb, P.-D.G. de BVRP Software, mais ce n'est pas tout : sur un plan commercial, vendre une carte non agréée n'est pas très loyal. La procédure d'agrément est longue et coûteuse, les cartes agréées sont par conséquent plus chères à la vente. L'utilisateur s'y retrouve puisque la garantie est totale quant au bon fonctionnement de la carte avec n'importe quel autre dispositif agréé. » Selon les constructeurs de cartes Fax, la procédure d'agrément, qui dure de six à neuf mois, coûte de 300 000 à 500 000 F. Parallèlement, l'investissement total dans le développement d'un tel produit s'élève à dix ou quinze millions de francs. L'aventure n'est donc pas ouverte à chacun, et il est un fait que, sur les trois cartes agréées par France Télécom, deux sont fabriquées avec l'appui financier de grands acteurs dans le secteur des télécommunications : Alcatel et Matra Communications. Autre problème délicat posé par ce type de produit destiné au marché international qu'est celui de la télécopie, chaque pays possède ses propres règles. C'est donc un travail répété pour chaque pays qu'il s'agit de supporter par des investissements conséquents. Télécopie on davantage ? Les fonctions proposées par les différentes cartes Fax varient selon le constructeur. Il faut tout d'abord examiner le standard de transmission selon lequel elles fonctionnent. Le CCITT en a déterminé plusieurs, en particulier ceux qui intéressent la télécopie et qui utilisent le support du réseau téléphonique commuté ou les liaisons spécialisées de plus haut débit. Les standards les plus utilisés concernent la fonction modem et son débit, ainsi que la fonction d'émission et de réception automatiques. Le mode V21 correspond à une liaison duplex à 300 bits/s ; le V22 est une liaison duplex à 1 200 bits/s ; le V23 offre un débit en half duplex à 600/1 200 bits/s ; le V25 concerne la fonction de réception automatique et le V25bis, la fonction d'appel automatique ; le V27ter offre un débit en half duplex dè4 800/2 400 bits/s et le V29, utilisant une liaison spécialisée à quatre fils, propose une vitesse de 9 600 bits/s. Parmi les cartes de télécopie disponibles sur le marché français et agréées par France Télécom, Locofax d'Alcatel-TITN offre les standards V25 et V25bis, V27ter, V29 et V21 ; STX 10-Tetracom de Matra-BVRP fonctionne selon les avis V25, V25bis et V27ter, et PCFax de Sofdit offre les V21, V23, V25 et V25bis, V27ter et V29. On constate donc en premier lieu que Locofax et PCFax transmettent à 9 600 bits/s tandis que Tetracom est plus lente à 4 800 bits/s. Une autre fonction, qui revêt toute son importance, est celle qui assure l'émission et la réception en tâche de fond. Cette fois, c'est PCFax qui pèche par l'absence d'émission en tâche de fond, c'est-à-dire qu'il sera impossible La procédure d'agrément par France Télécom est longue et coûteuse, mais elle garantit un bon fonctionnement avec tous les dispositifs agréés : une véritable sécurité pour l'utilisateur. ri Avril 1989
APPLICATION par exemple de procéder à des envois en différe. La réception en tâche de fond est, quant à elle, de rigueur, quel que soit le constructeur. Le logiciel propose des interfaces avec les formats ASCII et TIFF, les plus utilisés dans le monde du PC, correspondant aux principaux traitements de texte, tableurs, au mode graphique multifenêtre sous Windows ou en PAO. Toutes les fonctions logicielles comme la visualisation du document, la génération automatique d'une page de garde, le journal de bord et le suivi des émissions, l'annuaire, la liste des destinataires pour les envois multiples, sont communes à ces trois cartes. Signalons que BVRP, qui a réalisé toute la partie logicielle de la carte STX-10 de Matra, a réalisé également celle de Sofdit. Le logiciel Directory II est donc disponible sur les deux produits, avec son traitement de textes ASCII, sa gestion de fichiers et son mailing personnalisé. Les interfaces scanner sont bien entendu proposées dans tous les cas, les interfaces avec des imprimantes laser également. Des constructeurs, des stratégies Bien que les produits soient semblables dans leur fonction télécopie, la stratégie adoptée par leurs constructeurs diffère. En effet, PCFax ne propose que la télécopie, tandis que Locofax est également compatible vidéotex - à condition de lui ajouter le module vidéotex - puisqu'en V29 elle utilise une liaison à quatre fils qui favorise la circulation de chaque transmission sur une ligne dédiée, évitant de créer des « bouchons » sur la ligne. Tetracom, pour sa part, propose tout en un les fonctions de télex, télétex et télécopie. Ce qui pourrait paraître ici un avantage peut aussi bien être un piège : dans le style « qui peut le plus peut le moins », Tetracom offre presque trop de puissance puisque rares sont les personnes qui, dans un cadre professionnel, utilisent à temps égal ces trois modes de communication. De plus, Tetracom permet l'utilisation d'un seul mode à la fois, à l'inverse de Locofax. Les prix pratiqués reflètent bien la richesse fonctionnelle des produits : Locofax est commercialisée 13 500 F en utilisation monoposte (voir encadré sur la configuration réseau), PCFax coûte 14 950 F et Tetracom, 19 400 F. Signalons en outre la carte Rio Grande (de PNB) pour PS/2, non agréée par France Télécom, commercialisée 11 500 F, avec modem intelligent half et Avril 1989 LOCOFAX EN RESEAU C'est lors du PC Forum, le mois dernier, que TITN a présenté la première solution réseau intégrant une carte de télécopie, locofax. Opérationnelle sur XT, AT et PS/2 modèle 30, locofax lan utilise l'interface Netbios et fonctionne donc sur les réseaux Novell, 3Com, IBM... Sur un réseau local, outre le poste dédié à la tâche de serveur de fichiers, une station dédiée, appelée a passerelle de télécopie », porte la carte Fax et exécute les logiciels d'émission/réception automatiques. Ce micro est en liaison d'un côté avec le serveur de fichiers du réseau et, de l'autre, avec le réseau téléphonique. le serveur de fichiers porte les logiciels d'application, les ressources communes des utilisateurs et les boîtes aux lettres privées des utilisateurs de la télécopie. les autres postes de travail reliés au réseau ont accès au service télécopie à condition de disposer d'un mot de passe. Trois fonctions sont différenciées par locofax lan : la fonction utilisateur - qui offre les possibilités de copie vers d'autres postes du réseau, le répertoire téléphonique privé et général, le journal des émissions/réceptions privées, la page de garde privée et générale, la confidentialité de stockage des documents dans une boîte aux lettres personnelle - la fonction secrétariat - qui assure à partir de n'importe quel poste du réseau le routage des télécopies vers les utilisateurs et avertit l'opérateur de l'arrivée des télécopies, permet d'en visualiser la page de garde pour la rerouter vers son destinataire -, et la fonction administration - assurant la gestion de la télécopie avec visualisation du trafic et des statistiques, la configuration de la passerelle (type de numérotation, nombre de tentatives, délai entre les tentatives, accès au journal général), et la gestion des utilisateurs en créant et en supprimant des autorisations d'accès, en gérant les mots de passe... En fait, l'interface réseau proposée par TITN modifie largement la latitude d'utilisation d'une carte Fax et en fait un tant soit peu un produit bureautique. locofax lan est commercialisée à un prix de base de 26 000 F, pour une configuration avec cinq postes en réseau, et il faut ajouter 1500 F par poste supplémentaire ou 5 000 F pour cinq postes supplémentaires. Une version à 38 500 F permet la connexion d'un nombre illimité de postes de travail. TITN-Alcatel, les grands de la communication sont aussi présents, full duplex, compatibles Hayes, à appel et réponse automatiques, et dont la fonction télécopie Groupe 3 à 9 600 bits/s fonctionne en tâche de fond. D'autres cartes sont disponibles chez RTE2i, HT Direct et 3X, également non agréées. Kortex, quant à elle, a annoncé au PC Forum de février dernier qu'elle abandonnait son projet de carte Fax, trop coûteuse à réaliser semble-t-il pour une société de petite taille. Si ce marché semble porteur, on observe qu'il n'est pas aisé pour tous de le pénétrer. MICRO-SYSTEM ES - 183



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 222-223Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 224-225Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 226-227Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 228-229Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 230-231Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 232-233Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 234-235Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 236