Micro Systèmes n°96 avril 1989
Micro Systèmes n°96 avril 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°96 de avril 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 236

  • Taille du fichier PDF : 196 Mo

  • Dans ce numéro : Sicob... 3 itinéraires de visite.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 166 - 167  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
166 167
CHOISIR ne dépassant pas 254 caractères. 15 000 variables résident simultanément si nécessaire. Les procédures peuvent être au nombre de 963. Enfin, pour clore cette liste impressionnante, il faut préciser que le maximum de fichiers ouverts simultanément atteint 99 contre 15 précédemment. Il faudra encore attendre, même si l'Arlésienne pointe un peu le bout de son nez. Disons-le clairement : l'optimisation du produit sera peut-être un peu plus lente que prévue, et la presse internationale a fortement critiqué la version actuelle. En conséquence, dBase IV pourrait bien, malgré soi, stimuler positivement l'ensemble du marché. Mainframes'spleen Alors que les gestions de fichiers traditionnelles sont tout à fait au point, faut-il s'encombrer d'un système relationnel lourd et encombrant ? Issus de la grosse informatique, les SGBDR exigent des machines puissantes, égales ou supérieures aux 80286. Entre un SGBD et un SGBDR l'apprentissage est comparable à celui qui sépare le permis de conduire du brevet de pilotage. Les 1 500 pages de mode d'emploi de Paradox donnent une idée des possibilités de ces systèmes sophistiqués, tous puissants et incomplets, qui utilisent des langages encore lourds et maladroits. Bien que fascinants parce que jadis spécifiques aux mainframes, les SGBDR ne représentent aujourd'hui qu'une version non évoluée de ce qu'ils seront demain. Les didacticiels intégrés remplaceront les fonctions Help traditionnelles. L'Intelligence Artificielle apportera performance et convivialité. Enfin, les interfaces graphiques et les aspects multimédias muscleront ces systèmes qui ont encore, malgré leurs qualités, beaucoup de mal à mettre leurs performances au service d'utilisateurs qui aimeraient bien rester de simples utilisateurs et non pas devenir des spécialistes bardés de doctorats ès SQL. Jacques de Schryver QUELQUES NOTIONS SUPPLEMENTAIRES SUR LES SGBD Clauses de Hom : rappelons qu'une clause est une disjonction de littéraux et que les littéraux peuvent avoir des atomes ou positifs ou négatifs. Supposons qu'on autorise les clauses à avoir au plus un littéral positif cette classe de clauses est appelé « clauses de Horn ». Combinaison d'opérations : les SGBDR tirent leur puissance non seulement des opérations mais surtout de leur combinaison à travers des formules reliées par des ET, OU, NON... Par exemple, « sélection sur (catégorie professionnelle et ancienneté) ». Des requêtes complexes et multilignes peuvent ainsi être élaborées. Intersection : spécifie le domaine commun à deux ensembles. Inégrité et restrictions : afin de conserver son intégrité, un SGBDR doit respecter les contraintes suivantes : - deux enregistrements (tuples) ne peuvent pas être égaux ; chacun d'entre eux doit avoir une valeur différente pour la clé primaire, qui ne doit pas inclure de valeur nulle ; - chaque enregistrement doit avoir le même nombre d'attributs (champs) et dans le même ordre ; - les valeurs de chaque attribut doivent appartenir au même domaine ; - les valeurs des attributs doivent être « atomiques » ; elles ne peuvent pas posséder ellesmêmes de composants ; les relations (fichiers) ne doivent pas posséder d'autres relations en tant que composant ; - si une base de données relationnelle doit être « consistante » (ne pas contenir de contradictions), elle doit obéir à d'autres contraintes telles que l'intégrité référentielle. Jointure : soit deux relations A(K1, K2) et B(K1, K2, B3). leur jointure se définit comme une relation (fichier) possédant les attributs (champs) (K1, K2, 83) contenant uniquement les enregistrements communs à A et à B. la jointure se comporte comme un produit cartésien lorsqu'il n'y a pas d'attributs communs et comme une intersection lorsque tous les attributs sont communs. Dans le cas où il n'existe que quelques attributs communs, on définit la jointure comme étant le produit cartésien des deux relations, en enlevant les lignes pour lesquelles les valeurs des colonnes communes ne correspondent pas et en enlevant également les redondances des colonnes communes. Dans le cas où l'on conserve les redondances correspondant aux colonnes communes, on obtient une équijointure. Lambda Calculus (Calcul Lambda) : introduit par le logiciel Alonzo Church en 1930, développé et popularisé par P.J. Landin dans les années 60, il s'applique à des fonctions et à des évaluations d'expression par des techniques de substitution. Il convient particulièrement à des langages tels que lisp, car il s'appuie sur la notion de récursivitîé. Littéral : le cas le plus simple d'une formule est un littéral, qui est un atome ou un atome négatif. Un atome est un prédicat comportant zéro, un ou plusieurs arguments appelés termes. les termes peuvent être des constantes, des variables ou des fonctions. Produit cartésien : le produit cartésien de D1 (1,61par D2 (2,4,71est (1,2), (6,21, (1,41, (6,41, (1,7), (6,71, soit 2 x 3 valeurs. S'il existe m différentes valeurs dans Dl et n différentes valeurs dans D2, il y aura m x n valeurs dans leur produit cartésien. Ce terme s'applique également au mariage de fichiers. Projection : réduction du nombre de colonnes d'une table (coupure verticale du tableau). QBE (Query By Example) : système de requête où le système analyse la structure d'un exemple qu'on lui propose. Souvent pratique, le QBE évite l'apprentissage de gros modes d'emplois. le QBE a été développé au Centre de recherches IBM de Yorktown's Heights par M. Zloof, en concurrence avec le SQL.11 a été présenté en 1977 pour devenir officiellement « produit IBM » en 1979. QUEL : langage de requête d'Ingres. Quel est une des premières implémentations des propositions de Codd. SQL peut en être considéré comme une extension. Sélection : réduire le nombre des enregistrements en enlevant ceux qui ne correspondent pas aux critères choisis (coupure horizontale du tableau). SQL (Structured Query Language) : langage de requête officiel d'IBM normalisé par l'ANS'en 1986. Tableau : représentation d'un fichier (relation) où, par convention, les lignes correspondent aux enregistrements et les colonnes aux divers champs ou rubriques. les opérations des SGBD relationnels sont définis par rapport à ces tables ou tableaux. Union : une relation (un fichier) peut être scindée en deux relations contenant des sousensembles disjoints de l'original simplement en sélectionnant les enregistements (tuples) sur une base quelconque et en classant les enregistrements dans l'une ou l'autre relation (par exemple, les gens de moins de 25 ans et les gens de 25 ans et plus). l'union permet de prendre les morceaux séparés pour recréer l'original. 166 — MICRO-SYSTEMES Avril 1989
CINQ SGBD CHIFFRES EN MAIN dBase IV R:Base Quartz Paradox 2.0 SuperBase Pro Environnement DOS DOS,OS/2 Windows DOS, OS//2 GEM Nb Tables 10 80 60 24 Ill. Nb Colonnes 256 800 120 255 Iii. Nb Lignes lmilliardl Ill. Ill. 2 milliards Ill. Long. ligne 4000 4096 2400 255 255 Réseau Oui Oui Oui Oui Non Macros Oui Oui Oui Oui Non Langage Oui Oui Oui Oui Oui Run Time Oui Oui Oui Oui Non Compilateur Oui Oui Non Non Non SQL Oui Non Non Non Oui QBE Oui Non Non Oui Non Prix 6950 HT 7900 HT 1490 HT SERVICE-LECTEURS N°250



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 222-223Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 224-225Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 226-227Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 228-229Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 230-231Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 232-233Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 234-235Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 236