Micro Systèmes n°96 avril 1989
Micro Systèmes n°96 avril 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°96 de avril 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 236

  • Taille du fichier PDF : 196 Mo

  • Dans ce numéro : Sicob... 3 itinéraires de visite.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 156 - 157  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
156 157
Il CRIBLE I Log, qui en faisant apparaître différentes éditions d'un même enregistrement, permet de reconstruire une base de données endommagée ou malheureusement mise à jour. Toutes les manipulations de données ont lieu par l'intermédiaire du soussystème que constitue Database Manager. Ainsi, pour accroître le temps d'accès à l'information, un optimiseur prend en charge la requête et détermine le chemin le plus court à l'aide d'heuristiques programmées ou acquises. Parallèlement à l'emploi de techniques issues de l'Intelligence Artificielle, des algorithmes nouveaux assurent, à l'ensemble SGBD, sécurité et confort. Il faut mentioner notamment les procédures de blocage de données lors de sessions mufti-utilisateurs : non seulement c'est l'information vers laquelle l'index pointe qui se trouve bloquée et non plus l'index lui-même, mais en outre seule cette information pointée est bloquée, laissant les autres données accessibles simultanément par d'autres utilisateurs. Le développeur appréciera par ailleurs de pouvoir accéder au fonctionnement de générateur. IBM a en effet prévu la possibilité d'inclure des instructions au format SQL dans des programmes source enC, en Pascal et en Cobol. Telle unité de données peut faire l'objet d'une dé- claration explicite (SQL statique) ou d'une déclaration en tant que variable (SQL dynamique). Le code source doit alors subir une précompilation (l'utilitaire est fourni par IBM) afin que les instructions SQL puissent être comprises par le noyau du sous-système. Communiquer tous azimuts C'est sur le concept de station de travail que repose l'architecture logicielle de Communications Manager ; les concepteurs d'OS/2 ont, semble-t-il, envisagé tous les cas de figure concernant les besoins en communication, vers un environnement immédiat ou vers un environnement plus distant et, à notre avis, les possibilités offertes ne manqueront pas de susciter de nouvelles habitudes d'échange d'information. Communications Manager permet en effet à l'utilisateur de travailler en relation simultanée avec plusieurs systèmes différents, qu'il s'agisse des mainf rames de la marque (en direct), de serveurs et de banques de données (sur un mode asynchrone), ou encore de stations OS/2 similaires (via le protocole APPC — Advanced Program-to-Program Communication — développé par IBM). Il faut par ailleurs remar- quer qu'OS/2, dans la version IBM tout au moins, gère de manière autonome les éventuels problèmes d'émulation de terminaux, de même que les transferts de fichiers en XMODEM. La machine disposant de trois ports série gérés en parallèle (COM1-COM3), toute la difficulté pour l'utilisateur consiste à choisir les bons câbles... les deux volumineux manuels d'OS/2 sont peu diserts concernant les possibilités du Lan Requester/Server, d'autant que l'opuscule qui tient lieu de sommaire pour les deux volumes ne mentionne pas le petit chapitre d'introduction au sujet. L'utilisateur est tout simplement renvoyé aux ouvrages de référence technique. Signalons cependant la compatibilité du système avec les interfaces IEEE 802.2 et Netbios. Les réseaux de type Token Ring (anneau à jeton) ou IBM PC Network sont accessibles, via des adaptateurs spécifiques, soit depuis l'environnement graphique, soit depuis l'éditeur de ligne de commandes, pour autant que le Lan Server soit installé sur les ordinateurs serveurs et que les autres disposent du noyau Lan Requester. On regrettera l'absence apparente d'un utilitaire de support Ethernet, dont le développement n'aurait pas pesé bien lourd dans le budget de conception de l'ensemble. DOS en monotâche Après avoir pris connaissance des changements dans la syntaxe des commandes DOS, nous n'avons éprouvé aucun problème de compatibilité entre la coquille DOS d'OS/2 (mode dit « réel ») et les applications DOS que nous avons testées, toutes étaient compatibles au moins avec la version 2.11 du système. La machine s'est montrée assez rapide, hormis une dégradation notable de la vitesse d'affichage (32 états d'attente pour l'accès à la mémoire vidéo sur 8 bits !), avec une moyenne de performances environ 20% supérieures à celle d'un AT 286 rapide, sensiblement équivalente à celle d'un 386 à fréquence d'horloge égale. L'utilisateur ne pourra toutefois faire fonctionner qu'une application DOS à la fois. Il s'agit là d'un des points faibles du système, si l'on considère les possibilités d'émulations virtuelles du 80386 (mémoire, fonctionnement du 8086), d'autant que d'autres systèmes d'exploitation sont déjà capables de mettre en oeuvre ces possibilités. Citons notamment Concurrent DOS/386 de Digital Research, qui fait aisément fonctionner simultanément jusqu'à quatre applications, chacune dans sa propre fenêtre. Nous avons donc profité de l'occasion pour tester la machine avec le logiciel intégrateur Polymod2 de Memsoft, associé aux dernières versions des logiciels de gestion (comptabilité, ventes, payes) de l'éditeur. Signalons d'ailleurs qu'en plus de ses capacités de gestion multiposte et multitâche, Polymod2 offre au développeur les outils nécessaires pour la conception d'applications sous MS/PC-DOS, susceptibles de profiter de la puissance d'OS/2. La mise en oeuvre simultanée de plusieurs applications passe par les fonctions de multifenêtrage de Polymod2 ; chacune des fenêtres figure alors l'environnement d'un 8086 virtuel, et le gestionnaire de fenêtres dialogue avec l'utilisateur par l'intermédiaire des différentes formes que peut prendre le curseur. Avec l'habitude, on en vient assez rapidement à définir ses propres macrocommandes, accessibles par un menu qui les récapitule. Il est alors possible de générer des macroprocédure s automatisées, synonymes d'économie de manipulations, donc 156 - MICRO-SYSTEMES Avril 1989
de temps, et d'utiliser ainsi l'ordinateur à son maximum. Polymod2 en exploite effectivement toutes les qualités. Bien que certaines procédures de traitement numériques et d'accès disques ralentissent les déroulements simultanés, la machine fonctionne en mode protégé (donc en dehors de la « boîte de compatibilité DOS ») et utilise toute la mémoire présente, l'émulation virtuelle permettant, par exemple, de mettre au point une application dans une fenêtre tandis qu'elle s'exécute dans une autre. La mise en place d'une application globale de gestion revient finalement à écrire un métaprogramme, composé de différentes séquences de macrocommandes. Conçu comme une interface vers OS/2, Polymod2 apporte donc une solution spécifique aux problèmes de mise à jour d'applications pour les machines à venir. Il nécessite cependant la réécriture des programmes. Son utilité demeure, par conséquent, assez restreinte, à moins que l'on dispose du code source de Lotus 1-2-3 ou de Word 3, à moins que les outils de développement Memsoft ne deviennent prochainement un standard obligé pour tous les éditeurs. Puissance et cohérence en attendant les applications Certes, l'ensemble PS/2 70-OS/2 se distingue par sa puissance et sa souplesse, quels qu'en soient l'environnement et le type d'utilisation. La construction irréprochable de la machine et sa puissance sous OS/2 sont à la mesure de la réputation du constructeur. Les remarquables possibilités de programmation interne (définition de macrocommandes) des différentes composantes du système, qu'il s'agisse de communication ou de gestion de données, permettent d'ores et déjà d'utiliser aussi bien le hardware que le software à plein. Toutefois, l'offre logicielle spécifique à OS/2 est encore aujourd'hui bien en deçà de ce que Big Blue escomptait, même si l'on commence à percevoir les signes d'un certain fré- missement. Les développeurs sont en effet partagés quant à la pérennité de la nouvelle norme IBM et quant au poids — et au devenir — du consortium EISA, adversaire de MCA. L'enjeu est de taille, puisque, d'un côté comme de l'autre, c'est de la définition de nouveaux standards qu'il s'agit. Evidemment, MCA et OS/2 ont le mérite d'exister déjà, et l'assurance d'une interconnectivité maximale, ne serait-ce qu'avec tous les systèmes du géant américain, peut constituer un argument décisif. En revanche, un certain nombre d'applications sous DOS doivent être réécrites afin de pouvoir fonctionner sous OS/2, ce qui, ajouté aux très prometteuses spécifications techniques du cahier des charges défini par le consortium, incite à attendre les premières réalisations concrètes du projet. Il ne fait pas de doute que les décisions se prendront alors très vite. De la balance entre les deux dépendra alors l'avenir de la microinformatique, pour autant que le terme ait encore une sens. Il Frédéric Milliot UNITE CENTRALE MODELE 8570-121 Processeur : Intel 80386 Fréquence d'horloge : 20 MHz Etats d'attentes : 0-2 Mémoire : 2-16 Mo (85ns) Connecteurs d'extension : 2 x 32 bits, 1 x 16 bits (MCA) Disquettes : 1 x 3,5 pouces/1,44 Mo (2 en options) Disque dur : 3,5 pouces/120 Mo Temps d'accès moyen disque dur : 23 ms Contrôleur Graphique V.G.A. MONITEUR MODELE 8513-002 Diagonale d'écran : 30,5 cm Pique de l'image : 0,28 mm Palette : 256 144 couleurs Résolution maximale : 720 x 400 (70 Hz non entrelacé), 640 x 400 (60 Hz non entrelacé) Fréquence horizontale : 31,5 kHz Fréquence de rafraîchissement : 60-70 Hz. MACHINE TESTEE : IBM PS2 70 120Mo 13/12/1988 lA : Affichage vidéo aléatoire (mode texte) 0:19:15 18 : Affichage vidéo séquentiel (mode texte) 0 : 6:29 1C : Affichage vidéo en insertion (mode texte) 0:10:50 1D : Affichage vidéo séquentiel (mode graphique) 0:18:81 1X : Mesure vidéo globale 0:54:75 2A : Génération d'un tableau de 600 réels en strings 0 : 0:82 28 : Tri linéaire du tableau 0:17:62 2C : Tri à bulles du tableau 0 : 9:22 2X : Mesure de calcul globale 0:27:66 3A : Ecriture fichier séquentiel sur floppy courant (2500 1.) 0:22:54 38 : Ecriture fichier séquentiel sur disque fixe (6000 1.) 0:14:78 3C : Lecture fichier séquentiel sur floppy courant (2500 1.) 0:21:56 3D : Lecture fichier séquentiel sur disque fixe (2500 1.) 0 : 6:87 3X : Mesure disques globale 1 : 5:75 4A : Calcul récursif du binôme de Newton (n=50/p=5/1f=33) 0:30:87 5A : Procédure de délai simple (déclaré pour 32 secondes) 0:30:47 XX : Mesure globale 7.:30 : 9 Avril 1989 MICRO-SYSTEMES - 157



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 222-223Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 224-225Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 226-227Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 228-229Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 230-231Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 232-233Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 234-235Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 236