Micro Systèmes n°96 avril 1989
Micro Systèmes n°96 avril 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°96 de avril 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 236

  • Taille du fichier PDF : 196 Mo

  • Dans ce numéro : Sicob... 3 itinéraires de visite.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 104 - 105  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
104 105
DOSSIER ration de micro-ordinateurs dès 1990. Selon Dataquest, la part du marché des 32 bits à base d'architectures RTSC devrait atteindre plus de 9% du marché en 1990. Le consultant prévoit ainsi qu'en 1992 on vendra un microprocesseur RISC pour trois CISC. Déjà les deux grands constructeurs sont présents sur le marché : Motorola avec le 88000, et Intel qui vient d'annoncer un microprocesseur RISC constitué de trois unités de calcul. Connu sous le nom de code N-10, celui-ci serait 30 fois plus rapide que le 80386, et dépasserait considérablement les performances des autres RISC du marché : Motorola, Fujitsu, Clipper, AMD... Nouvelles architectures ou nouveaux matériaux Les processeurs RISC peuvent être utilisés soit comme unité centrale - c'est le cas du 88000 de Motorola -, soit comme coprocesseur, permettant d'accélérer certains traitements (applications graphiques et calcul scientifique). Ainsi, le N-10 a été conçu à l'origine pour seconder le processeur 80486 prochainement mis sur le marché par Intel. Si la structure des processeurs peut être optimisée pour un traitement plus performant, la vitesse du signal dans le composants reste limitée par les caractéristiques intrinsèques du matériau, en l'occurrence le silicium. En substituant à ce dernier d'autres semiconducteurs, il est possible de dépasser ces performances. C'est le cas de l'arséniure de gallium (GaAs) et des semiconducteurs de type III-VI (AlAs, InP...), compatibles avec des cycles d'horloge bien plus élevés. C'est pourquoi Texas Instruments a utilisé ce materiau pour réaliser un microprocesseur RISC 32 bits dont l'objectif visé est 200 Mips. Une telle performance ne peut être atteinte qu'avec une vitesse d'horloge supérieure à 100 MHz, soit trois fois plus que les plus hautes vitesses actuelles. Le sens de l'histoire Les microprocesseurs sont conçus et réalisés de plus en plus rapidement : ceux qui apparaissent aujourd'hui sur le marché ont nécessité moins de deux années de développement. Pour les ASIC, quelques mois 104 - MICRO-SYSTEMES suffisent pour réaliser une petite série de circuits spécifiques. Mais il faut toujours compter un certain délai avant le développement des fonctionnalités correspondant à cette augmentation de puissance du matériel. Le logiciel arrive toujours avec retard. Ainsi, la parallélisation du logiciel en est à ses balbutiements. Que dire alors des programmes pour machines RISC, dont le code dépend essentiellement de l'architecture du processeur ? A la question « Quels conseils pouvez-vous donner aux utilisateurs perplexes devant ces innovations technologiques », Philippe d'Argent, directeur général de Lotus France, a répondu : « Une chose est sûre, on ne peut pas aller contre le sens de l'histoire. Le sens de l'histoire, c'est aujourd'hui des microprocesseurs plus puissants, des systèmes d'exploitation multitâches afin de répondre à cet énorme besoin de communication des entreprises de toute taille... » Finalement, recommande John Cotter, chef de produits à NCR France, il faut « considérer soigneusement les caractères d'évolution des systèmes que vous achetez, non seulement en termes de capacités disques ou cartes d'extension, mais aussi en termes d'évolution du microprocesseur » Cela afin de pouvoir utiliser au mieux leurs capacités, mais également de les amortir pleinement. IR Claire Rémy L'OPTA (Observatoire français des techniques avancées) est une association loi de 1901, créée en juin 1982 par des anciens élèves de l'école Polytechnique. Son activité principale est d'organiser des groupes de réflexion formés de spécialistes de haut niveau. Ces différents travaux débouchent sur des rapports de synthèse baptisés Arago ». LES ECRANS PLATS A MATRICE ACTIVE Les écrans cathodiques cèdent la place à d'autres technologies plus adaptées à la petite taille des ordinateurs : les écrans plats. Si les premiers modèles avaient une assez faible résolution, les écrans plats actuels, notamment à cristaux liquides, présentent une qualité d'image comparable à celle des écrans traditionnels, tout en offrant les avantages de la technique matricielle. Ainsi le Centre national d'études et télécommunications et Sagem ont récemment signé un accord de coopération pour le développement et l'industrialisation d'écrans plats à cristaux liquides à matrice active. Cet écran couleur de 8 x 8 cm de surface utile, et 320 lignes sur 320 colonnes, est animé par une matrice de 102 400 transistors, soit 32 400 triades colorées permettant des gradations de couleur. Sa réalisation fait appel à une technologie originale mise au point par le CNET/Lannion) : la matrice de transistors en couche mince (TFT : Thin Film Transistors) qui commande l'écran est réalisée à partir des mêmes outils que les filtres colorés, ce qui rend ces écrans particulièrement fiables et économiques. Le procédé est extensible à la réalisation de grande surface, sans accroissement sensible des coûts. Outre les applications aux écrans d'ordinateur, l'écran plat à matrice active peut être utilisé dans tous les secteurs, professionnels et domestiques, de la visualisation ; écran minitel, vidéo-projection sur grand écran, télé-écriture... TABLEAU 1 (D'APRES ARAGO 4, DFTA) EVOLUTION DES CIRCUITS DE 1985 A 1995 1985 1995 Largeur de trait (µm) 2 0,7 - 0,5 Dimension des circuits (mm) 8 12 - 25 Dimension des plaquettes (mm) 100 - 125 200.d250 Complexité (nombre de transistors par puce)'par assemblage de puces sous forme mosaïque 105 106 - 107 108 - le. Avril 1989
Géant ! Multitâche - multiposte. L'interface utilisateur du système d'exploitation MS-OS/2. MS.OS/2 en assurant dans ce cas la fonction SHELL d'OS/2, permettant ainsi d'accéder à toutes les ressources du noyau (gestion du mode réel, contrôle total de toutes les tâches de la machine). Véritable "bombe" dans le monde informatique, DISPATCHEUR 1 est le seul interface multitâche, multiposte, complémentaire à OS/2. Il permet la connexion de 8 postes de travail supplémentaires sur un poste AT ou PS/2 gérables à travers une fenêtre représentée sur ce poste-maître. A tout moment, il est possible d'arrêter, de reinitialiser, de mettre en sommeil ou de détruire les tâches associées à chaque terminal, celuici pouvant être utilisé en mode menu ou en mode prompt. Sous le mode menu, des touches permettent d'accéder au répertoire et aux différents logiciels du système. Sous le mode prompt, l'utilisateur avec un mot de passe et son nom, accède aux commandes d'OS/2, parfaitement exécutées sur le terminal. L'écran-clavier peut être du type ASCII ou ANSI. Avec DISPATCHEUR 1 tout devient un jeu d'enfant. En assurant la gestion des ressources système, il rend possible la gestion des unités de disque et la procédure d'appel de programme et des sessions sous MS-0S2. Aussi, créer, détruire, copier et renommer des fichiers, créer, copier, sélectionner, appeler et gérer des répertoires ne sera plus le "casse-tête" habituel et en plus l'utilisateur pourra paramétrer 4 menus déroulants, composés chacun de 7 fonctions. Les menus lanceront les tâches ou les programmes sous OS/2, les paramètres porteront sur le mode de sélection de la tâche et le répertoire d'exécution. Gérer les screen-groups à travers la fenêtre des sessions, arrêter, mettre en sommeil, geler une tâche ou retoumer dans une tâche quittée précédemment, à DISPATCHEUR 1 rien d'impossible ! Il peut même remplacer le sélecteur de programme Fourni avec DISPATCHEUR 1, un logiciel de configuration permet de paramétrer les écrans (vitesse, utilisateurs, état, les menus déroulants) et de choisir le mode de fonctionnement (mode SHELL ou applicatiO. DISPATCHEUR 1, AL PS/2, MS.OS/2, OS/2 sont des marques déposées. 16-22, rue Castagnary, 75015 PARIS (1) 45.33.59.71 SERVICE-LECTEURS N°221



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 222-223Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 224-225Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 226-227Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 228-229Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 230-231Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 232-233Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 234-235Micro Systèmes numéro 96 avril 1989 Page 236