Micro Systèmes n°95 mars 1989
Micro Systèmes n°95 mars 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°95 de mars 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 200

  • Taille du fichier PDF : 163 Mo

  • Dans ce numéro : RNIS, l'avenir des réseaux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 142 - 143  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
142 143
1,1 glieg cylindre simplement « diélectrique », c'est-à-dire non conducteur. La société américaine Delphax a breveté un dispositif d'émission de faisceaux parallèles d'ions, une sorte de « barrette d'émetteurs d'ions ». Son procédé est extrêmement simple puisque le toner, attiré par les charges, est ensuite reporté et fixé d'un coup sur le papier par pression à froid. Mais il est difficile de se prononcer sur son potentiel : jusqu'où peut-on réduire le coût de fabrication des têtes et surtout quelle résolution peut-on atteindre ? En attendant, les produits (S6000 : 240ppp, 60ppm ; S3000 : 300ppp, 30ppm) se vendent, sous la marque Delphax et d'autres... Sur le plan de la qualité, les technologies d'impression recourant à des effets thermiques peuvent également afficher certaines prétentions face à celles que nous avons déjà citées. Pourtant, les principes mêmes sur lesquelles elles reposent les condamnent à s'agripper à des « niches » d'applications particulières où leurs avantages sont pleinement appréciés. L'impression thermique proprement dite repose sur l'utilisation d'un papier spécial, sensible à la chaleur. Qui plus est, ce papier doit être de faible épaisseur et vieillit très mal : il ne supporte pas la lumière ! Dans l'impression à « trans- Fluidificateur d'encre Elément chauffant Un concurrent possible pour le laser, mais surtout pour l'impression couleur. Encre déposée Tambour fert thermique », en revanche, la chaleur dégagée par les points résistifs de la tête d'impression n'agit pas directement sur le papier, mais sur un ruban où elle provoque la fusion d'une encre qui est du coup reportée sur le papier ordinaire. Cette solution a été très employée sur de petites imprimantes à chariot — elle a d'ailleurs provoqué une petite révolution dans le monde de la machine à écrire portable —, mais elle est également exploitable dans des imprimantes page, puisque la réalisation d'une « tête ligne » (une barrette de points chauffants) ne pose pas de problème majeur. Cependant, on a du mal à mettre au point le ruban encreur qui permettrait à cette approche de concurrencer vraiment l'impression laser. C'est qu'on lui en demande beaucoup : on voudrait que l'encre pénètre vraiment dans les creux des papiers rugueux (les plus beaux !) et qu'en même temps le même ruban puisse passer plusieurs fois devant les têtes, afin de diminuer le prix de revient de ce coûteux « consommable ». IBM a, le premier, étudié la solution du « ruban résistif » dont le premier mérite est de simplifier à l'extrême la tête d'impression, qui ne consiste plus qu'en un simple peigne d'électrodes, puisque c'est dans le ruban lui-même que l'échauffement est obtenu par effet Joule. Si l'on parvenait à ramener le prix de revient à la page d'un tel ruban au niveau de celui du toner, l'imprimante laser pourrait trouver plus simple qu'elle... Le transfert thermique se défend en tout cas très bien sur un terrain inattendu, celui de l'impression couleur. Il Tête thermique } Ruban encreur, 4/Papier support suffit, pour être conquis, de voir ce que sait faire le moteur Mitsubishi G650, que l'on retrouve en particulier sur la ColorScript 100 de QMS, première imprimante couleur PostScript. Ce point fort n'est pas négligeable, car la couleur pose un bien plus gros problème en xérographie. Présenter successivement trois encres de couleurs primaires plus, éventuellement, une encre noire (mais la trichromie est plus souvent employée que la quadri) devant la même tête thermique est presque un jeu d'enfant (elles peuvent être sur le même ruban). Côté xérographie, en revanche, c'est une autre paire de manche, et l'on aura du mal à retrouver en couleur les avantages de la cartouche à 1000 F que l'on change sans se salir en cinq minutes. Jets d'encre Il serait injuste de terminer ce tour d'horizon sans parler un peu de cette technologie qui menace sérieusement aujourd'hui nos bonnes vieilles imprimantes à aiguilles : le jet d'encre. Sans aucun doute, de remarquables progrès ont été obtenus en matière de qualité d'impression : la « qualité laser », souvent revendiquée, n'est plus très loin. La variante « bulles d'encre » permet ainsi à Canon de réaliser une étonnante photocopieuse numérique couleur au format Al (594 x 840 mm) travaillant à 400ppp ! Mais le jet d'encre semble devoir rester pour longtemps encore une solution pour les imprimantes « chariotées », comme disent les spécialistes. Or, nous l'avons déjà indiqué, le chariot est en quelque sorte l'homme à abattre. Pour des applications industrielles de marquage (emballage, mailing...), l'industriel britannique Elmjet a mis au point une tête de 25 mm de large comportant 100 buses, grâce à laquelle il propose une imprimante à 500 000 F qui noircit du papier en continu (de 25 mm de large, donc) à raison de quatre mètres par seconde ! On se contenterait d'un rythme moins soutenu, mais l'imprimante page à jet d'encre qui ferait peur au laser devrait aligner quelque 2 400 jets sur 20 cm de largeur... Et 2 400 buses qui n'ont pas le droit de se boucher ! A une époque où l'industrie ne cesse de troquer de la mécanique contre du silicium, il devient difficile de placer de la plomberie. Pierre Hulstaert (APSynaps) 142 — MICRO-SYSTEMES Mars 1989
Une page de 219 mm sur 297 (format A4), imprimée avec une résolution de 300 points par pouce, représente quelque huit millions de points. Comme un seul bit suffit pour dire « noir » ou « blanc », il en faut huit millions pour la représenter en mémoire, soit un Méga-octet. Un Méga-octet il y a dix ans, c'était Byzance ; aujourd'hui, c'est huit puces, deux dans six mois. Et c'est pour cela que les imprimantes PostScript existent, que l'on n'imprimera plus demain des caractères ni des lignes, mais des pages entières. 4 Depuis que le Méga-octet est abordable, on peut « calculer » l'image point pour point d'une page avant de l'imprimer physiquement, on peut en quelque sorte écrire, dessiner, peindre sur une « mémoire de page », avant de la « projeter » sur le papier, à coups de rayon laser par exemple. C'est ce que font les imprimantes PostScript. Un « langage de description de page », et en particulier PostScript, devenu la norme de fait en la matière, est une sorte de jargon destiné à piloter le travail d'un robot POSTSCRIPT ET TOUT ÇA... typographe - dessinateur - peintre - photograveur, et j'en passe. Il permet de dire des choses comme : « Va au point de coordonnées x et y ; tire un trait jusqu'en x, y' ; trace un cercle de rayon r ; choisis la police Helvetica italique ; prépare un jeu de caractères de dimension d ; écris « blabla » ; fais tourner tout cela de 4.50- ». Le robot - en fait un programme appelé interpréteur - ne noircit pas du papier mais des bits de mémoire.ll peut donc zigzaguer en tous sens, écrire de droite à gauche ou en biais, « gommer » ici ou « inverser » là, finir un dessin en bas puis titrer en haut... Pour produire une page, un logiciel « parlant » PostScript n'a donc plus à se soucier d'écrire de gauche à droite et de haut en bas. Il génère des ordres selon la logique qui l'arrange. Comme la page est « calculée » plus tard, il peut décrire des graphiques en mode « vectoriel » (« trace un trait de x, y à x, y'. ») sans s'inquiéter de la résolution de l'imprimante. Les caractères eux-mêmes sont définis géométriquement, à l'aide de courbes mathématiques (dites de Béziers) paramétrées. C'est l'interpréteur PostScript qui fabrique point par point les images des caractères utilisés, à partir de leur définition géométrique, en tenant compte des caractéristiques (dimension, orientation et autres déformations prévues) spécifiées dans les ordres PostScript. Une description de page est donc totalement indépendante des caractéristiques de l'imprimante PostScript employée. Ce qui renforce la position de pivot de PostScript, entre les logiciels produisant des pages et les matériels capables de les matérialiser - imprimantes, mais aussi photocomposeuses et dispositifs de génération de diapositives. PostScript semble avoir tout prévu : la typographie, les tracés les plus complexes, les images avec « niveaux de gris » et même la couleur. Il ne reste qu'a lui fournir de la puissance de calcul (beaucoup) et de la mémoire. 1 Mo pour une page A4 à 300ppp, 4 Mo en 600ppp, 16 Mo en 1 200ppp... MICROPHAR CONFIRME SON AVANCE TECHNIQUE DANS LA PROTECTION DES LOGICIELS CLE A MEMOIRE Utilisations : - Mémorisation de dates (fabrication, mise en service, etc...) - Protection simultanée de plusieurs logiciels complémentaires - Location de progiciels (contrôle de la durée ou du nombre d'utilisations) - Contrôle du niveau d'utilisation de l'application (démonstrations, options...) - Compteurs ; mots de passe Produits brevetés Avantages techniques : - Distinction Hardware spécifique à chaque client - Interfaces logicielles disponibles dans la plupart des langages - 31 mots de 16 bits disponibles en lecture et écriture - 31 mots de 16 bits réservés au contrôle des opérations d'écriture - Pérennité et permanence de l'assistance technique CLE ÉLECTRONIQUE - Depuis 6 ans le standard en matière de protection contre le piratage des logiciels (900 clients/210.000 clés vendues à ce jour) MICROPHAR, leader mondial des protections matérielles sur micro-ordinateurs, est distribué dans 11 pays d'Europe et d'Amérique. 42, avenue Sainte-Foy - 92200 Neuilly-sur-Seine - Tél. : (1) 47 38 21 21 Mars 1989 SERVICE-LECTEURS N'20 7 MICRO-SYSTEMES — 143



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 200