Micro Systèmes n°95 mars 1989
Micro Systèmes n°95 mars 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°95 de mars 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 200

  • Taille du fichier PDF : 163 Mo

  • Dans ce numéro : RNIS, l'avenir des réseaux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 140 - 141  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
140 141
Canon a su imposer un standard Le LBP-CX introduit dans l'impression laser les avantages de la « cartouche » dont bénéficient déjà bien des utilisateurs de photocopieuse. Canon a réussi à rassembler le toner et tous les éléments à durée de vie limitée de l'imprimante laser, dont le tambour photoconducteur, dans une cartouche interchangeable dont le prix de vente a pu être ramené, dans le cas du LBP-SX, successeur du LBP-CX, aux alentours de 800 F pour 4 000 copies. Le moteur lui-même est vendu à un prix qui surprit tout le monde à l'époque (900 dollars en 1983). Lui et les comparses qui lui emboîtèrent immédiatement le pas (comme le coeur Ricoh) sont à l'origine d'une nouvelle génération d'imprimantes produisant de 6 à 10ppm avec une définition de 300ppp(300 points par pouce, soit 12 par millimètre), et cela dans une fourchette de prix dont la limite inférieure frôle déjà les 10 000 F. Il suffit de comparer l'intérieur de l'une de ces imprimantes laser avec celui d'une photocopieuse à 6 000 F pour deviner la suite : la seconde est plus complexe sur le plan mécanique (elle doit en plus, du reste, faire défiler l'original pour projeter son image sur le tambour). Certes, il faut plus d'électronique pour piloter une imprimante laser, mais on sait jusqu'où peut chuter le kilo de chips... Tirer sur tout ce qui bouge On connaît cette « loi » attribuée à Truong Trong Thi-, le père du microordinateur : « Produit en masse, tout circuit intégré finit toujours par coûter un dollar. » On sait également que malgré des progrès continus la mécanique reste coûteuse et fragile. La chasse aux pièces, avant tout aux pièces mobiles, est une règle d'or pour faire baisser le prix de revient d'un produit. Sur une imprimante laser on ne trouve pas de véritable équivalent du « chariot » hérité de la machine à écrire et dont ne peuvent se passer les. imprimantesà aiguilles ou à jet d'encre. Sans doute, il faut bien déplacer le faisceau laser dans le sens transversal (perpendiculaire au mouvement du papier), mais cela est obtenu à l'aide d'un minuscule miroir polygonal tournant et d'une optique fixe. Certes, la LaserJet et ses consoeurs comportent un délicat mécanisme d'introduction feuille à feuille, hérité de la photocopieuse, mais c'est là un progrès appréciable que l'on finira par exiger de n'importe quel type d'imprimante et qu'il faut bien admettre de payer. Si l'on ne compare que ce qui est comparable, toute technologie à tête mobile doit, pour arriver à la cheville du laser, faire slalomer à tout va devant le papier une petite merveille technologique dont le poids ne peut être nul. Ce mouvement rapide et Ecriture Encre (toner) de grande amplitude est un tandon d'Achille dont s'affranchit l'impression laser, qui se contente de faire avancer tranquillement le papier. Il faut pourtant bien un petit quelque chose pour que le faisceau laser « balaie » le tambour dans sa largeur. Des déflecteurs piézo-électriques ont été employés, mais sans détrôner jusqu'à présent le miroir tournant, peut-être trop simple pour passer si facilement aux oubliettes. Mais la meilleure pièce mobile est celle que l'on réussit à supprimer, et si le faisceau laser ne pèse pas lourd, il est en revanche encombrant, car un certain recul est nécessaire pour le projeter sur toute la largeur du cylindre. D'où la tentation de faire de l'impression sans laser... Qui pouvait doubler une star comme le laser ? Les incontournables cristaux liquides ont répondu à l'appel. Eux ne fournissent pas la lumière, mais ils sont champions pour la laisser passer ou Effacement Tambour magnétique métallique Nettoyage Fixation 0 Transfert d'encre Distributeur d'encre Papier La magnétographie est une technologie d'impression par page offrant vitesse et définition... pour le futur. 140 — MICRO-SYSTEMES Mars 1989
Le processus commence dès que la machine reçoit les informations de l'ordinateur. Il génère alors une image électronique prête à être chargée sur le tambour. l'arrêter à la demande. De plus, cela fait quelque temps que l'on sait fabriquer des afficheurs constitués de milliers de points contrôlables individuellement. Il ne restait plus qu'à en réaliser un ayant les bonnes dimensions, c'est-à-dire une barrette de la largeur du papier. Placée entre une source de lumière quelconque et une optique de focalisation, elle formera ligne après ligne l'image latente sur la surface photoconductrice en rotation. La chose est concrétisée au Japon dès 1985, avec la sortie de la LCS-2400 par Casio, auquel Epson, Hitachi, notamment, emboîtent le pas. Avantage évident de cette approche : le système de formation de l'image est strictement statique et, de ce fait, fiable et durable. Il est déjà très compact dès le premier essai et son prix de revient pourra être ramené à peu de chose. Cristaux liquides ou diodes ? La qualité du laser sans laser ? Une autre idée est venue pour obtenir ce résultat. Plus simple encore que la barrette de cristaux liquides, la barrette de « diodes électroluminescentes », plus connues sous leur dénomination anglo-saxonne LED. Toujours au Japon, Sharp et Sanyo furent les premiers à tester l'idée. Il est bien difficile de dire aujourd'hui si l'une de ces deux solutions devrait à terme prendre le pas sur l'autre. Avec les cristaux liquides, une réduction du coût semble assurée à terme ; mais il ne sera peut-être pas aisé de suivre l'évolution de la demande sur deux paramètres : vitesse d'impression et résolution. Casio envisage un modèle atteignant les 15ppm mais admet qu'il ne sera pas facile de faire mieux. Cette difficulté est sans doute mineure, dans la mesure où la catégorie 300ppp, 5-10ppm semble devoir satisfaire la très grande majorité de la demande pendant encore quelques années, ce qui laisse le temps de préparer la suite. Côté diodes, on semble plus confiant pour l'avenir : la Luna 1 de Fujitsu, par exemple, atteint les 17ppm, tandis que la P400 d'Agfa offre depuis deux ans ses 406ppp. Cristaux liquides, diodes et laser : chacune de ces solutions prendra peut-être progressivement la tranche de marché, du bas au haut de gamme, qui correspond à ses possibilités... Le laser, en tout cas, ne semble pas devoir être inquiété lorsqu'il s'agit d'at- 0 Une image électrostatique est créée par un balayage de particules ionisées. Les restes de toner sont enlevés et la charge électrique est neutralisée. Principe plus simple, performances accrues, mais fabrication plus coûteuse, la ionographie est amenée à Se développer. teindre les sommets. La VT-600 de Varityper y a recours pour offrir ses 600ppp, de même que Printware pour son prototype atteignant les 1 200ppp. Et c'est bien encore au laser que l'on doit les performances d'une photocomposeuse comme la Linotronic 300, dont le spot de 10 microns trace caractères, traits et trames avec une résolution de 2 540ppp. Il est vrai sur un support photographique, ce qui nous éloigne de l'imprimante. Deux autres technologies prétendent marcher sur les plates-bandes de la xérographie, mais pour l'instant seu lement sur le terrain de l'impression à grande vitesse. La magnétographie, étudiée et exploitée par notre constructeur national Bullavec un succès commercial certain, revient en deux mots à faire de la xérographie en remplaçant les champs électriques par des champs magnétiques. L'image latente est inscrite sur un tambour revêtu d'un matériau magnétique (de même nature que ceux employés pour les disques) à l'aide d'un jeu de 3 360 têtes magnétiques (soit 240 par pouce sur 14 pouces de large). On imagine que l'essentiel des difficultés du pro- Tandis que le tambour tourne, le toner est attiré sur l'image électrostatique latente. Papier °L'image qui vient d'être créée sur le tambour est ensuite fixée sur le papier. cédé sont concentrées ici. La suite va de soi : l'image est révélée à l'aide d'un toner magnétique, cette fois reportée sur le papier à l'aide d'un champ... magnétique et enfin fixée. Le modèle haut de gamme Mathilde de Bull, la M 9060, atteint les 90ppm. D'autres fonctionnent à 60 et 50ppm, mais on est encore bien loin de savoir fabriquer la matrice de têtes magnétiques à un coût suffisamment bas pour concurrencer le laser dans le bas de la gamme. L'avenir changera sans doute ces limitations actuelles. Magnétographie, ionographie... L'impression ionographique, quant à elle, reprend les grands principes de la xérographie, mais en beaucoup plus simple. Pourquoi charger un cylindre pour le décharger ensuite ? parce que l'on sait décharger un photoconducteur en projetant de la lumière et qu'il est facile de projeter de la lumière... Mais supposons que l'on dispose d'une tête capable d'émettre des ions, c'està-dire des atomes chargés électriquement. Ceux-ci peuvent former directement une image latente sur un Mars 1989 MICRO-SYSTEMES — 141



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 95 mars 1989 Page 200