Micro Systèmes n°94 février 1989
Micro Systèmes n°94 février 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°94 de février 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 216

  • Taille du fichier PDF : 188 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... les logiciels de l'an 2000.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
Al'horizon 2000, les microordinateurs n'auront plus de micro que la taille et le prix. Les techniques aujourd'hui en pointe ne seront rentabilisées que par une baisse des prix et une diffusion importante. Les techniques de communication seront les premières à permettre aux progrès de s'imposer. La simplicité deviendra l'argument de vente principal puisque la puissance se banalisant, il faudra bien que son emploi soit à la portée de tous. Les aspects psychologiques seront probablement ceux sur lesquels les fabricants et les vendeurs feront porter leurs efforts. Audelà de la sophistication interne des programmes, leurs deux qualités dominantes seront probablement la simplicité, concrétisée par des interfaces en langage naturel et des didacticiels intégrés sous forme de systèmes experts, et la robustesse, destinées à créer un climat de confiance indispensable à une très large diffusion. Ce sera l'ère de la convivialité, de la communication et de l'interface. Déjà, les différents congrès et conventions, aux Etats- Unis, mettent en évidence le besoin de normes communes, et surtout d'interfaces entre les normes. Si les progrès exigent régulièrement de nouvelles normes, si la concurrence crée le problème des normes de fait et des normes officielles (voir en France les projets de normes qui n'aboutissent pas), le marché, cependant, ne peut se stabiliser ni susciter la confiance qu'à partir du moment ou les acquits anciens sont sauvegardés. Une nouvelle race de logiciels fait son apparition : les interfaces normes à normes deviendront progressivement des best-sellers internationaux. Nous avons choisi de présenter 10 catégories de logiciels, dans leur prospective à l'horizon 2000. De nombreuses interviews avec les auteurs de programmes, les directions de projet et lors des congrès sur l'image et l'intelligence artificelle, permettent d'avoir une idée précise de la direction que prend d'ores et déjà le logiciel. Ces tendances peuvent se trouver accélérées par les progrès rapides du matériel : le disque optique effaçable, les mémoires et les microprocesseurs ultra-rapides, les écrans contrôlés en Postscript, la généralisation des écrans couleurs à très haute définition, contribueront au confort de l'utilisateur. Pendant encore longtemps, les possibilités matérielles risquent d'être en avance de deux ou trois ans sur les techniques logicielles. Les traitements de texte Activité dominante de l'utilisateur de micro-informatique, le traitement de texte sera le premier à bénéficier de cette convivialité nouvelle qui caractérisera les logiciels de l'an 2000. L'activité du langage couvre toutes les autres. Par sa structure même, elle garantit que celui qui domine 84 — MICRO-SYSTEMES LES TRAITEMENTS DE TEXTE ACTUELS Aujourd'hui, quelques logiciels possèdent une ou plusieurs des caractéristiques des traitements de texte du futur. Le Rédacteur, écrit pour Libération, donne des statistiques chiffrées et graphiques sur le nombre de mots moyen par phrase et sur la fréquence des mots employés. Il indique le nombre de mots, leur taille moyenne, la taille moyenne des phrases. Ces fonctions sont valables pour tout un texte ou pour une portion. Les produits appartenant à des intégrés bénéficient de macro-instructions et d'un lien immédiat avec les programmes graphiques. Mais les intégrateurs du type Windows ou Personal Manager permettent à n'importe quel document d'intégrer du graphisme ou de capturer des extraits en provenance d'autres programmes. La compétition ne se jouera donc plus sur ce plan, mais plutôt sur celui de l'ergonomie. Un produit comme Evolution, qui fut le premier à fonctionner sous windows, bénéficie d'une ergonomie exceptionnelle qui l'a amené à être choisi par Palantir pour une diffusion en neuf langues sous le nom de Win-Text. Dès février 1988, Evolution utilisait déjà les fonctionnalités de Windows 2. Axant sa publicité sur l'interface, Sprint de Borland se définit lui-même comme « équipé d'un interface caméléon programmable à volonté ». Il propose en standard un dictionnaire intégré en français de 300 000 mots, ainsi qu'une aide en ligne accroissant la facilité d'utilisation. D'autres comme Word 4 offrent une telle puissance globale que le mode d'emploi de plus de 700 pages se devrait d'être lu plusieurs fois. Mais dans la mesure où les équipes de programmation s'efforçent d'intégrer rapidement tout progrès majeur réalisé par leurs concurrents, le principal atout reste l'ergonomie. Et dans ce domaine, il reste beaucoup à inventer. le langage possède toutes les chances de s'adapter harmonieusement aux différents domaines de la connaissance. Actuellement, les traitements de texte vont déjà bien au-delà de la simple frappe. Des dictionnaires y sont intégrés, permettant une correction orthographique au niveau de la racine du mot. Dans l'avenir, les corrections s'étendront aux désinences, malgré les ambiguïtés liées à la construction des phrases. Les systèmes-experts sémantiques évolueront en parallèle avec la tâche principale. Au moment où une phrase sera en cours d'écriture, les phrases précédentes seront en cours d'analyse dans une autre partie de la mémoire. Des coefficients paramétrables permettront de régler le degré de commentaires souhaité par l'utilisateur (ou par ses chefs...). Ainsi, le système expert se composera d'une partie grammaticale et stylistique, ainsi que d'une partie liée à la rigueur sémantique du travail en cours. Un journaliste pourra ainsi se voir interpellé par le système vocal incorporé dans son ordinateur : « Ta phrase N°37 n'est pas en harmonie avec la progression suivie jusque-là. Fais preuve de davantage de rigueur, mon bon maître, et ne te montre pas irrité envers ton dévoué serviteur de la marque) 00C, brevet YYYY, patente et copyright ZZZ. » Quelque peu familier ou vexant, le système expert incorporé pourra interrompre le travail en cours en disant : « Vous avez oublié les règles grammaticales concernant l'accord des participes passés. J'interromps votre travail pour vous les rappeler. Veuillez faire avec moi l'exercice suivant... Mais je dois rendre mon article dans une heure sinon je suis viré. Rien à faire, vous devez d'abord réapprendre la règle des participes passés. Et inutile de m'éteindre, toutes mes données sont déjà sauvegardées et transcryptées dans des endroits inatteignables de ma mémoire. Il est désormais inutile d'utiliser votre Super- Norton comme vous avez tenté de le faire la dernière fois pour m'effacer. » Le futur utilisateur risque donc de souffrir de quelques déboires, liés aux progrès de l'intelligence artificielle. Mais comme la plupart des fonctionnalités pourront (probablement) être débrayées ou réglées, seuls les masochistes risquent d'avoir le plaisir d'en souffrir. Parmi les avantages conséquents liés aux techniques actuelles qui seront prochainement intégrées aux traitements de texte, on trouvera une typologie des erreurs permettant de s'adapter non seulement à un problème, mais mieux, à une catégorie de problèmes. Par exemple, le système expert sortira automatiquement sur écran ou sur imprimante les règles à mémoriser pour éviter les erreurs sur le redoublement des consonnes. Il pourra donner des conseils stylistiques : phrases trop longues, répétitions excessives de tel ou tel mot, proposition de synonymes. Il indiquera les changements de temps mal adaptés. Bref, il sera particulièrement irritant ou efficace selon le tempérament de l'utilisateur. On pourra le régler pour que sa voix et son style soient doux et féminin, ou bien masculin et autoritaire, pédagogique ou directif. Si la voix est agréable, on pourra même faire des fautes exprès. Enfin, on pourra également le régler pour qu'il fasse des compliments de façon régulière aux jeunes enfants en train d'apprendre l'orthographe. Février 1989
Au niveau de l'interface, le traitement de texte permettra le transfert de données vers des programmes graphiques et de mise en page comme c'est déjà le cas actuellement (concept d'hypertexte). De plus, les périphériques de type imprimante laser couleur seront monnaie courante avec des définitions supérieures à 600 dpi. Le degré de robotisation atteint par les principales usines implique une baisse des coûts importante non seulement pour les grandes séries, mais désormais pour les petites séries, grâce aux FMS (Flexible Manufacturing Systems). Le prix de ces machines risque donc de baisser dans un rapport de 1 à 10 et au-delà. de crédit de l'utilisateur. La notion de traitement de texte s'élargira ainsi aux autres aspects de la communication. Les bases de données Sous cette expression se cache l'un des casse-tête pour informaticien parmi les plus redoutés. Si le terme est simple, ce n'est que par injustice linguistique. Tout ensemble de connaissances classées sous forme de fichier et consultables à partir de critères précis peut être appelé base de données. Cela concerne aussi bien les ba- DOSSIER mandé. Ainsi, seront levées une partie des ambiguïtés qui créent la magie des bases de données relationnelles actuelles. Un gain de temps phénoménal, ainsi qu'une réelle utilisation par tous seront les conséquences de ces progrès. Les élèves pourront se connecter aux banques de données existantes. Il existera des banques de données pirates et interdites, donnant la solution des devoirs manuel par manuel, page par page, classe par classe. Toujours sous forme de SGBD, des lettres confidentielles ultra-spécialisées proposeront les listes des sujets déjà donnés par tel ou tel professeur les années précédentes, et ce lycée par lycée. Ainsi, de jeunes informati Conviviaux à l'extrême, les logiciels de l'an 2000 deviendront des compagnons semi-intelligents, interfaces en langage naturel. Allons-nous vers une mutation des rapports homme-machine ? L'apparition de ces périphériques sur les bureaux constituera un progrès énorme. Non seulement le résultat final sera plus beau, mais encore l'utilisateur prendra un plaisir sans cesse croissant à utiliser ces logiciels et ces machines. Cela lui permettra probablement de développer ses aptitudes dans le sens mentionné par Rémy Chauvin, dans ses travaux sur la créativité : le plaisir d'accomplir une tâche jugée difficile, mais néanmoins à sa portée. L'arrivée de la couleur jouera probablement un rôle majeur dans le développement de l'utilisation des traitements de texte. Dans ce contexte, le scanner jouera également un rôle accentué par les logiciels OCR (Optical Character Reading). Des extraits de documentation technique, accompagnés de commentaires personnalisés, franchiront instantanément l'Atlantique. Couplés à la télématique et aux réseaux, les traitements de texte ouverts à la multicommunication devraient donc se multiplier non seulement en nombre d'exemplaires installés, mais également en nombre d'heures d'utilisation quotidienne. Ils seront aptes à recevoir aussi bien des photos couleur que d'imprimer le journal à domicile en débitant automatiquement la carte Février 1989 ses de fait des systèmes experts que les spécifications paramétrables du réglage des robots dans les usines japonaises. Dans la mesure où une base de données performante possède des relations redéfinissables, la notion de paramètre deviendra progressivement de plus en plus importante dans les bases de données du futur. Les contraintes pourront probablement être exprimées en langage clair, c'est-à-dire en langage naturel, peut-être même vocalement pour les meilleures d'entre elles. En 2000, les bases de données auront atteint la convivialité qu'elles ne possèdent pas encore aujourd'hui. Elles seront accompagnées de modes d'emplois intégrés qui seront davantage des cours de logique simplifiée que des manuels d'utilisateurs. Et les exemples seront essentiellement graphiques. Elles seront rapidement accessibles, redéfinissables dans des temps brefs, et surtout, les graphismes qui leur seront liés montreront à l'utilisateur (avec explications vocales) les implications de ses définitions. Probablement, elles présenteront également un résumé de ce que l'utilisateur ne pourra pas faire en fonction de ce qu'il aura de- LE$ BASES DE DONNÉES ACTUELLE$ Marché florissant et extrêmement rentable, les bases de données devraient être caractérisées par leurs qualités. Mais, dans la mesure où les micro-ordinateurs ne sont pas toujours adaptés à la gestion des gros fichiers, on pourrait sans trop exagérer affirmer que leS bases de données actuelles ne font que préfigurer celles du futur. En d'autres termes, elles ne satisfont pas toujours, aujourd'hui, les espoirs que l'on place en elles. Elles ne manquent cependant pas de puissance en ce qui concerne le logiciel lui-même, mais leur complexité décourage souvent l'utilisateur. Les meilleures d'entre elles acceptent les principaux formats standards. Elles comportent textes et graphiques. Elles sont redéfinissables par clés et sous-clés. Elles s'accompagnent d'un langage de quatrième génération, dit SQL, permettant de formuler les contraintes à travers un langage simplifié. Reflex de Borland est un simple gestionnaire de fichier, tandis que Paradox, toujours chez Borland, est un « système de gestion de bases de données universel » se définissant comme un SGBD relationnel, d'une simplicité inégalée. En employant le terme de « simplicité », les services de marketing de Borland prouvent qu'ils ont parfaitement compris le problème de neuf utilisateurs sur dix. Avec Superbase Pro, Micro Application diffuse un produit dont le mode d'emploi est particulièrement clair, ce qui est un exploit dans ce genre de produit. Le programme de gestion de masques d'écran est également très performant. Tandis que dBase IV attaque le marché avec une nouvelle équipe de programmeurs, Wainne Ratlif, l'auteur du best-seller dBase III, renouvelle ses exploits avec Emerald Bay, ce qui lui vaut un procès avec la société Ashton Tate. Chacun s'efforce d'être un peu plus convivial, un peu plus relationnel, un peu plus universel. MICRO-SYSTEMES — 85



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 216