Micro Systèmes n°94 février 1989
Micro Systèmes n°94 février 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°94 de février 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 216

  • Taille du fichier PDF : 188 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... les logiciels de l'an 2000.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 122 - 123  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
122 123
clavier correspondant aux différents pays. Les programmes sous Windows tourneront donc d'un pays à un autre sans difficulté, sous réserve, là encore, que les normes aient été respectées au départ. Multitâche non préemptif Windows offre également toute une série de fonctions graphiques contenues dans le GDI (Graphic Device Interface) qui permettent de tracer un cercle automatiquement, de remplir une zone, etc. Il existe aussi des fonctions toutes faites pour gérer les menus, les fenêtres de dialogue, la souris, etc. D'autres fonctions utilitaires permettent de gérer la mémoire (kernel), avec possibilité de la segmenter. On peut réaliser un programme très important (Excel 600 Ko ; PageMaker 740 Ko), supérieur à la taille de RAM disponible. Windows travaille en multitâche, non préemptif. Plusieurs applications peuvent être chargées en mémoire RAM simultané ment. On passe de l'une à l'autre instantanément en cliquant sur la fenêtre d'application. Quand un programme donne la main à Windows, ce dernier fait tourner tous les programmes en attente. OS/2 quant à lui est plus perfectionné : il réalise un véritable multitâche. Windows gère automatiquement la mémoire EMS (Extension Memory System) à condition qu'elle soit à la norme LIM 4.0 (Lotus, Intel, Microsoft). Les ressources (formes, menus, boîtes de dialogues, messages) sont regroupées au sein d'un même fichier au niveau du développement, ce qui permet de faire traduire plus facilement le logiciel d'une langue à une autre, même en utilisant les services d'un non-informaticien, c'està-dire sans être obligé de recompiler le programme. Pour convertir d'une langue dans une autre, il suffit d'ouvrir le fichier ressources, de le traduire, de refermer le fichier, et de changer les paramètres de clavier international. C'est tout ! Les programmes sous Windows peuvent doncattaquer sans crainte les marchés européens et mondiaux : programmer sous Windows ouvre donc la voie à une rentabilité surmultipliée. 122 — MICRO-SYSTEMES :.:gara : « r 1,-1c Jr:rr, y.rv.iirr I, a,r S'il peut insérer des images à l'intérieur du texte, Evolution n'est pas une PAO. C'est avant tout un traitement de texte professionnel haut de gamme convenant parfaitement pour l'élaboration de documents, rapports, et tout ce qui touche au secrétariat. : MCCVS,CLAViER W'T à gauche. droite gauche ARTICLE EVOLUTION C IMILI Cl EVOLUT Comment programmer sous Windows La première étape consiste à consacrer trois mois à la lecture soutenue des trois classeurs de documentation, de respectivement 600, 559 et 304 pages. Il faut les assimiler, puis s'imprégner de la philosophie Windows. Heureusement, des sources de programmes sont fournies aux utilisateurs à titre d'exemple. Une fois familiarisé avec les principes de base, il s'agit ensuite de respecter une méthode de développement standard. Le langage C est pratiquement obligatoire, même si le Pascal (version 4.0 et au-dessus) et l'assembleur (MASM 4.0 ou 5.0) restent utilisables. Dans tous les cas, il est nécessaire d'utiliser des langages et des compilateurs de chez Microsoft (version 5.1). Par chance, le support Microsoft à destination des développeurs est plutôt consé- quent (contacter Pierre-Louis Colle chez Microsoft France...). En complément de cela, les programmeurs disposeront d'un excellent ouvrage, écrit malheureusement en anglais : Programming Windows, de Charles Petzold, édité par Microsoft Press (24,95 $, 852 pages). Cet ouvrage va au-delà des manuels du kit de développement. Les outils disponibles se composent d'un ensemble de programmes. DIALOG crée les boîtes de dialogue. FONTEDIT permet d'éditer une fonte point par point en la modifiant. Heapwalker affiche tous les segments présents dans la mémoire, avec leur adresse, leur taille, le nom de l'application propriétaire du segment, l'état du segment (bloqué, non bloqué, data, ressources, code...) ; il affiche le contenu des segments et permet de les libérer manuellement ou de les réallouer, notamment pour faire des tests de mémoire dans certains cas pointus. ICO- NEDIT définit les icônes du programme point par point. Un programme Windows possède au minimum une icône. SHA- KER alloue et désalloue la mémoire pour tester les programmes en cours de développement. SNAP réalise des copies d'écran. Un des outils les plus intéressants et les plus pointus, SPY, surveille la fenêtre qu'on lui a assignée et affiche tous les messages qui passent par cette fenêtre. On vérifie ainsi la conformité des messages fournis par le système avec ce qui était prévu. Parmi les utilitaires qui, eux, fonctionnent sous DOS, EXEHDR affiche un ensemble complet de renseignements concernant un programme Windows. Les applications sont compilées avec le compilateur standard, mais elles doivent obligatoirement être linkées avec LINK4, pour des raisons de linkage dynamique spécifiques à Windows. RC sert à compiler les fichiers de ressources (menus, messages). SYMDEB, debugger symbolique, est généralement remplacé par CODEVIEW, version 2.10 qui exige de l'EMS ILM d'au moins 2 Mo et permet de debugger directement sur le sourceC. On peut utiliser éventuellement pour cette tâche un second moniteur : le premier fait tourner Windows et l'application en mode graphique ; le second utilise CO- DEVIEW en mode texte. La méthode de programmation : les principales difficultés Structurellement, les boîtes de dialogue sont définies en premier avec DIALOG.EXE. Les menus et les autres messages (erreurs, etc.) sont créés manuellement avec un éditeur de texte en respectant une syntaxe spécifique. Ensuite on crée la fonction WINMAIN, qui est appelée en premier lorsque l'application est lancée. On crée une fenêtre pour l'application ; on écrit ensuite une boucle d'attente des messages (voir illustration d'exemple minimal). C'est souvent le seul endroit du programme où on donne et reprend la main à Windows. Chaque fenêtre Windows possède une fonction de contrôle qui est appelée à chaque fois qu'un message est Février 1989
DÉVELOPPEMENT WELCOM 2.0 : EXEMPLE DE PROGRAMME MINIMAL SOUS WINDOWS static char szAppName (1 = "Welcome2" ; HWND hWnd ; MSG msg ; WNDCLASS wndclass ; if (! hPrevInstance) wndclass.style = CS HREDRAW I CS_VREDRAW ; wndclass.lpfnWndProc = WndProc ; wndclass.cbC1sExtra = 0 wndclass.cbWndExtra = 0 wndclass.hInstance = hInstance wndclass.hIcon = Loadlcon (NULL, IDI APPLICATION) ; wndclass.hCursor = LoadCursor (NULL, ibc ARROW) ; wndclass.hbrBackground = GetStockObject (WHITE_BRUSH) ; wndclass.lpszMenuName = NULL ; wndclass.lpszClassName = szAppName ; if (! RegisterClass (&wndclass)) return FALSE ; ) hWnd = CreateWindow (szAppName, "Welcome to Windows", WS OVERLAPPEDWINDOW, CW_USEDEFAULT, 0, CW_USEDEFAULT, 0 NULL, NULL, hInstance, NULL) ; /* window class *//* window caption *1/* window style/* initial x position.1/* initial y position//* initial x size/* initial y size/* parent window handle : 1/window menu handle *1/* program instance handle *//* create parameters ShowWindow (hWnd, nCmdShow) ; UpdateWindow (hWnd) ; while (GetMessage (6usg, NULL, 0, 0)) TranslateMessage (&msg) ; DispatchMessage (&msg) ; ) return msg.wParam ; ) long FAR PASCAL WndProc (hWnd, iMessage, wParam, HWND hWnd ; unsigned iMessage ; WORD wParam ; LONG 1Param ; 1Param) switch (iMessage) case WM DESTROY : PdstQuitMessage (0) ; break ; default : return DefWindowProc (hWnd, iMessage, wParam,) return OL ; ) 1Param) ; /* WELCOME2.0 Welcome to Windows Program No. 2 */#include long FAR PASCAL WndProc (HWND, unsigned, WORD, LONG) : int PASCAL WinMain (hInstance, hPrevinstance, lpszCmdLine, nCmdShow) HANDLE hInstance, hPrevinstance ; LPSTR lpszCmdLine ; int nCmdShow ; Février 1989 MICRO-SYSTEM ES - 123



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 94 février 1989 Page 216